background preloader

Créatifs culturels

Créatifs culturels
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les créatifs culturels (en anglais américain « Cultural Creatives » dont le sens est plus proche de « créateurs de culture », traduction préférée par certains[1]) sont un vaste groupe socio-culturel qui serait à la pointe du changement social, et qui a été mis en évidence par le sociologue américain Paul Ray et par la psychologue américaine Sherry Anderson. Ils regroupent des individus ayant en commun d'adopter une vision globale et « intégrale » du monde, et le partage d'un ensemble de valeurs. Aux États-Unis[modifier | modifier le code] Cette expression, inventée par le sociologue américain Paul Ray et la psychologue américaine Sherry Anderson a fait l'objet d'un livre: The Cultural Creatives: How 50 Million People Are Changing the World (Harmony Books, Octobre 2000), traduit en français aux éditions Yves Michel, sous le titre: L'émergence des créatifs culturels. Enquête sur les acteurs d'un changement de société. Paul H.

Labels Liberté & Cie Methods | Social Innovation Program Change the World = Idealism + Innovation … You Make it Happen! The Social Innovation Program (SIP) at George Mason University is the premier model for educating our next generation of social entrepreneurs. Now in its ninth year, the Social Innovation Program brings together undergraduate and graduate students for an intense summer institute in the DC Metro Region. Over the four weeks of the program, our cohort of students will: Attend classes taught by leaders in the fieldBe mentored by seasoned social entrepreneursComplete consulting projects for local organizationsLearn Lean StartUp methods; design & present a business model for social impact Our SIP graduates emerge able to successfully apply entrepreneurial approaches to social causes in the nonprofit, public, and private sectors. Our program combines academic and experiential components in order to give our participants hands-on experience that they wouldn’t receive in their average university classroom.

Un bilan des enjeux et impacts de l’écotourisme au Costa Rica 1S’étirant sur 520 000 km², l’Amérique centrale est une région constituée d’un long isthme étroit formé entre l’Amérique du Nord et l’Amérique du Sud. Outre la péninsule du Yucatan et du Mexique, cette région comprend du Nord au Sud, sept états dont le Guatemala, le Belize, le Salvador, le Honduras, le Nicaragua, le Costa Rica et le Panama. 2Cette région fut marquée pour son instabilité économique, sociale et politique et à ce titre, elle a longtemps été perçue – et le reste encore – comme une région « à éviter ». Les conflits civils qui y ont sévi au cours des dernières décennies ont causé de grandes souffrances humaines, la destruction des biens et celle de l’infrastructure. 3Le Costa Rica fut le seul pays d’Amérique centrale à rester à l’écart des fréquents coups d’état militaires, du terrorisme et des conflits internes alors même que les pays voisins étaient traversés par l’autoritarisme et la guerre. I.1 Une relative stabilité politique

Présentation - Les renseignements généreux Écotourisme et développement durable Un voyage se passe de motifs. Il ne tarde pas à prouver qu'il se suffit à lui-même. On croit qu'on va faire un voyage, mais bientôt c'est le voyage qui vous fait, ou vous défait. Nicolas Bouvier 1 La version originale se lit comme suit: "One thing is absolutely certain : in no single country, a (...) 1Depuis la parution du rapport Bruntland en 1987, en passant par le Sommet de la Terre à Rio et, plus récemment, le Sommet de Johannesburg, le concept de "développement durable" est sur bien des lèvres. 2 La version originale se lit comme suit: "Around the world, ecotourism as been hailed as a panacea: (...) 2Depuis le début des années 1970, le tourisme est l'industrie qui connaît la plus forte croissance à l'échelle de la planète (Boo, 1990). 3Pour bien comprendre l'apport de l'écotourisme à la réalisation d'un développement durable, encore faut-il en saisir l'origine, l'évolution, les ambiguïtés que véhicule le terme et les principes de base qu'il soutient. Tableau 1.

Le média de toutes les solidarités Qu'est-ce qu'un écolodge? - Neorizons - spécialiste dans le domaine du bien-être, de l'éco-responsabilité et de voyage sur mesure bien-être et responsable Entretien avec Hitesh Mehta, architecte paysagiste et spécialiste des écolodges Propos recueillis par Voyages pour la planète. Hitesh Mehta est l’une des personnalités les plus influentes dans les domaines de l’architecture paysagère et des infrastructures de l’écotourisme, en partie grâce à son travail sur l’architecture des écolodges qu’il réalise pour le compte de l’EDSA, entreprise basée en Floride. Un des principaux rédacteurs du guide International Ecolodge Guidelines, il en a rédigé les chapitres “Site Planning” et “Architectural Design”. M. Mehta mène régulièrement des recherches sur l’évolution des écolodges dans le monde. Comment définiriez-vous un « écolodge » ? L’un des éléments principaux de l’écotourisme reste l’interprétation, c’est à dire, le recours à des guides, de préférence locaux, qui font profiter aux touristes de leurs connaissances de la culture, de la faune et de la flore locales Savez-vous combien il existe d’authentiques écolodges dans le monde ?

La maison autonome sans factures Qui n’a jamais rêvé de ne plus recevoir de factures, de s’affranchir du réseau électrique, de ne pas être raccordé à celui de l’eau ? Se sentir libre de tous ces fils à la patte et surtout faire beaucoup, beaucoup d’économies tout en contrôlant enfin sa consommation grâce à la prise de conscience de ses besoins réels. Allumer la lumière, c’est aussi facile qu’un clic sur un bouton, pourtant chez Christophe, dans sa chaleureuse petite maison au bord du Vidourle, c’est une autre histoire ! Ici, on est complètement autonome, on se débrouille tout seul pour produire l’électricité dont on a besoin et on pompe l’eau en fonction de sa consommation. La vie de cette famille de 4 personnes est-elle pour autant pavée de sacrifices, de privations et de restrictions ? Non pas du tout ! 4 panneaux solaires photovoltaïques assurent l’entière couverture de leurs besoins en électricité. Pour se contenter de si peu, il n’y a pas de secret, il faut consommer peu de courant. Dans la cuisine ?

Tourisme responsable : comment concilier croissance du transport et respect de la planète ? Imaginons un instant qu'il existe un permis de polluer qui donnerait le droit de dépenser un certain quota de CO2, sans mettre en péril l'avenir de la planète. Selon différentes estimations, chaque personne pourrait consommer deux tonnes de CO2 par an, soit l'équivalent d'un aller-retour à New York. "Les Français émettent plutôt entre 6 et 10 tonnes de CO2 par an" estime Léo Bénichou, du Shift Project. Le train s'adapte depuis longtemps aux changements climatiques Autres articles Pour espérer y arriver, elles comptent développer les technologies, comme les carburants alternatifs, ou encore améliorer les performances des appareils. La Tunisie prône le tourisme responsable In fine, certaines solutions prônées par les intervenants étaient réalistes, mais en totale contradiction avec les tendances actuelles. Les Français mauvais élèves pour compenser le carbone

Nature en Construction Durable : un tourisme sans label est un produit "transparent" et "impalpable" Un label garantirait à nos clients que les professionnels ont souscrit à des engagements pour respecter et valoriser les patrimoines culturels et écologiques des populations - DR : Fotolia Tout d’abord, il faut s’entendre sur la définition du terme "produit touristique". Un produit touristique est un produit destiné à la vente composé de 2 prestations au minimum : transport + hébergement + activités. Ce qui caractérise la qualité d’un produit c’est une labellisation reconnue. Or il n’existe aucun label concernant des produits touristiques tels que décrits plus haut. Si l’hôtellerie, les plages, les sites possèdent des labels, au regard du produit touristique ce sont des prestations touristiques et non des produits packagés comme ceux que les TO fabriquent et que les agences vendent. Le label fait partie intégrante de notre culture de consommation Autres articles Notre profession peut être pratiquée par n’importe qui Christian Orofino - DR

Related: