background preloader

Cartopole de Baud (Bretagne)

Cartopole de Baud (Bretagne)
Related:  Cartes Postales AnciennesMusées Cartes PostalesPatrimoine

Musée de la carte postale Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Présentation et historique du musée[modifier | modifier le code] Le Musée de la carte postale est situé dans l'ancien embarcadère du port de Mortagne[1] et est le tout dernier des musées du Pays Royannais à avoir été ouvert au public en été 2003. Depuis sa création, il participe activement à la mise en valeur touristique de la rive droite de l'estuaire de la Gironde en association étroite avec les musées du Pays Royannais[2]. Collections et vie du musée[modifier | modifier le code] Ainsi, ce musée local retrace-t-il, au travers de 300 reproductions de vieilles cartes postales en noir et blanc - dont quelques-unes sont colorisées -, l'histoire mais aussi la vie quotidienne de Mortagne-sur-Gironde et de ses habitants. Le but de ce musée, constitué par une dynamique association de la commune dénommée "L'Embarcadère", est la sauvegarde du patrimoine villageois et communal[4]. Voir aussi[modifier | modifier le code] Notes[modifier | modifier le code]

Musée de la Carte Postale (Antibes) 4 Avenue TOURNELLI 06600 ANTIBES Le Musée de la Carte Postale, ouvert sans interruption depuis le 1/07/2000 a été contraint de refuser de recevoir le public depuis le 10/10/2010 suite à des fuites d’eau récurrentes et à des travaux effectués en dépit des règles dans l’appartement qui le surplombe. Le désintérêt total des auteurs de ces sinistres, auquel s’ajoute l’apathie de certains acteurs chargés de gérer ce type de problème, ont empêché de trouver une solution rapide à la situation. La palette de l’offre touristique Antiboise a ainsi été privée d’une attraction dont l’originalité n’a jamais été remise en cause et qui bénéficie d’une excellente réputation tant auprès d’un public averti que des profanes qui l’ont visité. A cette occasion, une cinquantaine de reproductions de documents émanant de l’exposition permanente du Musée, sélectionnés pour leur valeur documentaire et représentative de l’histoire de la carte postale ont été présentées à Paris.

Bibliothèque électronique de Lisieux Musée de Carnac cartophilie.be (Belgique) Musée du Temps - Expositions et animations - Besançon - Doubs (25) Visites-ateliers pour les scolairesDurée : 2h Hier, c’est fini et demain, ça viendra ! C’est quoi le temps ? Où va-t-il quand il est passé et que deviendra-t-il ? Les objets du musée racontent tous une histoire. La ronde du temps D’où viennent les saisons ? Un nouveau costume pour Nicolas Quel est le point commun entre Nicolas, Isabelle et Charles (Quint) ? Autour du cadran solaire Comment fonctionne un cadran solaire ? Les petits cadraniers Observons ensemble l’évolution des cadrans de montres au fur et à mesure des siècles. Les maquettistes en herbe ! Les doigts dans l’engrenage... Au cœur du temps D’où vient le tic tac ? Bibliographie nationale française

Mélusine & Pressine : fées serpents de l’ère matriarcale & mères bâtisseuses des mégalithes Textes de Françoise Vandenberghe, diplômeé en histoire et géographie : Licence, Maîtrise, DEA à Paris IV la Sorbonne, DESS d’Ingénierie de la Formation/chef de projet multimédia à Jussieu. Les fées matriarches La mère de Mélusine se nomme Pressine. Celle-ci interdit au père de la voir allaiter ses enfants. Ce qui veut dire que le père ne vit pas dans la famille de la mère et ne partage pas son intimité familiale. Cependant le pouvoir appartient en dernier lieu à la mère, Pressine reprend donc la main. Etre serpente. Le culte sabbatique du serpent Cependant, les femmes mettent des conditions à ces nouveaux contrats, à ces familles d’un nouveau genre, où le mari et le père apparaissent. La spoliation de l’ancienne religion Il a dû se passer quelque chose de grave pour que le pouvoir féminin soit ainsi remis en question. De l’arme de chasse à l’arme de guerre Cependant, l’homme a déjà commis l’irréparable et est devenu très dangereux. L’initiation du fosterage Des lignées totémiques ?

ACVFTI - Petite histoire de la carte postale Histoire Les origines On s’accorde à penser que les gens aisés communiquaient depuis le XVII° siècle avec des cartons portés par leurs domestiques. La tradition s’est prolongée au XIX°, quand une simple carte valait invitation en ville, ou remerciement -obligatoire- pour une invitation passée. C’est probablement l’origine du terme carte de visite. Il est cependant apparu le besoin de communiquer des informations plus personnelles ou plus complètes. L’âge l’or Revenue à Paris en 1900, l’Exposition universelle marque l’explosion de l’usage de la carte postale. Belle carte coloriée "précurseur" de l’Exposition Universelle de 1900 à Paris (coll. part.) L’examen des correspondance montre une grande proportion de simples salutations ou une « poignée de main » (à cause d’un tarif réduit pour 5 mots), de souvenirs d’excursion dominicale en banlieue et de « bonnes nouvelles » données après un voyage en train. Le Pont de l’Alma le 27 janvier 1910. La Seine à son maximum le 28 janvier 1910. Le déclin

Musée du patrimoine du Pays Royannais - Accueil - Communes - Mortagne-sur-Gironde - Musée de la carte postale Le dernier né des musées du Pays Royannais a ouvert l'été 2003 à Mortagne-sur-Gironde. Gratuit, dédié à la carte postale, il est ouvert toute l'année. Situé dans l'ancien embarcadère, il est le fruit de la passion de l'association qui porte le même nom, "L'Embarcadère", et rassemble près de 300 trésors en noir et blanc et pour certains colorisés. Mortagne-sur-Gironde, sa célèbre chapelle taillée dans la falaise, là-bas on l'appelle, « l'Ermitage », son port, et depuis juillet 2002, son musée de la carte postale, un adorable local aux murs recouverts d'images d'hier, trésors en noir et blanc. Le musée de Mortagne-sur-Gironde, c'est toute l'histoire de la commune en images : depuis l'an 700 et Pépin le Bref, les transports maritimes et le port militaire, jusqu'à l'histoire du train dont les wagons alimentaient en charbon de bois la gare de Saintes.

Bibliothèque européenne du roman populaire (Laxou) Inaugurée le 13 avril 1991, la BERP (Bibliothèque Européenne du Roman Populaire) a pour objectif la sauvegarde et la mise à disposition des chercheurs d’une partie d’un patrimoine culturel exceptionnel : le roman populaire français. Malgré son succès phénoménal, le roman populaire n’a pas conquis sa place en Littérature. Longtemps critiqué, méprisé car destiné aux classes laborieuses ou ignoré, on l’a souvent qualifié de paralittérature, ou pire d’infralittérature. Il prend aujourd’hui sa revanche, les collectionneurs le recherchent, les chercheurs lui consacrent des travaux… La BERP abrite un fonds unique, tant par son envergure que par la nature des documents qui y sont conservés. En 1984, il fonda l’Association des Amis du Roman Populaire, en réunissant des amateurs et des chercheurs convaincus de l’intérêt patrimonial du roman populaire. A ce jour, la BERP totalise plus de 18000 titres, et son fonds s’enrichit par des dons de particuliers. Le fonds est accessible sur rendez-vous.

Carnac: Le Cairn de Kercado Ce monument se trouve sur la commune de Carnac (56340) dans le département du Morbihan. La région de Carnac est surtout connue pour ses Alignements de Menhirs, mais on y trouve également de nombreux dolmens & tumulus. Le Cairn de Kercado est situé derrière le château du même nom, au sud des alignements de Kermario. Ce monument est particulièrement intéressant en raison de son remarquable état de conservation. Alors que la plupart des dolmens n'ont gardé que les grandes dalles de leur structure interne, leur squelette en quelque sorte, celui de Kercado possède encore une imposante couverture de pierres sèches appelée cairn. On pense qu'à l'origine tous les dolmens devaient être recouverts de cette manière. Ce monument est apparenté au type des "dolmens à couloir", un modèle architectural très répandu dans cette partie de la Bretagne. Autour du dolmen, à environ 4m de distance, on peut encore voir 27 menhirs de moins de 2m de haut, essentiellement du côté sud-ouest. Entrée du côté Est . .

HISTORIQUE DES MACHINES D Dès 1876, l'augmentation du service postal a conduit l'administration des Postes à chercher des moyens mécaniques rapides pour l'annulation des timbres poste. L'origine de cette machine est assez curieuse. Ce fut d'abord le montage en série de deux blocs dateurs à main. En effet le postier était obligé d'oblitérer les plis de deux empreintes de son cachet. Les premières DAGUIN sont donc constituées de deux cercles dites DAGUIN JUMELÉES. Ce n'est qu'à partir de 1924 qu'une petite machine donna toute son efficacité à cette idée ingénieuse. Cette machine est visible au Musée Postal à Paris. A la fin de l'année 1898, l'administration des postes expérimenta une machine américaine, la FLIER. Par la suite, les machines FLIER furent utilisées avec des flammes constituées de 7 lignes ondulées ou constituées d'un texte ou d'une illustration encadrée. Normalement, la couronne est composée de 2 cercles, mais on peut trouver des couronnes à un seul cercle. On trouve 2 sortes d'oblitérations :

Related: