background preloader

La fin du management ?

La fin du management ?
Le billet de ce jour fait suite à de nombreuses suggestions que j’ai reçues de me pencher sur la sociocratie, en particulier suite à mon billet précédent sur l’effet d’échelle. Les articles sur la sociocratie font souvent référence à la cybernétique et aux « systèmes complexes », ce qui a également aiguisé ma curiosité. Il m’a fallu plusieurs mois pour lire une partie de l’abondante littérature et tisser les liens avec d’autres ouvrages ou systèmes de management. Je suis arrivé à une conclusion, plutôt négative, que je vais vous livrer autour de trois convictions : La sociocratie combine un ensemble de valeurs, diagnostics et pratiques qui correspondent bien aux enjeux du 21e siècle, mais c’est une approche contraignante et qui est en conflit sur plusieurs points avec les valeurs du « lean » ou même de l’entreprise 2.0 que je défends par ailleurs.La sociocratie n’est pas une architecture organisationnelle scalable.

http://organisationarchitecture.blogspot.com/2012/07/sociocratie-la-fin-du-management.html

Related:  Décisions communes Sociocratie Holacratie

Méthode de Décision au Consensus - Proposition à expérimenter et à - Groupes, Relation et Non Violence Les décisions peuvent être prises de manière dictatoriale (un individu décide), par la majorité, ou par consensus. Nous choisissons la décision par consensus car cette méthode de discussion/décision est la plus démocratique ce qui est consubstantiel à nos démarches de décroissance. Y parvenir est fondamental et requiert la participation, la volonté et la bonne foi de chacun-e. Le consensus ne consiste ni à atteindre un accord définitif ni à s’entendre sur tout. Il s’agit de façonner progressivement des propositions collectives en tenant compte des points de vue de chacun-e. Les informations, objections, tendances de chacun-e sont réunies et synthétisées pour atteindre une décision acceptable pour tou-te-s ou l’approfondissement d’une réflexion ou d’un projet.

Sociocratie, l’intelligence collective dans la gouvernance L’utilisation des processus et des outils de la Sociocratie dynamise la coopération et le développement de l’intelligence collective au sein d’une entreprise ou d’une organisation. La participation de tous est recherchée pour donner du sens à l’activité d’une organisation et pour harmoniser l’implication des professionnels. Le fonctionnement de l’entreprise en pyramide, selon un organigramme classique, reste efficace pour l’action. Mais il est enrichi par des temps de travail collectif en équivalence, pour aborder et résoudre les tensions, élaborer des propositions d’amélioration et prendre des décisions. La recherche de solutions en commun permet à chacun de porter les valeurs de la structure et d’être au service de sa raison d’être.

Quelques « Prezi » autour de la Sociocratie et introduction à l’Holacracy - Interface-Conscience Pour bien commencer l’année, je vous propose une série de Prezi et une carte heuristque autour de la « Sociocratie » et du management des organisations. Prezi est un outil de présentations en ligne que j’utilise occasionnellement dans sa version en ligne gratuite, les cartes heuristiques ou mind-maps sont une manière d’organiser l’information, de la structurer afin de la rendre interactive et accessible rapidement. En préambule, je vous offre La définition de wikipédia: La sociocratie est un mode de prise de décision et de gouvernance qui permet à une organisation, quelle que soit sa taille — d’une famille à un pays —, de se comporter comme un organisme vivant, de s’auto-organiser. Son fondement moderne est issu des théories systémiques. L’objectif premier est de développer la co-responsabilisation des acteurs et de mettre le pouvoir de l’intelligence collective au service du succès de l’organisation.

Sociocratie, l'entreprise à l'heure du consentement Idées d'ailleurs - Mercredi 14 Septembre 2011 Comment garantir le fonctionnement efficient d’une entreprise, en créant le respect et la confiance qui permettent l'implication de tous les salariés ? A la fin des années 1960, Gerard Endenburg, ingénieur hollandais à la tête d'une société d'électrotechnique, trouve la réponse en expérimentant la Sociocratie. Ce modèle de gouvernance, théorisé par le pédagogue Kees Boeke, se fonde sur l'intelligence collective et la participation de tous au processus de décision. La tyrannie de l'absence de structures - Centre Français de Sociocratie Dimanche 25 novembre 2012 7 25 /11 /Nov /2012 17:21 Soumis par Camille le ven, 23/11/2012 - 12:16 A propos de Jo FREEMAN : "La tyrannie de l’absence de structure". Ce texte traite des structures formelles et inclusives des groupes d’habitat partagé (et autres coopératives d’habitation) qui permettent d’éviter une prise de contrôle non-dite du groupe quand celui-ci refuse leadership et hiérarchie, à propos du texte de Freeman qui parle de la réalité des groupes féministes aux USA.

A l'origine de la sociocratie, les quakers - Integral Personality Quand on démarre une nouvelle activité, lui trouver un nom est une étape indispensable et difficile. En flânant sur l'Internet, je découvre régulièrement des dénominations du genre “Chabreuil & Associates International”. Cela fait une forte impression !

Sociocratie : Gerard Endenburg Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La sociocratie est un mode de prise de décision et de gouvernance qui permet à une organisation, quelle que soit sa taille — d'une famille à un pays —, de se comporter comme un organisme vivant, de s'auto-organiser. Son fondement moderne est issu des théories systémiques. Sociocratie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La sociocratie est un mode de gouvernance qui permet à une organisation, quelle que soit sa taille — d'une famille à un pays —, de fonctionner efficacement sans structure de pouvoir centralisée selon un mode auto-organisé et de prise de décision distribuée. Son fondement moderne est issu des théories systémiques et date de 1970. La sociocratie s'appuie sur la liberté et la co-responsabilisation des acteurs.

Qu'est-ce qu'une discussion publique ? - Perspectives Urbaines La discussion publique est l'outil principal de Perspectives Urbaines pour répondre à ses objectifs. Elle s'inscrit en défaut des conférences et autres réunions où un « sachant » diffuse son savoir, puis répond à quelques questions. Nous renversons ce rapport : c'est un intervenant qui pose les questions en quinze à trente minutes. Les participants discutent ensuite entre eux par table de six à huit personnes. Cette organisation présente au moins trois intérêts : D'abord, le petit nombre laisse davantage de temps à chacun pour prendre la parole.

Related: