background preloader

Demain, la ville « frugale »

Demain, la ville « frugale »
Jean Haëntjens est urbaniste et économiste et conseil en stratégies urbaines au cabinet Urbatopies auprès des collectivités locales et des administrations. Après Le pouvoir des villes (2008) et Urbatopies (2010), il vient de faire paraître La ville frugale chez FYP éditions. Derrière ce concept, Jean Haëntjens cherche à rendre accessible une autre forme de ville durable que celle que nous proposent de bâtir bien des architectes avec des bâtiments à haute qualité écologique intégrés dans des écoquartiers qui sont loin d'être accessibles à tous, financièrement parlant. Quelle ville durable voulons-nous ? Quelles stratégies urbaines concrètes devons-nous adopter pour commencer à organiser la ville dans une perspective post-pétrolière ? C'est tout l'enjeu que tente de dessiner Jean Haëntjens dans un petit livre livre très stimulant sur la forme des villes à venir. Le modèle de la ville frugale Jean Haëntjens : Le réchauffement climatique ne parle pas aux gens. Peut-on changer la ville ?

http://internetactu.blog.lemonde.fr/2012/07/27/demain-la-ville-frugale/

Related:  nouveaux concepts urbainsUtopies urbainesDialogues de la recherche 2015Articles / infosVILLE

Eloge de la ville dense ou le déclin du paradigme urbain américain » Article » OWNI, Digital Journalism Philippe Gargov revient sur les propos d'un économiste de Harvard qui a remis en question le modèle des suburbs pavillonnaires, emblématiques du rêve américain, lors de l'émission de satire politique Daily Show. Je suis grand fan du Daily Show, émission de satire politique diffusée depuis 1996 sur Comedy Central (high five, Iris). Alors, quand Jon Stewart reçoit un économiste de Harvard pour dire du bien de la vie urbaine, vous vous doutez bien que je regarde attentivement. Edward Glaeser [en]était en effet invité, ce lundi 14 février, à présenter son livre au titre clair comme de l’eau de roche : Triumph of the City: How Our Greatest Invention Makes Us Richer, Smarter, Greener, Healthier, and Happier (Le triomphe de la ville : comment notre plus grande invention nous rend plus riche, plus intelligent, plus heureux et en meilleure santé. Rien que ça.). L’émission aurait pu se contenter d’être drôle (malgré un Edward Glaeser sous amphét’).

Entre légende et utopie, l'Atlantide vue par un helléniste par Antoine Thivel - SPS n° 250, décembre 2001 Depuis que Platon a mis par écrit, dans ses dialogues le Timée et le Critias, probablement aux environs de 350 avant notre ère, une histoire qu’on racontait dans sa famille, la légende de la grande île de l’Atlantide qui aurait existé au large de Gibraltar (les Colonnes d’Hercule) 9000 ans avant Solon, et sur laquelle aurait vécu une civilisation brillante qui faisait la guerre à l’Athènes de cette époque, jusqu’au jour où elle fut engloutie par un raz de marée provoqué par un tremblement de terre, les imaginations sont allées bon train, et on ne saurait compter toutes les hypothèses qui ont été faites pour localiser l’Atlantide et en tirer toutes sortes de conclusions morales et philosophiques. Un buste de Platon Paroles d’un grand prêtre égyptien

La Résilience urbaine : un nouveau concept opérationnel vecteur de durabilité urbaine ? 1L’année 2011 atteint déjà des records en matière de coûts liés aux catastrophes naturelles (Catnat.net, 2011). Chaque année, les rapports des réassureurs alertent quant à l’augmentation des montants indemnisés et les médias passent d’une catastrophe à une autre, présentant des images chocs, des témoignages bouleversants, sans jamais se pencher plus précisément sur les causes profondes, les conséquences à long terme, la reconstruction et les conditions de retour à la vie normale pour les populations touchées. Or si les dommages augmentent, c’est notamment parce que les enjeux (logements, activités, infrastructures, équipements) sont de plus en plus nombreux dans les zones d’aléas, comme l’atteste entre autres la forte urbanisation des zones inondables (Faytre, 2010; Scarwell et Laganier, 2004; Thouret et Leone, 2003).

Comment une ville peut devenir autosuffisante en fruits et légumes Cette histoire ressemble à une utopie, une ville imaginée par un sociologue pour décrire la communauté idéale, et pourtant tout est réel. A Todmorden, une commune d’Angleterre, les habitants cultivent leurs propres potagers dans des lieux publics qui le permettent avec l’objectif de devenir complètement auto-suffisant en quelques années. Aucun camion ou train ne transportera des légumes à Todmorden mais surtout, aucun citoyen ne récolte plus que ce dont il a besoin et tout le monde donne un coup de main en s’occupant régulièrement des différents espaces cultivés.

Innovation ouverte: Des évènements co-créatifs pour changer la ville Voici une présentation et une sélection d’évènements co-créatifs pour améliorer la ville, réfléchir à l’aménagement de l’espace urbain pour les handicapés, réfléchir à l’utilisation de l’espace public, hacker la culture de la routine, reverdir des friches urbaines… Suit une réflexion sur l’usage de dispositifs participatifs éphémères très ouverts pour créer de la collaboration entre réseaux. Défi LocaCité, une série de rencontres pour changer la ville J’ai participé récemment à la conférence d’ouverture du Défi LocaCité, un cycle de rencontres destinées aux étudiants pour échanger, partager et imaginer les nouvelles façons de penser, fabriquer et de vivre la Ville. Co-organisées par les tiers lieux Toulousains la Serre et Artilect FabLab, ces rencontres se veulent une façon originale de transmettre des connaissances et des expériences qui favoriseront leur prise de recul , l’enrichissement des projets et la rencontres d’acteurs qui changent la Ville. De nombreux réseaux dans la ville

ECO-SOCIALISME La prise de conscience socialiste et écologique est un processus dont les facteurs décisifs sont l’expérience et les luttes collectives des populations lesquelles, à partir de confrontations partielles au niveau local, progressent vers la perspective d’un changement radical de la société. Cette transition ne déboucherait pas seulement sur un nouveau mode de production et une société démocratique et égalitaire, mais aussi sur un mode de vie alternatif, une véritable civilisation écosocialiste au-delà de l’empire de l’argent avec ses habitudes de consommation artificiellement induites par la publicité et sa production illimitée de biens inutiles et/ou nuisibles à l’environnement . Michael Löwy

Exode urbain, exil rural, par Gatien Elie, Allan Popelard et Paul Vannier De Montpellier, il faut trois quarts d’heure pour arriver à Ganges, gros bourg de quatre mille habitants situé aux confins de l’Hérault. En direction du nord, après s’être frayé un chemin entre Euromédecine et Agropolis, les deux technopôles symboles du dynamisme de « la ville qui réalise ses rêves », la route tourne définitivement le dos à la métropole, traverse en droite ligne les plaines viticoles, les coteaux du Languedoc, avant de prendre un cours plus sinueux aux premières marches des Cévennes. Loin de Montpellier, de ses emplois et de ses services, la commune attire pourtant de nouveaux habitants : depuis 1992, ils sont près d’un millier à s’y être installés. Originaires de la banlieue montpelliéraine, Bernard et Christine. jeunes retraités, sont arrivés en 2008. Lui travaillait chez Nicollin, l’entreprise de nettoyage urbain. Elle faisait des ménages dans les collèges de la région.

Ecologie industrielle : le port, un territoire résilient La démarche d’écologie industrielle initiée par le Port de Strasbourg entre aujourd’hui dans sa troisième phase. Objectif : pérenniser le processus en le dotant d’une structure de gouvernance qui implique davantage les entreprises. Les 25 entreprises impliquées dans la démarche d’écologie industrielle du Port autonome de Strasbourg se répartissent tout au long de son territoire. Une quinzaine d’entreprises avaient adhéré à la démarche lors de la première phase (2013-2014). Elles sont 25 aujourd’hui, représentant les principaux acteurs de la zone industrialo-portuaire (36 % des entreprises de plus de 50 salariés, pour un tiers des emplois), actifs dans une palette d’activité très diversifiée et répartis tout le long du territoire portuaire.

Transformons nos villes grâce aux espaces publics et au Placemaking ! Par calidris dans le 12 Février 2013 à 15:24 Depuis plus de deux ans, il est question ici de sociotopes, de Placemaking, d'espaces publics, d'urbanisme participatif, de Stockholm, de PPS, de New-York, d'Alexander Ståhle, de trames vertes urbaines... Tous ces thèmes et toutes ces personnes, parmi bien d'autres, vont converger à Stockholm du 24 au 26 juin dans le cadre d'une conférence internationale organisée par l'ONU et...

Related: