background preloader

From my own collection, to share them with you

From my own collection, to share them with you
Related:  Photos guerre 14-18commémoration du centenaire

guerre 14 - 18 Ce site présente un ensemble de photographies de la première guerre mondiale. Les clichés sont réalisés pour la plupart sur les zones de conflits, principalement dans les départements de la Marne et de la Somme. Ces photos proviennent d'une collection personnelle. Les clichés sont de type stéréoscopique (prise de vue sur plaque de verre). On visionne celles ci dans un stéréoscope afin d'obtenir une image en relief. Voir explicatif - voir une photo en relief Les renseignements sur les dates des évènements photographiés sont malheureusement inexistants. Les photographies nous transportent dans un passé déja lointain. Certaines vues sont très dures ; elles nous font découvrir la triste réalité de la guerre. A la mémoire des combattants présentation stéréoscopie (vision en relief) SVP - N'utilisez pas ces photos pour des publications personnelles ou commerciales

Le journal des marches et opérations Le journal des marches et opérations (JMO) dans « Mémoire des hommes » est une source inestimable pour connaître les combats, faits de guerre de jour en jour dans un régiment ou un bataillon. Cela se lit comme un roman et comme indications on a la composition des corps, le tableau nominatifs des officiers, le bilan humain (nombres de tués, blessés), le déroulement des opérations, etc. Si le recherche d’un régiment d’infanterie dans les inventaires est simple en revanche retrouver un soldat dans ces journaux est compliqué car il faut connaître justement le régiment auquel il était incorporé. Mais les soldats sont très rarement identifiés. C’est une source à exploiter pour chaque ancêtre qui a participé à une guerre ! Comment connaître le régiment ou bataillon du soldat ? la fiche signalétiquele livret militairediplômecongé de réformecahier intimela mémoire de la familledans l’acte de mariage (assez rare)etc. Sa y est vous avez trouvé le régiment en question ?

Affiches de guerre La collection de gravures de la division des livres rares et collections spécialisées comporte quelque 250 affiches canadiennes des deux guerres mondiales. Ces affiches sont accessibles aux chercheurs dans la salle de lecture Lande de la division. Une aide écrite à la recherche est disponible auprès du responsable de la salle de lecture. Ce site Web contient des descriptions sommaires et des images de chaque affiche. En cliquant sur Recherche, vous pouvez effectuer des recherches par guerre, par catégorie, par artiste, ou par mot-clé. Les resultats de vos recherches seront affichés en format d'images réduites. Si vous souhaitez obtenir les reproductions numériques ou physiques des affiches de cette collection, vous pouvez utiliser notre formulaire de commande.

Photographier la Grande Guerre Au moment où éclate la Première Guerre mondiale, la photographie est encore considérée comme le meilleur moyen de s'approcher de la réalité. On parle d'objectivité irréfutable et, à ce titre, on estime que l'image instantanée est parfaitement adaptée pour rendre compte du nouveau conflit moderne. Ainsi, pendant toute sa durée, un nombre incalculable de clichés sont pris, à l'aide d'appareils de formats divers, par des photographes professionnels ou de simples amateurs, en l'occurrence des soldats partis avec leur propre matériel. La charge d’une section de Zouaves sur le plateau de Touvent. Le second cliché a été publié le 15 mai 1915 dans l'Illustration. Sur le premier cliché, la position du photographe, en retrait par rapport aux combattants et essayant de se protéger, est la seule vraisemblable dans un tel contexte. Quant au second, plusieurs remarques s'imposent. Auteur : Laurent VÉRAY

Centenaire de 14-18 - L'album Le nombre actuel de photographies contenues dans l'album du site est de 2030.Elles y sont classées dans l'ordre d'insertion. Les plus récentes sont donc à la fin. Il est également possible de feuilleter les albums d'origine, comme celui de Bibi, en respectant la pagination. Page : [ 1 ] 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 La mobilisation industrielle et technique dans les collections photographiques de la RATP Aller au contenu principal Accueil > Tresors Darchives > Fonds Publics > Autres Etablissements > Archives > La mobilisation industrielle et technique dans les collections photographiques de la RATP Autres établissementsArchives La mobilisation industrielle et technique dans les collections photographiques de la RATP La RATP a sélectionné ces documents dans son fonds 14-18. Fabrication de munitions aux ateliers de Championnet, 1915. Fabrication de munitions aux ateliers de Championnet : obus de 270 m/m sortie d'un lopin incandescent, 1915. Fabrication de munitions aux ateliers de Championnet pour l'armée : les 8 phases de fabrication des obus, atelier central de Championnet, 1915. Fabrication de munitions aux ateliers de Championnet pour l'armée : obus de 270 m/m dégrossissage Première passe. Fabrication de munitions aux ateliers de Championnet pendant la première guerre : obus de 270 m/m dégrossissage, 1915. Fabrication des munitions pour l'armée : bombes type ls, contrôle militaire. sources

La Grande Guerre en photographies Ce site vous propose une découverte interactive en ligne originale de photographies de la Première Guerre Mondiale. Il se compose de deux modules : Le Miroir (publication hebdomadaire patriotique), Revue photographique des numéros numérisés du journal (août 1914 – décembre 1919) et Les yeux de la guerre, vues stéréoscopiques accessibles en 3D. Pour Le Miroir, une grande partie des numéros ont été intégralement numérisés. On peut accéder au contenu par numéro et de manière chronologique. Chaque périodique consulté fait apparaître sur une carte de l’Europe les titres des articles. Le second module présente un ensemble d' images stéréoscopiques organisées en différentes thématiques (renseigner, vivre dans les tranchées...). Ce projet est le fruit de la collaboration de plusieurs acteurs : Nicéphore Cité, On-Situ et le musée Nicéphore Niépce avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication français. Illustration : Shutterstock, Joe Gough, Mémorial de guerre

Photographier la Grande Guerre Contexte historique Au moment où éclate la Première Guerre mondiale, la photographie est encore considérée comme le meilleur moyen de s'approcher de la réalité. On parle d'objectivité irréfutable et, à ce titre, on estime que l'image instantanée est parfaitement adaptée pour rendre compte du nouveau conflit moderne. Ainsi, pendant toute sa durée, un nombre incalculable de clichés sont pris, à l'aide d'appareils de formats divers, par des photographes professionnels ou de simples amateurs, en l'occurrence des soldats partis avec leur propre matériel. Analyse des images La charge d’une section de Zouaves sur le plateau de Touvent. Le second cliché a été publié le 15 mai 1915 dans l'Illustration. Interprétation Sur le premier cliché, la position du photographe, en retrait par rapport aux combattants et essayant de se protéger, est la seule vraisemblable dans un tel contexte. Quant au second, plusieurs remarques s'imposent.

Les conditions de vie des civils pendant la guerre 14-18 Contexte historique Pendant la Première Guerre mondiale, le tribut payé par les poilus est, certes, impressionnant – 1 390 000 morts, près de trois millions de blessés dont 60 000 amputés –, mais ce conflit des plus meurtriers n’a pas épargné les populations civiles. En Belgique, qu’ils ont envahie malgré sa neutralité, les Allemands ne s’attendaient à aucune résistance, mais les Belges ralentissent la progression de l’ennemi, qui exerce des représailles sur la population : 200 civils sont tués dans l’incendie de Louvain, 400 otages sont exécutés à Tamines, 200 à Andenne, 670 à Dinant, hommes, femmes et enfants confondus. En août et septembre 1914, lors de leur avancée en Belgique et dans le nord de la France, les Allemands incendient des villages, bombardent des villes sans défense, et font rien moins que 6 000 victimes civiles. Analyse des images Les deux photographies sont extraites de ce fonds Anne Morgan et ont été prises dans des villages proches de Soissons. Interprétation

Il y a une pépite dans «Apocalypse, Première Guerre mondiale»: le reportage d'un journaliste américain «embeddé» Dans les archives utilisées par Daniel Costelle et Isabelle Clarke pour composer la nouvelle série documentaire de France 2, l'expédition d'un journaliste américain filmé en 1916 côté allemand. Coulisses d'un reportage «vieux» de cent ans (qu'on peut déjà voir sur YouTube). Apocalypse, la 1re guerre mondiale, 20h45, à partir du 18 mars, France 2. Série en cinq parties de 52 min d'Isabelle Clarke et Daniel Costelle. Comment montrer la guerre de 14-18 à la télé, à l'heure de la célébration de son centenaire? Inquiets au début de leur quête, la Seconde Guerre mondiale ayant un peu phagocyté la première, les auteurs ont vite été rassurés par l'afflux d'archives cinématographiques, 150 heures de rushes dont plus de la moitié inédits et glanées dans le monde entier. «Il avait été autorisé à suivre l'armée allemande à bord d'une décapotable de luxe pendant six mois, explique Daniel Costelle. Durborough (à gauche) avec le général von Falkenhayn Isabelle d'Ornon Isabelle d'Ornon Partagez cet article

HOMMAGE AUX POILUS,AUX FUSILLES POUR L'EXEMPLE - Site consacré à la ville d'Outreau mondial Plus de 700 soldats ont été fusillés pour l'exemple pendant la guerre de 1914-1918. Joseph Dauphin, originaire du Puy-de-Dôme, était l'un d'eux. Mis à jour le 07/11/2013 | 09:24 , publié le 07/11/2013 | 02:01 Les offensives du général Nivelle battent leur plein en 1917. En juin 1917, les survivants du régiment font une fête de tous les diables. Si les noms de Joseph Dauphin et de François Brugière sont réunis sur les monuments aux morts, leur véritable histoire reste à écrire. Photo du général Nivelle 1917, et la bataille du Chemin des Dames, également nommée « Offensive Nivelle », se solda par un échec et fut très coûteuse en vies humaines : les Alliés perdirent 350 000 hommes (morts ou blessés) pour un gain de terrain minime. Escaudain : les pacifistes veulent la réhabilitation des fusillés pour l'exemple Clquez et zoomez pour lire l'article de la Voix du Nord Réponse de Bruno VOUTERS aux réactions scandaleuses de certains étudiants concernant la commémoration du 11 novembre 2011.

Related: