background preloader

Ferme en permaculture du Bec Hellouin - Extrait de Douces Frances sur Arte

Ferme en permaculture du Bec Hellouin - Extrait de Douces Frances sur Arte

http://www.youtube.com/watch?v=LRQ8MCz6u6M

Related:  Ville en transition / PermaculturePermaculture

Pierre Macherey et Isabelle Frémeaux : "L’utopie est-elle émancipatrice ? Dans le cadre de la saison 2012-2013 du Séminaire de la Fondation Copernic, "Pensées et pratiques d’émancipation", en partenariat avec la revue Mouvements et avec le soutien du programme ANR UTOPIES19 (retrouvez-en la présentation et le programme ici), la première séance du 11 septembre 2012 s’empare d’une question : Les invité-e-s : PIERRE MACHEREY, professeur émérite de philosophie à l’Université Lille 3 ; rattaché à l’UMR du CNRS "Savoirs Textes Langage", il est l’auteur de nombreux ouvrages dont, en 2011, De l’Utopie !, De l’incidence éditeur. Séminaire - Pierre Macherey - « L'utopie est-elle émancipatrice ? » from Fondation Copernic on Vimeo.

La r.O.n.c.e accueille des personnes motivées Bonjour chers et chères ami-e-s de la ronce! Merci de trouver ci dessous notre invitation à venir partager un peu de temps avec nous… La r.O.n.c.e., notre collectif de huit personnes en cours d’installation dans le Morbihan (sud Bretagne), accueille à partir de mai des personnes motivées pour découvrir (tout comme nous !) la permaculture et le maraîchage biologique en donnant des coups de main aux activités qui se mettent en place. La ferme artisanale du XXIe siècle «Un physicien américain a dit: “L’agriculture moderne, c’est l’utilisation du sol pour transformer du pétrole en nourriture.” Ce que nous cherchons à faire ici, c’est de réduire au maximum notre consommation en énergie fossiles.» Charles Hervé-Gruyer, la cinquantaine grisonnante, reçoit en sabots dans sa ferme normande. La chaumière surplombe quelques hectares de la vallée du Bec-Hellouin, dans lesquels Charles et sa femme Perrine ont élu domicile il y a six ans. «Notre projet de vie était de développer une agriculture aussi respectueuse que possible de la nature et des êtres humains.» Ce qui se voulait une expérimentation confidentielle, a vite été rattrapé par son succès et les observateurs se bousculent aujourd’hui au Bec-Hellouin pour y apprendre la permaculture.

La Ferme du Bonheur cultive une autre ville au pied des tours de La Défense Depuis dix ans, la Ferme du Bonheur bichonne un champ sur le toit de l'autoroute A14 à Nanterre. Et ce week-end, samedi 8 et dimanche 9 décembre, elle organise une grande séance de travaux collectifs et festifs afin de défricher une nouvelle parcelle. Mona Prudhomme, journaliste pour Enlarge your Paris Depuis 1993, à quelques encablures de l’université Paris X de Nanterre (Hauts-de-Seine), Roger des Près, “communiste pratiquant non-croyant”, et sa troupe cultivent un drôle d’écosystème “agro-poétique”, la Ferme du Bonheur. Au sein de cette zone franche alter de 4 hectares qui fait se rencontrer agriculture et culture, on partage la musique baroque et le fromage de chèvre, les écrits militants de Jean Genet et le miel de banlieue, la taille de la pierre et la cuisine, les fêtes électro et la dépilation des lapins angora, le hammam arabe et les conférences scientifiques, le cinéma de plein air et les travaux des champs.

Un permis pour végétaliser Paris – Paris.fr Vous pouvez demander votre permis de végétaliser. Présenté au Conseil de Paris des 29 et 30 juin, le permis de végétaliser est un nouveau dispositif qui permet à chacun de devenir acteur de la végétalisation de Paris. Avec l’opération « du vert près de chez moi » et le budget participatif, les Parisiens sont nombreux à exprimer leur envie de développer et renforcer la place de la nature dans la ville. Alternatiba, le village global et climatique qui monte, qui monte Tandis qu’il chemine dans le quartier de la « Consommation responsable » pour rejoindre la « zone de gratuité », le promeneur est attiré par une voix s’élevant du chapiteau « Naomi Klein ». Devant un auditoire captivé, l’agronome Marc Dufumier, parle brevetage du vivant et agroécologie. A quelques pas, des étudiants s’essaient à la construction de meubles à partir de palettes en bois. Plus loin, des enfants s’extasient devant un hôtel à insectes avant d’avaler une tartine – à prix libre – de confiture maison arrosée de jus de fruit bio.

Soutenez le projet de ferme écologique "Au Petit Colibri" de #RichardWallner Lorsqu'en 2005 Richard Wallner lance son projet de ferme écologique "Au Petit Colibri" sur des terres constructibles à Marsac en Charente, toutes les conditions sont réunies pour que ce projet d'agriculture durable, salué par le département et la région, soit un véritable succès pour sa commune et au-delà. Pourtant en 2008, la mairie décide d'interdire sa construction, contre l'avis des services d'État et malgré les 3 années d'activités de Richard. Depuis, Richard vit au milieu de ses terres, en se demandant quel pourra être l'avenir de sa ferme. Organisations et personnalités signataires :

60 ans que l'agriculture a tout faux PARADIGME. "C’est un nouveau paradigme" s’enthousiasme Cyrille Violle, chercheur au Centre d’écologie fonctionnelle et évolutive (CEFE-CNRS/université de Montpellier). Dans le cadre du projet PRAISE sur l’amélioration génétique des prairies semées (financé par l’Agence nationale de la recherche), le CEFE et l’Inra de Lusignan dans la Vienne ont mené une expérimentation originale par sa démarche et totalement nouvelle pour la science. "Pendant un an, nous avons cultivé sur 120 mini-parcelles de 1,2 m sur 1,3 cinq espèces fourragères (luzerne, trèfle blanc, ray-grass, dactyle, fétuque), explique Cyrille Violle. Des parcelles ont accueilli une seule plante en monoculture, d’autres les 5 en polyculture, et nous avons également fait varier la diversité génétique, certaines parcelles n’abritant qu’un seul type, d’autres cinq ou dix génotypes". Certaines parcelles ont été irriguées d’autres pas, pour vérifier le comportement des plantes en situation de sécheresse.

Qu'est-ce que la Permaculture ? La permaculture, à l'écoute des fonctionnements intimes de la nature et des besoins des humains, cherche, d'une certaine manière et notamment à travers la création de forêts comestibles, à recréer des écosystèmes nourriciers et harmonieux pour tous... autrement dit : un paradis sur terre. La permaculture aborde une multitude de domaines qui sont, en quelque sorte, les besoins fondamentaux des êtres vivants (humains inclus) et de l’environnement dans lequel ils vivent : l’habitat, l’alimentation, la médecine, la production alimentaire, les rapports sociaux (besoins fondamentaux), la climatologie, la botanique, la phytosociologie (vie des plantes), l’entomologie (vie de insectes), la pédologie (vie des sols), l’esthétique, etc..). Tous ces sujets seront imbriqués les uns dans les autres pour que les conceptions humaines (design) soient les plus équilibrées et résilientes possibles, en cherchant l’équilibre et la rentabilité énergétique maximale à court, moyen et long terme.

Reportage à bord de l'incroyable vaisseau de l'Expédition Végétale Un étrange vaisseau volant, l'Aéroflorale II, a atterri sur le parc de la Villette, à Paris. Embarquement avec le commandant de bord. Avec ses 16 mètres de haut, ses six gros ballons et sa cascade de plantes, difficile de passer à côté de « L’Expédition végétale », installation géante signée La Machine. Elle donne le la de ce premier week-end des Scènes d’été consacré à l’environnement, à quelques mois de la Conférence internationale sur le climat COP 21. L'aéronef a décollé de Kuala Lumpur le 12 juin à destination du Grand Nord.

Ça y est ! J'ai compris ce qu'est la permaculture ! Thoiras (Gard), reportage Le hameau de Rouveyrac se niche sur les pentes abruptes d’une vallée cévenole. Sous les châtaigniers, Tom, Simon et Charlotte ont installé une vieille gazinière, un canapé en cuir défoncé et un tableau en bois bricolé. Des livres s’éparpillent sur la table. Guide de botanique, essai sur l’agroécologie, manuel d’outils participatifs... Tout y est.

Comment sauver une oasis menacée par la pollution et la sécheresse : en la gérant à la manière d’un bien commun L’oasis de Chenini, dans le sud de la Tunisie, était un petit paradis. A l’ombre des palmiers, arbres fruitiers et cultures maraichères proliféraient, arrosés par de multiples sources d’eau. Mais l’urbanisation et l’installation d’une usine de transformation de phosphates, à quelques kilomètres de là, menacent la survie de l’oasis.

Related: