background preloader

Tentative de définition du journalisme lol

Albert londres ? PTDR Tentative de définition du journalisme lol Par Vincent Glad Le mot avait été lancé comme une insulte. Xavier Ternisien, journaliste au Monde et star du micro-blogging m’avait un jour envoyé à la gueule sur Twitter que j’étais un “journaliste lol”. Et puis, à ma grande surprise, au fil des mois, les choses ont évolué. Mais merde, alors, journaliste lol, c’est devenu un vrai métier ? Il y a une première définition. Mais le journalisme Twitter n’est pas la grandeur du journalisme lol. Un petit graphique pour essayer de mieux comprendre : le journalisme lol s’applique à rester sur la “ligne du lol”, équilibre instable entre le journalisme bas-de-gamme et le journalisme sérieux (parfois chiant). (le graphique est moche, c’est pas pour faire “lol”, c’est juste que je ne sais pas me servir d’un illustrateur) Aux Etats-Unis, l’équation du journalisme lol est donc posée en termes économiques. On peut esquisser une troisième définition. Related:  Web et journalisme

Les leviers d’innovation du web pour les 5 prochaines années J’étais le mois dernier invité à Montréal pour donner une conférence sur l’avenir du web (le support est disponible ici : A quoi ressemblera le web de demain). Un sujet périlleux, car il est toujours difficile de faire le bon dosage entre anticipation (les tendances qui vont se concrétiser l’année prochaine) et futurologie (ce que nous devions être en mesure de faire dans 10 ans si le rythme d’innovation se poursuit). Je me suis tout de même prêté volontiers à cet exercice de style, car les ingrédients du web de demain sont déjà là. Du web 1.0 au web 3.0 Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’en 10 ans, tout à changé… ou pas ! Je pense ne pas me tromper en disant que l’histoire du web s’écrit par cycles de 5 ans marqués par la domination d’acteurs sur-puissants. Puisque nous évoquons l’histoire de l’évolution du web, impossible de faire l’impasse sur les grands stades d’évolution (aussi bien technologiques que d’usages) : La mobilité. Mobile + Social = Géolocalisation.

Profitable Long Form Journalism Over the last month, I’ve been stuffing my iPad with books purchased online, long PDF files and other documents for later reading sessions. I’m waiting for the mind-blowing media applications, they’re still in the making. Several prototypes of French newspapers I have seen are quite promising. We have to be patient. Compared to my computer, I realize I’m using the device in a different way. And I wonder: Can tablet computing be the missing link, the one that could rehabilitate (or rather introduce) long form reading in digital format — in a profitable way? Let’s project ourselves two years from now. The old production and distribution system that was eating 65% to 70% of the retail price is now down to a 30% fee taken by publishing platforms. Hence the question: What will the impact be on journalism and on the bottom line of media companies? Before attempting an answer, let’s reframe this in the dual context of the current business situation and of the newscycle. Like in a book. A book?

La très lente agonie des journaux Dans une étude compilant les données pour 31 pays, l'OCDE dresse un état de «l'avenir de l'information et Internet». La France est l'un des pays dont la presse souffre le moins: le marché des journaux n'y a reculé que de 4% entre 2007 et 2009, contre -30% aux Etats-Unis et -21% en Grande-Bretagne, pourtant régulièrement citée en exemple. Même la presse allemande, qui a évité le développement des gratuits, accuse un recul de 10% en deux ans. La France affiche cependant un taux de pénétration des plus faibles: 122 quotidiens vendus par jour pour 1.000 habitants, contre 526 au Japon, 458 en Norvège ou 160 aux Etats-Unis. Contrairement à ce qui se passe dans les autres pays de l'OCDE, la presse régionale limite les dégats en ne reculant «que» de 12% (en valeur) en huit ans, alors que la presse quotidienne nationale a perdu presque 30%. Le rapport complet: Image cc funadium

SpectrumBenchmark, analyse et comparatif des meilleurs RSE du marché Patrice Lamothe: ... et il n'est plus de vé... Les marchands de journaux ont le blues Face à la préfecture de Marseille, derrière le lycée Montgrand, juste à l’entrée de la rue Saint-Ferréol, Jean, 66 ans, tient le kiosque à journaux depuis 32 ans. C’est son dernier été. Il a signé le compromis de vente, il doit quitter la place le 15 septembre prochain. « Je ne regrette pas la vie que j’ai eue, on voit du monde, le contact avec les gens est agréable ! En 1978, à la suite d’un licenciement économique, cet ancien cadre chez Antargaz, responsable régional chargé des ventes aux campings, décide de reprendre un kiosque à journaux, « la vente de journaux m’a toujours plu, en plus on en tire une bonne culture générale ! Dans son kiosque ouvert 6 jours sur 7 de 7h30 à 19h, plus de 2000 titres sont proposés à la vente, du quotidien à la revue spécialisée des collectionneurs de boîtes de camembert en passant par les magazines people. Distributeur de cartes grises © Nardo « Les titres qui se vendent le plus ? Internet, les gratuits, la presse satirique… Pour les connexions bas débit

Non, tous les outils ne se valent pas. Par Alain Garnier, CEO Jamespot J’ai assisté à plusieurs conférences lors du salon Intranet & RSE qui se tenait porte de Versailles et où on a pu mesurer la maturité grandissante des acteurs à comprendre que pour réussir un projet de type « RSE » (réseau social d’entreprise), il fallait tout d’abord en fixer un objectif business, se donner les moyens et mener le projet, comme tout projet. De « jolis » truismes, qu’on retrouve dans tous les secteurs, en particuliers innovants. Mais qu’il faut rappeler sans cesse. Ce qui m’a en revanche surpris, c’est que cette orientation projet/usage s’accompagne aussi d’un propos banalisé qui était répété assez souvent sous la forme « quel que soit l’outil on aura les mêmes résultats » ou « ce n’est pas l’outil qui compte mais l’usage » ou encore « avec n’importe quel outil RSE on pourra … ». Objection votre honneur ! Ce qui me paraît tout à fait faux et peut emmener dans le mur de nombreux projets qui ne regarderont pas cette dimension outils! … etc…

Patrice Lamothe: Le journalisme passé repos... L'avenir du journalisme : 2 Prix Pulitzer pour les médias online Les journalistes traditionnels peuvent s'inquiéter : si le webjournalisme est aujourd'hui une réalité évidente, le voilà désormais récompensé par ses pairs. Et avec deux Prix Pulitzer pour des sites d'informations en ligne - une première dans l'histoire de ce prestigieux prix journalistique - les médias online démontrent leur légitimité à faire du vrai, du bon journalisme, tout autant (voire mieux ?) que leurs confrères de la presse écrite principalement. D'un côté, le site sfgate.com du San Francisco Chronicle a été primé du prix Pulitzer du "dessin de presse" grâce à la plume du dessinateur Mark Fiore. De l'autre côté l'attribution au site ProPublica.org du Prix Pulitzer dans la catégorie "journalisme d'investigation", l'une des plus prestigieuses de cette cérémonie. Que les fervents défenseurs du journalisme à l'ancienne ne hurle pas trop vite, que les aficionados du journalisme en ligne ne crient pas victoire trop vite.

Le contenu original va au delà de la simple réécriture A travers un exemple concret, voici à mon avis, la différence entre un vrai travail de rédaction, et de la production de copie au kilomètre. Un bon rédacteur web se documente. Il recoupe sa doc au lieu de la copier servilement. Il a des sources « secrètes » qui lui permettent de trouver le petit détail différent, l’information non traduite dans sa langue…. bref, il a un prix qui dépasse text broker. Le cas pratique, un article sur Fabergé Hier Google nous accueille avec un joli Doodle en l’honneur de Fabergé, parfait pour un article sur mon site de communiqués de presse bijoux. Il est tard, je ne paraîtrai pas le 30 de toute façon, et même pour lancer l’article pour aujourd’hui, il faut que je me dépêche un peu. Je ne vais pas rentrer ici dans les détails, mais en gros, Wikipedia retarde de deux ans le retour de Fabergé en Russie, ce qui pose ensuite des problèmes au lecteur attentif. Usine à contenu contre « vrai contenu » Le vrai contenu original a un coût. Google+

Couve, Lapoix, Raphaël: le journalisme entrepreunarial en débat Benoît Raphaël, Philippe Couve, Sylvain Lapoix : trois journalistes aux profils variés qui ont en commun d'avoir renoncé au statut de salarié d'un média national majeur pour se lancer en indépendant. On parle parfois d'eux comme de "journaliste-entrepreneur", terme à la mode aux contours flous. À l'occasion d'une interview croisée à la soucoupe, ils ont échangé leur point de vue sur cette notion. Sylvain Lapoix, Philippe Couve et Benoît Raphaël : quelles voies pour le journalisme à l'heure du mediastorm ? Benoît Raphaël, Philippe Couve, Sylvain Lapoix : trois journalistes aux profils variés qui ont en commun d’avoir renoncé au statut de salarié d’un média national majeur pour se lancer en indépendant. Journaliste-entrepreneur, est-ce une bonne façon de vous définir ? Benoît Raphaël : Tout dépend de ce que l’on entend par entrepreneur, si c’est un journaliste qui devient entrepreneur de son propre destin, oui pourquoi pas. Philippe Couve : Je n’ai pas le même positionnement.

Le web m'a tuer... Le gros mensonge de la presse papier. C'est un tableau plein de chiffres pas très sexy, comme seule l'administration sait si bien en produire. Neuf pages de la direction générale des médias et de l'industrie culturelle (à consulter intégralement plus bas) sous la férule de son chef de bureau, M. Frédéric Gaston. Si l'on regarde de près les chiffres et les courbes de M. En 1945, les quotidiens nationaux, alors au nombre de 26, tiraient 4,6 millions d'exemplaires chaque jour. En 1980, les quotidiens nationaux ne sont déjà plus que 12 et leur tirage quotidien passe pour la première soit sous la barre des 3 millions d'exemplaires (2 913 000 pour être précis). En 1996, les troupes se sont encore un peu clairsemées sur le champs de bataille. En 2001, 17% des foyers français sont équipés. Mais alors, on nous cache tout, on nous dit rien ?

Related: