background preloader

Détroit, tu l’aimes ou tu la quittes… pas

Détroit, tu l’aimes ou tu la quittes… pas
Imaginez un lieu de vie où fermes urbaines, ateliers vélos, réseaux wi-fi, levées de fonds, musique ou même skate-parks sont totalement imaginés et gérés par les habitants. Une ville où les habitants construisent une société du partage en devenant rois de la débrouille et du DIY (Do It Yourself). Vous êtes à Détroit, dans le Michigan, lieu de tournage d’un webdocumentaire sur la transition de cette ville-symbole du travail à la chaîne vers une nouvelle économie collaborative. We recycle in the D, On recycle à Détroit Une utopie devenue réalité En 2010, fraîchement diplômées de Sciences-Po, les deux amies souhaitent faire un film sur l'utopie à travers le monde. "Après plusieurs semaines de travail sur place, en parlant avec les Detroiters, on s'est rendu compte que Détroit était l'épicentre d'un mouvement encore plus large : le DIY (Do It Yourself)" raconte Nora. Apocalypse now ? Mais avant cela, ce sont les ruines, omniprésentes, qui marquent. Un avant-goût du futur ? Just "D" it

Le monde en 2030 vu par la CIA Elles s’intitulent " Global Trends 2030 ". Les premières ébauches des prévisions de la CIA sur l’état du monde dans deux décennies présentent trois scénarios possibles et n’incitent guère à l’optimisme. Ces trois scénarios envisagés sont celui du "retour en arrière" ( ), de la "coopération" ( ) ou de la "désintégration" ( ), comme le rapporte le journal dans son supplément daté de samedi. Désintégration, conflits ou… nouvel âge d’or ? Parmi les trois scénarios imaginés, celui de la "désintégration" est considéré par leurs auteurs comme le plus probable. Le deuxième scénario, celui du "retour en arrière", annonce un retour à l’instabilité du début du XXe siècle, avant que l’hégémonie américaine ne s’exerce sur la planète. Le dernier scénario, le seul à présenter l’avenir sous un jour optimiste, imagine un monde fraternel dominé par la Chine et les Etats-Unis. Une version définitive attendue en novembre

Des drones évoluent au-dessus des Etats-Unis Home » Perspectives » Amérique du Nord » Etats-Unis Par Tom Carter 22 juin 2012 Les projets révélés dernièrement de déployer des dizaines de milliers de drones militaires au-dessus du territoire américain révèlent une composante significative de l'infrastructure d'Etat policier en train de se développer aux Etats-Unis. Selon les évaluations du gouvernement, 30.000 drones pourraient bourdonner au-dessus de nos têtes d’ici la prochaine décennie. Ces drones vont de petits avions de surveillance pesant quelques livres à des aéronefs armés transportant des milliers de livres d’équipement et d’armement. Des centaines de drones sont d’ores et déjà déployés au-dessus des Etats-Unis avec les agences locales de maintien de l’ordre acquérant également leurs propres drones. Néanmoins, le potentiel de surveillance des drones d’aujourd’hui fait ressembler à un jeu d’enfant l’espionnage opéré par les dictatures du siècle dernier. Aucun contrôle n’a été mis en place quant à ces drones.

Un ex-président américain accuse Obama d’être un assassin Home » Perspectives » Amérique du Nord » Etats-Unis Par Bill Van Auken 28 juin 2012 La rubrique écrite par Jimmy Carter, le 39ème président des Etats-Unis, et publiée lundi dans le New York Times, constitue une condamnation exceptionnelle du gouvernement Obama, de sa pratique de l’assassinat, de ses violations criminelles du droit international et de la constitution américaine. Dans sa rubrique intitulée « Un bilan cruel et inhabituel » Carter écrit : « Les révélations selon lesquelles des responsables de haut niveau ciblent des gens pour être assassinés à l’étranger, dont des citoyens américains, ne sont que la plus récente et inquiétante preuve de l’ampleur donnée à la violation des droits de l’Homme par notre pays. » Et pourtant, près de quatre décennies plus tard, les méthodes extraconstitutionnelles et la criminalité à la Maison Blanche dépassent de loin tout ce qui avait été fait sous Richard Nixon. Les mots de Carter sont un avertissement.

Des milliers d'armes lourdes vendues par les Etats-Unis aux cartels mexicains de la drogue VIDEO: DIMANCHE 24 JUIN 2012 - Sur CBS, le Gouverneur du Texas, Rick Perry, ancien candidat à la présidentielle, quaifie le comportement de Barack Obama dans l'affaire Fast and Furious de "nixonien". Washington ne dort plus beaucoup ces derniers temps. Ce qui n'aurait pû être qu'un épisode de plus dans la déconstruction de la statue de Barack Obama s'est transformé, au fil des jours, en une affaire d'Etat qui servira de feuilleton de l'été. Et tout, dans la manière de gérer cette nouvelle glissade, ressemble à l'affiblissement d'un président au sujet de laquelle la presse américaine se pose de plus en plus de questions. Par son accusation, le Comité de la Chambre des Représentants initie un affrontement constitutionnelle important entre deux branches du gouvernement fédéral et place le président dans une posture inédite. Escalade au sommet Fast and Furious, une opération désastreuse Visit msnbc.com for breaking news, world news, and news about the economy Le Los Angeles Times écrit:

American lessons in (in)tolerance In the last week, officials of the Obama administration have been visiting Egypt and issuing instructions to the new Egyptian president regarding the question of religious tolerance and Egyptian Christians, demanding and insisting that they be included in the new administration in certain capacities or else. This concern of American government officials about Muslim tolerance of Christians, however, is hardly a new concern. More than a century ago, in March 1910, while on a visit to British-occupied Egypt, former US President Theodore Roosevelt, who had just left office, addressed Egyptians at the then recently established Egyptian University (later Cairo University) on the question of self-government. He would invoke both Arab culture (in the form of proverbs) and Quranic quotations to drive his message home. The training of a nation to fit it successfully to fulfill the duties of self-government is a matter, not of a decade or two, but of generations. American example of tolerance

Etats-Unis : Notre dernier espoir, c'est l'humour (Counterpunch) par Michael DOLINER Quand il y a un article sur Internet qui parle d’Obama et de Romney, je sais que son auteur ne considère pas la politique comme une chose sérieuse. Il est clair que ces deux hommes, à l’instar de tout le système bureaucratique étasunien, sont impuissants à résoudre les problèmes sérieux qui se posent aux Etasuniens et d’ailleurs à toute la planète. Cette année, la glace de la mer Arctique a diminué et sa diminution va bientôt atteindre des records historiques. La situation est bien pire qu’elle ne semble car la glace qui reste est molle et fine. De plus, à la différence de 2007, ce n’était pas le meilleur moment pour qu’elle fonde. La glace plus épaisse, dont l’épaisseur moyenne n’était que de 1,5 mètre, bien moins épaisse que les 7 mètres de l’ancien temps, est maintenant en morceaux. Je pourrais continuer à énumérer les autres problèmes vraiment graves mais ceux qui les connaissent les connaissent déjà , et ceux qui ne les connaissent pas, ne les connaîtront jamais. Michael Doliner

Les mystérieuses bases de données de Mitt Romney Aux États-Unis, le candidat républicain joue avec des bases de données (et avec la vie privée) de millions de potentiels donateurs pour remporter la bataille de l'argent contre Obama, nous révèle une enquête d'Associated Press. Mitt Romney est un gars heureux. Le candidat républicain à l’investiture suprême face à Barack Obama est plutôt du genre à récolter facilement des fonds pour sa campagne. Afin de cibler ses potentiels donateurs, Romney passe discrètement par les services d’une entreprise texane spécialisée dans l’analyse de données, Buxton Company, une société qui se vante d’agréger des informations sur 120 millions de foyers américains. Point troublant : la loi interdit aux entreprises l’analyse de données propriétaires à des fins de contribution “en nature” à la campagne d’un candidat. DR – capture d'écran du site Buxtonco.com “Je peux regarder n’importe quelle donnée et dire ‘Je veux savoir qui pourraient être les donateurs à 100 dollars’.

La Parenthèse Enchantée (9/11) : Il faut écouter April Gallop April Gallop travaillait pour le Département de la Défense américain. Le 11-Septembre, elle et son bébé ont survécu de justesse à l’attaque contre le Pentagone. Bien qu’elle se soit trouvée au cœur de la zone d’impact, April Gallop n’a jamais constaté ni débris d’avion, ni siège, ni bagage, ni aucune trace des dizaines de milliers de litres de kérosène que contenait le Boeing 757 de la version officielle supposé s’être écrasé à quelques mètres de son bureau. Refusant l’argent qui lui était proposé en échange de son silence, April Gallop a choisi de se battre et a intenté en 2008 un procès contre Dick Cheney, Donald Rumsfeld et le général Richard Myers pour ne pas avoir fait évacuer le Pentagone alors qu’ils savaient que c’était une cible potentielle. April Gallop et son fils Elisha en 2011 : Elisha était âgé de deux mois et demi le 11 septembre 2001 Il faut écouter April Gallop Article précédent : Révélations sur le lieu du crime Un témoignage au cœur du Pentagone et Barry Jennings

Related: