background preloader

Pourquoi il faut apprendre à coder à tous nos élèves

Pourquoi il faut apprendre à coder à tous nos élèves
{*style:<i>Surtout, je renvoie au dossier tiré du séminaire PRECIP : Enseigner l’écriture numérique ? certainement bien meilleure argumentation que la mienne. Màj n°6 : on m’a signalé cet article “ Coding – The new latin ” de Rory Cellan-Jones, à lire ! </i>*} …et pas seulement à cliquer, …et pas seulement aux élèves de la série scientifique qui en plus est la voie royale. Je suis de plus en plus convaincue de l’importance et de l’utilité d’apprendre à coder à nos élèves, et particulièrement à ceux de la filière Littéraire. <p>Contrôler les écrans</p> Je parle en tant qu’ancienne élève de la filière A2, vous savez celle où il y avait le moins de maths possible…J’emploie donc le mot « coder » dans son sens le plus large, c’est-à-dire pouvoir toucher un peu ou tout entier aux fonctionnalités pour les maîtriser, ou au moins les comprendre. Enfin, c’est un langage universel, et c’est la maîtrise parfaite de celui-ci qui fait que l’on peut le lire. Imprimer ce billet

http://enseignant.hypotheses.org/492

Related:  Apprendre à coder ?à classerjuillet 2012Code à l'école

Lire, écrire, compter… coder ? Faut-il enseigner l’informatique à l’école ? Dans un monde où les technologies numériques prennent de plus en plus de place, la question pourrait sembler anachronique — et la réponse évidente. En France, l’offre est pourtant encore d’une pauvreté désarmante. Certes, l’option « Informatique et sciences du numérique » a été proposée à la rentrée dernière aux terminales scientifiques, avec l’idée de l’élargir à l’ensemble des terminales en 2014 ; certes, le ministère de l’Éducation nationale planche sur une sensibilisation dès les classes de primaire ; on peut quand même se demander pourquoi, en 2013, on en est encore là. Modification du calendrier scolaire 2012-2013 Conformément au vote exprimé le 28 juin par le Conseil supérieur de l'éducation, organe représentatif qui regroupe l'ensemble des acteurs et partenaires de l'école, le ministre de l'éducation nationale décide la modification du calendrier scolaire 2012-2013. Les modifications du calendrier scolaire 2012-2013 sont les suivantes : Les vacances de la Toussaint, dans les trois zones, débuteront le samedi 27 octobre et se termineront le lundi 12 novembre 2012 au matin.Une journée est rattrapée au mois d'avril ou au mois de mai : les élèves auront cours soit le mercredi 3 avril, soit le mercredi 22 mai. Le choix sera arrêté localement par les recteurs. Lorsque des cours sont déjà organisés le mercredi matin, les élèves auront cours mercredi 3 avril et mercredi 22 mai après-midi.Il est à noter que les mercredis travaillés ont été choisis dans des semaines comportant un jour férié. Le nombre de jours travaillés dans l'année et la durée des vacances sont inchangés.

Class’Code… c’est parti Former 300 000 éducateurs, animateurs, enseignants pour que ceux-ci puissent demain utiliser le code informatique dans leurs activités devant les enfants et les adolescents, c’est le défi fou de Class’Code. Faire aussi qu’apprendre à programmer ne soit pas une fin en soi mais un moyen de s’approprier vraiment le monde numérique : ils sont totalement fous ! A Binaire, nous sommes fans de Class’Code*.

De l'informatique, du numérique et du bordel ambiant Le bordel ambiant, ce n’est plus exactement celui qui était cher à Roland Moreno mais celui dont la mise en œuvre systématique, dès le début des années 90, dans le développement des réseaux informatiques des collèges et lycées, a tant fait pour l’émergence puis la banalisation des usages. C’était le temps des pionniers, de leurs initiatives débridées, dérégulées, enthousiastes, innovantes. L’institution montrait juste un peu de curiosité, sans pouvoir vraiment s’opposer. C’était déjà ça.

Jusqu’où empiler les disciplines Une lettre ouverte au Président de la République lui demandant de valoriser l’enseignement de l’informatique a récemment été publiée par la société informatique de France qui se conclut, évidemment, par la demande de création d’un CAPES et d’une Agrégation d’informatique. Nous ne discuterons pas ici du fond de cette revendication, mais de ce qu’elle signifie en tant que démarche : alors même que le président du Conseil supérieur des programmes met en avant la nécessité d’une approche globale et curriculaire, les pétitionnaires empruntent la voie classique typiquement française consistant à rajouter une couche à l’empilement disciplinaire dont souffre déjà l’enseignement secondaire. Il est singulier que la seule méthode que l’on envisage pour promouvoir un champ de connaissances ou de compétences soit de créer une nouvelle boîte disciplinaire. A la place de laquelle d’ailleurs ? Mystère. Peut-on vraiment demander à l’école de se (ur)charger de tout comme le montre Lelièvre ?

Qui connaît la taxonomie de Bloom ? Schéma d'Olivier Legrand (détail) C’est un exemple pur de la façon dont la twittosphère peut dévorer notre temps. Mais c’est aussi l’inverse : une preuve de l’intérêt à s’exposer l’esprit à des centaines de sollicitations imprévues et à se laisser emporter par ses élans de curiosité. L'école numérique La stratégie pour faire rentrer l'école dans l'ère numérique vise à développer un écosystème global de l'e-Education, depuis les contenus et services jusqu'au matériel. Elle s'appuie sur la mobilisation coordonnée des différents acteurs pour mettre en place les conditions optimales d'un développement harmonieux et efficace des usages, des ressources, des équipements, des infrastructures, de la formation des enseignants et des compétences numériques des élèves. Le PLAN NUMÉrique à l'école

Rapport Fourgous 2012 : apprendre autrement à l'ère numérique Rapport Fourgous 2012 : apprendre autrement à l'ère numérique Après un premier rapport, en 2010, sur l’équipement numérique des écoles, la mission parlementaire de Jean-Michel Fourgous vient de publier le nouveau rapport " Apprendre autrement à l’ère numérique " sur l’innovation des pratiques pédagogiques par le numérique et la formation des enseignants, à destination du 1er ministre. Pourquoi cette seconde mission ? Équiper les classes ne suffit pas à améliorer les résultats scolaires. L’Observatoire de l’Éducation de Norvège a montré que, lorsqu’il y a appropriation pédagogique de ces outils par les enseignants, les élèves s’investissent plus et les résultats scolaires s’améliorent. Il existe un consensus sur la nécessité d’une évolution des pratiques vers des pédagogies plus actives, participatives, collaboratives (travail en groupe) et différenciées (respect des différences entre élèves).

Lettre ouverte à Monsieur François Hollande, Président de la République, concernant l’enseignement de l’informatique Monsieur le Président, L’informatique a donné naissance à une industrie du même nom, puis à une culture qui a pris une place considérable dans notre société, le numérique. La politique volontariste, la formation au numérique et par le numérique, que vous avez voulue, a pour but d’accompagner l’entrée de notre pays dans le monde du numérique. Cette politique n’a une chance de réussir que si elle s’accompagne d’un développement massif de l’enseignement de l’informatique qui est la clé de la compréhension du monde numérique en construction.

Education : Un diplôme dès la fin du CM2 ? La ministre déléguée à la Réussite éducative, George Pau-Langevin, a jugé ce samedi « intéressant » la proposition de remettre des diplômes de passage en 6e, en marge d'un déplacement dans une école primaire de Seine-Saint-Denis, a constaté une journaliste de l'AFP. « Cette idée de sanctionner un rite de passage, une fin d'étape est intéressante et peut-être qu'on pourra considérer ça comme une pratique pouvant être renouvelée », a souligné la ministre, après avoir remis ce document de passage en 6e à 59 élèves de CM2 de l'école Marcel Sembat de Saint-Denis. Vers un retour du CEP ? Cette cérémonie aujourd'hui « peut donner des idées aux autres enseignants » et « on voit que les enfants sont contents, émus qu'on leur remette un diplôme », a-t-elle ajouté. Ce genre de cérémonie est encore rare dans les écoles primaire. Actu France Soir (avec AFP)

Cloud computing : les conseils de la CNIL pour les entreprises qui utilisent ces nouveaux services L'expression " informatique en nuage " ou " Cloud computing " désigne le déport vers " le nuage Internet "* de données et d'applications qui auparavant étaient situées sur les serveurs et ordinateurs des sociétés, des organisations ou des particuliers. Le modèle économique associé s'apparente à la location de ressources informatiques avec une facturation en fonction de la consommation. La gamme d'offres correspondantes a connu un fort développement ces quatre dernières années, notamment au travers du stockage et de l'édition en ligne de documents ou même des réseaux sociaux par exemple. De nombreuses offres de services de Cloud computing sont désormais disponibles sur le marché, que ce soit pour l'hébergement d'infrastructures (IaaS – Infrastructure as a Service), la fourniture de plateformes de développement (PaaS – Platform as a Service) ou celle de logiciels en ligne (SaaS – Software as a Service). Une nécessaire clarification du cadre juridique

Related: