background preloader

05juin12 : la salade qui narguait la limace

05juin12 : la salade qui narguait la limace
Cette petite lettre traite de la limace.Quand on parle de limace, le sang du jardinier se glace ! Je ne vous parlerai pas des pièges à bière, du ferramol, ni de la cendre de bois, pas plus du piochage ou du travail du sol. Je tairai la chasse nocturne ou diurne, que la lune luise ou se cache. Je passerai sous silence les purins divers, y compris de limaces.Toutes ces méthodes ont leur charme et leur petit mérite. Mais toutes ces façons de faire ont en commun un inconvénient : elle demande du temps, de la surveillance, de la vigilance, parfois de l'argent. J'ai d'abord creusé une piste : celle des auxiliaires, vous savez, les alliés des jardiniers. Ce qui fait dire à certains (et j'acquiesce) : le problème , ce n'est pas qu'il ait trop de ravageurs, mais qu'il n'y ait pas assez d'auxiliaires. Mais depuis peu, une autre voie s'est ouverte à mes yeux, plus subtile : la résistance naturelle des plantes. Deuxième observation/réflexion (en photo). 23 mai : attaque sur la salade en bas à gauche Related:  razonia

Planter et cultiver ses fraisiers Quand planter vos fraisiers? La meilleure période se situe entre la mi-août et la mi-octobre. Les plants ont ainsi le temps de s'enraciner avant l'arrivée de l'hiver et du froid. Ils fructifient dès l'année suivante.Les variétés remontantes qui produisent à la fin de l'été, et les fraisiers des Quatre saisons, préfèrent toutefois être mis en terre en mars-avril, quand le printemps réchauffe la terre. Où planter vos fraisiers? Climat : les fraisiers aiment les climats froids, ils ont besoin d'un temps de repos marqué par le froid. A savoir : les fraisiers se cultivent aussi en pot, pour un potager au balcon. Comment planter vos fraisiers? - Préparez le sol de culture au moins 1 mois en avance : supprimez toute mauvaise herbe ou déchet, et incorporez à la terre du fumier ou du compost bien décomposé et un engrais de fond. - Plantez vos fraisiers en ligne sur des buttes (pour éviter tout risque d'eau stagnante) séparées par un sentier large de 60cm (pour faciliter les futures cueillettes).

Créer votre jardin autofertile Étape 1: Faites un plan. Saviez-vous qu’il serait possible d’avoir un potager presque sans entretien? Qu’il n’y aurait aucun arrosage manuel, fertilisation chimique ou crainte de voir tous ses fruits ou légumes dévorés par les hordes d’insectes ou détruits par une quelconque maladie ou champignon. Étape 2: Délimitez le terrain En effet, le potager deviendrait un organisme vivant en soi, se régulant seul tout en augmentant sa productivité de manière naturelle. Étape 3: Buttez en creusant vos sentiers Avec la collaboration de Madame Suzanne Gendreault, celle-ci m’a remise quelques photographies (explications à l’appui) suite à sa formation sur lesquelles on peut visualiser la mise sur pied d’un jardin autofertile respectueux de l’environnement mais aussi destiné aux jardiniers écologiques. Étaoe 4: Creuser le tour du jardin Par la suite, il y aura une période d’adaptation mais le potager devrait se régir de lui-même et s’autoréguler. Étape 5: Aplanissez vos buttes Étape 12: Paillez le carton

Légumes : les bons voisins Quels légumes peut-on planter ou semer côte à côte sans problème, demandez-vous fréquemment. Est-il vrai que certaines plantes se protègent mutuellement des maladies ? Associations de légumes : bonnes et mauvaises Découvrez ci-dessous quelques associations favorables ou défavorables parmi les plus connues. Jeunes plants au potager Propriétés des plantes En puis, certaines plantes ont la propriété d'attirer sur elle les nuisibles. La capucine attire les pucerons jusqu'à s'en couvrir entièrement. Feuille de capucine couverte de pucerons Et inversement, les plantes aromatiques peuvent protéger vos cultures ornementales, comme la ciboulette qui, plantée à côté des rosiers empêcherait les attaques d'oidium et de taches noires. Les oeillets d'inde et le ricin attirent à eux les insectes du sol, au rang desquels les fâcheux nématodes... >> A lire aussi : Cultiver les 3 soeurs : maïs, haricots, courge

Taille des rosiers : fiche pratique Savoir tailler un rosier, voilà un rêve qui paraît inaccessible à beaucoup de jardiniers. Pourtant, il n'y a rien de très compliqué! En suivant quelques conseils de base, vous saurez quoi faire de vos rosiers buissons, rosiers tige et autres grimpants ! Quand tailler les rosiers ? La taille principale des rosiers s'opère à la sortie de l'hiver, en février ou mars selon les régions, lorsque les fortes gelées sont passées. Bien sûr, ce n'est pas une règle absolue, il est possible d'opérer plus tard, jusqu'en avril. A noter que les rosiers non-remontants se taillent aussitôt après la fin de leur floraison, courant août. Taille d'un rosier au sécateur La taille : conseils pratiques Un conseil qui vaut pour toutes les tailles: opérez en tenant le sécateur de façon à ce que la lame se trouve du côté du bois restant, alors que la contre-lame écrase le rameau qui tombe. Taille des rosiers tige et buisson La taille doit réduire les pousses ligneuses et favoriser les jeunes pousses. >> A lire aussi :

calendrier des semis de légumes Dès le mois de mars, de nombreux légumes peuvent être semés en pleine terre. Sans repiquage, le travail est plus simple, car cette opération un peu délicate génère souvent des pertes. Voici un petit mémento qui sonne comme une invitation à vous lancer : quelle satisfaction l'été venu de récolter de bons et beaux légumes en se disant que tout est parti d'un petit sachet de graines! Les semis les plus précoces de l'année doivent, selon les régions, être effectués en caissette à l'intérieur de la maison (lire : Les semis à chaud), puis être repiqués, ou bien en place mais sous abri. Si le légume que vous cherchez est absent de cette liste, utilisez le moteur de recherche situé en haut de page pour trouver sa fiche de culture. Et les fleurs ? En début d'année, de très nombreuses variétés de fleurs peuvent être semées. >> A lire aussi : Les légumes primeurs

Permaculture - Nouveau livre : "Graines de Permaculture" - Enfin un livre d'introduction à la Pensée globale, action locale, la permaculture est une manière de voir et d’agir qui relie les humains et leur environnement en un tout cohérent et coopérant. Pour qui veut aménager un site, un jardin, une ferme, un balcon ou un écovillage, la permaculture apporte une vision précieuse : la qualité ne vient pas de la quantité d’énergie fossile, musculaire ou financière dépensée mais d’une bonne conception, d’un bon aménagement. Grâce à l’adéquation aux besoins réels, grâce à une bonne connaissance de la nature dans toute sa diversité, il est possible d’en manifester toutes les synergies favorables et de créer ou recréer ainsi un écosystème équilibré et favorable dans la durée à l’ensemble de ses habitants. Le livre « Graines de Permaculture » explore différents éco-systèmes : la ville, la ferme, le jardin... Partant de ces situations et d’exemples de mise en oeuvre, il énonce des principes essentiels. Sommaire du livre "Graine de Permacultures" Commander ce livre "Graines de Permaculture"

Permaculture Un article de Ékopédia, l'encyclopédie pratique. La permaculture est une approche pour concevoir des habitats humains et des systèmes agricoles qui imitent les relations présentes dans l'écologie naturelle. Comme méthode systémique, la permaculture a été créée dans les années 1970 par les Australiens Bill Mollison et David Holmgren. Le terme Permaculture signifiait initialement "agriculture permanente" (Permanent Agriculture), mais il a été rapidement étendu pour signifier "culture de la permanence" car il était réalisé que les aspects sociaux font partie intégrante d'un système véritablement durable. En formant rapidement des individus à un ensemble de principes de conception, l'objectif est de permettre à ces individus de concevoir leur propre environnement, et ainsi de créer des habitats humains plus autonomes (on parle parfois à tort d'autosuffisance. Un exemple de permaculture utilisant les animaux et le jardin Historique Valeurs fondamentales Ces valeurs sont souvent résumées ainsi:

Irrigation solaire au goutte à goutte : une technique gratuite à la portée de tous » ecoloPop Baptisé kondenskompressor, ce système ingénieux de micro-irrigation solaire au goutte à goutte allie astucieusement recyclage, réduction du gaspillage et conservation de l’eau. Ce système d’arrosage d’une simplicité désarmante permet une utilisation optimale des ressources en eau, en particulier pour la culture dans un climat sec ou aride. Il est idéal pour les jardins communautaires, les potagers urbains mais aussi les serres de jardin. La technique du "kondenskompressor" semble avoir été mise au point vers 2008 par « Hortelano Hortament », un jardinier amateur originaire de Palma de Majorque sur les îles Baléares. La base d’une bouteille de 1.5l coupée en deux et remplie d’eau constitue le réservoir. Ce système présente l’avantage énorme de limiter le gaspillage de l’eau et permet de diviser par dix la quantité d’eau nécessaire à l’arrosage régulier. Ressources et documentation :

10 écogestes insolites pour un potager qui a la patate Extrait de Néoplanète 29 On connaît déjà toutes les astuces classiques pour un jardin respectueux de l’environnement. Mais si on se lâchait un peu, cette année ? Plantes repousse-taupes, jardinage en lasagne ou betteraves rayées… voici nos écogestes insolites, pour une saison cocasse parmi les légumes. Je superpose des couches de morceaux de carton mouillé à des couches de compost sur la surface du potager. Je vous l’accorde, le résultat n’est pas des plus coquets, mais ce type de jardinage a tout bon, car il empêche la repousse des mauvaises herbes (pas besoin de désherbant), évite l’évaporation (moins d’arrosage), nourrit et protège durablement la terre… Essayez-le, c’est assez spectaculaire, vous verrez bientôt vos légumes pointer le bout de leur nez. Ainsi, adieu la corvée de bêchage au printemps ! Des semences de pommes de terre fragiles à conserver ? On peut attirer les animaux dans son jardin de plusieurs façons, sans acheter des boules de graines ou des abris en kit.

Jerko, la maison flottante et autosuffisante en plein New York ! | Mr Mondialisation Jerko, la maison flottante et autosuffisante en plein New York ! Adam Katzman avait 29 ans quand il a créé un concept d’habitation plutôt surprenant. Une maison-bateau écologique, du nom de Jerko, totalement réalisée en Do It Yourself en 2011 et qui circule sur le canal industriel Gowanus dans le quartier de Brooklyn à New York. Ecologique ? En effet, Adam a installé à bord (et avec les moyens du bord) une petite zone de culture hydroponique, c’est-à-dire sans terre, les racines étant directement immergées dans l’eau. Enfin, l’habitat atypique possède un système de compostage/filtrage de ses eaux usées afin de ne rejeter dans le canal aucune pollution. L’extérieur au look « vintage » de la maison offre un style incomparable, et les différentes vidéos disponibles montrent un intérieur visiblement agréable à vivre pour ceux qui savent se contenter de peu. Fonctionnelle oui, mais légale, pas vraiment.

Related: