background preloader

La séparation des pouvoirs 

La séparation des pouvoirs 
<p class="video_texte"> L'utilisation de javascript est obligatoire sur cette page pour voir l'animation.</p> Élaborée par Locke (1632-1704) et Montesquieu (1689-1755), la théorie de la séparation des pouvoirs vise à séparer les différentes fonctions de l’État, afin de limiter l’arbitraire et d’empêcher les abus liés à l’exercice de missions souveraines. Si cette théorie est souvent invoquée dans les régimes démocratiques, elle a été plus ou moins rigoureusement mise en pratique. La France a, pour sa part, développé sa propre conception de la séparation des pouvoirs, fondée sur la limitation des attributions de l’autorité judiciaire à l’égard de la puissance publique. La théorie classique La théorie classique de la séparation des pouvoirs distingue trois fonctions principales au sein des différents régimes politiques : – la fonction d’édiction des règles générales constitue la fonction législative ; – la fonction d’exécution de ces règles relève de la fonction exécutive ;

http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/institutions/approfondissements/separation-pouvoirs.html

Related:  Estour.E, Fechner.V et Kerjean.CVie politique sous la RépubliqueBazar temporaire 3Bazar temporaire 27Bazar temporaire 2

L'indépendance de la justice - UIHJ Mon propos consistera à vous entretenir de l'indépendance de la justice et par corollaire de l'indépendance des huissiers de justice. La justice et son indépendance suscitent constamment des débats nourris et passionnés. Le sujet, il est vrai, est sensible puisqu'il touche à la fois le droit et la famille judiciaire, la politique avec ses usagers et la société et ses concitoyens. Cicéron : de republica : livre II  Liber Secundus I. Ut omnes igitur vidit incensos cupiditate audiendi, ingressus est sic loqui Scipio: Catonis hoc senis est, quem, ut scitis, unice dilexi maximeque sum admiratus cuique vel patris utriusque iudicio vel etiam meo studio me totum ab adulescentia dedidi; cuius me numquam satiare potuit oratio; tantus erat in homine usus rei publicae, quam et domi et militiae cum optime, tum etiam diutissime gesserat, et modus in dicendo et gravitate mixtus lepos et summum vel discendi studium vel docendi et orationi vita admodum congruens. II.

Tite-Live : Ab urbe condita 3-72 LIVRE PREMIER SOMMAIRE. - Descente d'Énée en Italie; ses exploits.— Règne d'Ascagne à Albe, et des Silvius ses successeurs. — La fille de Numitor, surprise par Mars, devient mère de Romulus et de Remus. — Meurtre d'Amulius. — Fondation de Rome. — Établissement du sénat. — Guerre contre les Sabins.— Consécration de dépouilles opimes à Jupiter-Feretrien. — Division du peuple en curies. — Défaite des Fidenates et des Véiens. — Apothéose de Romulus. — Numa Pompilius institue les cérémonies religieuses; élève un temple à Janus; fait la paix avec tous les peuples voisins, et ferme, le premier, les portes de ce temple. A la faveur des entretiens nocturnes qu'il feint d'avoir avec la nymphe Égérie, il inspire à ce peuple farouche des sentiments religieux. — Tullus Hostilius porte la guette chez les Albains. — Combat des Horaces et des Curiaces. — Horace absous. — Supplice de Vettius Suffetius. — Ruine d'Albe; incorporation de ses habitants dans Rome. 759-788 partim NOTES SUR LE LIVRE I

La Justice en France : une justice indépendante ? Jérôme Nicolaï | 2014. Septembre 22. 22:00 La Justice en France n’est pas réputée pour son indépendance. Les instructions judiciaires touchant le personnel politique français sont devenus un point de crispation majeur du débat public. Les affaires Sarkozy en cours, qui éclaboussent l’ancien Président Français et mettent ses chances de retour en politique en péril, en sont la plus récente illustration. Tout en prenant de la distance par rapport à la rhétorique politique très dure des sarkozystes envers les juges, il faut reconnaître que la Justice en France souffre d’un manque d’indépendance criant.

République romaine Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. République romaineRes Publica Romana(la) 509 av. J. les institutions romaines : les patriciens entrée dans le site - index des institutions Ce mot dérive de pater, qui dans les premiers temps signifie toujours un patricien et dans les temps postérieurs de la république se rencontre souvent chez les auteurs romains dans le sens de sénateur. Les patricii signifie donc ceux qui font partie des patres "rex patres eos (senatores) voluit nominari, patriciosque eorum liberos". Cicéron et Denys font l’erreur de supposer que les patricii sont seulement la descendance des patres dans le sens de sénateurs et qu’ils leur sont nécessairement liés par le sang. Patres et patricii sont à l'origine des mots identiques.

L’indépendance de la justice: Le Politiste L’indépendance de la justice apparaît comme la condition essentielle d’un Etat de droit où les citoyens peuvent obtenir un jugement impartial et équitable. Elle ne va pas de soi car la justice est le premier attribut de la souveraineté (le roi au Moyen-âge avait le rôle de premier juge). Pourtant, c’est à l’Etat qu’il revient d’assurer cette indépendance, la justice est “rendue de façon indivisible au nom de l’Etat” (CE, 2005, Mme Popin).

Liste de lois romaines Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Généralités[modifier | modifier le code] Définition d'une loi romaine[modifier | modifier le code] Institutions romaines : le Sénat Origine du sénat et nombre de sénateurs Dans toutes les républiques de l'antiquité le gouvernement se divise entre un sénat et une assemblée populaire. Quand il y a un roi à la tête de l’Etat, comme à Sparte, le roi possède un peu plus que l’exécutif. Dans l'antiquité, on considère toujours un sénat comme une assemblée des anciens : c’est en fait la signification du senatus romain comme de la gerousia spartiate. Séparation des pouvoirs Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La séparation des pouvoirs législatif, exécutif, judiciaire est un principe fondamental des démocraties représentatives. A contrario, les régimes dictatoriaux recherchent une concentration des pouvoirs pour maquiller les réalités, organiser des propagandes, influencer l'opinion publique par des actualités truquées[réf. nécessaire].

Institutions romaines : matrimonium, connubium, nuptiae MATRIMONIUM. On appelle le mariage romain Justae Nuptiae, Justum Matrimonium, Legitimum Matrimonium, quand il est conforme au Jus Civile ou à la loi romaine. Un mariage était Cum conventione uxoris in manum viri, ou sans cette conventio. Les Institutions romaines sous la République (M. Tillard) L'organisation censitaire : La cité romaine, comme l'Italie toute entière, est un tout cohérent et fortement structuré : c'est une société qui tend à s'organiser en classes et ordres bien structurés et juridiquement reconnus. Mais c'est aussi une société profondément inégalitaire. Les centuries :

Related: