background preloader

La vitesse d'obturation, temps de pose

La vitesse d'obturation, temps de pose
Cours sur la vitesse d'obturation (ou temps de pose) : principe général et implications pour la netteté et le flou de l'image. La vitesse de l'obturateur ou temps de pose est un des trois paramètres importants (avec l'ouverture et la sensibilité) qui permettent de gérer l'exposition. La vitesse ou temps de pose correspond à la durée pendant laquelle la surface sensible de l'appareil (film argentique ou capteur numérique) est exposée à la lumière lors de la prise d'une photo, c'est-à-dire la durée pendant laquelle l'obturateur reste ouvert (l'obturateur étant un rideau placé entre la surface sensible de l'appareil et l'objectif ; voir figure 1 ci-dessous). Figure 1. Obturateur fermé et ouvert (intérieur d'un boitier argentique sans film). La vitesse s'exprime généralement en secondes ou fractions de seconde, où Au-delà des considération liée à l'exposition, la vitesse a des conséquences sur le rendu ou l'esthétique de la photo, en particulier sur la netteté. Si on veut du flou Figure 2.

Quels réglages : les bases Aujourd’hui, je vous propose un article destiné aux débutants. Vous êtes nombreux à me demander quel mode choisir sur votre reflex pour faire tel ou tel type de photo et je vais essayer ici de répondre à vos questions, le plus simplement possible. Avant d’aborder la partie purement pratique, je vais me concentrer sur la théorie. Il me paraît important de comprendre comment agissent les paramètres, sans rentrer dans les principes physiques ni dans les calculs mathématiques, pour ensuite pouvoir être en mesure de choisir la manière dont ils influenceront la photo. La bonne exposition : ISO + ouverture + vitesse Une exposition parfaite, c’est quand on arrive à faire ce que l’on veut, et dans 90% des cas, il s’agira d’avoir une photo ni trop claire ni trop sombre. Pour ce faire, nous allons jouer sur trois paramètres : l’ouverture, la vitesse et les ISO. Voici ce qui se passe si je ne change ni mon ouverture, ni ma vitesse, mais que j’augmente progressivement les ISO : Comprendre l’ouverture

gérer l'éclairage, la qualité de la lumière - cours pour apprendre les bases de la photo La gestion de la lumière & les types d'éclairage Cours sur la qualité de la lumière (contraste, ombres, réflexions) et différents types d'éclairage. © Guillaume Fürst, 2009 Nikon D90 ; focale : 157 mm ; ouverture : f/8 ; vitesse : 1/100 s. ; ISO : 200 1. La gestion de la qualité de la lumière est, avec l'exposition et la composition, une notion fondamentale en photographie. Au-delà des caractéristiques des ombres, le contraste dépend également d'autres facteurs, en particulier de la nature du (ou des) sujet(s) photographié(s). La dureté des ombres La dureté/douceur des ombres dépend principalement de taille relative de la source de lumière. La densité des ombres La densité des ombres dépend de la quantité de lumière réfléchie par la surface sur laquelle l'ombre de votre sujet est projetée. Exemples de 4 types d'ombres (figure 1) : Figure 1. (pour lire la vidéo, cliquez sur le bouton ci-dessus, puis sur "play") Retour en haut de page 2. Généralités 3. Observer la lumière Diffuser la lumière

Exposer correctement sa photo en contre jour Même si l'effet contre-jour peut être recherché à des fins artistiques, il reste souvent un problème lors de la prise de vue. Autant en extérieur (un soleil un peu lumineux, un ciel un peu couvert offrant une forte luminosité) qu'en intérieur (une fenêtre placée juste derrière le sujet...), cette situation se présente de manière récurrente. Savoir repérer, puis corriger D'une manière très simple, les appareils photos numériques offrent l'avantage d'afficher le résultat de la photo avant sa prise de vue. Le plus simple et le plus rapide pour corriger est de forcer l'activation du flash de votre appareil. Cela aura pour effet de "déboucher" les zones d'ombres de votre sujet, particulièrement utile pour les très forts contre-jours (en intérieur devant une fenêtre par exemple). Correction d'exposition Faites varier le repère d'exposition (en d'autres termes, "bracketez") de manière à ce qu'il indique entre +0,5IL et +3IL selon la situation lumineuse. Mémoriser l'exposition En savoir plus

La température de couleur : la pratique Faire la balance des blancs correspond à indiquer au boîtier la température de couleur de la source de lumière qui éclaire la scène que je photographie. Sur l’appareil photo, cela correspond au pictogramme White Balance (WB). Ce réglage permet de restituer des blancs (et les gris) avec la même blancheur (neutre), quelle que soit la nature de source de lumière. En argentique, il existe des films positifs ou négatifs équilibrés pour des températures de couleur de 3200K ou 5500K. Mais tous les films amateurs que vous trouvez dans le commerce sont équilibrés pour la lumière du jour à 5500K. Pour corriger la température de couleur de certaines sources ou éventuellement générer des rendus plus ou moins chaud (en rendu des couleurs), les photographes utilisent des filtres de conversions de température de couleur. Régler la balance des blancs sur le boîtier Sur le boîtier, on choisit parmi un certain nombre de types de source comme ensoleillé, nuageux, incandescent ou fluorescent.

10 questions / réponses pour débuter - Comment savoir si ma photo est bien exposée ? Vous n'êtes pas sans savoir qu'une image se compose de pixels. Pour les générer, le capteur de votre appareil code l'information lumineuse reçue à partir de trois couleurs de base : rouge, bleu et vert. Or, chaque lumière possède son propre dosage de couleur. Une lumière du jour par exemple, contient plus de bleu qu'une lampe halogène qui paraîtra plus orangée. Notre vision nous trompe car le cerveau est capable de s'adapter très rapidement, tandis que le capteur révèle des dominantes couleurs très nettes sur les photos. C'est pourquoi il faut l'en informer. La balance des blancs est vraiment importante. plein jour, temps couvert, lampe halogène ou tungstène, lumière néon, etc… La balance des blancs automatique est utile lorsque la lumière change beaucoup (en fin de journée par exemple) mais généralement elle ne produit pas d'aussi bons résultats qu'un préréglage ou, encore mieux, un réglage manuel…. Voir aussi :Comment effectuer une balance des blancs manuelle ?

Notions d'espace, de représentation et de profil de couleur Fév 25 2012 Après l'introduction aux problématiques de la gestion des couleurs, je vous propose d'aborder les notions d'espace, de représentation et de profil de couleur qui sont souvent perçues comme un magma dans lequel il est difficile de distinguer l'essentiel de l'accessoire. L'objectif de cet article est de poser quelques repères pour clarifier ces notions fondamentales très souvent invoquées en gestion des couleurs. À la suite de cet article préliminaire, nous en proposerons deux autres. Je vous accorde bien volontiers que ces préalables ne sont pas très glamour, mais ce sont des briques de bases importantes sur lesquelles s'appuieront les prochains articles. Les modes de représentation des couleurs La problématique commune aux notions que nous allons tenter de préciser est la description d'une couleur et, plus généralement, d'un comportement colorimétrique. • La représentation RVB (rouge, vert, bleu) prévaut dans l'univers de la photographie. Les espaces de couleur

Quand est-ce qu'il faut régler les ISO? “Quand est-ce qu’il faut régler les ISO?” C’est la question qu’on m’a posé ce weekend. Argh! Mais c’est tout flou! Lors de ma dernière sortie photo avec les gentilles personnes de chez Phototrend , j’ai du encadrer un petit groupe. Vous vous souvenez? En numérique, c’est pareil. La personne qui m’a posé la question m’a dit qu’elle était perdue entre les trois paramètres. La vitesse était trop lente, et le diaphragme était ouvert à fond. Il faut garder à l’esprit que plus la sensibilité est élevée, plus il y a du bruit à l’image . Vous avez aimé ce billet? Ou bien contactez-moi par mail: Vous souhaitez réagir ?

Comment utiliser un flash avec un reflex numérique ? Article proposé par Jean-Pascal Bailliot pour Nikon Passion Au sommaire : quelques bases sur la photo au flashles différents types de flashsla synchronisation avec le boîtierles différentes utilisations du flashles pièges du flash Les flashs électroniques modernes peuvent fonctionner de différentes façons sur les reflex numériques actuels et il est parfois un peu difficile de s’y retrouver. Quelques bases Le flash est un accessoire qui permet, lors de la prise de vue, d’ajouter une source de lumière artificielle d’une température comprise entre 5000 et 6000 Kelvin (la lumière du soleil est de 5400 K). La puissance d’un flash est indiquée en Nombre Guide (NG). Cette valeur est actuellement exprimée par Nikon avec un objectif de 35 mm à 100 ISO. Certains fabricants donnent le NG avec une focale de 105 mm (plus flatteur) ; si le flash est équipé d’un zoom, il s’agit de sa valeur la plus haute. Il est possible de calculer le NG pour une autre sensibilité : Mais également pour plusieurs flashs :

Basics : La mesure de lumière Pour compléter l’article sur les bases de la photo qui avait été précédemment été publié sur Lense, on va s’intéresser aujourd’hui à la mesure de lumière dans un appareil photo.. Bien que toutes les marques possèdent leurs spécificités, elles utilisent globalement les mêmes recettes pour déterminer la luminosité de la scène qu’on photographie. Nous allons donc essayer d’aborder les différents principes de mesures, pour que chacun puisse les comprendre et les appliquer à son matériel. Niveau : débutant – amateur Si vous avez suivi les épisodes précédents (imaginez un “previously, in Lense basics” avec la voie grave et l’accent américain) vous savez maintenant que pour prendre une image correctement exposée, on peut jouer avec plusieurs combinaisons d’ouvertures, de sensibilités et de vitesses d’obturation. Je suis plutôt du genre curieux, et je me suis demandé comment l’appareil procédait pour mesurer cette lumière. // Les Valeurs EV et la mesure “a l’œil” // La Cellule // La mesure spot

Qu’est ce que le ratio d’image ? Le ratio d’image correspond au rapport de la hauteur de l’image et de sa largeur. Cette valeur, a priori insignifiante peut être la source de véritables casse-tete. Que ce cache-t-il derriere ce rapport, quand en tenir compte et qu’en faire ? C’est ce que nous allons voir dans cet article. Quel est le ratio de mes photos ? Le ratio d’image dépend de votre appareil photo. Pour savoir quel est le ratio pour votre appareil photo, il vous suffit de faire le calcul vous-même. Vous obtenez 1,5 → rapport 3/2Vous obtenez 1,33 → rapport 4/3 La différence entre ratio du reflex et du compact est historique. A lire pour aller plus loin:Les exifs: qu'est ce que c'est ? En fonction du ratio, une image va paraître plus ou moins « aplatie ». Comparaison des ratio 3:2 et 4:3 avec une hauteur constante Les ratios 2/3 et 3/2 sont les mêmes, tout dépend de l’orientation de l’image (portrait ou paysage) et de la façon dont vous faites le calcul. Une infinité de ratio possibles Le ratio et l’impression des photos

Related: