background preloader

Recherches généalogiques à Paris

Recherches généalogiques à Paris
< Retour à Paris Présentation Carte de Cassini, Paris Paris ne comportait autrefois pas la population qu'elle accueille aujourd'hui. De plus, les recherches généalogiques parisiennes sont bien différentes de celles entreprises dans d'autres endroits en France. Conseil méthodologique L'état civil parisien antérieur à 1860 a disparu en grande partie, néanmoins il existe un fond notarial très important qui permet d'étudier les familles parisiennes avec une grande richesse d'informations. Voici quelques conseils de méthode. Tout l'art est de retrouver l'étude de notaire de la famille que l'on souhaite étudier. Dans tous les cas il est utile de consulter : Lorsque l'on connait la date du décès et le lieu du décès après la révolution il faut consulter aux Archives départementales de Paris les tables de successions et absences (DQ8) pour retrouver - quand il y a - la date de déclaration de succession (DQ7) qui peut indiquer le nom du notaire et les références des actes. Méthodologie par périodes

Projet Familles Parisiennes conseils FranceGeneweb Dépôt principal : Adresse : 30, Quai Henri IV, 75004 Paris. Annexe : Adresse : Hôtel de Saint-Aignan, 71, Rue du Temple, 75003 Paris. Les Archives de Paris avec l'annexe de l'Hôtel de Saint-Aignan ont la particularité d'être à la fois celles de la ville de Paris et celles du département de Paris et de l'ancien département de la Seine. Cette double dépendance (département et ville) a fait que les séries sont précédées soit d'un "V", s'il s'agit de la ville de Paris, soit d'un "D", s'il s'agit du département. L'état civil de Paris est conservé, non pas aux Archives nationales, mais aux Archives de Paris, Hôtel de Saint-Aignan, 71, Rue du Temple, 75003 Paris et 30, Quai Henri IV, 75004 Paris. Lors de la Commune, en 1871, les Archives de la ville de Paris et du département de la Seine ont brûlé avec l'hôtel de ville. Etat civil antérieur à 1860 reconstitué en vertu de la loi du 12 février 1872 (V. 2 E). La loi de 1872 avait prévu que l'état civil serait refait en deux exemplaires. 1.

Paris - Tables des état signalétique et des services militaires Les tables des états signalétiques et des services militaires sont tenues sous forme de listes alphabétiques par classe d'âge pour les 5 bureaux de recrutement de l'ancien département de la Seine. Chaque conscrit recruté est répertorié par ses nom et prénoms ainsi que son numéro matricule. L’âge normal du recrutement étant fixé à 20 ans, l'année de recrutement équivaut donc à l'année de naissance + 20. Une recherche par un accès cartographique permet la sélection du bureau de recrutement souhaité. Les conscrits recrutés lors de l'appel de leur classe, sont à chercher dans la liste principale. Les autres se trouvent dans la liste complémentaire. Le numéro matricule du conscrit permet ensuite de consulter son état signalétique et des services militaires en salle de lecture, sous forme d’original (sous-série D4R1, registres matricules militaires). Les détails relatifs aux listes complémentaires et au recrutement extérieur se trouvent dans la FAQ.

conseils Mairie de Paris Tous les registres paroissiaux de baptêmes, mariages et sépultures, établis avant 1792, et tous les registres d'état civil dressés avant 1859 dans les 12 anciens arrondissements parisiens et dans les communes de la banlieue intégralement annexées en 1860 ont disparu en mai 1871 dans les incendies qui ont ravagé les Archives de la Seine et le Palais de justice de Paris. On estime à huit millions le nombre d'actes détruits. >> Consulter le fichier alphabétique reconstitué en ligne Première reconstitution de l'état civil parisienUne loi du 12 février 1872 a prescrit la reconstitution de l'état civil parisien antérieur à 1860. Répartis en trois séries (naissances, mariages, décès), les actes sont rangés par ordre chronologique. - Origine des documents : Ministère de la justice - Commission de reconstitution Préfecture de la Seine - Service de la reconstitution - Dates des documents : 1556 - 1856 >> Consulter en ligne le fichier alphabétique Seconde reconstitution de l'état civil parisien

Assistance Publique Paris (registres de population) Ces documents numérisés représentent environ 1 000 000 de pages et se déclinent de la façon suivante, répertoires et registres des entrées, sorties, naissances et décès. Source généalogique majeure, les registres de population sont d’un grand intérêt pour les généalogistes, compte tenu des lacunes de l’état-civil parisien antérieur à 1870. De plus, ils intéressent également les chercheurs en histoire locale (Paris et de la Région Ile-de-France), sociale, en démographie, en épidémiologie et en histoire de la santé et des hôpitaux. Le répertoire permet de retrouver une personne par son nom de famille. En général il y en a un par année et par hôpital. Le registre contient, dans un ordre chronologique, les informations d’état-civil et la cause de l’admission ou du décès.

Archives numérisées Paris ETANOT : ETAt des NOTaires de Paris Les notaires ont l’obligation de garder pendant 100 ans leurs minutes (c’est-à-dire l’original des actes qu’ils rédigent), puis de les verser, avec les répertoires où les actes sont inscrits chronologiquement, dans un service public d’archives. Le Minutier central des notaires de Paris, section du Centre historique des Archives nationales, détient la quasi totalité des minutes conservées jusqu’aux années 1900, pour les 122 études que comptait alors la capitale. ETANOT rassemble les données disponibles sur les notaires parisiens identifiés depuis la fin du XVe siècle, que le Minutier central conserve ou non leurs archives. Actuellement il y a dans ETANOT 3272 notices. Cette application se substitue, en les mettant à jour, à des sources imprimées et à des instruments de recherche plus anciens, en particulier l'Etat général des fonds (tome IV, 1980) et l'Etat des inventaires (tome IV, 1986) des Archives nationales. Mise à jour des données le 30 mai 2005.

Paris - Fonds de l'Archevêché et des paroisses de Paris Retour Recherches généalogiques à Paris Les registres de catholicités sont déposés aux Archives de Paris pour la collection de l'Archevéché et sinon en Paroisse. Annonciation voir Notre-Dame de Grâce de Passy Saint-Ambroise : * Archevêché o B. - 1800-1838 (tables seules), 1820-1821, 1823, 1827, 1838-1869, 1870-1889 o M. - 1800-1838 (tables seules), 1838-1848, 1850-1869, 1870-1889 * Paroisse o B. 1800-1859, 1860-1889 o M. 1800-1805, 1808-1859, 1860-1889 o S. 1826-1859, 1860-1889 Saint-André (créée en 1852, supprimée en 1870 ; elle correspondait au 2° arrondissement ancien, 9° arrondissement actuel) : * Archevêché o B. 1852, 1857-1869 o M. 1852-1869 Saint-André des Arts (archives déposées à la paroisse Saint-Séverin) : * Paroisse o M. Sainte-Anne de la Maison-Blanche et Saint-Marcel de la Maison-Blanche (créée en 1847) : * Archevêché o B. 1847-1869, 1870-1889 o M. 1847-1869, 1870-1889 * Paroisse o B. 1847-1860, 1861-1889 o M. 1847-1860, 1861-1889 Saint-Antoine des Quinze-Vingts : Sainte-Elisabeth :

Related: