background preloader

Avantages et inconvénients du crudivorisme

Le régime des ancêtres de l’homme Le premier et tout puissant argument des adeptes des régimes à base d’aliments crus consiste dans une vérité incontournable : les animaux, les grands singes et les ancêtres de l’homme, tous, mangeaient exclusivement cru ! Le crudivorisme, plutôt qu’un régime, serait donc le mode d’alimentation naturel, celui pour lequel notre métabolisme a été prévu. Ceci pose évidemment la question de savoir si la fameuse conquête du feu et du sel, qui spécifia l’alimentation humaine, était une bonne idée... ou une dangereuse perversion, ainsi que l’affirme Burger, fondateur de " l’instinctothérapie ", une forme de crudivorisme. Il faut dire que, selon les critères de la médecine énergétique chinoise, l’aliment cru est généralement considéré comme " froid ", et le cuit comme " chaud ". Cru ou cuit ? Les grands courants crudivoristes Théoriquement, le crudivorisme consiste, ni plus ni moins, à manger n’importe quel aliment, sans jamais le cuire. A sa suite, le Dr. Related:  alimentation vivante

Manger Cru: Les aliments biocompatibles (2ème partie) L’odorat et le goût sont les organes de perception les plus importants pour nous alimenter. Spontanément nous repoussons ce qui ne sent pas bon ou n’a pas un bon goût et nous sommes attirés vers ce qui sent bon et a un bon goût. Notre comportement est intrinsèquement hédoniste et c’est normal. Ce qui l’est moins, c’est que ce comportement naturel puisse nous être nuisible, qu’il nous amène à manger beaucoup plus que nécessaire des aliments trop gras, trop sucrés, trop salés, mal équilibrés. Sur ce sujet, les connaissances scientifiques progressent mais sont encore parcellaires. Une chose est sûre, les mécanismes qui régissent nos comportements alimentaires impliquent des interactions complexes entre l’organisme et les aliments. Ces mécanismes de régulation se sont élaborés au cours des centaines de millions d’années qui nous séparent des premiers mammifères et ils ont jusqu’à nos jours assez correctement fonctionnés puisque l’espèce humaine a émergé et existe toujours.

Alimentation - Nutrition - Préhistoire - Préhistorique Comment savoir ce que les hommes préhistoriques mangeaient ? Les traces laissées sur les dents fossilisées En analysant, grace au microscope à balayage électronique, l'émail dentaire on peut découvrir des stries d'utilisation provoquées par le type d'aliment mâché. L'existence de stries verticales et longues indiquent une alimentation à base de viande. Des stries horizontales témoignent d'une alimentation plus riche en végétaux. Par ailleurs, la consommation de feuilles laisse des traces de polissage sur les incisives. Composition chimique des dents et des os L'étude de la composition des dents et des os peut également donner des indications sur le type d'aliment ingéré habituellement Le type de dents retrouvées En observant la denture, la forme des mâchoires et les insertions des muscles masticateurs sur le crâne d'un animal, on peut déterminer son régime alimentaire habituel. Evolution chronologique du régime alimentaire des hominidés

GRAINES GERMÉES : LE B.A.-BA Que le temps passe vite !… Les premiers jours de pluie chassent le grand soleil du mois d’août, et voilà déjà septembre qui s’installe. L’été touche donc bientôt à sa fin, et cela fait déjà plus de deux mois que je vous parle d’alimentation vivante par-ci, de graines germées par-là, d’alfalfa et de fenugrec, de sarrasin et de lin qui trempent… de tout ce qui constitue, en somme, une grande partie de mon quotidien ! Or vous avez été nombreux à me poser des questions sur ces sujets : ne faut-il pas se méfier des graines germées ? Voilà pour un petit aperçu… Pour répondre à toutes vos questions, et même si je devine que bon nombre d’entre vous connaissent déjà les secrets de la germination maison, j’ai donc décidé de préparer un topos sur les graines germées. Je mets également à disposition sur la page Facebook d’Antigone XXI ces mémos en fichiers séparés que vous pourrez partager et faire circuler autant que cela vous chante ! Pourquoi faire germer ses graines ? ☛ Comment procéder ?

Manger Cru: Les aliments biocompatibles Nombreux sont les produits alimentaires disponibles dans le commerce qui présentent de réels inconvénients en matière de santé. Ils sont souvent trop sucrés, trop gras, trop salés. Bien qu’ils soient nourrissants, ils ne conviennent pas totalement à nos organismes. Comment se fait-il que nos ancêtres du paléolithique étaient plus robustes que nous ? Nous pouvons certes nous en remettre aux progrès de la médecine pour pallier aux inconvénients de l’alimentation moderne. Si les aliments modernes ne nous conviennent pas, c’est parce qu’ils ne sont pas compatibles avec notre organisme. Ce n’est pas le cas en revanche avec les nourritures non transformées, telles que les fruits, les légumes frais, les oléagineux séchés à température ambiante. Cette notion de biocompatibilité ouvre la voie à une nouvelle approche de la nutrition. La malnutrition dans les pays industrialisés Comment mangeaient les hommes préhistoriques ? Paléopathologie - Les maladies de la préhistoire

La Vitalité des Aliments – Green Gaia Le taux de vibration, les ondes comme indicateur du vivant : En 1930 André Bovis originaire de Nice, établit une échelle de valeur afin de quantifier l’énergie vitale contenue dans les aliments. Après de nombreuses recherches il mit en place l’échelle de Bovis utilisée aujourd’hui par une majorité de radiesthésistes. Il s’agit d’une échelle de mesure graduée, sur laquelle on utilise un pendule qui permet de pointer une valeur de graduation en fonction du magnétisme émis par la personne, l’objet ou le lieu. Mais qu’importe, il nous en faut plus pour nous arrêter car dans tous les cas, il s’agit de mesures relatives et qu’elles varient en fonction de l’énergie de celui qui fait le test. Fort : Supérieur à 6500 ub. Normal : 6500 ub. Faible : Inférieur à 6500 ub. Inexistant : Proche de 0 ub. En résumé : Il apparaît clairement que la société moderne a posé, malgré elle, un obstacle pour manger une nourriture pleine de vitalité. Valeur énergétique des aliments : 4 Aliments morts (0 Ub.)

Liste de sites de recettes végétaliennes Droits des Animaux, Veganisme, Antispécisme, Autre sujets de société – Organisation d’évènements Vegans (en Belgique) Articles récents Commentaires récents Archives Catégories Saisissez votre adresse email pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email. Rejoignez 93 autres abonnés Méta Animaveg Traffic Info <a href=" onclick="javascript:_gaq.push(['_trackEvent','outbound-widget',' Live Blog Stats</a> « Recettes de base: Comment bien préparer les légumineuses ? Gina Simmons and the nobodies : un groupe french punk rock très engagé ! Liste de sites de recettes végétaliennes Publié le 22 novembre 2013 | Par Nath

Manger Cru: néolithique Suite et fin de notre série sur les idées fausses que l’on se fait sur l’alimentation crue. 6ème idée fausse : Le développement du cerveau est lié à la consommation de viande cuite Il s’agit là d’une hypothèse scientifique qui n’aurait sans doute jamais eu le succès qu’elle a eu si elle n’avait été émise par Pascal Picq, un éminent paléontologue. Elle s’appuyait sur l’idée que la viande cuite serait plus facile à manger et aurait constitué un apport nutritif décisif qui aurait permis le développement de l’intelligence. Beaucoup de conditionnels pour cette théorie qui ne résista pas longtemps aux faits. 7ème idée fausse : Depuis des millénaires que la cuisson existe, l’organisme s’est adapté. La pratique de la cuisson des aliments est beaucoup plus récente que ce que l’on croit habituellement. 8ème idée fausse : La cuisson des aliments a permis aux humains d’échapper à la famine en rendant mangeable des plantes qui ne le sont pas naturellement.

Graines germées, comment les consommer ? idées et recettes. Comment les consommer ? Les saveurs d'une même graine varient suivant sa durée de la germination, elles se consomment dès que le germe pointe et jusqu'à l'état de petites pousses généralement vertes. Les graines doivent être rincées une dernière fois, avant d'être consommées. Tout se mange, même la racine. Parfois une peau se détache des graines (tournesol, soja vert, pois chiche...), les peaux peuvent être enlevées si on ne les digère pas car leur intérêt diététique est moindre, leur saveur pas spécialement intéressante et leur durée de conservation bien plus brève que les germes ou les pousses qui en sont issus. Une passoire métallique à perforations espacées permet de se débarrasser d'une grande partie des peaux des fines graines qui s'évacuent par les trous lorsque les graines sont rincées dans cette passoire sous le robinet avant consommation. On peut y ajouter des épices et fines herbes (ail, basilic, thym etc...). Tournesol fermenté : Voir aussi les yaourts de graines. Plan du site

Manger Cru: septembre 2013 Bien que les méfaits de la cuisson soient de mieux en mieux connus, bien qu’au vu des réalités scientifiques les pouvoirs publics encouragent la consommation de fruits et de légumes, un grand nombre de personnes demeurent dans l’ignorance des dangers inhérents à la transformation des aliments. Et même si une prise de conscience commence à émerger, de nombreuses idées fausses, parfois colportées par des scientifiques médiatiques, entretiennent inquiétudes, interrogations et confusions dans l’esprit du public. Nous en avons relevé une bonne dizaine. Voici les cinq premières, d’autres sont à venir dans les prochains articles de votre blog préféré. 1ère idée fausse : La cuisson est une prédigestion « Elle facilite le travail de l’organisme. Il ne faut pas tout confondre. 2ème idée fausse : La cuisson nous protège des micro-organismes pathogènes « C’est dangereux de manger cru à cause des micro-organismes. 3ème idée fausse … et naïve : La cuisson a rendu la vie plus facile.

Cuisinez végétalien

Related: