background preloader

Qui connaît la taxonomie de Bloom

Schéma d'Olivier Legrand (détail) C’est un exemple pur de la façon dont la twittosphère peut dévorer notre temps. Mais c’est aussi l’inverse : une preuve de l’intérêt à s’exposer l’esprit à des centaines de sollicitations imprévues et à se laisser emporter par ses élans de curiosité. C’est également une illustration de ce que j’appelle le merveilleux éducatif : ce qui fait que l’exploration de la planète éducation n’est jamais terminée. Le merveilleux éducatif (à ne pas confondre avec le pittoresque, façon « j’ai survécu dans l’enfer du neuf-trois ») fait voyager non seulement à travers les classes, les salles des profs ou les amphis, mais aussi à travers les époques, les concepts et les délectables controverses que génère le thème « éducation ». Au cours d’une déambulation sur Twitter, je suis, donc, tombé sur la taxonomie de Bloom. Autant dire que tout travail d’analyse, d’une certaine façon, commence par une démarche de taxonomie. La notion d'objectifs pédagogiques Et Bloom ? Luc Cédelle Related:  A rangerTaxonomie de Bloomcapash

Taxonomie de Bloom Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La roue de la taxonomie de Bloom. La taxonomie de Bloom est un modèle pédagogique proposant une classification des niveaux d'acquisition des connaissances[1]. Benjamin Bloom, bien qu'il n'en soit pas le seul créateur (34 universitaires américains participent aux conférences de 1949 à 1953), est souvent reconnu comme le « père » de cet outil[2],[3]. Description[modifier | modifier le code] La taxonomie organise l'information de façon hiérarchique, de la simple restitution de faits jusqu'à la manipulation complexe des concepts, qui est souvent mise en œuvre par les facultés cognitives dites supérieures[4]. Composition[modifier | modifier le code] La taxonomie des objectifs éducationnels selon Bloom. Elle peut être résumée en six niveaux, chaque niveau supérieur englobant les niveaux précédents. Révision[modifier | modifier le code] Ainsi en 2001 une taxonomie révisée de Bloom a été proposée par plusieurs auteurs dont Lorin W. Taxonomie de van Hiele

Pédagogie Freinet Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les pays avec des Mouvements de l'École moderne, les associations de la Pédagogie Freinet. La pédagogie Freinet est une pédagogie originale, mise au point par Célestin Freinet, fondée sur l'expression libre des enfants ; texte libre, dessin libre, correspondance inter-scolaire, imprimerie et journal étudiant, etc., qui se perpétue de nos jours. C’est dans les camps de concentration de Vichy, que Freinet trouva le temps et l’occasion de repenser en profondeur son œuvre pédagogique. Célestin Freinet pensait avant tout en termes d'organisation du travail et de coopération. Freinet parle de « technique Freinet », pas de méthode ou de pédagogie, car les techniques évoluent. La pédagogie Freinet veut bouleverser profondément l’école au bénéfice de tous les enfants et de tous les adolescents. Les techniques Freinet[modifier | modifier le code] Les techniques Freinet ont de grandes valeurs :[pas clair]: L'idée vient de Barthélemy Profit.

Taxonomie de Bloom Plus récemment, d'autres auteurs (Wang, Haertel et Walberg, 1993) ont souligné l'effet de variables complémentaires telles que les processus métacognitifs ou le climat de la classe. Les élèves sont aidés quand et là où ils rencontrent des difficultés: la pédagogie de maîtrise insiste beaucoup sur l'importance des remédiations qui vont de pair avec l'évaluation permanente des acquis des élèves. A ce propos, Bloom parle d'évaluation formative pour désigner une forme d'évaluation intégrée au processus d'apprentissage et dont le but est le diagnostic immédiat des difficultés pour pouvoir y apporter une réponse rapide sous la forme de remédiations ajustées aux besoins de chacun. La régulation permanente des apprentissages à travers la passation régulière de tests et l'apport judicieux d'activités de remédiation permet, selon Bloom, d'envisager un enseignement collectif dont l'efficacité ne serait pas loin d'égaler les effets du tutorat individuel.

La taxonomie de BLOOM La classification des objectifs en catégories est ce que l'on appelle la « Taxonomie des objectifs ». L'intérêt d’une taxonomie est qu'elle permet d'identifier la nature des capacités sollicitées par un objectif de formation et son degré de complexité. Cette information, parmi d’autres, permet d’adapter la méthode de formation. De ses travaux Benjamin Bloom , psychologue en éducation, a fait émerger une classification des niveaux de pensée importants dans le processus d'apprentissage. Vis à vis du domaine cognitif, Bloom identifie 6 types d'activités, du plus simple au plus complexe, comprenant chacune un ou plusieurs sous-domaines : Bloom fait l'hypothèse que les habiletés peuvent être mesurées sur un continuum allant de simple à complexe. La taxonomie des objectifs éducationnels de Bloom est composée des six niveaux suivants : la connaissance, la compréhension, l'application, l'analyse, la synthèse et l’évaluation. 1-Retenir des connaissances Il peut s’agir de : Il peut s’agir de

Formuler une problématique Qu'est-ce qu'une problématique dans le cadre d'une étude ou d'un rapport ? Un processus : problématiser un sujet c'est le questionner pour déterminer la façon la plus appropriée de l'étudier. Un produit : la problématique est la synthèse de ce questionnement qui est présentée en introduction du rapport ou de la note. Elle annonce le sujet de la commande, argumente les choix faits et annonce comment elle sera traitée, en termes de méthodes d'enquête comme d'options prises. Attention ! La problématique ne doit pas être la justification de la commande. Exemple Si la question posée est l'intégration des élèves handicapés, il ne vous est généralement pas demandé de justifier pourquoi il faut intégrer les élèves handicapés, ou pourquoi cette question est importante dans la politique nationale ou académique. En méthodologie de recherche, le "travail de la demande" est la construction de la problématique.

13 trucs de gestion de classe qui instaurent le respect Quand vient le temps de gérer sa classe, on a souvent l’habitude d’instaurer un système d’émulation ou des règles et de supporter toutes ces règles par des punitions. Très vite, on apprend que ça fonctionne (du moins partiellement!), mais cela a le vicieux défaut de devoir demander une vigilance constante de la part de l’adulte en plus de miner considérablement l’apprentissage de l’autonomie de la part des élèves. De plus, cela réduit les comportements qu’on veut voir disparaitre, sans toutefois les enrayer définitivement. Résultat : on s’épuise et on s’endort en réfléchissant sur comment on pourra mieux contrôler le lendemain… Il y a d’autres voies, moins visibles et surtout moins bruyantes (faisant partie du gain de l’autonomie de la pédagogie 3.0), mais combien plus payantes à long terme! Voici quelques trucs que j’ai mis sur pied et que je vous invite à comparer avec vos méthodes! P.S. 1. Chaque matin, personne ne peut me déranger lorsque les élèves entrent dans la classe. 2. 4. 5.

BEM 25 : Les invariants pédagogiques : code pratique d'école moderne INVARIANT n° 23 : Les punitions sont toujours une erreur. Elles sont humiliantes pour tous et n'aboutissent jamais au but recherché. Elles sont tout au plus un pis-aller. Pourtant, il est des cas, nous dira-t-on, où la punition devient une nécessité, où elle est la seule solution pour maintenir l'ordre. Et cela est exact. Si les enfants sont mal nourris, mal logés, s'ils ne sont pas habitués au travail, nous aurons fort à faire pour parvenir à un ordre fonctionnel. Ce n'est pas en emboîtant le pas à l'erreur qu'on la corrigera, c'est en œuvrant pour rendre les punitions inutiles. Observez très loyalement un enfant qu'on punit ; étudiez vos propres réactions aux punitions que vous avez subies. Si la punition est toujours une erreur, chaque fois que vous y avez recours, vous commettez une fausse manœuvre, même si en apparence tout semble entrer dans l'ordre, même si vous n'en voyez pas tout de suite les conséquences. Nous ne disons pas que ne pas punir soit une chose simple. Test : Mais : 1°.

la pédagogie par objectifs | Didac2b la pédagogie par objectifs Les applications du type Opale suggèrent de présenter les objectifs en début de séquence. Obnubilés par la dernière innovation web 2.0, par une interpolation de mouvement dans un logiciel qui fait du flash « sans connaissance de l’Actionscript » ou par une pop-up qui ne veut pas s’ouvrir chez un stagiaire, nous avions un peu oublié ce que sont ces objectifs. Rafraichissement : Les objectifs pédagogiques ont été popularisés par Mager et Bloom au début des années 60. sous forme de comportement observable décrits par des verbes d’action (la performance) ;avec des critères précis (le niveau de performance) ;et une indication des conditions de réalisation. Dans la formation, une séquence est la période pendant laquelle on traite d’un objectif. Pour rédiger un objectif, on utilise des verbes d’action qui décrivent des comportements observables. La taxonomie de Bloom peut nous y aider : La taxonomie de Bloom la pyramide de Bloom J'aime : J'aime chargement…

Bienvenue dans l'Univers du Mieux Apprendre.... 4 manières originales de structurer le plan et mieux visualiser le contenu de votre présentation Dans l’article de lundi, je partageais avec vous 3 outils et techniques pour vous aider à générer des idées et éviter le syndrome de la page blanche au moment de réaliser votre prochaine présentation. Pourtant, une fois vos idées sur le papier, il n’est parfois pas évident de les visualiser et de les structurer en un tout cohérent pour faciliter la transmission de votre message. Je vous propose aujourd’hui de découvrir 4 outils qui vont vous aider à y voir plus clair : MindMapping, Storytelling, Modèle SPRI, Storyboarding : Découvrez 4 façons simples et efficaces de structurer le plan et mieux visualiser le contenu de votre prochaine présentation. Le MindMapping Le MindMapping est une technique utile pour structurer et visualiser vos idées. Chaque branche peut donner lieu à une nouvelle sous-branche, créant ainsi une ramification de plus en plus étendue (voir exemple ci-dessous). (Source: Pour créer votre map, 2 solutions s’offrent à vous : Le périple du Héros Le modèle SPRI

Cartes inventions et découvertes Edit du 09/11 : ajout la fiche sur le microscope (Fiche réalisée par Naneera) Sur le même principe que les cartes régions et les cartes dates historiques, je vous propose ici des "cartes inventions et découvertes" pour un rituel autour des sciences. Sur chaque carte, une illustration de la découverte ou de l'invention, une explication de son utilité, un mot sur son inventeur et des exemples d'utilisation de la découverte ou d'objets inspirés par cette découverte. Je mettrai les fiches au fur et à mesure. Pour l'instant, sont disponibles 12 fiches : le levier le télescope la machine à calculer la pile voltaïque la radiographie la montgolfière le cinématographe l'avion l'hélicoptère ( contribution de Naneera! la pénicilline la locomotive à vapeur la guillotine (contribution de Naneera!) le microscope (contribution de Naneera!) Bibliographie sur les grandes inventions:

HTML5 A vocabulary and associated APIs for HTML and XHTML W3C Candidate Recommendation 17 December 2012 This Version: Latest Published Version: Latest Editor's Draft: Previous Versions: Editors: Robin Berjon, W3C Travis Leithead, Microsoft Erika Doyle Navara, Microsoft Edward O'Connor, Apple Inc. Silvia Pfeiffer Previous Editor:

Carte conceptuelle et carte heuristique La carte conceptuelle apparaît sur le devant de la scène dans les années 1970, pratiquement en même temps que le mind mapping. Elle a comme théoricien principal le chercheur Joseph Novak. La carte heuristique, quant à elle, s'appuie sur les travaux de l'auteur, formateur et entrepreneur britannique Tony Buzan. Ces deux techniques, comme nous pouvons le voir ci-dessus, partagent de nombreux points communs mais il ne faut pas les confondre. Personnellement, j'utilise la carte conceptuelle lorsque je veux formaliser des connaissances, remettre les concepts en ordre afin d'être en mesure de les assimiler et de les communiquer. Par exemple après avoir visionné une vidéo très intéressante de Rémi Bachelet sur l'évaluation de la carte conceptuelle, j'ai souhaité créer une carte pour mettre en ordre et clarifier ce que j'avais appris. La carte heuristique implique selon moi plus de créativité, elle sollicite davantage la pensée divergente et l'usage de métaphores visuelles.

Créez des ebooks interactifs avec ePubEditor ePubEditor est un service en ligne proposé par une société italienne, en grande partie gratuit, destiné au monde de l'éducation et avec lequel vous pouvez insérer du contenu multimédia. Il est possible ensuite de le partager en ligne ou de l’exporter au format ePub pour des lectures sur liseuses ou tablettes. L’application permet l'insertion de vidéos, d'images, de différents types d'exercices ou de ses contenus personnels. ePubEditor fonctionne en langue italienne ou anglaise. Une inscription et nécessaire pour se connecter, ensuite vous avez à votre disposition une interface de type WYSIWYG qui permet d'éditer votre contenu facilement pour y insérer vos objets. Principaux types d’exercices interactifs : Texte avec audio/image/vidéoTexte avec infographie (option payante)Choix multipleTexte à trous avec menu déroulantSéquence à ordonnerPairesTexte à trous en glisser/déposerTexte à trous ouvert Glisser/déposer avec images (option payante) Ecran : Principales caractéristiques :

Related:  Bloom