background preloader

Le Manga en France

Le Manga en France
La semaine dernière se tenait la treizième édition de Japan Expo, et l’on a pu observer dans la presse la célébration unanime de l’importance du manga dans le paysage éditorial français. L’enthousiasme aidant, c’est la même approximation que l’on a vu largement reprise — les manga représenteraient près de la moitié du marché[] — accompagnée de l’affirmation implicite de la santé (forcément insolente en ces temps de crise) du segment. La semaine dernière se tenait également la sixième Université d’Été de la Bande Dessinée, placée sous le thème de « mangaphilie, mangafolie ? », se proposant de faire « le bilan du phénomène qui a modifié le paysage de l’édition de la bande dessinée et établi un nouveau modèle économique, voire engendré une nouvelle culture. » Prolongeant certains sujets abordés dans la Numérologie 2011, ma contribution à ces trois journées de réflexion visait à faire un état des lieux du marché français, chiffres à l’appui. Le format périodique La question du lectorat Related:  Manga & PédagogieMangas en bibliothèque

2013 : l’année de la décélération | ACBD.fr Une année de bandes dessinées sur le territoire francophone européen par Gilles Ratier, secrétaire général de l’ACBD Dans un contexte économique et social complexe et morose, les différents acteurs du 9e art ralentissent un tant soit peu leur offre éditoriale : pour la première fois, depuis au moins 17 ans, la production d’albums de bande dessinée, qui reste pourtant encore très abondante et diversifiée, a diminué. Arrivé à maturité depuis plusieurs années, le secteur livre du 9e art se concentre et trouve, quand même, un équilibre entre dynamisme et vigilance ou innovation et prudence : d’autant plus facilement qu’il s’appuie sur plusieurs locomotives traditionnelles qui sont de retour, Astérix en tête. I. II. III. IV. V. VI. VII. VIII. IX. X. XI. Bilan téléchargeable avec annexes Crédits et remerciements Explication I – Production Par ailleurs, parmi les 5 159 ouvrages de 2013, il faut aussi distinguer les catégories suivantes : >II – Édition >III – Évaluation >IV – Traduction >V – Réédition N.

Le manga, image d'une culture mondialisée « Toute image se donne comme un lieu à habiter qui nous accueille toujours plus au fur et à mesure que nous y pénétrons. Toute image se donne comme le point de départ d’un nombre infini de transformations possibles. » (Serge Tisseron [1]) Le temps de la lecture du manga est à peu celui du trajet moyen d’un Japonais entre deux gares sur le chemin de l’école ou du travail. Arrivé en France, porté au départ par les dessins animés japonais que les chaînes de télévision avaient diffusés dans les années 80-90, il a renversé les schémas traditionnels de la perception culturelle du Japon. Pendant longtemps, le Japon a représenté l’altérité absolue, danger (le péril jaune de la fin du dix-neuvième siècle) ou modèle (modèle organisationnel et économique des années 1980) par la production de stéréotypes, depuis la vogue du japonisme en art et littérature très peu de temps après l’ouverture du Japon (Pierre Loti, Lafcadio Hearn). Le manga comme produit culturel hybride Conclusion Allison, Anne.

La littérature pour ados attire surtout les adultes Bowker, le principal fournisseur mondial d'informations bibliographiques, a fait part ce jeudi d'une de ses découvertes dans le cadre d'une étude semestrielle actuellement en cours. Cette enquête s'intéresse à la compréhension des consommateurs de livres pour la jeunesse, dans le contexte de l'ère numérique. L'étude révèle que la plupart des acheteurs de livres pour adolescents sont en fait des adultes. (Source : Flickr CC BY-SA 2.0) Selon l'investigation de Market Research Bowker : 55 % des acquéreurs de livres destinés à un public âgé de 12 à 17 ans, sont en réalité âgés de plus de 18 ans. Par ailleurs, ce sont les acheteurs de la tranche de 30 à 44 ans qui représentent le plus grand pourcentage du chiffre d'affaires. Kelly Gallagher, vice-présidente de Bowker Market Research dans le New-Jersey, a déclaré : Gallagher a ensuite commenté : « L'augmentation des consommateurs adultes sur ces ouvrages a été surprenante. Sources : L.A Times , Market Watch Pour approfondir

La France, l'autre pays du manga Les ventes baissent mais nous restons le 2e marché mondial derrière le Japon. Et vient enfin le temps de quelques reconnaissances : politique, artistique, médiatique. Enquête complétée par de très nombreuses réactions sur les réseaux sociaux, en particulier à propos du manga à la française, à la veille d'une convention parisienne toujours plus prisée. Un manga en partenariat avec l’Etat ! Cet exploit inédit revient aux éditions françaises Kurokawa, rattachées au n°1 du livre de poche qui publie aussi Marc Levy. Pour le ministère, il s'agit encore aujourd'hui de promouvoir l'enseignement agricole par un vecteur très apprécié des jeunes et de bousculer leurs a priori à ce sujet. Conséquence par exemple de ce partenariat, l'auteure, qui a suivi cet enseignement au Japon, a visité un lycée agricole de Calais, accompagnée de ses 12 assistants ! Le CNES (Centre national des études spatiales) a de son côté officiellement recommandé en octobre dernier "Space Brothers", de Chuya Koyama (éd.

Le manga et son histoire vus de France : entre idées reçues et approximations 1Il y a vingt ans, en mars 1990, les premiers fascicules du Akira d’Ôtomo Katsuhiro paraissaient en kiosque, marquant les premiers pas d’une invasion à venir. Et là où les tentatives précédentes de publier du manga en France avaient échoué, Glénat réalisait un coup de maître. 1 Etude menée par Céline Fédou pour le compte de l’institut GFK. Intitulée « Biens culturels. Bilan (...) 2Aujourd’hui, le manga représente un livre de bande dessinée sur trois vendu en France. 3Certes, reconnaissons que dans l’ensemble, cet engouement s’est porté en direction de séries récentes, Naruto, One Piece et autres Bleach en tête. 4Il n’est donc pas surprenant que le développement de ce phénomène éditorial se soit accompagné de la publication d’ouvrages de référence. 5Cependant, l’ensemble de ce corpus en français laisse transparaître un tropisme indéniable, autour du traitement de certaines figures historiques, et de la perpétuation de nombre d’idées reçues. 6 Ce texte (« Revue 10000 images.

Mangas collège Le Club Dorothée, berceau de l'industrie du manga en France Le 30 août 1997, le Club Dorothée tirait sa révérence. Très critiqué pour sa promotion de dessins animés japonais vus comme violents, il a permis à la France de devenir le deuxième marché mondial du manga. Trois épisodes de Pas de pitié pour les croissants et quelques extraits de l'émission en plateau diffusée la veille. Samedi 30 août 1997, le Club Dorothée disparaît des écrans français par la petite porte. Drôle de sortie pour une émission qui aura marqué toute une génération et qui, quinze ans après, a laissé un héritage très vivace. «AB Productions avait signé en 1987 un contrat avec la toute nouvelle chaîne TF1 pour s'occuper des cases jeunesse. Les Français découvrent alors des séries comme Les Chevaliers du Zodiaque, Juliette je t'aime ou Dragon Ball, qui fédèrent les enfants mais aussi les adolescents. Une culture manga française singulière Paradoxalement, le manque de vigilance sur le contenu diffusé va contribuer à l'édification d'une culture manga française singulière.

Comics, mangas & Co Dans le cadre des ateliers du livre organisés par la Bibliothèque nationale de France, une deuxième journée d’étude consacrée à la bande dessinée s’est tenue le 4 mars 2006. Après l’exploration en mai 2005 de l’univers de la bande dessinée franco-belge, c’est aux comics et aux mangas que fut principalement dédiée la journée. Une évocation de la situation de la bande dessinée francophone dans divers pays africains et océaniens a complété ce panorama international du 9e art. La bande dessinée américaine Jean-Paul Jennequin 1, traducteur et journaliste, a parcouru l’histoire du comic strip, puis celle du comic book. On les trouve à partir de la fin du XIXe siècle sous forme de grandes pages en couleur dans les suppléments dominicaux des quotidiens américains, puis sous forme de bandes en noir et blanc dans les pages quotidiennes, et enfin dans les deux. Les comic books sont de petits fascicules brochés en couleur et le fief des super-héros. La bande dessinée francophone

Les mangas contre-attaquent En France, une bande dessinée vendue sur trois est un manga. En l'espace de vingt ans, le Japon, invité d'honneur du Salon du livre, a vampirisé le jeune lectorat. Enquête sur un genre qui cherche à conquérir les adultes. Du vin et des bulles, c'est avec cette alliance (idéale pour des Français?) Des préjugés tenaces Aujourd'hui, le Salon du livre ouvre un «manga square», accueillant des mangakas, les dessinateurs japonais principalement, et célébrant les dix ans de publication en France de la série Naruto de Masashi Kishimoto, qui est l'auteur de bande dessinée le plus vendu en France. Un documentaire permanent S'ils éditent des classiques à l'instar d'Osamu Tezuka, le «Hergé japonais», auteur d'Astro Boy, ou de Shotaro Ishinomori, dont la superbe biographie d'Hokusai est un modèle du genre, le choix des éditeurs francophones se porte aussi sur des auteurs contemporains plus jeunes, particulièrement audacieux. Pourquoi les ados adorent Mon enfant ne lit que des mangas. L'Affaire Sugaya.

Les mangados : lire des mangas à l’adolescence Une enquête, qui au-delà du manga lui-même, met en lumière les pratiques de lecture adolescentes, voilà qui parle à nos âmes de bibliothécaires. Si l’ouvrage n’avait pas été réalisé par la Bibliothèque publique d’information avec le soutien du Service du livre et de la lecture, on aurait pu craindre un opportunisme marchand. La lecture du premier chapitre efface définitivement toute suspicion tant il est évident que l’ouvrage richement documenté intéressera un large public aux compétences scientifiques sur le sujet, ou pas. Voici quelques raisons de lire ce livre. Pour le non initié Si comme moi, vous êtes un(e) bibliothécaire d’une trentaine d’années et que vous ne vous intéressez pas spécialement aux mangas, il est probable que vos souvenirs les plus spontanés de votre rapport aux mangas soient : 1) leur format est malcommode pour leur mise en rayon ; 2) « les enfants, changez de chaîne, les dessins animés de Gulli me fatiguent » ; 3) (ouf !) Pour renforcer la légitimité du genre

Related: