background preloader

Surtout si vous n'êtes pas d'accord

Related:  Médias en résistance

La Une LE JOURNAL DU SIÈCLE "Idiot America: How Stupidity Became a Virtue in the Land of the Free" The following is the foreword to the classic "Idiot America: How Stupidity Became a Virtue in the Land of the Free" by Esquire columnist Charles P. Pierce. Completed toward the end of the second Bush administration and published in the first year of the Obama era, it remains a defining - and wry - look at how culturally and politically much of the United States has come to value ignorance over knowledge. As Pierce observes in the book excerpt following this introduction,"The rise of Idiot America, though, is essentially a war on expertise ... It also represents the ascendancy of the notion that the people we should trust the least are the people who know best what they're talking about." You can obtain the paperback edition of "Idiot America" with a minimum contribution to Truthout by clicking here. "Dinosaurs with Saddles" There is some art—you might even say design—in the way southern Ohio rolls itself into the hills of northern Kentucky. Which was wearing a saddle. How does it work?

WikiLeaks Un quart des éleveurs français de truies ne respectent pas les normes européennes L'heure est à la menace. Bruxelles a désigné, lundi 28 janvier, les pays qui ne se sont pas encore conformés aux nouvelles règles pour le bien-être des truies, en vigueur depuis le 1er janvier. Parmi eux, la France, mais aussi l'Allemagne et la Belgique. Jean-Michel Serres, président de la Fédération nationale porcine (FNP) et éleveur à Montdidier (Somme), a fini ses travaux à temps. Dans ce bâtiment, des parcs à truies ont été installés. L'objectif de Bruxelles était de doubler l'espace octroyé aux truies "gestantes" pour qu'elles disposent au minimum de 2 m2.

"Il est déjà trop tard" : l'espèce humaine devrait s'éteindre ce siècle Et s'il n'y avait plus rien à faire pour sauver l'humanité ? S'il était déjà trop tard ? The Australian rapporte une interview bien pessimiste du célèbre scientifique australien Frank Fenner. Pour lui, nous avons déjà scellé le destin de l'Humanité : dans moins de 100 ans, les sociétés humaines ne seront plus... Dans une interview accordée au quotidien national The Australian, et publiée le 16 Juin 2010, Frank Fenner[1], professeur émérite de microbiologie à l'Université nationale australienne, prédit la disparition de l'Humanité dans les 100 prochaines années. Ce mauvais augure pourrait prêter à sourire, mais le scientifique de 95 ans a une carrière impressionnante : Membre de l'Académie des sciences australienne et de la Royal Society, son travail a été récompensé par de nombreux prix et il est l'auteur de centaines de textes scientifiques. Sa compréhension approfondie de l'évolution des espèces n'a jamais entamé sa fascination pour l'observation sur le terrain. Notes :

Réforme de la PAC : Payer deux fois des agriculteurs, sans bénéfice pour l’environnement ! Les députés de la COMAGRI ont acté un détricotage du verdissement des aides directes. A travers un système d’équivalence, certains agriculteurs pourraient échapper à la proposition initiale de la Commission, qui était de conditionner l’attribution de 30% des aides directes au respect par les agriculteurs de trois mesures environnementales simples. En effet, il suffirait qu’une petite partie seulement de l’exploitation réponde à des mesures agro-environnementales ou à un système de certification environnementale, pour être considérée comme « verte par définition » dans son ensemble, sans avoir à respecter les trois mesures du verdissement. « Avec cette proposition, le verdissement n’est plus qu’un affichage sans contenu substantiel. Les aides dédiées au paiement vert ne correspondront pas à un changement de pratiques ! La possibilité d’un double financement Le vote de la COMAGRI a aussi entériné la possibilité d’un double financement. Télécharger ce communiqué en format PDF.

Souriez vous êtes filmés On nous prend pour des lapins crétins (bis) Il y a donc de la viande chevaline non déclarée dans les plats cuisinés de Findus. Oh mon dieu ! Quelle catastrophe. La presse, le gouvernement, les instances européennes, le démiurge lui-même s’en mêlent, clamant leur indignation. Comme si les règles de l’OMC, les propositions de l’OMS, les directives de la Commission, les dictats du FMI, les décisions des gouvernements n’y étaient pour rien. Comme si, l’organisation du travail, les délocalisations, la sous-traitance effrénée, les mécanismes de standardisation, de labellisation et des « made in » n’avaient pas justement comme objectif de faire perdre toute trace, du moins pour le consommateur, de l’historique d’un produit. Comme si, certains montages financiers, comme le one purpose companies ne permettent pas, justement, le « mélange » du vrai et du faux, du légal et de l’illégal, du dit et du non-dit au sein de lots venant d’horizons aussi lointains que non identifiables en un temps record.

Related: