background preloader

UCL Psychoanalysis

UCL Psychoanalysis
What is mentalization? What is mentalization-based treatment? Research evidence for treatment focusing on mentalizing Randomized controlled trial of MBT for BPD Follow-up study of MBT for BPD Cost-effectiveness study of MBT References What is mentalization? Mentalization is the capacity to make sense of self and other in terms of subjective states and mental processes. Being able to understand other people’s behaviour in terms of their likely thoughts and feelings is a major developmental achievement that, we believe, is facilitated by secure attachment relationships. Back to Top What is mentalization-based treatment? Mentalization-based treatment is a model of psychodynamic therapy rooted in attachment theory that aims to enhance the individual’s capacity to represent thoughts, feelings, wishes, beliefs and desires in themselves and in others in the context of attachment relationships. Research evidence for treatment focusing on mentalizing Randomized controlled trial of MBT for BPD

http://www.ucl.ac.uk/psychoanalysis/research/mbt.htm

Related:  Trouble borderline (ou état limite)Pas de culpabilité, triomphe de la honte (narcissisme et borderl

Destin de l'objet et de la partie dans le Moi La relation entre le Moi et ses objets est, bien entendu, couramment évoquée. Ils peuvent être ainsi fréquemment appréhendés comme s’ils renvoyaient à un processus d’assimilation permettant une sorte de relation d’équivalence entre eux, mais lorsque l’on parle et de parties du Moi et d’objets, leur lien ne paraît pas avoir été toujours véritablement précisé. Les références princeps de la partition de la vie psychique, du clivage du Moi (S. Freud), ou encore de l’introduction des personnalités psychotique et non psychotique (W. R. Bion), ont, semble-t-il, focalisé l’attention et laissé dans un flou relatif l’intérêt de ce lien intrapsychique, tant en ce qui concerne le sujet que l’interrelation des deux protagonistes du couple analytique.

affirmation Forums-viewtopic- Par Le p’tit Loulou Ferdinand Céline Aka Augustin Dercrois, Ministre de la Spinozie heureuse du blogouvernement Développement de la séquence Aux frontières de la bipolarité et de l’état limite. La frontière entre le trouble bipolaire et borderline semble souvent floue à établir. Le trouble borderline est qualifié de diagnostic d’élimination après qu’une clinique du spectre bipolaire eut été explorée et qu’un traitement visant à ‘’thymoréguler’’ les variations brutales de l’humeur caractérisant le maniaco-dépressif eut été épuisé. Afin de favoriser la compréhension de ces deux pathologies, nous proposons d’en exposer leurs caractéristiques communes et leurs dissemblances. La bipolarité se distingue de l’état limite au moyen de la fréquence des épisodes maniaques et hypomaniaques.

Narcissisme perversion et trouble borderline etat limite: Un leurre ! En préambule, les deux types de personnalités comparées ici sont conséquences de personnes qui sont malades et il ne s'agit pas ici de juger tel ou tel mais une fois encore de comprendre, comprendre pour aider.Ce que l'on appelle un « pervers narcissique » et que personnellement je préfère nommer « narcissique à tendances perverses », est une personne qui a généralement un ego surdimensionné, qui est dans sa réalité et qui va chercher à utiliser les autres pour ses propres fins et s'arranger pour se faire passer pour victime et maintenir alors sa « victime » sous sa coupe pour son propre bénéfice.En lisant ces mots et au regard de certains comportements utilisés (visibles) par les personnes souffrant d’un trouble borderline, certains pourraient se dire « mais alors les borderline sont des pervers narcissiques ! Apparence et non réalité. Impulsivité et transgression réactionnelle dans le trouble borderline.

Grandes Conférences Catholiques > Comptes-rendus THEME : LA HONTE ou « MOURIR DE DIRE » En guise de clôture du cycle des grandes conférences catholiques, nous avons accueilli ce mardi 1er mars Boris Cyrulnik, neurologue, psychiatre, éthologue et psychanalyste français qui nous a parlé du thème traité dans son dernier livre. « J’ai métamorphosé l’horreur. Je ne suis plus la pauvre victime qui gémit, je suis acteur ». Cette phrase pourrait résumer à elle-seule le principe de résilience qui a fait connaître Boris Cyrulnik et qu’il présente comme la « stratégie de lutte qui permet de construire le bonheur malgré les fantômes du malheur ». trouble de la personnalité borderline etat limite et medicaments Le trouble de personnalité Borderline Etat Limite et le traitement par des médicaments. Attention, ne jamais modifier ou interrompre son traitement sans en parler à son médecin ! Préambule:Le trouble borderline est aussi une maladie biologique.

Un monde sans limite. Essai pour une clinique psychanalytique du social - MAGALI MOLINIÉ , article Psychologie sociale Le psychanalyste peut-il contribuer à éclairer la crise qui affecte le social et la famille en cette fin de siècle ? En s'inspirant de Jacques Lacan, Jean-Pierre Lebrun décrit un monde dans lequel le développement de la technoscience a discrédité l'autorité paternelle jusqu'au sein même de la famille et ne lui permet plus d'équilibrer le pouvoir maternel. En effet, la psychanalyse souligne l'importance de la fonction paternelle dans la constitution de la réalité psychique du sujet. Or, le discours et les pratiques sociales d'aujourd'hui tendraient, selon J.-P.

Trouble Borderline etat limite et troubles impulsifs. Trichotillomanie... Trouble de la personnalité borderline et troubles impulsifs.Le trouble borderline et le jeu pathologique.Le trouble borderline et la cleptomanie (kleptomanie)ou le vol à l'étalage.Le trouble borderline et les dépenses incontrolées, achats compulsifs.Le trouble borderline et la conduite imprudente, rage au volant.Le trouble borderline et la trichotillomanie, s'arracher les cheveux.Trouble de l'impulsion ou de la compulsion Introduction: Connexions entre trouble de la personnalité borderline et troubles impulsifs. De nombreux borderline ont certaines de ces dépendances. Au point que certaines d'entres elles sont inscrites dans les critères du DSM IV. Le crime d'amour-propre L’amour-propre n’est pas l’amour de soi ni le narcissisme, il s’agit d’une passion douloureuse dont les Moralistes depuis l’Antiquité [1] « Je suis, note Marc-Aurèle, souvent étonné de voir... [1] ont souligné l’étrange paradoxe de ne pouvoir tenir la nécessaire estime de soi que de la reconnaissance venue d’un autre. Je ne prendrai pas cette notion au sens où on a coutume de l’entendre depuis La Rochefoucauld qui en fait l’instrument d’une dénonciation de la pseudo oblativité en montrant que nos actions les plus désintéressées en apparence sont faites par souci de gloire personnelle [2] Je dois à E. Prado de Oliveira de m’avoir rappelé l’excellent... [2] . L’amour-propre ne se confond pas pour autant avec la vanité qui en dénonce la vacuité mais partage avec celle-ci une dépendance aliénante au regard et à l’opinion d’autrui, alors mis en position de détenir le pouvoir de valider ou de détruire l’amour de soi du sujet.

Borderline : des clés pour comprendre : Soigner le trouble de l'état limite © Jupiter Sommaire Face à la maladie, les personnes borderline se voient proposer une double solution thérapeutique : Borderline... of life ? Classée parmi les dix troubles de la personnalité répertoriés dans le DSM IV, la personnalité borderline est en passe de devenir en Occident number one au Top ten des souffrances mentales du début du XXIe siècle. Si cette appellation très imagée aux consonances anglo-saxonnes fait très « in », il n’en demeure pas moins qu’il n’y a, d’un point de vue strictement clinique, rien de nouveau sous le soleil. Par contre, d’un point de vue épidémiologique, il en va malheureusement tout autrement... Décrits et dénommés en d’autres termes dès la fin du XIXe siècle, les états limites rassemblaient les pathologies ne relevant pas exclusivement de la névrose ou de la psychose, mais se trouvant à leurs frontières. Touchant 2 à 4% de la population générale, soit deux à quatre fois plus que la schizophrénie, motivant jusqu’à 30% des consultations et 15 à 20% des admissions en psychiatrie, cette pathologie de la prodigalité des émotions se trouve de plus en plus en décalage avec la société occidentale.

Les "psychopathes" arrivent. Un adieu à "l'ère du narcissisme" / Götz Eisenberg En 2013, l’association américaine de psychiatrie publiera la 5ème édition de son manuel de diagnostic (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders) qui existe depuis 1952. Ce manuel a pour vocation de définir des critères universels pour décider à partir de quel moment un être humain doit être déclaré malade au niveau psychiatrique. La nouvelle publication à venir a déjà déclenché de vives polémiques. Ce manuel tente de fournir une approche objective aux problèmes psychiques, basée uniquement sur les symptômes, et de les imposer de manière universelle. L’objectif est d’assurer que quand on pose par exemple le diagnostic de «dépression» ou de «schizophrénie» on parle partout de la même chose. La nouvelle édition vise à faire le ménage dans la rubrique des troubles de la personnalité.

Trouble de la personnalité limite (TPL) : causes, symptômes et traitements Le trouble de la personnalité limite (TPL) est une maladie mentale caractérisée par une instabilité émotionnelle. Les individus aux prises avec ce trouble ont du mal à maîtriser leurs impulsions et à maintenir des relations interpersonnelles. Les personnes souffrant du TPL ont des problèmes d'image de soi et d'identité, pouvant aussi manifester une attitude du type « tout ou rien ». Ce trouble se caractérise communément par des comportements autodestructeurs. De plus, le TPL est souvent associé à d'autres affections psychiatriques, tels que les troubles de l'alimentation, anxieux, ou dépressifs, le trouble de déficit de l'attention avec hyperactivité (TDAH) résiduel ainsi qu'à l'adoption de comportements à risque. Découvrez les autres cours de l'École Mini Psy.

Related: