background preloader

Effet Dunning-Kruger

Effet Dunning-Kruger
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Personnage d'une carte postale de 1910 qui a inspiré (entre autres sources) celui d'Alfred E. Neuman, la mascotte du magazine Mad. L’effet Dunning-Kruger est un biais cognitif selon lequel les moins compétents dans un domaine surestiment leur compétence alors que les plus compétents auraient tendance à sous-estimer leur niveau de compétence. Ce phénomène a été démontré au travers d'une série d'expériences dirigées par David Dunning et Justin Kruger. Dunning et Kruger ont noté que plusieurs études antérieures tendaient à suggérer que dans des compétences aussi diverses que la compréhension de texte, la conduite d'un véhicule, les échecs ou le tennis, « l'ignorance engendre plus fréquemment la confiance en soi que ne le fait la connaissance » (pour reprendre l'expression de Charles Darwin). Leur hypothèse fut qu'en observant une compétence présente en chacun à des degrés divers, Comme le notèrent Dunning et Kruger,

Effet Hawthorne Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'effet Hawthorne ou expérience Hawthorne, décrit la situation dans laquelle les résultats d'une expérience ne sont pas dus aux facteurs expérimentaux mais au fait que les sujets ont conscience de participer à une expérience dans laquelle ils sont testés, ce qui se traduit généralement par une plus grande motivation. Cet effet tire son nom des études de sociologie du travail menées par Elton Mayo, Fritz Roethlisberger et William Dickson dans l'usine Western Electric de Cicero, la Hawthorne Works, près de Chicago de 1924 à 1932. Cet effet psychologique est à rapprocher de l'effet Pygmalion, que l'on observe chez des élèves dont les résultats s'améliorent du simple fait que le professeur attend davantage d'eux. De 1928 à 1932, Mayo dirigea une expérience dans l’usine Hawthorne (29000 salariés), unité de production appartenant à la Western Electric Compagny. Début des expériences[2][3][modifier | modifier le code] Les économistes John A.

La Vague (film) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir La Vague. La Vague La Vague (Die Welle) est un film allemand réalisé par Dennis Gansel (en) en 2008 et très librement inspiré de « La Troisième Vague », étude expérimentale d'un régime autocratique, menée par le professeur d’histoire Ron Jones avec des élèves de première du lycée Cubberley à Palo Alto (Californie) pendant la première semaine d’avril 1967. La Vague raconte l'histoire d'un professeur de lycée allemand, Rainer Wenger, qui, face à la conviction de ses élèves qu'un régime autocratique ne pourrait plus voir le jour en Allemagne, décide de mettre en place une expérience d'une semaine dans le cadre d'un atelier. Titre français : La VagueTitre original : Die WelleRéalisation : Dennis GanselScénario : Dennis Gansel, Todd Strasser, Peter ThorwarthMusique : Heiko MaileProducteurs : Martin Moszkowicz, Nina MaagDistributeur : BAC FilmsPays : AllemagneLangue : allemandDurée : 108 minutesDate de sortie : • •

Les lois basiques de la bêtise humaine Il semble que les gens intelligents ont toujours sous-estimé le pouvoir dommageable des individus stupides, c’est une des lois de la bêtise humaine. Les lois fondamentales de la stupidité humaine sont anciennes. L’essai définitif sur le sujet est plus récent. Il s’appelle “les lois de base de la bêtise humaine”, il a été publié en 1976 par un économiste italien (lien plus bas). Le professeur Carlo Maria Cipolla a enseigné dans plusieurs universités en Italie et pendant de nombreuses années à l’université de Californie, Berkeley. Cipolla a écrit les lois dans un langage simple. 1. L’essai de Cipolla donne une vision aux rayons X de ce qui distingue les pays en hausse de ceux qui sont en baisse. Les nations qui chutent ont, au contraire, une “prolifération alarmante » de personne non stupide, dont le comportement « renforce inévitablement le pouvoir destructeur” de leurs concitoyens à la persistante stupidité.

Cum hoc ergo propter hoc - Wikipédia Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Principe[modifier | modifier le code] L'argument fallacieux peut être résumé ainsi : L'événement A est corrélé à l'événement B.Donc A cause B. Le sophisme consiste à conclure sur la causalité seulement après avoir constaté la corrélation alors qu'il y a au moins quatre autres possibilités. B peut être la cause de Aun troisième facteur inconnu peut être la cause de A et de Bune simple coïncidence (par exemple : il n'y a pas d'autre relation entre A et B à part qu'ils se sont produits au même moment)B peut être la cause de A et en même temps A être la cause de B, le système se renforce lui-même, ce qui contredit que seul A cause B (la conclusion du sophisme est dans ce cas incomplète). Il n'est pas possible de conclure qu'il existe une relation de cause à effet entre deux événements seulement sur le fait que l'un soit corrélé à l'autre. Exemples[modifier | modifier le code] Corrélation entre température moyenne et nombre de pirates.

Effet Dr. Fox Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Protocole expérimental[modifier | modifier le code] Les chercheurs présentent, à un public composé de spécialistes en éducation et en psychologie, le « Dr. La conférence fut présentée trois fois devant un total de 55 personnes. Dans une récente critique concernant l'évaluation de l'enseignement faites par les étudiants, la professeure de droit Deborah Merritt a résumé l'effet Dr. « Les expérimentateurs ont créé une conférence bidon sur La théorie mathématique des jeux et son application à la formation des médecins et ont entraîné l'acteur à donner cette dernière « avec une utilisation excessive du double langage (en), de néologismes, de non sequitur et d'affirmations contradictoires ». — Deborah Merritt[3] L'acteur[modifier | modifier le code] Contrairement à une croyance populaire, l'acteur impliqué dans l'expérience n'était vraisemblablement pas l'acteur américain Michael Fox[réf. souhaitée]. Notes et références[modifier | modifier le code]

Sociologie des organisations Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La sociologie des organisations peut se définir comme une branche de la sociologie qui étudie comment les acteurs construisent et coordonnent des activités organisées. Elle peut aussi se définir comme une science sociale qui étudie des entités particulières nommées organisations, ainsi que leurs modes de gouvernance et interactions avec leur environnement, et qui applique les méthodes sociologiques à l'étude de ces entités. Elle est à l'intersection de plusieurs disciplines, dont l'économie des organisations, le management et la théorie des organisations. Sens et enjeux[modifier | modifier le code] Sens du terme organisation en sociologie[modifier | modifier le code] Le terme organisation peut avoir trois sens distincts en sociologie : L'étude des organisations répond alors à une triple exigence : Enjeux[modifier | modifier le code] Les métaphores retenues par Morgan permettent de voir l'organisation : Trois auteurs vont se démarquer.

Comment les idiots ne savent pas qu’ils sont idiots ? Votre Guru revient sur une étude publiée en 1999, mais qui est complètement d’actualité à l’approche des futures élections démocratiques et qui vient parfaitement compléter mon tout récent article sur les lois basiques de la bêtise humaine. Nous allons découvrir ensemble quelque chose dont nous nous doutions, surtout vous fidèles lecteurs(rices)… L’effet Dunning-Kruger, ou comment des difficultés à reconnaitre sa propre incompétence conduisent à se surestimer. Un nombre croissant de recherches en psychologie montre que l’incompétence prive les gens de la capacité à reconnaitre leur propre incompétence. Pour dire les choses crument, les gens sont trop bêtes pour savoir qu’ils sont stupides et inversement, les personnes compétentes ont tendance à sous-estimer leur niveau de compétence. Image d’entête : l’affiche du film Idiocraty. *La notion de percentile ou centile reste difficile à expliquer simplement, vous pouvez prendre ses résultats sous la forme de pourcentage.

Hypothèse de Sapir-Whorf - Wikipédia Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Sapir. En linguistique et en anthropologie, l’hypothèse de Sapir-Whorf (HSW) soutient que les représentations mentales dépendent des catégories linguistiques, autrement dit que la façon dont on perçoit le monde dépend du langage. Cette forme de relativisme culturel appliquée au langage a été développée par l'anthropologue américain Edward Sapir puis défendue de façon radicale par son élève, Benjamin Lee Whorf. Une thèse du relativisme linguistique[modifier | modifier le code] Avant Sapir et Whorf[modifier | modifier le code] La question de savoir dans quelle mesure le langage joue un rôle important dans notre représentation du monde est une problématique centrale de la philosophie du langage et de ce qu'on a nommé plus récemment la philosophie de l'esprit. Depuis quelques années, le travail de Humboldt a fait l'objet de plusieurs études en français (voir Trabant et Meschonnic). — Détrie, Siblot, Vérine, [4]

Théorie du développement moral de Kohlberg Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Lawrence Kohlberg est un psychologue américain ayant développé à partir de sa thèse de doctorat The Development of Modes of Thinking and Choices in Years 10 to 16 de l'Université de Chicago[1] (1958) un modèle du développement moral par stades, inspiré par le modèle du développement cognitif par paliers d'acquisition de Jean Piaget. Kohlberg développera cette théorie toute sa vie durant, elle sera l'objet de nombreuses discussions en psychologie morale (constituant pendant plus de 30 ans le paradigme de la discipline). Parmi les autres chercheurs ayant contribué à l'approfondissement du modèle de Kohlberg citons Elliot Turiel et James Rest. Méthode[modifier | modifier le code] Pour déterminer le stade maximal de développement moral atteint par un enfant, Kohlberg pose des dilemmes moraux, dont le but est d'amener le sujet à son maximum de réflexion éthique. « La femme de Heinz est très malade. Réponse possibles au dilemme de Heinz :

La Troisième Vague Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Préambule d'avertissement[modifier | modifier le code] Chronologie de l’expérience d’après Ron Jones[modifier | modifier le code] Lundi[modifier | modifier le code] Jones donne une allocution sur la discipline : comment elle est nécessaire aux athlètes, aux artistes, aux scientifiques, et comment, par la maîtrise de soi, elle assure la réussite des projets. Mardi[modifier | modifier le code] Mercredi[modifier | modifier le code] Jeudi[modifier | modifier le code] Vendredi[modifier | modifier le code] Le journal de l’école, le Cubberley Catamount, consacre à l’expérience une brève extrêmement courte (numéro du [1]) et un article de fond, pourtant assez peu détaillé (numéro du [2]). Réactions et suites de l’expérience[modifier | modifier le code] Des psychologues s’intéressèrent alors à l’expérience menée par Ron Jones, notamment en matière de malléabilité d’esprit chez les adolescents. Questions de vérité historique[modifier | modifier le code]

extrait:
"- la personne incompétente tend à surestimer son niveau de compétence,
- la personne incompétente ne parvient pas à reconnaître la compétence dans ceux qui la possèdent véritablement,
- la personne incompétente ne parvient pas à se rendre compte de son degré d'incompétence," by magickara Apr 16

Related: