background preloader

Abeilles : la faillite de l'évaluation des pesticides

Abeilles : la faillite de l'évaluation des pesticides
LE MONDE | • Mis à jour le | Par Stéphane Foucart Le coupable est-il plutôt l'incompétence ou l'accumulation de conflits d'intérêts ? Impossible de trancher. Mais la question est désormais posée : comment des tests d'évaluation des risques pour l'abeille, notoirement déficients, ont-ils pu être utilisés pendant près de vingt ans pour homologuer les dernières générations d'insecticides ? Après avoir été autorisés depuis le début des années 1990, tous (Gaucho, Régent...) ont été au centre d'intenses polémiques avant d'être retirés, au moins partiellement, du marché... Le dernier en date, le Cruiser, vient d'être interdit par la France sur le colza, une décision attaquée par son fabricant, Syngenta. Cette défaillance est d'autant plus troublante que certains de ces tests d'évaluation ont été remis à jour en 2010, c'est-à-dire tout récemment. Pourquoi un tel rapport ? Les tests standard réalisés en champ sont eux aussi critiqués. Ce n'est pas tout. Pourquoi une telle inertie ?

http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/07/09/abeilles-la-faillite-de-l-evaluation-des-pesticides_1731092_3244.html

Related:  Protection et santé de l'abeilleAbeilles et insectesPesticides et prise en compte politique (scientifique)Pesticides

Les abeilles clairement affectées par les pesticides Madeleine Chagnon est entomologiste et professeure associée à l'Université du Québec à Montréal (UQAM) et s'intéresse depuis des années à l'effet des pesticides sur les abeilles, et tout particulièrement des néonicotinoïdes, ces pesticides systémiques qui enrobent les semences et se diffusent dans la plante à mesure qu'elle pousse. Ils sont utilisés au Québec sur de très grandes superficies, dans la culture du maïs et du canola. Dans le cadre d'une recherche de trois ans, elle a démontré dans un premier temps que des abeilles soumises en laboratoire à des doses connues de néonicotinoïdes développent des modifications au niveau des enzymes de leur cerveau.

Mortalité des abeilles : on connait maintenant le coupable Bambi, Equinoxe, Cruiser, Gaucho, Poncho, Confidor, Proteus : autant de produits phytosanitaires comprenant des molécules néonicotinoïdes aux noms tout aussi barbares (acétamipride, clothianidine, dinoturéfane, imidaclopride, nitempyrane, thiaclopride et thiaméthoxane). Ils visent à éliminer des insectes dits « ravageurs » qui menacent les cultures agricoles. Inodores, insipides, invisibles, on en retrouve un peu partout dans la nature, et dans nos assiettes à faible dose. Ces sept molécules néonicotinoïdes entrent aujourd’hui dans la composition d’une dizaine d’insecticides, eux-mêmes dérivés en plusieurs formulations. Ces molécules agissent sur le système nerveux des invertébrés et entraînent leur paralysie jusqu’à la mort.

Abeilles : des députés britanniques demandent l'interdiction de pesticides Un nouveau front s'est ouvert dans la guerre que mènent les défenseurs des abeilles contre les pesticides néonicotinoïdes. Dans un rapport sévère diffusé vendredi 5 avril, les députés britanniques de la Commission de l'environnement volent au secours des butineuses en appelant le gouvernement de Londres à interdire ces traitements chimiques, très largement utilisés dans les cultures de maïs, de colza, de tournesol et de coton. L'interdiction des néonicotinoïdes est à l'étude en Europe, après que des études scientifiques ont démontré le rôle de ces produits dans l'effondrement des colonies d'abeilles et d'autres insectes pollinisateurs. "Nous estimons que les preuves scientifiques sont importantes pour justifier des mesures de précaution, donc nous appelons (...) à un moratoire sur l'usage de pesticides liés au déclin des abeilles", a déclaré la présidente de la commission parlementaire, Joan Walley, membre du parti d'opposition travailliste.

Les ondes des mobiles "fatales" pour nos abeilles - Mai 2011 Plus d'abeilles ... plus d'humanité, c'est Einstein qui l'a dit... --- La pollution électromagnétique serait l'une des causes de l'effondrement de la population d'abeilles dans le monde, c'est ce que vient de confirmer une nouvelle étude réalisée par le biologiste Daniel Favre, en Lausanne (Suisse). On le sait depuis longtemps, le maintien des colonies d'abeilles domestiques a des implications importantes sur notre écosystème. Dans son étude, le scientifique a analysé les effets des ondes électromagnétiques provenant des téléphones mobiles sur le comportement des abeilles. Les téléphones mobiles ont été placés à proximité immédiate des abeilles et les sons produits par les abeilles ont été enregistrés et analysés. Les recherches ont montré que le signal des téléphones cellulaires trouble le comportement des abeilles. Plus de 83 expériences près des ruches ont donné les mêmes effets !

Manche : un arboriculteur condamné pour avoir tué des abeilles Le Parisien | 14 Sept. 2011, 10h12 A 500 mètres du verger se trouvaient une vingtaine de ruches appartenant à son voisin. Les abeilles ont été décimées. Les abeilles méritent mieux qu’un bord de route A la veille de la journée mondiale de la nature, et après l’annonce d’une mortalité record de pollinisateurs aux Etats Unis, Ségolène Royal s’engage vers la protection de ces insectes essentiels. Un plan national bien trop timide au regard de l’enjeu et de l’urgence. Il était temps de reconnaitre le déclin des abeilles, porte drapeau médiatique de l’ensemble des insectes pollinisateurs ou non. En France, le plan national d’action « France, terre de pollinisateurs », lancé par Ségolène Royal, apporte de nouvelles pierres à l’édifice de la sauvegarde des pollinisateurs. Ainsi, la ministre prend l’initiative de montrer l’exemple avec deux mesures phares : l’installation de 5000 ruchers et gites à insectes et la mise en place de fauches tardives et jachères fleuries sur 12000 km de bord de routes nationales, suite à l’expérimentation proposé par FNE dans le cadre du Grenelle de l’environnement. Le principal coupable n’est pas inquiété

Feu vert européen pour l'utilisation du pollen du Maïs OGM Mon 810 L'Agence de sécurité alimentaire européenne (EFSA) vient de conclure que le pollen du maïs OGM Monsanto 810 ne présente pas de risque pour la santé et peut remplacer le pollen du maïs non OGM. Suite à la publication de l'étude du Pr Séralini, le maïs OGM continue à faire l'objet de vifs débats entre scientifiques concernant sa toxicité potentielle. L'Agence Européenne de Sécurité Alimentaire a donné récemment son avis sur cette étude. Elle l'a jugée non valable scientifiquement, balayant, malgré les évidences, les conclusions de l'auteur. Pesticides : les preuves du danger s'accumulent En dépit des dénégations des industriels du secteur, les pesticides sont bel et bien impliqués dans un grand nombre de pathologies lourdes – cancers, maladies du sang, troubles neurologiques, malformations, etc. – dont l'incidence tend à augmenter dans le monde. C'est l'idée-force d'une impressionnante expertise collective menée sur l'ensemble des connaissances internationales actuelles, et pilotée par l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), qui l'a rendue publique jeudi 13 juin. Cette synthèse rassemble les données épidémiologiques issues de nombreux pays (Etats-Unis, Canada, Australie, Finlande, Danemark, etc.), qui précisent les effets sanitaires des principaux produits phytosanitaires : insecticides, herbicides et fongicides.

Une faible dose d’insecticide suffit à désorienter les abeilles Deux nouvelles études publiées simultanément dans la très respectée revue américaine Science, 29 mars 2012, mettent en évidence le rôle de deux insecticides néonicotinoïdes très couramment utilisés pour expliquer le déclin des abeilles.Les procédures d’évaluation et d’autorisation des pesticides sont à revoir de toute urgence. L’effet de certains pesticides sur les insectes pollinisateurs se précise. Deux études parues le 29 mars 2012 dans la revue Science révèlent la manière dont deux insecticides de la famille des néonicotinoïdes - introduits au début des années 1990 et devenus maintenant les pesticides les plus couramment utilisés sur les cultures du monde entier - agissent sur le développement et le comportement de l’abeille domestique et d’une espèce de bourdon pollinisateur sauvage. Le tout - et c’est une grande première - dans les conditions de plein champ et non en laboratoire, comme c’était le cas jusqu’à présent. "Certaines espèces de bourdons ont énormément baissé en nombre.

Les pesticides n'ont plus droit de cité dans les jardins Le Parlement a adopté définitivement jeudi 23 janvier, par vote à l'Assemblée nationale, une proposition de loi écologiste qui interdit les pesticides dans les espaces verts publics à partir de 2020 et dans les jardins particuliers à compter de 2022. Outre les écologistes, socialistes, radicaux de gauche, UDI et Front de gauche ont voté pour. Les élus UMP se sont prononcés contre ou abstenus. Ce texte est "une nécessité" pour la santé publique et la protection de l'environnement, a estimé le ministre de l'Ecologie Philippe Martin, relevant toutefois que 90% des produits phytosanitaires étendus le sont en agriculture. 2020 : plus de pesticides dans les parterres municipaux Le projet de loi d'avenir agricole, voté mi-janvier en première lecture à l'Assemblée, pose quelques jalons, notamment un suivi post-mise sur le marché des pesticides.

Cri d’alerte contre les néonicotinoïdes, ces pesticides tueurs d’abeilles Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Martine Valo L’interdiction des néonicotinoïdes – ces pesticides qui contribuent notamment à décimer les abeilles – devient un sujet récurrent à l’Assemblée nationale. Mercredi 24 juin, Delphine Batho, Gérard Bapt et Jean-Paul Chanteguet, trois députés socialistes à la pointe de ce combat, ont poussé un nouveau cri d’alerte à l’occasion d’un forum citoyen réuni à leur initiative. Le 19 mars 2015, ils étaient déjà parvenus à faire voter dans l’hémicycle un amendement lors de l’examen du projet de loi sur la biodiversité, stipulant tout simplement que « l’usage des produits phytosanitaires de la famille des néonicotinoïdes [serait] interdit à compter du 1er janvier 2016. » Seulement, voter n’est pas adopter, surtout lorsqu’une résolution de cette nature n’est pas soutenue par le gouvernement.

Tiens, je retombe la-dessus. Faillite de l'évaluation des pesticides et on voudrait nous faire croire que les mêmes qui testent les PGM font mieux leur travail ? J'ai des doutes, de gros doutes. by alwen Oct 4

Related: