background preloader

La bibliothèque cinquième lieu, sixième lieu, etc.

La bibliothèque cinquième lieu, sixième lieu, etc.
De façon bizarre et réitérée, les questions que je posais sur la bibliothèque troisième lieu me reviennent à travers de multiples échanges, lectures, contacts. Tout aussi étrangement, elles se conjuguent avec des observations passionnées sur mon post-scriptum, qui promettait ma critique de la vogue du ‘learning center‘. Je l’avoue, ces questions me taraudent particulièrement, peut-être parce que me suis beaucoup consacré aux collections et aux politiques documentaires, et que ‘troisième lieu’ comme learning center posent des objectifs qui négligent justement parfois ces collections et parfois ces politiques documentaires. Un déclic : la bibliothèque quatrième lieu Je suis tombé sur un rapport de Victoria Péres-Labourdette (Agence Gutenberg 2.0), invoquant "La bibliothèque quatrième lieu", dans la bibliothèque numérique de l’enssib. Si la démonstration laisse perplexe et même réticent, la superposition des attendus questionne, et plus encore la solution -si facile et donc si géniale !

Tiers-lieu : 3 articles pour aider à définir ce type de lieu partagé Dans le champ pléthorique des définitions des lieux partagés, les mots se côtoient et les besoins de définitions s’affirment à mesure que les projets se structurent. Ainsi, on évoque souvent le terme polysémique de tiers-lieu (cf. l’article Third Place sur Wikipédia anglophone) autrement dit avec comme acceptation générale « un espace de travail réunissant des ressources matérielles et immatérielles propres à générer des synergies collectives, créatives, solidaires et économiques »mais sans connaître forcément avec précision ce que ce mot composé recouvre. Marie D. Martel, bibliothécaire (Ville de Montréal) et docteure en Philosophie a eu la bonne idée en avril 2012 de publier sur son blog Bibliomancienne une série de 3 articles qui aident à la compréhension de ce concept de tiers-lieu sur un point de vue historique, de lieu tiers (lié à la sphère du travail) et de ses déclinaisons possibles dans le secteur des bibliothèques. Licence : Creative Commons by-nc-saGéographie : International

La sidération du troisième lieu Vous n’êtes pas parfois excédés par la référence (révérence ?) réitérée à la bibliothèque comme troisième lieu ? Ce troisième lieu (il ne s’agit pas ici du bar lesbien des nuits parisiennes ) revient en boucle comme une incantation. Tapez sur Google la requête précise "bibliothèque troisième lieu", vous obtiendrez près de 8 000 réponses : pas mal pour un concept qui n’a été vulgarisé en France que depuis 2009, grâce au mémoire d’étude de Mathilde Servet ! Ce fameux troisième lieu chante la gloire d’espaces accueillants et ouverts, autorisant de multiples postures, facilitant la diversité des comportements, offrant l’opportunité d’un havre chaleureux entre la maison (ce 1er lieu avec les gosses qui crient et le conjoint qui fait la g…) et le travail (un 2e lieu au rythme stakhanoviste et au patron qui fait la g…). Idea store Londres Le lieu comme espoir de légitimité ? lemmings Un cocooning très contemporain ). Mais le projet avait au moins le souffle d’une volonté d’éducation populaire !

Page d'accueil de la Bibliothèque numérique mondiale Les Fab labs en bibliothèque : nouveaux tiers lieux de création Depuis leur origine, les bibliothèques se sont assez patiemment adaptées aux vagues des nouveaux médias se succédant afin de partager l’information dont les usagers avaient besoin. Notamment pour cette raison : des citoyens informés sont les piliers de la démocratie. Les bibliothèques ont évolué à travers l’âge de l’accès (et ce n’est pas terminé), l’âge de la formation et, maintenant, voici que survient l’âge de la participation. Dans ce contexte, les bibliothèques se redéfinissent en tant que projet de curation et de création. L’âge de la participation correspond aussi au moment où l’accès aux ressources numériques tend à faire décroître les superficies nécessaires pour le stockage des collections. À ce rythme, aura-t-on encore longtemps l’opportunité d’être un vecteur de participation si les environnements physiques disparaissent ? Petit rappel d’un longue histoire : L’âge de l’accès et de la formation Internet n’est qu’un des derniers nés de la sélection culturelle des médias. 1. 2.

Bibliothèque troisième lieu : 10 lectures essentielles Pour répondre à quelques demandes qui ont été adressées à Marie D. Martel (bibliothécaire et docteure en philosophie) au sujet des lectures essentielles concernant les bibliothèques troisième lieu, elle y répond par une médiagraphie rassemblant une dizaine de documents significatifs. A consulter absolument sur son blog Bibliomancienne où l’on voit un diaporama des images de la DOK (Bibliothèque Publique de Delft et de la Library Concept Center de Delft) au Pays-Bas. © Bibliothèque troisième lieu Like this: J'aime chargement… Cette entrée, publiée dans Troisième lieu, est taguée culture, lieu de vie, troisième lieu. Les bibliothèques troisième lieu Concept encore peu répandu en France, la bibliothèque troisième lieu 1 incarne un modèle phare aux États-Unis, où l’appellation « third place library » fleurit sur la biblioblogosphère et dans la littérature bibliothéconomique. Elle y fait figure de voie d’avenir et semble se matérialiser également dans plusieurs établissements européens, notamment au Royaume-Uni, aux Pays-Bas et en Europe du Nord, où la filiation directe à ce modèle est parfois ouvertement revendiquée, à l’exemple du « Fil rouge », bibliothèque centrale de la ville de Hjoerring, au Danemark, présentée au dernier congrès de l’Ifla 2 (International Federation of Library Associations and Institutions). Si le concept est abondamment utilisé, il reste toutefois peu documenté, peu explicité, et son usage peut connaître des acceptions divergentes. Il paraît donc opportun de se pencher sur ses caractéristiques afin d’en restituer l’essence et de mieux saisir le succès qu’il remporte 3. Qu’est-ce que le troisième lieu ?

Biblioemplois | les offres d'emploi contractuel en bibliothèque Le concept de tiers lieu : retour aux sources La thèse des tiers lieux, développée par le sociologue Ray Oldenberg, est devenue célèbre pour avoir été utilisée dans la stratégie de marketing des cafés de la marque Starbuck. À la longue, on a fini par la confondre avec la recette Starbuck: faites un sondage, offrez le wifi et le café dans un lieu convivial et le tour est joué, disait-on. Une formule assez aisément exportable dans des lieux comme les librairies, les bibliothèques, les hôtels, et on ne s’en est pas privé. Mais, au-delà des ingrédients de surface, ce modèle représente un véritable projet de sociétéculturedesign que l’on a généreusement galvaudé et caricaturé depuis, faute d’en connaître les fondements. Pour mémoire, je reviens à la source, c’est-à-dire au texte de Ray Oldenberg lui-même et pas au slogan ramassé sur Google qui confond la thèse des tiers lieux qu’on n’a guère lu avec le spécial « design» d’un magazine de déco qu’on a préféré lire pour critiquer ces systèmes sociaux. Retour à la source, notes de lecture 1.

Entre le lecteur et la lecture, quelle bibliothèque Ça n’a pas raté (ça ne rate jamais !! ) : mon précédent billet alertait sur les possibles effets délétères d’une adoration professionnelle pour le "troisième lieu", et espérait et espère toujours être un utile rappel du contexte complexe des missions d’une bibliothèque ; et un des commentaires en a rajouté en glissant incidemment (je cite) : "orienter ses collections sur le public équivaudrait à acheter Marc Lévy, Guillaume Musso et Harry Potter ? Ce n’est pas la première fois que les mânes culturels sont convoqués pour dénigrer un processus ou une organisation. Il y a cent ans, le débat bibliothécaire opposait les tenants de la conservation et ceux de la diffusion. Faut-il prendre les lecteurs comme ils sont ? Prenons le problème à la racine : est-il avilissant de proposer Harry Potter ( ou plutôt J.K. ). Tout lecteur est un néophyte. … ou comme ils devraient être ? Quelle est notre capacité bibliothécaire de prescription ? Et le lecteur, il en pense quoi ? L’exigence critique. .

Les services innovants en bibliothèque Bonjour, Les services innovants en bibliothèque relèvent du concept de « Bibliothèque troisième lieu ». Nous vous proposons ainsi, un extrait de l’article de Mathilde Servet, intitulé « les Bibliothèques troisième lieu », publié dans le BBF d’avril 2010 (n°4, p. 57-63). Les passages en question donnent une définition du troisième lieu, avec ses caractéristiques, ainsi que son application aux bibliothèques. Cette dernière partie présente notamment les innovations en bibliothèques. En outre, vous trouverez, ci-dessous, une liste de références sur les bibliothèques troisième lieu, avec d’autres éclairages. Pour conclure, nous souhaitons vous informer que le Guichet du savoir n’a pas pour vocation de traiter les questions de bibliothéconomie. Bonnes recherches ! Qu’est-ce que le troisième lieu ? Caractéristiques du troisième lieu :• Un espace neutre et vivant• Un lieu d’habitués• Comme à la maison…• L’œcuménisme social• Un cadre propice au débat Le concept appliqué aux bibliothèques

Offres d'emploi Archives #emploi 95 Chargé(e) d’information et documentation administrator Le Conseil départemental du Val d’Oise recherche un(e) Chargé(e) d’information et documentation (H/F) pour un CDD de 5 mois à partir du 3 septembre. Date de fin de publication : 29/07/2018 #emploi 59 Agent de Biblothèque h/f BIBLIOTHEQUE UNIVERSITAIRE VAUBAN, Campus EDHEC BUSINESS SCHOOL, UNIVERSITE CATHOLIQUE DE LILLE recrute un(e) agent de bibliothèque #emploi 75 Cartographe – Iconographe h/f Le Petit Futé Le Petit Futé recherche un(e) CARTOGRAPHE/ ICONOGRAPHE #emploi 31 Archiviste junior h/f L’Agence de l’eau Adour-Garonne recrute un(e) Archiviste junior en CDD. » Créer et implanter un nouveau FabLab sur son territoire Objectifs de la formation Ce Diplôme Universitaire est proposé par le FacLab, le FabLab de l’Université de Cergy-Pontoise sur le campus de Gennevilliers. Cette formation diplômante a pour but de mettre en capacité de porter des projets d’ouverture de FabLabs sur les territoires francophones. Le Diplôme Universitaire « Créer et implanter un FabLab sur son territoire » permet de comprendre comment ouvrir un FabLab ou plus généralement un « makerspace » (espace de fabrication non lié à la charte du MIT). La dimension globale / locale des FabLabs sera particulièrement soulignée : il est tout autant important de s’inscrire dans le réseau mondial des FabLabs que de s’adapter au plus près des besoins locaux, propres aux territoires car chaque lieu est unique Thématiques abordées La philosophie des FabLabs : Quels enjeux à l’échelle d’un territoire ? Public Modalités de la Formation Déroulement : La formation se déroule en deux temps forts : Soit un total de 110 heures. Unités d’enseignement Tarifs :

Le Maker Store : des bibliothèques créatives Ça y est, la Westport Connecticut Public Library (WPL) vient de lancer officiellement son New Maker Store, autrement dit son Nouvel espace de Création ! Elle est l'une des premières bibliothèques à expérimenter le mouvement. On connaissait déjà le concept des pop up store, nouveau dispositif événementiel innovant, très en vogue aux États-Unis et qui se popularise en Europe. Après le principe du magasin éphémère mouvant selon les besoins d'une marque ou d'un artiste, c'est une structure avant-gardiste qui accueille présentations et ateliers participatifs sur des sujets allant de la robotique, aux droits de propriété intellectuelle pour les inventeurs, aux arts et à l'artisanat. Comment ça se présente ? Ce lieu permet aux inventeurs et aux créateurs de montrer leurs dernières créations. Le concept est né du constat qu'une bibliothèque devait offrir des expériences nouvelles et d'une volonté de faire passer les gens de la production imaginaire à la production réelle. Pour approfondir

Bibliofrance.org

Bertrand Calenge offre sa vision critique des bibliothèques troisième lieu par le biais d’un billet sur son blog Carnet de notes. Les bibliothèques troisième lieu peuvent négliger l’une des missions des bibliothèques : la conservation des collections. Auteur d’un ouvrage reconnu sur la politique documentaire, Bertrand Calenge dénonce l’apparition de ces structures qui peuvent laisser de côté cet aspect au profit des usagers. La notion des bibliothèques quatrième lieu vient questionner davantage son raisonnement : elles viendraient apporter une nouvelle dimension aux bibliothèques traditionnelles alors qu’il les considère comme une simple déclinaison marketing. by sathura713 Dec 9

Related: