background preloader

Aldous Huxley's Brave New World

Aldous Huxley's Brave New World
Related:  Utopian literatureTotalitarisme sans Aron ni Arendt

The Handmaid s Tale (etext) A chair, a table, a lamp. Above, on the white ceiling, a relief ornament in the shape of a wreath, and in the center of it a blank space, plastered over, like the place in a face where the eye has been taken out. There must have been a chandelier, once. They've removed anything you could tie a rope to. A window, two white curtains. On the wall above the chair, a picture, framed but with no glass: a print of flowers, blue irises, watercolor. Think of it as being in the army, said Aunt Lydia. A bed. So. But a chair, sunlight, flowers: these are not to be dismissed. The bell that measures time is ringing. I get up out of the chair, advance my feet into the sunlight, in their red shoes, flat-heeled to save the spine and not for dancing. The door of the room-not my room, I refuse to say my-is not locked. The carpet bends and goes down the front staircase and I go with it, one hand on the banister, once a tree, turned in another century, rubbed to a warm gloss. Nobody asking you, Cora said.

Actualité des thèmes du Meilleur des mondes - Article Quelle société totalitaire ? La terreur et la tyrannie ne sont pas les moteurs du Meilleur des mondes. Lorsque Huxley le rédige, en 1931, Adolf Hitler n’était pas encore au pouvoir en Allemagne et les purges staliniennes n’avaient pas commencé en Russie. Son roman d’anticipation Ape and Essence (Temps futurs) paru en 1948 se fonde plus sur les ravages de la bombe atomique que sur celle des totalitarismes. Les « deux cultures » Huxley se place plus dans le débat de la première moitié du XXe siècle dit des « deux cultures », celle des sciences expérimentales et celle des « humanités » (littérature et sciences humaines). Homme de lettres, Huxley est fasciné et inquiet des progrès des sciences, d’autant plus que son environnement familial et ses amitiés comptent nombre d’éminents scientifiques. Le Meilleur des mondes aujourd’hui Les questions actuelles sur la sexualité s’éloignent du schéma du Meilleur des mondes.

Les monades urbaines Dans le futur, la population se compte en dizaine de milliards et les gens vivent dans des tours vertigineuses de mille étages. Ils ne quittent pas ces petits mondes verticaux. Ils jouissent d’une grande ouverture sexuelle et vivent dans le bonheur. Tous ceux qui ne sont pas heureux sont soignés et ceux qu’on ne peut pas soigner... Au fil des chapitres, nous suivons les aventures de plusieurs personnages qui nous dévoilent ce « meilleur des mondes »... « "Pour nous la vie est sacrée. J’ai trouvé que c’était une bonne lecture dans le genre dystopie. Comme thème, j’aime beaucoup l’idée de tours verticales avec toutes les utilités. J’ai été à la fois séduite, répugnée et déprimée de cette société faite de sexe et d’obéissance. Je recommande aux amateurs de science-fiction et dystopie.

The Handmaid's Tale (wiki) The Handmaid's Tale won the 1985 Governor General's Award and the first Arthur C. Clarke Award in 1987; it was also nominated for the 1986 Nebula Award, the 1986 Booker Prize, and the 1987 Prometheus Award. It has been adapted for the cinema, radio, opera, and stage. Plot summary[edit] The Handmaid's Tale is set in the near future in the Republic of Gilead, a theocratic military dictatorship formed within the borders of what was formerly the United States of America. Beginning with a staged terrorist attack (blamed on Islamic extremist terrorists) that kills the President and most of Congress, a movement calling itself the "Sons of Jacob" launches a revolution and suspends the United States Constitution under the pretext of restoring order. The story is presented from the point of view of a woman called Offred (literally Of-Fred). The Commander is a high-ranking official in Gilead. After Offred's initial meeting with Nick, they begin to rendezvous more frequently. Characters[edit]

Nicolas Berdiaev, épigraphe à Le meilleur des mondes Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre. Nicolas Berdiaev (1874-1948) est un philosophe russe. Les utopies apparaissent comme bien plus réalisables qu’on ne le croyait autrefois. Épigraphe française du Meilleur des mondes (1932) d’Aldous Huxley.Le Meilleur des mondes (1932), Aldous Huxley (trad. Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia : De la servitude moderne Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. De la servitude moderne est un livre écrit en 2007 par Jean-François Brient[1]. En mai 2009, il bénéficie d'une adaptation cinématographique sous forme de film documentaire monté par Victor León Fuentes. Il est diffusé gratuitement dans plusieurs langues et sous plusieurs formats dans certains lieux alternatifs en France et en Amérique latine[2]. Synopsis[modifier | modifier le code] L’œuvre dénonce la condition d’esclave de l’homme moderne, et décrit le monde contemporain comme un « totalitarisme marchand ». La thèse défendue, correspond à l'idée que désormais, la dictature ne s'exerce plus par un homme. Mais, et c'est là où le film se rapproche du Discours de la servitude volontaire d'Étienne de La Boétie, si cette servitude perdure, s'il existe des maîtres c'est parce que les esclaves ont choisi de demeurer esclaves et non pas parce qu'il existe des maîtres. Fiche technique[modifier | modifier le code] Chapitres[modifier | modifier le code]

Nineteen Eighty-Four History and title[edit] A 1947 draft manuscript of the first page of Nineteen Eighty-Four, showing the editorial development. The Last Man in Europe was an early title for the novel but in a letter dated 22 October 1948 to his publisher Fredric Warburg, eight months before publication, Orwell wrote about hesitating between The Last Man in Europe and Nineteen Eighty-Four.[14] Warburg suggested changing the main title to a more commercial one.[15] Copyright status[edit] The novel will be in the public domain in the European Union and Russia in 2021 and in the United States in 2044.[21] It is already in the public domain in Canada;[22] South Africa,[23] Argentina[24] Australia,[25] and Oman.[26] Background[edit] The banner of the Party in the 1984 film adaptation of the book (I) the upper-class Inner Party, the elite ruling minority, who make up 2% of the population. As the government, the Party controls the population with four ministries: Plot[edit] Characters[edit] Principal characters[edit]

Lire : La fabrication du consentement, de Noam Chomsky et Edward Herman (un extrait) Présentation de l’éditeur « Dans cet ouvrage, désormais un classique outre-Atlantique (1988, rééd. 2002), les auteurs présentent leur « modèle de propagande », véritable outil d’analyse et de compréhension de la manière dont fonctionnent les médias dominants. Ils font la lumière sur la tendance lourde à ne travailler que dans le cadre de limites définies et à relayer, pour l’essentiel, les informations fournies par les élites économiques et politiques, les amenant ainsi à participer plus ou moins consciemment à la mise en place d’une propagande idéologique destinée à servir les intérêts des mêmes élites. En attendant de proposer ici même une présentation plus détaillée, on se bornera à ajouter que La fabrique du consentement propose une modélisation de la propagande – ce que les auteurs appellent « Le modèle de propagande » - qui repose sur l’identification de cinq filtres : 1. Extrait (sous-titres d’Acrimed) Chapitre I. 3. Des sources officielles Des médias subventionnés Des experts

Orwell's 1984 (etext) Nineteen Eighty-four, by George Orwell Table of Contents Chapter 1 Chapter 2 Chapter 3 Chapter 4 Chapter 5 Chapter 6 Chapter 7 Chapter 8 Chapter 1 Chapter 2 Chapter 3 Chapter 4 Chapter 5 Chapter 6 Chapter 7 Chapter 8 Chapter 9 Chapter 10 Chapter 1 Chapter 2 Chapter 3 Chapter 4 Chapter 5 Chapter 6 Appendix. The Principles of Newspeak Front Table of Contents Next La Stratégie du choc Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La Stratégie du choc, la montée d'un capitalisme du désastre (titre original : The Shock Doctrine: The Rise of Disaster Capitalism) est un essai socio-politique altermondialiste publié en 2007 par la journaliste canadienne Naomi Klein. Thèse du livre[modifier | modifier le code] Après une préface où elle expose les différents points de son argumentation, le premier chapitre porte sur la torture et plus particulièrement sur les expériences de lavage de cerveau effectuées par Donald Ewen Cameron et qui auraient été financées par la CIA. D'après Naomi Klein ces recherches étaient menées pour détruire la personnalité du sujet en lui administrant des chocs divers afin d'obtenir une « page blanche » sur laquelle on pourrait écrire une nouvelle personnalité. Naomi Klein cite plusieurs exemples pour étayer sa thèse. En conclusion Naomi Klein préfère parler de « corporatisme » pour désigner la nouvelle forme de capitalisme qu'elle décrit.

Brave New World by Aldous Huxley (etext) Chapter One A SQUAT grey building of only thirty-four stories. Over the main entrance the words, CENTRAL LONDON HATCHERY AND CONDITIONING CENTRE, and, in a shield, the World State's motto, COMMUNITY, IDENTITY, STABILITY. The enormous room on the ground floor faced towards the north. Cold for all the summer beyond the panes, for all the tropical heat of the room itself, a harsh thin light glared through the windows, hungrily seeking some draped lay figure, some pallid shape of academic goose-flesh, but finding only the glass and nickel and bleakly shining porcelain of a laboratory. Wintriness responded to wintriness. "And this," said the Director opening the door, "is the Fertilizing Room." Bent over their instruments, three hundred Fertilizers were plunged, as the Director of Hatcheries and Conditioning entered the room, in the scarcely breathing silence, the absent-minded, soliloquizing hum or whistle, of absorbed concentration. Meanwhile, it was a privilege. Responds by budding. Mr.

Magie et propagande – Normand Baillargeon 27 octobre 2012 13h43 · Normand Baillargeon [Une essai paru dans la revue À Bâbord. Reproduction en revue ou livre autorisée à condition de m'en informer] La manipulation consciente, intelligente, des opinions et des comportements des masses joue un rôle important dans une société démocratique. Ceux qui manipulent ce mécanisme secret de la société forment un gouvernement invisible qui exerce véritablement le pouvoir. Edward Bernays, (Propaganda, Chapitre I) Les innombrables guerres qui ensanglantent l’Histoire ont bien entendu été menées pour des raisons géo-politiques variées et souvent complexes. Comme on pouvait s’y attendre — et comme en témoignent notamment les documents classés secrets qui finissent par devenir accessibles — ces justifications ne reflétaient typiquement, en bout de piste, que très peu, voire en rien, la réalité des raisons objectives ayant conduit à la décision d’entrer en guerre. Le premier est celui qui conduit à la déclaration de la guerre. Propagande et magie 1.

Brave New World (wiki) Classic 1932 science fiction novel by Aldous Huxley In 1999, the Modern Library ranked Brave New World as #5 on its list of the 100 best English-language novels of the 20th century.[2] In 2003, Robert McCrum, writing for The Observer, included Brave New World chronologically at #53 in "the top 100 greatest novels of all time",[3] and the novel was listed at #87 on The Big Read survey by the BBC.[4] Title[edit] O wonder! Translations of the title often allude to similar expressions used in domestic works of literature: the French edition of the work is entitled Le Meilleur des mondes (The Best of All Worlds), an allusion to an expression used by the philosopher Gottfried Leibniz[7] and satirised in Candide, Ou l'Optimisme by Voltaire (1759). History[edit] Huxley said that Brave New World was inspired by the utopian novels of H. Plot[edit] Characters[edit] Bernard Marx, a sleep-learning specialist at the Central London Hatchery and Conditioning Centre. Benito Hoover, Another of Lenina's lovers.

Ciné-Club - "Brazil" de Terry Gilliam (1985) Cycle : Les Dytopies urbaines dans le cinéma de science-fiction : 5 Amphi Ciné - École Spéciale d’Architecture. "Dans Brazil, le machinisme a pris le pouvoir au cœur d’une société futuriste totalitaire. Le dérèglement d’un ordinateur propulse un fonctionnaire modèle dans une aventure infernale. Tout cela dans un univers de tuyaux, de pompes géantes, une sorte de ville-poumon gigantesque. Plus d’infos sur le CinéClub

Related: