background preloader

CNS Conseil National Syrien les Membres

CNS Conseil National Syrien les Membres
Les médias ne sont pas très curieux lorsqu’il s’agit du mouvement d’opposition syrienne. Examinons donc leurs origines et leurs connexions politiques. C’est un cauchemar qui se déroule à travers toute la Syrie, dans les maisons d’Al-Heffa, de Homs et les rues de Houla. Et nous savons tous comment l’histoire se termine : des milliers de soldats et de civils tués, des villes et des familles détruites, et le président Assad battu à mort dans un fossé. C’est l’histoire de la guerre syrienne. Mais il y a une autre histoire à raconter. C’est un conte sur quelques-uns des membres les plus cités de l’opposition syrienne et leur lien avec l’entreprise anglo-américaine d’élaboration de l’opposition. Il est important de préciser qu’enquêter sur un porte-parole syrien ne signifie pas que nous doutions de sa sincérité sur son opposition à Assad. « Le sable s’écoule dans le sablier», a déclaré Hillary Clinton. Le Conseil National Syrien « Aucun dialogue avec le régime en place n’est possible. L’argent Related:  SYRIA

Aide non létale aux rebelles non syriens Le secrétaire d'État américain John Kerry s'entretient avec la presse au terme d'une réunion avec les Amis de la Syrie, à Istanbul. Photo : AP/Evan Vucci Le secrétaire d'État américain John Kerry a annoncé samedi à Istanbul le doublement de l'aide américaine « non létale » à la rébellion syrienne, à défaut de promettre des armes comme l'exige l'opposition. Cette aide supplémentaire de 123 millions de dollars américains comprend du matériel militaire défensif, et porte à 250 millions l'enveloppe totale attribuée par les États-Unis à l'opposition au président Bachar Al-Assad. Le secrétaire d'État n'a pas détaillé la nature des nouveaux équipements, mais les médias américains rapportent qu'li pourrait s'agir de gilets pare-balles, de véhicules ou de lunettes nocturnes. « Nous sommes aujourd'hui à un moment critique et c'est ce qui nous a amenés ici », a déclaré M.

CARTE INTERACTIVE - Syrie: état des lieux des forces en présence Les dirigeants du G20 se sont quittés vendredi soir, véritablement divisés sur la question syrienne et l'éventualité d'une intervention militaire sur place. Le président américain Barack Obama et son homologue russe Vladimir Poutine ont finalement parlé en tête à tête -alors qu'aucun entretien bilatéral n'était prévu au programme- mais ont campé sur leurs positions. Moscou continue de soutenir le régime de Damas et s'oppose toujours à toute intervention militaire en Syrie. En face, les Etats-Unis, soutenus par la France, défendent l'idée d'une action mais sont dans l'attente d'un vote au Congrès américain. De plus, Barack Obama et François Hollande cherchent à réunir autour d'eux une coalition de soutien la plus large possible, afin d'appuyer leur potentielle intervention. Frappes éloignées et ciblées Mais malgré ces blocages politiques, des forces militaires occidentales ont d'ores et déjà été déployées sur place, en mer Méditerranée, à quelques kilomètres des côtes syriennes. >> Légende

Groupes de la haine aux Etats-Unis Au sommaire : La prison hors les murs. Du bracelet électronique au travail d'intérêt général, gros plan sur les aménagements de peine dont bénéficient certains condamnés. - Turquie, un modèle à bout de souffle. Caroline Fourest et Fiammetta Venner enquêtent auprès des «gagnants» et les «perdants» de l'ère Erdogan ? 01/03/2013 call for Peace in Syria Syrie: qui soutient l'intervention et qui s'y oppose? Une coalition de poids sera-t-elle formée pour appuyer une éventuelle intervention en Syrie? Isolés sur ce dossier, Barack Obama et François Hollande se mobilisent sans relâche pour convaincre d'autres pays de leur apporter un soutien, qu'il soit politique ou militaire, et vont notamment chercher l'appui le plus large possible auprès des participants au G20. Dans l'attente du vote du Congrès américain, prévu le 9 septembre, la France s'est, pour sa part, lancée dans une offensive diplomatique à l'égard de ses voisins européens. En face, les Etats s'opposant à une action militaire commencent à constituer un bloc conséquent, essentiellement composé de pays soutenant le régime de Bachar al-Assad. BFMTV.com expose, sur une carte amenée à évoluer au fil des jours, les partisans et les opposants à une intervention en Syrie. > Ils soutiennent une intervention militaire En première ligne, les puissances du Moyen-Orient, géographiquement proches de la Syrie. > Réunion européenne à l'issue du G20

Le "Projet Jugement dernier" et les événements profonds : JFK, le Watergate, l’Irangate et le 11-Septembre | Histoire de l'État profond aux USA (1/2) Le 22 novembre 1963 à 13h, JFK est officiellement déclaré mort. A 14h38, le vice-président Lyndon B. Johnson prête serment dans l’avion présidentiel Air Force One. A ses côtés se tient Jacqueline Kennedy, qui porte encore son costume Chanel éclaboussé par le sang de son époux. Dans un entretien qu’elle accordera quelques mois après l’assassinat à l’historien Arthur Schlesinger Jr, elle soupçonne Johnson d’avoir orchestré l’assassinat de son mari en lien avec des lobbies pétroliers du Texas. « Je suis conscient de la possibilité d’instaurer une véritable tyrannie aux États-Unis. Dans cet article, je vais discuter de quatre événements importants et toutefois mal compris : l’assassinat de John F. Ces dernières années, je me suis référé à une force obscure derrière ces événements – une force que j’ai maladroitement appelée « l’État profond » (n’ayant pas trouvé mieux) qui évolue à la fois à l’intérieur et en dehors de l’État public. Ce câble ne représentait pas une aberration isolée.

Israeli raising funds to help the uprising Moti Kahana 'can't sit still as women and children being butchered nearby'; Syrian rebel: American airstrikes would bring Assad's regime to collapse As many in Israel are concerned over the possibility that the civil war raging in Syria will spill over to the Golan Heights and strengthen the standing of Hezbollah , some Israelis regard the crisis in the neighboring country from another angle entirely. Jerusalem native Moti Kahana heads a group of Israeli businessmen and American Jews who travel to the Syrian refugee camps to provide humanitarian aid to victims of one of the era's bloodiest conflicts. "We are Jews and Israelis and we can't sit still as women and children are being butchered nearby," he told Ynet. Related stories: Kahana took part in an annual conference of the Washington Institute for Near East Policy, where he raised the flag of the Free Syrian Army during a speech by an opposition activist. Moti Kahan (photo: Yitzhak Benhorin) Syrian refugees in Jordan (Photo: Reuters)

Etude de cas à partir de villes Des espions français photographiés avec des terroristes maliens Les deux agents des services secrets français. RFI Radio France International a diffusé la photo de deux ressortissants français à qui elle attribue la qualité de «djihadistes». Les deux hommes, des Français de souche, armés de kalachnikovs, sont assis à l'arrière d'un pick-up à côté d'un membre d'un des groupes islamistes armés qui sévissent à Gao, au Nord-Mali, où les sept diplomates algériens sont détenus. Les deux Français appartiennent, en réalité, aux services du renseignement extérieur et ont été dépêchés au Mali, par la caserne Mortier, siège de la DGSE, pour prêter main forte aux terroristes et justifier la nécessité d'une intervention étrangère dans ce pays. Cette thèse est d'autant plus plausible, explique une source informée à Algeriepatriotique, que les djihadistes français sont tous issus des banlieues françaises et ont tous des origines maghrébines ou africaines. Ce qui est loin d'être le cas des deux hommes pris en photo à leur insu. La photo a été prise à Gao.

Related: