background preloader

Pourquoi voyageons-nous ?

Pourquoi voyageons-nous ?
Le touriste n’est pas cet individu un peu rustre et moutonnier que l’on dépeint si souvent. C’est un voyageur complexe qui transporte avec lui ses désirs et ses rêves. Ses façons de voyager en disent long sur notre société et notre époque. L’analyse des pratiques touristiques s’expose souvent à une première erreur, qui consiste à amalgamer le sujet et le phénomène. À confondre ou refuser de distinguer le touriste du tourisme. Ainsi l’observation du voyageur comme personne – avec ses désirs, ses valeurs et ses rêves – disparaît-elle au profit de l’étude du fait de masse : sa quantité, son nombre, ses espaces, ses flux. Ces approches ont bien sûr leurs utilités. L’idiot du voyage Cette posture antitouristique, si injuste soit-elle, est fort commode. La seconde erreur, tout aussi répandue, et largement déterminée par la première, est de sous-estimer le touriste dans sa complexité. Le touriste est un symptôme de société. Chacun sa vision du monde Miroir d’une époque Partir et repartir encore

Histoire du voyage Recensé : Sylvain Venayre, Panorama du voyage 1780-1920. Mots, figures, pratiques, Paris, Les Belles Lettres, 2012, 650 p., 35 €. Érudite et monumentale, la somme livrée par Sylvain Venayre sur le voyage au XIXe siècle donne un tableau concret d’un âge d’or du voyage : des derniers grands voyages d’exploration (Cook, La Pérouse) et des balbutiements techniques de la vapeur autour de 1780 au sortir de la Grande Guerre et à la veille du tourisme de masse en 1920, le voyage subit une métamorphose radicale. L’ouvrage retrace les étapes de cette évolution, en évitant de faire de l’innovation spectaculaire des transports à la moitié du siècle la rupture qui en est souvent l’image simplificatrice. Le chemin de fer de 1830 n’est pas plus « révolutionnaire » que la diligence quelques décennies plus tôt et, pour le XIXe siècle en particulier, « le progrès des routes fut aussi, à toutes les époques, celui de la liberté » (p. 35). Entre typologie et synthèse : le « panorama »

Bibliothèque idéale du voyageur Comment voyager immobile ? Par la lecture, bien sûr ! Reste à choisir le bon livre, celui qui nous "transportera" dans tous les sens du terme. Nous avons demandé à chaque journaliste de Sciences Humaines de nous ouvrir sa bibliothèque personnelle pour nous parler de ses livres de voyage préférés. Il en ressort une liste forcément subjective, c'est la règle du jeu, que nous vous invitons à vous à compléter.... → Proposez vos propres contributions (entre 500 et 1000 signes maximum), en les envoyant à la rédaction (cliquer ici ) Sur la route. Ode au voyage, Sur la route demeure surtout le roman emblématique de la beat generation. Justine Canonne Tristes tropiquesClaude Lévi-Strauss, 1955, rééd. Publié sans relâche depuis 1955, cet unique récit autobiographique de Claude Lévi-Strauss est celui d’un « antitouriste » convaincu, habité par la nostalgie d’« avoir vécu au temps des vrais voyages, quand s’offrait dans toute sa splendeur un spectacle non encore gâché, contaminé et maudit ».

Pourquoi faut-il voyager? | Expériences voyages Je suis Stefan Tanned et je voyage depuis plus de 10 ans, le voyage m’a beaucoup apporté dans la vie personnelle et professionnelle. Je vais dans cet article vous expliquer pourquoi il est bon de voyager. Pourquoi il faut voyager ? C’est une question qui me parait simple et avec des réponses diverses et variées. Voici plusieurs réponses possibles : Vous allez voir des paysages magnifiques, rencontrer des personnes qui vont vous changer la vie, avoir une expérience multiculturelle et inoubliable.Vous allez en apprendre beaucoup plus rapidement sur vous-même et sur les autres lors de vos expériences de voyages.Vous allez vous ouvrir des possibilités inimaginables que vous n’auriez pas eu en restant dans votre pays.Vous allez faire des choses qui vont vous sortir de votre confort habituel, vous permettront de vous ouvrir l’esprit et changer votre vision des choses. C’est que du bonheur et ne manquer pas cette opportunité pour quelconques raisons. « Je n’ai pas le temps ».

Les inégalités face aux vacances 28 juillet 2016 - 80 % des cadres supérieurs partent en congés chaque année, contre 50 % des ouvriers. Et encore, entre catégories, on ne part ni aussi souvent, ni aussi longtemps, ni dans les mêmes conditions. Près des deux tiers des Français déclaraient partir en vacances [1] au milieu des années 1990, selon le Crédoc. Le taux de départ en vacances a ensuite diminué petit à petit jusqu’à tomber à quasiment 50 % en 2008. Depuis 2011, il repart à la hausse et a atteint 60 % en 2014 (dernières données disponibles) [2]. Qui sont les chanceux qui vont faire leurs valises ? Partir dépend plus largement du milieu social. 82 % des cadres supérieurs partent en congés contre 47 % des ouvriers. Des inégalités qui se creusent Le taux de départ en vacances a eu tendance à augmenter pour toutes les catégories sociales au cours des dernières années, ce qui peut paraître paradoxal en temps de crise. Photo / © lamax - Fotolia.com

65 citations sur les voyages, les courtes en premier Image par Mohamed Hassan de Pixabay Le voyage apprend la tolérance. ~ Benjamin Disraeli Le voyage est un retour vers l’essentiel. ~ Proverbe tibétain Rester, c’est exister : mais voyager, c’est vivre. ~ Gustave Nadaud Voyager, c’est naître et mourir à chaque instant. ~ Victor Hugo On voyage pour changer, non de lieu, mais d’idées. ~ Hippolyte En voyage, même le temps passe d’une autre façon. ~ Anonyme S’en aller, c’est gagner son procès contre l’habitude. ~ Paul Morand Rien ne développe l’intelligence comme les voyages. ~ Emile Zola Chaque voyage est le rêve d’une nouvelle naissance. ~ Jean Royer Les voyages améliorent les sages et empirent les sots. ~ Proverbe anglais Il n’y a qu’un voyage, c’est le voyage au-dedans de soi. ~ Rainer Maria Rilke Voyager, c’est aller de soi à soi en passant par les autres. ~ Proverbe touareg Le plus beau voyage, c’est celui qu’on n’a pas encore fait. ~ Loïck Peyron Partir, c’est quitter son cocon, ouvrir ses ailes et s’envoler. ~ P. Veux-tu vivre heureux ?

Homo viator L’être humain est un « Homo viator », un éternel itinérant poussé à quitter son sol natal pour aller toujours plus loin. Porté à la fois par son imagination mais aussi par des préoccupations très utilitaires… En mars 2012, une équipe de préhistoriens franco-chinoise a publié une étude confirmant une présence humaine très ancienne en Chine. Dans le centre du pays, sur le site de Longuppo (près de Chongqing), des humains ont été datés entre 1,5 et 1,8 million d’années. Cette étude confirme toute une série d’autres découvertes archéologiques menées depuis une dizaine d’années sur l’ancienneté de la présence humaine en Chine (1). Par la suite, d’autres vagues de migration vont partir d’Afrique (2). Voici quelques années, j’ai eu l’occasion d’assister à une virulente prise de bec entre deux éminents spécialistes. Deux conceptions radicales s’affron­tent donc. Fuites ou découvertes On ne saura sans doute jamais qu’elles furent les véritables motivations de ces premiers hommes.

La carte des pays du monde les plus dangereux pour les touristes Pour vos prochaines vacances, prévoyez un peu de place dans vos valises pour cette carte qui pourrait s'avérer indispensable. Une carte, certes, une boussole de survie surtout, évoquée par le site The Atlantic. Celle-ci n’est pas destinée à vous faire découvrir les destinations de vos rêves, mais plutôt d’en éviter quelques-unes qui pourraient mettre votre vie en danger. La région du Sahel, l’Irak, la Somalie, l’Iran ou encore l’Afghanistan... Tourisme et violence: le sujet est d’autant plus d’actualité depuis qu’il cristallise l'attention, ces derniers mois, après différents faits divers survenus en Inde –où l’afflux de touristes étrangères a baissé de 35%– ou au Brésil, par exemple. Une étude récente a montré que la violence et les soulèvements populaires, comme dans certains pays d'Afrique du nord, avaient tendance à dissuader les touristes, voire à les faire déguerpir.

Vacances : où partent les Français ? A l’occasion des vacances de printemps, les professionnels du tourisme ont multiplié les sondages et les études pour saisir le comportement des Français en congés. Voyagent-ils, où vont-ils, et combien dépensent-ils ? Petit condensé des résultats : La France : destination n°1, été comme printemps Question de budget ou de choix, la France est cette année la destination préférée des Français. D’après les études de l’institut, 70% des interrogés choisissent ainsi la France comme destination pour les vacances de Pâques et 41% la préfèrent aussi pour leurs vacances d’été. Logiquement donc l’engouement national est plus fort pendant les vacances de Pâques et les Français préfèrent garder les destinations plus lointaines pour l’été. Etude IFOP pour Hotels.com International : entre rêve et réalité Etude liligo.fr sur 384 132 consultations de vols et séjours effectuées sur son site du 01/01/2013 au 24/03/2013 Un budget vacances de plus en plus réduit

"Invitation au voyage..." : analyse du B.O. Ce premier cours propose de reproduire et d'analyser le Bulletin officiel n°7 du 17 février 2022 concernant le thème 2022-2024 de CGE au BTS : "Invitation au voyage...". Vous le retrouverez ici dans son format de publication original ou ci-dessous sur le site des Lettres de l'Académie de Paris: Voici donc d'abord la problématique telle qu'elle est posée dans le B.O.. Les éléments en gras sont ceux sur lesquels nous allons nous arrêter pour approfondir les enjeux proposés dans ce texte. La bibliographie sera à consulter directement via le lien du site des Lettres. Problématique « Longtemps apanage d'une élite sociale, le voyage s'est désormais démocratisé. Mais pourquoi voyageons-nous ? Aujourd'hui, le tourisme déplace des foules selon des itinéraires balisés, au mépris des conséquences écologiques. 1. 2. Quelques propositions sous forme de sujets d'écriture personnelle Le voyage nous transforme-t-il ? 3. 4. Analyse des mots-clés et expressions Mots-clés Expressions 5. 6. 7.

The Amazing Versatile Expandable Travel Journal I have been pondering the Perfect Travel Journal for several months. Something you can write in, draw and paint in, personalize, store photos, scraps and memorabilia and that would just be fun to use. Something equally useful for artists, scrapbookers and journalers alike. Neither too large not to small but just right. (Update March 2012: I've come a long way in a couple of years! The basic structure is an accordion book made from heavy weight 200 gsm Italian velata paper. At 4-3/8 x 6-3/8, the journal perfectly accommodates 4 x 6 photos. There are separate closures on both sides of the book so that you can open it either way to expose the section you want . . . or you can open both sides and spread the whole thing out. One section on each side consists of a pamphlet book with 20 pages (40 front and back): 12 from plain light weight Italian velata (120 gsm) and 8 from graph, ledger, legal and primary paper for variety and a touch of whimsy. These are available at my Etsy shop here.

Quoi emmener en voyage: la checklist ultime des choses à emmener en voyage - Noobvoyage.fr Checklist de matériel à prendre avant de partir (allez-y, imprimez-la !). Ça semble beaucoup, mais ce qui prend le plus de place c’est les vêtements, chaussures et matos électronique. Pour plus de matériel, accessoires et livres de voyages cliquez-ici 1/ paperasse Passeport (penser à vérifier si il faut un visa AVANT de partir, et si la date est encore valable)ArgentBillet d’avion électronique avec les horaires et numéros de vol, que vous aurez imprimé une fois payé. 2/ Vêtements Tee shirt (possible d’en acheter sur place pour pas cher selon les pays)Un polo ou une chemise si jamais vous allez dans un endroit un peu classePantalon : je recommande les pantalons en lin si vous allez dans un pays chaud (évitez les jeans)Maillot de bain ou short de bainChapeau/Bonnet (à emmener absolument)Serviettes de toilettes en microfibre (légères, sèchent vite, absorbantes, mais très désagréables au toucher)Veste en Goretex: testé par moi, impossible d’être mouillé avec ça ! 3/ Chaussures Plus spécifique

showPhoto Les voyages nous rendent-ils meilleurs ? Prendre l'air, voir du pays, partir… Qu'il est doux de voyager pendant les vacances ! Mais au fond, à quoi ça sert ? Longtemps, il semblait impossible d'envisager que le voyage n'ait aucune utilité, que l'on se déplace si loin de chez soi simplement pour le plaisir d'aller voir ailleurs. A l'origine, la "vacance" est d'ailleurs tout sauf un temps propice au voyage, qu'il soit reposant ou aventureux. Aussi s'est-on mis à réfléchir à l'utilité des voyages. Les voyages forment la jeunesse… Vraiment ? Au XVIIIe siècle, des sociétés savantes réunies en académies de sciences et de lettres organisent des concours où sont soumises au débat public des questions d'actualité. En 1787, l'Académie de Lyon propose une question qu'un certain nombre d'entre nous s'est sûrement déjà posée, notamment en cette période estivale : les voyages nous rendent-ils meilleurs ? Un certain Turlin, avocat au Parlement de Paris, remporte le concours. Débats apodémiques : il y a le bon et le mauvais voyage...

Voguons vers de nouveaux mondes Séance n°1 : « Partir en voyage ? Mais pourquoi ? » Oral/ Lecture – 2 heures consécutives Activité n°1 : oral Objectifs : Faire réfléchir les élèves à leur pratique du voyage pour leur faire comprendre qu’elle s’inscrit dans un processus historique et culturel dont il s’agit d’identifier les caractéristiques.S’inscrire dans la thématique du voyage par la représentation qu’ont les élèves du voyage. Compétences : Participer à un échange verbal (écouter autrui et formuler un propos simple).Rendre compte d’une expérience personnelle. Modalités pédagogiques : Les élèves sont placés en « U » face au tableau sur lequel est dessiné un paysage de vacances de carte postale. Je commence par poser aux élèves une série de questions auxquelles ils répondent chacun leur tour. Pour chaque réponse, un mot est écrit au tableau par un élève et à chaque question correspond une couleur. Etes-vous déjà parti en voyage ? Activité n°2 : lecture Objectifs : Compétences : Ecriture/ Langue – 2 heures non consécutives

Related: