background preloader

Screenplays for You - free movie scripts and screenplays

Screenplays for You - free movie scripts and screenplays
Related:  Cinéma Audiovisuel

Movie Scripts and Screenplays Web Site SimplyScripts - Movie Scripts and Screenplays Movie Scripts, Script Analysis - The Script Source All Movie Scripts at The Screenplay Database Below are all the film scripts currently in the database. 12 and Holding by Anthony S. Cipriano Download | 100 pages | 132 Kb | Digital PDF Format April 6, 2004 Unspecified DraftIMDB 12 Years a Slave by John Ridley2014 Academy Award for Best Adapted Screenplay Download | 142 pages | 751 Kb | Digital PDF Format January 24, 2013 Final Shooting ScriptIMDB | Amazon 17 Again by Jason Filardi Download | 102 pages | 248 Kb | Digital PDF Format October 5, 2007 RewriteIMDB 2012 by Roland Emmerich & Harald Kloser Download | 130 pages | 217 Kb | Digital PDF Format February 19, 2008 Second Draft PolishIMDB | Amazon 30 Days of Night by Steve Niles and Stuart Beattie and Brian Nelson Download | 101 pages | 248 Kb | Digital PDF Format July 22, 2006 Production PolishIMDB | Amazon 3:10 to Yuma by Michael Brandt & Derek Haas Download | 121 pages | 322 Kb | Digital PDF Format January 23, 2007 Tan Revised Final Shooting ScriptIMDB | Amazon 42 by Brian Helgeland (500) Days of Summer by Scott Neustadter and Michael H.

Science Fiction and Fantasy Movie Scripts Jules et Jim de François Truffaut Paris, 1912. Jules, qui est Allemand et Jim, qui est Français, tous deux artistes, s'éprennent de la même femme, Catherine, qui a le même sourire qu'une statue qui les a ébloui en Grèce. C'est Jules qui épouse Catherine. Jim sera le parrain de leur petite fille, Sabine. La guerre les sépare. Ils se retrouvent en 1918, Jim vient les voir en Allemagne, et s'aperçoit que Jules et Catherine ne s'aiment plus. Truffaut réalise Jules et Jim avec l'espoir de se réconcilier avec sa mère, heurtée par l'image d'une femme adultère, immature et peu aimante qu'il avait donné d'elle dans Les 400 coups. Le film est peu aimable car, en imposant sont principe féminin rayonnant et solaire mais aussi cataclysmique aux hommes, ceux ci s'épuisent à la suivre et le film lui même accepte de terminer en roue libre, pas même sur un champ de ruine mais sur deux urnes de cendre. Le tourbillon de l'amour La femme impose aux hommes un mouvement circulaire autour d'elle. Le monde de fer des hommes

Comment le cinéma français est passé de "Jules et Jim" à "Boule et Bill", par Jordan Mintzer Un ami américain me faisait remarquer, en plaisantant, qu'un film français se reconnaît à trois ingrédients : des scènes de sexe ; du verbiage (à propos de sexe) ; des cigarettes (après le sexe). Quelle que soit la manière dont on les combine, ils donnent à coup sûr un chef-d'oeuvre du cinéma français : A bout de souffle, Tirez sur le pianiste ou La Maman et la Putain, pour n'en citer que quelques-uns. Imaginez donc ma surprise quand j'ai commencé, il y a quelques années, à chroniquer des films français pour le magazine Variety puis pour le Hollywood Reporter : je m'aperçus que non seulement les productions grand public dont je devais rendre compte n'avaient pas recours à cette formule, mais surtout qu'elles ne correspondaient en rien à la vision que les Américains ont du cinéma français. Evidemment, la blague est facile et ce jugement à l'emporte-pièce ne s'applique pas à l'ensemble de la production cinématographique française. Traduit de l'anglais (Etats-Unis)par Myriam Dennehy

Il était une fois le cinéma - La passion du cinema Difficile de cerner John Carpenter : cinéaste à l’œuvre riche (déjà dix-sept longs métrages) mais mésestimée, cinéphile passionné et passionnant, capitaliste convaincu et critique acerbe du système américain, explorateur d’un cinéma de genre populaire et symbole du cinéma indépendant, artiste instinctif et bourreau de travail perfectionniste… Autant de facettes du personnage liées par la cohérence formelle et thématique absolue de son œuvre. J’ai décidé d’aborder cette oeuvre sous l’angle de la peur ou plutôt celui de la menace, c’est-à-dire le sentiment, l’indice que quelque chose de fâcheux va arriver, sentiment qui traverse la filmographie carpentérienne. Comment s’y prend-il pour jouer avec nos mécanismes d’anticipation et nous communiquer cette angoisse du moment à venir ? Et pourquoi ? En d’autres termes, que cherche à « exhumer » John Carpenter en nous confrontant à nos angoisses les plus viscérales ? Nous mènerons cette étude en trois grande parties. Dense, heurté, vacillant...

Festival du Film de Sarlat - 23ème édition du 11 au 15 novembre 2014

Related: