background preloader

Declaration of Internet Freedom

Declaration of Internet Freedom

Une Déclaration des libertés sur Internet C'est devenu une observation courante que le monde est à la croisée des chemins s'agissant de la liberté d'Internet. Dans de nombreux pays du monde, de nouvelles lois sont élaborées pour censurer l'Internet, tandis que les blogueurs prennent de plus en plus de risques en s'exprimant. L'année écoulée, des organisations du monde entier se sont liguées comme jamais encore pour défendre les libertés en ligne. Du combat contre SOPA et PIPA aux Etats Unis aux actions planétaires qui ont tué l'Accord commercial anti-contrefaçon (ACTA), l'air du temps est à un Internet libre et ouvert. Dans cet esprit, un certain nombre de mouvements se sont réunis récemment pour écrire une Déclaration des libertés sur Internet, dont Global Voices Advocacy a été l'un des premiers signataires. Nous croyons qu'un Internet libre et ouvert peut contribuer à un monde meilleur. Nous rejoignons un mouvement international pour défendre nos libertés parce que nous sommes convaincus qu'elles valent qu'on lutte pour elles.

EU Commissioner Reveals He Will Simply Ignore Any Rejection Of ACTA By European Parliament Next Week The day before the EU's International Trade committee (INTA) recommended that the European Parliament should reject ACTA, the EU commissioner with responsibility for the treaty, Karel De Gucht, had given a speech to its members, trying to win them over. Although it was short, it turns out to be highly revealing about the European Commission's future ACTA strategy. Here's what he said: If you decide for a negative vote before the European Court rules, let me tell you that the Commission will nonetheless continue to pursue the current procedure before the Court, as we are entitled to do. A negative vote will not stop the proceedings before the Court of Justice. That is, whatever happens next week, the European Commission will wait for the European Court of Justice (ECJ) to rule on whether ACTA is compatible with EU law. If the Court questions the conformity of the agreement with the Treaties we will assess at that stage how this can be addressed. This is an extraordinary admission.

Yoan Diamond (WebWantsU) Mexique: Le Congrès décide de rejeter le traité ACTA Le 18 juillet 2012, aussi bien le Sénat que la Chambre des représentants de Mexico ont adopté des résolutions invitant le nouveau Président du pays, Enrique Peña Nieto, à annuler la signature du Mexique sur le traité ACTA. L’ambassadeur du Mexique au Japon, Claude Heller, avait signé le traité, une semaine auparavant, malgré les fortes objections sur ses termes par le Sénat du Mexique et la Commission des télécommunications du pays [ces 2 liens enanglais]. Une image de manifestation contre le traité ACTA par ottodv. CC-BY-SA. Le traité ACTA [accord commercial anti-contrefaçon (ACAC)] vise à lutter contre la contrefaçon et le piratage de la propriété intellectuelle (œuvres protégées, produits de marque, les médicaments brevetés, etc) en imposant certaines restrictions sur l'utilisation des technologies de communication numériques qui pourraient interférer avec les droits des utilisateurs à la liberté d'expression, l'accès à l'information, et la vie privée.

European Parliament / The President : ACTA wrong solution to protect intellectual property Press Release Strasbourg - European Parliament President Martin Schulz made the following statement after the vote by the European Parliament to reject the Anti-Counterfeiting Trade Agreement (ACTA): "The decision to reject ACTA was not taken lightly. It followed an intensive, inclusive and transparent debate with civil society, business organisations, national parliaments and many other stakeholders. The vote against ACTA was not one against the protection of intellectual property. The majority in the European Parliament is of the opinion that ACTA is a wrong solution, a sentiment shared by millions of citizens. ACTA was negotiated by a group of industrialised countries in a process that provoked complaints for its lack of transparency. The debate on ACTA demonstrated the existence of European public opinion that transcends national borders. For further information: europarl.president.press@europarl.europa.eu

Web Wants U(sers)² Débuts agités entre le gouvernement et le Conseil national du numérique | Rue89 Politique Fleur Pellerin et Arnaud Montebourg, son ministre de tutelle (ERIC PIERMONT / AFP) Lorsque Nicolas Sarkozy a créé le Conseil national du numérique, un organe destiné à conseiller le gouvernement dans le domaine du numérique, beaucoup avaient pointé sa dépendance vis-à-vis de l’exécutif. Le Spiil (Syndicat de la presse en ligne, dont Rue89 fait partie) avait dénoncé : « Les membres du CNN sont désignés par le seul président de la République, ce qui n’offre évidemment pas de garantie suffisante sur son indépendance. » Le gouvernement, et notamment la ministre déléguée à l’Economie numérique Fleur Pellerin, ont donc décidé de remettre la main sur ce Conseil, créé en 2011. Une nomination qui détonne Jeudi, elle a nommé Jean-Baptiste Soufron au poste de secrétaire général du Conseil. Reprise de contrôle Fleur Pellerin, lorsqu’elle pilotait le volet numérique de la campagne de François Hollande, avait critiqué le CNN. « Cela fait un peu contrôle et flicage »

Three Strikes Against ACTA In European Parliament Today Three heavyweight committees in the European Parliament gave their voting recommendations on ACTA today. All three gave the same recommendation: reject ACTA. This means that today, the European Parliament issued three very hard strikes against ACTA. What happened today was the first steps in a long chain that ends with the final vote in all of the European Parliament, which is the vote where ACTA ultimately lives or dies. The committee that “owns” the issue of ACTA, the so-called INTA committee (International Trade), is the committee giving the final recommendation to the European Parliament as a whole. They all voted to recommend rejection of ACTA, and therefore, effectively recommend that the European Parliament kill it dead. Still, it is a sign of changing times. Marielle Gallo. Amelia Andersdotter. The ACTA battle as a whole is far from over, though. Today, we had three important victories in individual skirmishes. We’re winning, but only because we’re fighting hard to win.

ACTA: Rachida Dati se trompe de bouton et vote "pour" Rachida Dati l’a annoncé sur son blog jeudi, "suite à un problème de boîtier électronique dans l’hémicycle", son vote a été comptabilisé en faveur du traité. Elle poursuit en précisant : "Mon intention était bien de m’abstenir", pour que "la Cour de justice de l’UE se prononce sur la compatibilité de l’accord avec les traités européens, et notamment avec la Charte des droits fondamentaux". Le texte du traité ACTA visait à renforcer la protection du droit d’auteur, à renforcer la lutte contre les médicaments contrefaits ou encore à harmoniser les outils de répression contre le téléchargement illégal. Il avait suscité l’indignation chez de nombreuses associations de défense des libertés numériques, notamment, parce qu’il avait été négocié en secret, et qu’il comportait des mesures inédites, susceptibles de porter atteinte à la liberté individuelle.

Open Standards consultation needs you! Do you represent an SME? Do you currently do business with government? Do you want to do business with government? On Tuesday, 24th April between 3:30pm and 5:00pm, we need you. Update Thursday 19th April: Eventbrite registration is now open On Tuesday, 24th April, between 3:30pm and 5:00pm (venue details can be found below), we are asking representatives of SMEs to come and talk to us about the Open Standards consultation. The consultation can be read in full online but we are aware that sometimes there just isn’t time to read pages of consultations. 1. A quick explanation of the key points of the consultation will be given at the beginning of the discussion so you will be equipped to contribute to the debate. If you cannot attend this event, please try to take the time to answer the most relevant questions in the online consultation as you do not have to answer all questions for your feedback to be taken into consideration.

ACTA : pourquoi Internet crie au grand méchant loup | Rue89 Eco D’opaques réunions internationales ont lieu pour blinder les copyrights. De quoi « changer Internet », selon certains. Le symbole du copyright tagué sur un mur (Horia Varlan/Flickr) Une rumeur gronde sur le Web, de plus en plus forte : un traité visant à renforcer la protection des copyrights, négocié dans le plus grand secret par les grandes puissances, menacerait Internet et sa liberté. Ces négociations étaient-elles vraiment nécessaires ? L’objet de l’Acta est de bâtir un nouveau cadre multilatéral pour la lutte contre la contrefaçon, le détournement de brevets et le vol de codes informatiques protégés. Ces négociations ont été poussées par les grands groupes industriels affectés par les violations de copyrights et de droits d’auteur, et inquiets pour leur modèle économique. Les pays ont des législations très différentes et un besoin d’harmonisation n’est pas inutile. Ce traité est-il vraiment négocié « en secret » ? Les négociations se déroulent dans la plus grande opacité.

Related: