background preloader

La prise de décision collective : un processus démocratique ?

La prise de décision collective : un processus démocratique ?
C’est une fausse idée de croire qu’il est possible de prendre des décisions en groupe, sauf si l’on donne son pouvoir de décision, mais alors ce n’est plus une véritable démocratie car les personnes ne s’expriment pas, c’est un substitut de démocratie. Les rencontres ne sont pas des lieux de prise de décision individuelle, mais des lieux d’échange. Même à 10 ou 20, la décision est toujours prise par une ou deux personnes. - les systèmes de rapporteurs délégués : ils sont " délégués ", ils ont donc une responsabilité vis à vis des autres et sont choisis bien entendu en fonction de la confiance qu’on leur porte, de leur volonté à faire ce travail et de leur capacité à le réaliser, s’il est possible d’en juger avant la rencontre; - le vote spontané : bien mené, il peut être rapide et efficace. Mais on ne sait pas vraiment encore bien traiter cette question de la décision collective. Related:  Prise de décisions

Rapport public 2011 : Consulter autrement, participer effectivement Le thème du rapport public du Conseil d'État - la participation des citoyens à la prise de décision publique – porte cette année sur une question transversale centrée sur le renouvellement des procédures et intéressant l’ensemble de l’activité de l’administration. Les attentes des citoyens et des usagers, le droit à l’information, la contestation des points de vue officiels comme celui des experts, conduisent à dépasser les consultations traditionnelles préalables à la décision publique et à mettre en discussion les idées, les projets et les textes. La décision publique comporte le plus souvent des étapes préparatoires graduelles à tel point que sa légitimité dépend désormais de l’instauration d’un véritable processus délibératif sur la base duquel l’autorité compétente se prononce en toute responsabilité. L’étude du Conseil d’État permet de prendre la mesure du retard supposé de la France en matière de « démocratie administrative ». > Lire les principales propositions du rapport public

Delphi Method and Morphological Analysis: A CI Perspective - CI-wiki Authors: Rebekah Matthew, Nazli Melda Erdogus, Anu Lindeman Abstract This article analyses Delphi Method and Morphological Analysis for the purpose of Competitive Intelligence. The article begins with a quick guide and comparison of the features and continues into the detail of each process, one at a time. Introduction Selecting the right competitive intelligence information collection tools and analysis models is a key in developing reliable competitive intelligence (CI) that can be used for managerial decision making. Quick Reference: Comparison of Delphi Method and Morphological Analysis Delphi Method History The Delphi technique was developed by the RAND Corporation in the late 1960's as a forecasting methodology. [1] Later, the U.S. government enhanced it as a group decision-making tool with the results of Project HINDSIGHT, which established a factual basis for the workability of Delphi. The Delphi technique is a way of obtaining group input for ideas and problem-solving. Background

Decision making Sample flowchart representing the decision process to add a new article to Wikipedia. Decision-making can be regarded as the cognitive process resulting in the selection of a belief or a course of action among several alternative possibilities. Every decision-making process produces a final choice that may or may not prompt action. Overview[edit] Edit human performance with regard to decisions has been the subject of active research from several perspectives: Psychological: examining individual decisions in the context of a set of needs, preferences and values the individual has or seeks.Cognitive: the decision-making process regarded as a continuous process integrated in the interaction with the environment.Normative: the analysis of individual decisions concerned with the logic of decision-making and rationality and the invariant choice it leads to.[1] Decision-making can also be regarded as a problem-solving activity terminated by a solution deemed to be satisfactory. Problem analysis

Négociation raisonnée : 10 idées reçues à surmonter - Les Echos Accueil La négociation est le moyen le plus civilisé par excellence pour résoudre les conflits et les différends entre états, dans l'entreprise et même dans sa vie privée. Une approche, développée à Harvard, est aujourd'hui considérée comme la plus efficace pour y parvenir: "la Négociation Raisonnée" qui a servi dans une multitude de conflits internationaux. Mais est-elle ce que prétendent certains ?(...) Cet article est réservé aux abonnés, pour en profiter abonnez-vous. Et aussi sur les Echos Les articles à la une Afrique - Moyen Orient Ebola : espoirs dans l'utilisation de traitements non homologués La fièvre hémorragique a franchi la barre des 1.000 morts. Ebola : des scientifiques britanniques auraient trouvé le patient... + VIDEO Selon une équipe de chercheurs anglais, un patient guinéen de deux ans pourrait être à l'origine de l'épidémie. Europe Convoi russe en Ukraine : Poutine se rend en Crimée Les articles les plus lus Poutine envoie un convoi humanitaire en Ukraine, Kiev et l’UE...

Concertation & Décision Decision Making How a team reaches agreement and commits to the agreement is an area of serious struggle for most teams. The common approach for working teams is to elect or appoint a leader who will try to guide their team's discussions to reach team consensus. Most High Performance teams shun this traditional model as potentially manipulative and detrimental to the building of trust that is so necessary for strengthening a High Performance Team. Since Americans come from democratic roots, it's natural for a team to want to set a standard of unanimous agreement--an ideal state that is difficult and sometimes impossible to achieve. Often the seemingly simple prospect of getting the whole team to agree to the time and place of the next meeting can turn out to be a virtual impossibility. High Performance Teams are working under a deadline. Then there is the issue of absentee team members. [Return to High Performance Team Home Page]

Group decision making Group decision-making (also known as collaborative decision-making) is a situation faced when individuals collectively make a choice from the alternatives before them. The decision is then no longer attributable to any single individual who is a member of the group. This is because all the individuals and social group processes such as social influence contribute to the outcome. The decisions made by groups are often different from those made by individuals. There is much debate as to whether this difference results in decisions that are better or worse. Factors that impact other social group behaviours also affect group decisions. Group decision-making in psychology[edit] The social identity approach suggests a more general approach to group decision-making than the popular Groupthink model which is a narrow look at situations where group decision-making is flawed. Formal systems[edit] Consensus decision-making Tries to avoid "winners" and "losers". Voting-based methods Delphi method

L’intérêt de la négociation raisonnée en situation difficile et complexe I. Qu’est-ce que la négociation raisonnée La négociation raisonnée, ou méthode gagnant/gagnant est fondée sur la coopération. Elle a été mise au point par les professeurs Fisher et Ury de Harvard. Ne pas confondre le différend à résoudre (provenant des écarts de besoins, de valeurs) et les personnalités face à face pour encourager les acteurs à traiter le problème, à faire preuve de compréhension ; Se concentrer sur les intérêts (divergents et communs) et les besoins ; Chercher des options c’est-à-dire des solutions pouvant apporter aux parties prenantes un bénéfice mutuel, une satisfaction de leurs besoins ; Retenir des critères de décision objectifs, non soumis aux influences des parties, faciles à mettre en œuvre, clairs, acceptés Un processus à suivre. 1. Il va s’agir de : Ainsi, il devient déjà possible d’augmenter la valeur totale de ce qui pourra être gagné. 2. On tiendra compte du nombre d’interlocuteurs, de leur pouvoir de décision, de leur degré d’expertise. 3. 4. 5. 6. II. 1.

Place Publique - Média citoyen, relais d’engagements associatifs et outil de démocratie participative par Muriel Jaouen, le 7/06/2010 Une proposition de loi institutionnalise la “conférence de citoyens” comme modèle central du débat public en matière de bioéthique. Aujourd’hui entre les mains du Sénat, le texte soulève de nombreuses questions. Le 16 février 2010, l’Assemblée nationale adoptait en première lecture une proposition de loi du député UMP des Alpes-Maritimes Jean Leonetti relative à “l’organisation du débat public sur les problèmes éthiques et les questions de société”. Ce, dans le droit fil des réflexions de la mission d’information sur la révision des lois bioéthiques. De quoi s’agit-il ? Si nul ne contexte la nécessité de promouvoir et d’organiser la participation citoyenne aux grands débats de société, la proposition de loi suscite un certain nombre de questions et de critiques. Sur le timing : Sur la finalité : La loi n’envisage le débat public qu’en préparation de l’examen parlementaire de projets de loi déjà charpentés. Sur la portée : Sur l’arbitrage : Sur la méthodologie :

Le Mind Mapping et le Business Mapping pour les organisations avec Mind Manager De l’efficacité personnelle… à l’efficacité professionnelle et collective Le Mind Mapping© ou représentation visuelle de la pensée a été modélisé dans les années 70 par l’anglais Tony Buzan, mondialement reconnu pour ses recherches sur le potentiel du cerveau. Ses ouvrages ont été traduits en 22 langues.MindManager, en démultipliant les possibilités du Mind Mapping vous ouvre l’univers du Business Mapping. Il suit votre pensée, ses méandres, ses éclairs ou ses retours en arrière et saisit à la volée vos idées, que vous organisez en un ensemble cohérent. Bref, la méthode du Mind Mapping et l’outil MindManager vous soustraient à la tyrannie de l’écriture linéaire et des feuillets multiples, qu’ils remplacent par une Mind map, sur une page unique. Vous créez, organisez et concevez mieux ou davantage, plus vite et plus facilement ; la maîtrise des sujets vous est assurée par la coexistence de la vue d’ensemble et des détails ! Derrière la démarche Les règles du Mind Mapping© 1. 2. 3. 4. 5. 6.

Group Decision-Making and Problem-Solving In today's organizations, team and group decision-making has become a part of everyday organizational life. Many people spent a good part of their workdays attending meetings for all types of purposes. Some are simply for communication purposes, but many involve making some type of joint decision. This WebNote provides a brief summary of the issues associated with decisions made by groups. It ends with a typology of types of group decision-making processes. Types of Decision Making Meeting While there are a variety of reasons for call group meeting (some of which have little to do with decision making or problem solving), for our purposes we will categorize decision making meetings into one of the following. Strategy: Strategy or planning meetings are called to determine the future direction of the organization or unit. Solve the immediate problem- the focus of this type of meeting is to determine how to satisfy the immediate concerns of the dissatisfied stakeholder. Group vs. Issues:

Théorie Z Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La théorie Z ou le modèle japonais est une extension de la théorie XY de Douglas McGregor. La théorie Z fut développée par William Ouchi en 1981. Elle est assez proche des 14 points définis par William Edwards Deming. La théorie Z est basée sur le style de management japonais. Notes et références[modifier | modifier le code] Voir aussi[modifier | modifier le code] Articles connexes[modifier | modifier le code] Douglas McGregor Liens externes[modifier | modifier le code] À remplacer Portail du management

Citoyens connectés: les technologies au service de l'activisme et de la mobilisation Crédits photo: Pierre Desmarest L’explosion des médias sociaux et des outils de publication personnelle ont donné à des citoyens ordinaires les moyens, au moins potentiellement, de participer au débat dans l’espace public. Les technologies, par le biais de la mise à disposition d’outils d’expression, de communication mobile, de partage et de mobilisation en ligne, participent donc d’un « empowerment des citoyens » et d’un renouvellement des répertoires d’action politique et militante. Olivier Blondeau a commencé par nous rappeler que l’exploitation des technologies par des activistes a tout d’abord pris la forme de détournements, de réappropriation des outils pour dénoncer leur utilisation première. La dénonciation des dérives de la société de surveillance reste prégnante dans les réalisations des activistes en ligne. L’objectif premier est de créer un outil d’aide au citoyen, non partisan, reflétant objectivement l’activité des élus.

Mind Mapping : simplicité de la carte Voici la suite de l’interview de Jean-Pascal Côte. Le Mind Mapping est un outil simple et ludique. Pour garder son efficacité, il est important que cette simplicité apparaisse dans la carte. C’est quoi pour toi une carte simple ? Ce n’est pas une question facile car elle en induit naturellement une autre : « Qu’est-ce qu’une carte compliquée ? En première approche on pourrait dire qu’une carte est compliquée quand elle présente les caractéristiques suivantes : Trop grande abondance d’informations (Infobésité)Manque de clarté (Nuance dans les couleurs, fontes, etc.)Mauvaise utilisation de l’espace (Les styles)Mauvaise utilisation des composants graphiques (Liens mentaux, entourages, bulles de commentaires, icones, images, etc.)Arborescence trop importanteManque de sens des motsDéfaut de cohérence dans la hiérarchisation des mots clefs de premier niveauEtc. A l’opposé on pourrait dire qu’une carte est simple quand elle respecte les points suivants : Mes cartes sont-elles simples ? Cindy

Related: