background preloader

Activité Solaire

Activité Solaire
Related:  Système Solaire - A Classer

La ceinture de Kuiper Après plusieurs années de recherche, Gérard Kuiper, planétologue américano-hollandais, réussit à établir une théorie en 1951. Cette dernière disait que, lors de la condensation du disque d’accrétion fait de gaz et de poussières, des fragments glacés auraient pu se maintenir au-delà de Neptune, formant une immense ceinture. Cette théorie avait par ailleurs l'avantage de trouver une réponse claire au sujet de l’origine des comètes périodiques (ou à courte période, c'est-à-dire ayant un cycle inférieur à 200 ans). En bref, les parties intérieures du disque se seraient condensées sous forme de planètes, et le bord extérieur, plus diffus, aurait produit un très grand nombre de petits objets. Cette théorie sera ensuite confirmée par des observations concrètes. Ce n'est qu'à partir de 1992 que des observations vinrent confirmer les travaux de Kuiper, avec la découverte d'un objet céleste, à savoir 1992 QB1, situé au-delà des orbites de Pluton et Neptune.

Suivi-Soleil | Nous tournons tous autour du Soleil Hubble observe pour la première fois des aurores sur Uranus Découvrez les aurores boréales en image Les aurores polaires terrestres sont liées à certaines conditions de topologie magnétique. Quand ces conditions sont réunies, du plasma solaire pénètre dans l'atmosphère terrestre (tout particulièrement lors des éruptions solaires) par les cornets polaires, deux zones (une au pôle Nord et l'autre au pôle Sud) où le bouclier magnétique qui entoure notre planète perd de son efficacité. Le plasma solaire projeté dans l'espace ne se dirige pas uniquement vers notre planète mais se répand également dans tout le Système solaire. Jusqu'à présent seuls des nuages avaient été photographiés (sous forme de taches lumineuses) sur Uranus. © Hubble/Nasa/Esa Curiosité du Système solaire, Uranus est la seule planète dont l'axe de rotation se situe pratiquement dans le plan de révolution autour de notre étoile, donnant l'impression que la planète roule sur son orbite, présentant alternativement son pôle Sud et son pôle Nord au Soleil.

Le Gemini Sud talonne le télescope Hubble Le télescope américain Gemini Sud livre ses premières images en couleurs réalisées avec un système optique unique, capable de compenser les turbulences atmosphériques sur un champ large. Une première mondialeLe télescope Gemini (large de 8,1 m) est le premier au monde à mettre en œuvre de façon routinière une optique adaptative dite multiconjuguée. Ce système basé sur l'analyse de 5 étoiles artificielles et de 3 miroirs, déformables 500 à 1000 fois par seconde, permet d'obtenir des images très fines sur un champ 10 à 15 fois plus large que les optiques adaptatives d'ancienne génération. Deux nouvelles images en couleurCes images ne sont pas les premières réalisées avec cet instrument baptisé Canopus, mais ce sont les premières vues en couleurs montrées au grand public. Presque aussi bien que HubbleLa résolution obtenue est de 0,08 seconde d'arc, soit la taille d'une pièce de 1€ vue à 50 km ! À gauche avec l'un des télescopes de 8,2 m du Very Large Telescope sans optique adaptative. 1.

Millefeuilles de sédiments martiens 28 janvier 2015 Cette roche stratifiée photographiée par Curiosity révèle des couches sédimentaires caractéristiques de dépôts lacustres. Elle conforte l’idée que l’eau a existé à l’état liquide sur Mars durant de longues périodes. Il y a 3,5 milliards d’années, le robot Curiosity aurait eu les roues mouillées. En fait, oubliez les roues : Curiosity aurait été conçu tel un sous-marin car le cratère Gale où il a atterri était alors un immense lac alimenté par des rivières. A gauche : un lac occupait le centre du cratère Gale il y a environ 3,5 milliards d’années. Depuis son atterrissage, en août 2012, Curiosity a découvert dans le cratère Gale les traces d’anciens cours d’eau. Mars, avec un climat chaud et humide, était alors une planète habitable. A gauche : Le cratère Gale, il y a des milliards d’années, est comblé par des couches de sédiments d’origine fluviale, lacustre et éolienne. Pour en savoir plus : Rubrique : L'oeil du satellite S'abonner a tout le site:

Un litre de "carburant" pour aller jusqu'à la Lune ! Très en pointe dans les technologies spatiales des très petits satellites, l'Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne travaille à la mise au point d'un moteur ionique pour leur permettre de quitter l'orbite terrestre. © EPFL/Consortium MicroThrust Un litre de "carburant" pour aller jusqu'à la Lune ! - 2 Photos Les très petits satellites (de moins d’une dizaine de kilogrammes) ne peuvent embarquer de système de propulsion efficace, ce qui les cantonne à l’orbite basse. Pour élargir leur champ d’action, un consortium d'organismes de recherche européens, dirigé par l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL), a été créé pour réaliser un moteur très compact en taille (10 centimètres de côté) et de masse (quelque 200 grammes). Ce projet de moteur électrique est réalisé dans le cadre du 7e Programme-cadre européen de recherche et de développement technologique (FP7), principal instrument financier européen de soutien à la recherche. A voir aussi sur Internet Sur le même sujet

Missions martiennes : bientôt des engins miniatures CubeSat vers Phobos ? Le JPL de la Nasa travaille à la conception d'un CubeSat capable de rejoindre Phobos et rapporter sur Terre des échantillons de sa surface. Une mission qui nécessite des technologies qui n'existent pas aujourd'hui et font l'objet d'un financement de l'Institut des concepts avancés de la Nasa (Niac). © Nasa Missions martiennes : bientôt des engins miniatures CubeSat vers Phobos ? - 2 Photos Le désengagement de la Nasa dans les missions martiennes de l’Agence spatiale européenne ExoMars révèle que les Américains ne sont plus en mesure de financer simultanément plusieurs projets phare de leurs programmes d’exploration humaine et robotique. Pour l’exploration robotique de Mars, une des solutions consisterait à utiliser des CubeSat, de très petits satellites envoyés en orbite autour de la Planète rouge et de ses lunes. Le CubeSat de la mission Trio-Cinema que développe actuellement l'université de Berkeley. © UC Berkeley CubeSat : le défi de la miniaturisation A voir aussi sur Internet

Système solaire Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le Système solaire est un système planétaire composé d'une étoile, le Soleil, et des objets célestes définis gravitant autour de lui (autrement dit, notre système planétaire) : les huit planètes et leurs 175 satellites naturels connus[7] (appelés usuellement des « lunes »), les cinq planètes naines, et les milliards de petits corps (astéroïdes, objets glacés, comètes, poussière interplanétaire, etc.). De façon schématique, le Système solaire est composé du Soleil, de quatre planètes telluriques internes, d'une ceinture d'astéroïdes composée de petits corps rocheux, quatre géantes gazeuses externes et une seconde ceinture appelée ceinture de Kuiper, composée d’objets glacés. Par extension, et de façon impropre, l'expression « système solaire » est parfois employé pour désigner d’autres systèmes planétaires. Terminologie[modifier | modifier le code] Planètes et planètes naines du Système solaire. Représentation artistique du Système solaire.

Planètes et astres Vous êtes ici : Savoir » Panètes et Astres Planètes et astres Un dossier sur les planètes, les astres, les éclipse, les astéroides et autres astres céleste pour mieux répondre aux questions de base que ce posent les enfants. 2.79 sur 5 note basée sur 107 évaluations. Dossier sur les planètes et les astres La Terre n'est pas l'univers, il est intéressant de partir à la découverte des autres planètes de notre système solaire. Le système solaire fait lui-même partie d'une galaxie : la Voie lactée. Ce dossier sur les planètes, les astres, les éclipse, les astéroides et autres astres célestes est là pour mieux répondre aux questions que ce posent les enfants. Cliquez sur les liens pour consulter les articles sur les planètes, les astres ... le système solaire et l'univers. Des infos, des conseils, des activités... (51) 3 minutes d'univers est une série de francetv éducation pour expliquer de manière simple, imagée et humoristique certaines ... Position : 5 ème place Orbite : 778 ... Que ...

Histoire de la gravitation: l'ere de la mecanique celeste 6. L'avènement de la mécanique céleste et les succès de la mécanique Newtonienne Newton avait donc ouvert une nouvelle voie scientifique. Pendant deux siècles (jusqu'à l'avènement de la relativité), un très gros effort scientifique fût investi dans la compréhension et la mesure du mouvement des corps du système solaire, avec une précision toujours croissante. 6.1 Succès de la mécanique céleste Comme nous l'avons vu, le problème à deux corps est complètement résolu (les orbites sont des coniques), mais, et c'est là le problème majeur de la mécanique céleste, l'approximation à deux corps est en réalité une approximation peu efficace pour expliquer avec précision les mouvements des corps du système solaire. 6.1.1 Découverte de Neptune Il y eut à l'époque une polémique sur cette découverte avec le jeune astronome anglais John Couch Adams (1819-1892), qui fit le même calcul que Le Verrier à peu prés au même moment. 6.1.2 La forme de la Terre 6.2 Le problème à N corps 6.2.3 Les résonances

Solstice du 21 décembre 2013 par Nadia Bonjour ! Aujourd’hui, je vais vous parler du solstice de samedi afin que vous compreniez ce que cela peut vous amener à vous et à ce qui vous entourent. Le solstice nous le connaissons comme soit la journée la plus longue où nous célébrons la musique içi en France ou comme la journée la plus courte. Comme d’habitude pour ceux qui me connaissent, pour vous parler de ce solstice je m’appuierais essentiellement sur le cycle solaire et mes intuitions, à ce jour j’ai constaté que c’est assez révélateur d’une tendance générale, après sachez que nos perceptions à tout un chacun sont différentes et « Dieu merci », c’est ce qui nous permet de nous enrichir chaque jour. Pour comprendre ce solstice, nous devons le replacer dans son contexte. La saison d’hiver est placée sous l’élément de l’EAU qui marque une profonde intériorisation comme nous pouvons le voir dans la nature avec des animaux qui hibernent, et les animaux humains que nous sommes qui restent plus chez eux.

Related: