background preloader

Jeter le bébé pour garder l’eau du bain ?, par Frédéric Pierru (savoir/agir 8 - Le MHM)

Jeter le bébé pour garder l’eau du bain ?, par Frédéric Pierru (savoir/agir 8 - Le MHM)
Revue savoir/agir, n°8, juin 2009, Éditions du Croquant, pp. 13-24. Ce texte est publié avec les aimables autorisations de l'auteur et de l'éditeur. F. Pierru est Chargé de recherche CNRS (section 40 : Politique, pourvoir, organisation) es contorsions idéologiques et rhétoriques des gardiens de la croyance économique confrontés au spectacle pathétique du naufrage de la finance libéralisée puis, dans son sillage, de l’entrée de l’économie mondiale dans la plus grave récession depuis l’après-guerre, voire depuis les années 1930, peuvent prêter à sourire et même à moqueries. Toutefois, en rester à un regard mi-amusé, mi-ironique, sinon revanchard, sur les gesticulations désespérées des matelots et des officiers du Titanic néolibéral ferait manquer une question sociologique importante : comment les agents sociaux font-ils pour surmonter le démenti empirique infligé à une croyance à laquelle ils tiennent plus que tout et par rapport à laquelle ils ont organisé leur vie ? Related:  La dissonance cognitiveLes manipulations et le cerveau

« Des salariés seuls face aux injonctions paradoxales » Origine : Vincent de Gaulejac , Travail, les raisons de la colère, éditions Le Seuil, le 3 mars 2011. Stress, burn-out, dépressions, perte de sens, suicides… Dans le secteur privé comme dans le public, les salariés vivent un mal-être profond. Novethic : Dans votre livre, vous vous montrez critique sur l’utilisation généralisée du terme « risques psychosociaux ». V. de Gaulejac : Au cours de la précédente décennie, les notions de stress, de violence et de souffrance étaient prédominantes. Quels sont les symptômes du mal-être dans les organisations aujourd’hui ? De plus en plus de salariés témoignent d’un mal-être profond lié aux transformations des organisations du travail et des pratiques de management. Quelles en sont les conséquences psychologiques ? L’obligation de sécurité de résultat se renforce pour les employeurs.

Karl Polanyi, le marché et le socialisme - La vie des idées Recensé : Karl Polanyi, Essais, Paris, Seuil, 2008, 589 p., 29 €. Édités par Michèle Cangiani et Jérôme Maucourant, traduits par Françoise Laroche et Laurence Collaud, avec une postface d’Alain Caillé et Jean-Louis Laville. On prend aujourd’hui la mesure de la postérité intellectuelle de Karl Polanyi, dans des domaines aussi divers que l’anthropologie (Marshall Sahlins, Louis Dumont), l’histoire de la Grèce antique (Moses Finley) ou la sociologie économique (Mark Granovetter). Un courant de sciences sociales comme le MAUSS (Mouvement anti-utilitariste en sciences sociales, auquel appartiennent Alain Caillé et Jean-Louis Laville, auteurs de la postface) revendique son influence. Il n’en reste pas moins que la réception française a longtemps souffert des retards et de la rareté des traductions de l’œuvre prolifique du grand penseur hongrois. Ce gros volume, annoncé il y a quelques années par Jérôme Maucourant dans une lumineuse petite monographie intitulée Avez-vous lu Polanyi ?

De la bonne conscience (La Traverse #1) HTML ou la théorie de la tendance à la réduction de la dissonance cognitive par Nestor Potkine Dans quelle mesure des expérimentations de psychologie sociale peuvent-elles enrichir nos réflexions sur le changement de société ? Deux mystères Le mystère de l’affaire Madoff1 réside dans la personnalité des victimes du plus grand escroc financier de l’histoire. Comment des millionnaires bardés de conseillers financiers ont-ils pu être bernés ? Le mystère de l’histoire des partis communistes occidentaux réside dans la sincérité de leurs militants, travaillant à l’avènement du communisme, convaincus que l’URSS est le paradis, que là-bas l’ouvrier est heureux puisque la médecine est gratuite et le logement garanti. Comment des milliers de militants voués à la critique sociale ont-ils pu être bernés ? Un point commun Les réponses à ces deux questions sont complexes, elles entraînent plusieurs explications. Jusque vers 1970, on ne devenait pas militant du PCF si facilement. Proposition d'explication

VERS UN TOTALITARISME RAMPANT… On ne pourra pas dire que l’on n’a pas été prévenu hein ? et quand au "rampant" je le trouve plutôt galopant moi en ce moment ... Plutôt que de jouer au messie ou au parano ou à la cassandre avec des audiences/entourages/familles peu réceptives ou anesthésiées, préparez vous, sans peur, mais sans faillir ... La dernière péripétie grecque qui consiste à passer outre l’opinion du peuple en vue de la détermination d’une politique qui le concerne au premier chef, n’est ni une erreur, ni un faux pas dans la précipitation imposée par la crise financière. L’épisode Irlandais pour imposer au peuple son entrée dans l’Europe et l’épisode du Traité Constitutionnel Européen imposé aux Français via le Parlement, alors qu’il l’avait refusé par référendum,… entrent dans une logique politique qui tend aujourd’hui à devenir une pratique courante. Les conditions d’après la 2e Guerre Mondiale, et surtout après la décolonisation, ont « redistribué les cartes ».

Héloïse Junier | Psychologue et journaliste Retrouvez cet article publié dans le Hors-Série du Cercle Psy "Qui sont (vraiment) les psychologues ? La tendance étant à la psychologisation de nos moindres comportements, jamais les psys n’ont été aussi présents. Certains quittent même l’intimité de leur cabinet pour l’exposition des médias… Qu’en pensent leurs confrères ? Lire la suite Retrouvez cet article publié dans le hors-série "Qui sont (vraiment) les psychologues" de la revue le Cercle Psy. Il faut détenir un Bac+5 pour décrocher le titre de psychologue. Lire la suite Avis à tous les parents et professionnels de l’enfance ! Le 30 avril 2014 se tiendra à Paris le colloque "Les enfants face aux écrans". En tant que psychologue de crèche, j’y aborderai la place et les effets des écrans chez les jeunes enfants. Plus d’infos ICI. Retrouvez cet article publié dans le Hors-Série du Cercle Psy "Qui sont (vraiment) les psychologues ?" Lire la suite Lire la suite Lire la suite Et hop ! Lire la suite

Harold Searles: L’effort pour rendre l’autre fou Ce texte est une courte synthèse du célèbre article de Harold Searles. L’effort pour rendre l’autre fou (1959), Harold Searles "L’individu devient schizophrénique, en partie, à cause d’un effort continu – largement ou totalement inconscient – de la ou des personnes importantes de son entourage pour le rendre fou. Les modes selon lesquels on rend l’autre fou De manière générale, l’instauration de toute interaction interpersonnelle qui tend à favoriser un conflit affectif chez l’autre – qui tend à agir les unes contre les autres différentes aires de la personnalité – tend à rendre l’autre fou (c’est-à-dire schizophrène). Une autre technique, étroitement liée à celle de la stimulation-frustration, consiste à traiter l’autre à deux niveaux de relation (voir plus) n’ayant absolument aucun rapport entre eux. Chacune de ces techniques tend à saper la confiance de l’autre dans la fiabilité de ses propres réactions affectives et de sa propre perception de la réalité extérieure. Duarte Rolo Like this:

Qui sont ces puissants qui manipulent nos dirigeants ? L’époque et le contexte actuels favorisent l’opacité ou cette notion indéfinissable de “gouvernance”, qui semble être le dernier avatar de la modernité. Un faisceau de facteurs nourrit ces castes, par définition endogames, chargées de la gestion des grands intérêts supranationaux. La mondialisation engendre une strate de technocrates, supposés compétents, dont l’expertise échappe par nature au grand public, mais aussi aux élus du peuple. Il faut sans doute faire prudemment la part des choses entre la croyance populaire en la conjuration permanente de barons masqués et la terrible réalité d’un monde conduit par des leaders qui cachent derrière leurs cravates une forte dose d’incompétence, si ce n’est de désarroi. Une instance inaperçue et inconnue du plus grand nombre Il revient à Pierre Bourdieu d’avoir formulé le concept du “gouvernement invisible”, dans un article au titre alarmiste, “La culture est en danger”. Les discrètes notes “Antici”* Le vrai pouvoir des banques [...] [...]

Le Diable et le Bon Dieu La Nature vient de faire au Honduras ce que les Américains ont fait en Iraq il y a quelques années: détruire à peu près tout ce qui pouvait se détruire. Mais la Nature ayant des moyens plus puissants que le Grand Satan des Iraniens, elle l’a fait en mieux…. c’est-à-dire en pire. 15 000 morts, 2 millions de sans-abri, 3 milliards de dommages, surtout au niveau des infrastructures. J’ai déjà assez d’ennemis en hauts lieux sur cette terre, je ne me lancerai certainement pas ici dans le rouspétage théologique. Disons donc pudiquement que les voies de Dieu sont insondables… et concentrons sur ce qui est la faute du Diable, la faute du Système. Ce qui est la faute du Système, c’est qu’il faudra une génération au Honduras pour se remettre des séquelles de la catastrophe, alors que quand un ouragan frappe la Floride, – ou un tremblement de terre le Japon ou la Californie – faisant 10 fois plus de dégâts matériels, on n’en voit plus guère de traces l’année suivante. 1. 2. 3. 4. Pierre JC Allard

L’incapacité de l’Europe à contrer la politique belliqueuse israélo-américaine wsws : Nouvelles et analyses : Europe par Ulrich Rippert 22 juillet 2006 Utilisez cette version pour imprimer Lorsque le gouvernement Bush a déclenché il y a trois ans sa guerre contre l’Irak, certains gouvernements européens ont mis en garde contre le fait qu’un tel conflit armé pourrait conduire à un désastre militaire et politique. Aujourd’hui, après que ces craintes se soient concrétisées de la plus terrible manière, les critiques européens d’antan ont changé de trajectoire pour s’aligner derrière la politique de guerre israélo-américaine. Deux jours avant le sommet, alors que l’armée israélienne, sous les regards du monde entier, lançait ses opérations militaires contre le Liban en détruisant le principal aéroport du pays, Angela Merkel recevait avec exubérance le président américain. Comment expliquer ce revirement ? Ce développement pose un dilemme aux gouvernements européens. Cette contradiction prend actuellement des formes bizarres.

Les étapes clés pour créer un bassin au jardin L'eau au jardin | 09/04/2012 Des démarches administratives à entreprendre avant la construction d'un bassin à l'installation des plantes aquatiques : votre bassin au jardin pas à pas avec Rustica. F. Marre - Rustica - Le Bois Pinard - Marie Marcat Notre choix : un petit bassin régulier. Creuser le bassin Creusez les contours de votre bassin en suivant le tracé fait au sol grâce à un tuyau d’arrosage. Vérifier l'horizontalité Vérifiez en permanence et minutieusement l’horizontalité du futur niveau fini du bassin en vous aidant d’une planche appuyée sur des piquets, repères de référence. Préparer l’emplacement de la bâche Tracez une petite tranchée tout autour du bassin pour pouvoir enterrer et maintenir la bâche. Vérifier les gradins, ôter les cailloux Contrôlez que les gradins creusés pour déposer les futurs paniers de culture sont parfaitement horizontaux. Installer les bandes de géotextile Installer la bâche étanche Remplir le bassin Répartir les plis de la bâche Découper l’excès de bâche

Alice Miller Imprimer par Alice Miller Depuis quelques années, il est scientifiquement prouvé que les effets dévastateurs des traumatismes infligés à l'enfant se répercutent inévitablement sur la société. Cette vérité concerne chaque individu pris isolément et devrait - si elle était suffisamment connue - conduire à modifier fondamentalement notre société, et surtout à nous libérer de l'escalade aveugle de la violence. Les points suivants voudraient préciser cette thèse : Tout enfant vient au monde pour s'épanouir, se développer, aimer, exprimer ses besoins et ses sentiments. www.alice-miller.com© 2014 Alice Miller Haut

Related: