background preloader

Elisabeth Kübler-Ross

Elisabeth Kübler-Ross
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Elisabeth Kübler-Ross, née le 8 juillet 1926 à Zurich en Suisse et morte le 24 août 2004 aux États-Unis, est une psychiatre et une psychologue helvético-américaine, pionnière de l'approche des « soins palliatifs » pour les personnes en fin de vie. Elle est connue pour sa théorisation des différents stades émotionnels par lesquels passe une personne qui apprend sa mort prochaine. Elle s'est intéressée également aux expériences de mort imminente. Biographie[modifier | modifier le code] Elisabeth naît le 8 juillet 1926 à Zurich. En 1942, désirant devenir médecin, elle travaille dans la clinique du docteur Karl Zehnder[2]. En 1951, elle passe l'équivalent du bac et est reçue à l'Université de Zurich et reçoit son diplôme en 1957, se marie avec Emanuel Ross[2] et se rend aux États-Unis[3]. Elle obtient son titre de psychiatre en 1963 à l'Université du Colorado[4]. Stades de la mort annoncée[modifier | modifier le code] Related:  I open my Heart and Mind

Un destin étonnant - ELISABETH KÜBLER-ROSS FRANCE Quelle existence étonnante que celle du Docteur Elisabeth Kübler-Ross ! Pour la plupart de ceux qui l’ont approché, elle était tout simplement « Elisabeth ». Sa présence rayonnante auprès des malades, sa verve, ses talents d’orateur (elle attirait des milliers d’auditeurs à chacune de ses conférences), sa conviction que la mort n’est qu’une transition d’un monde vers un autre, faisait d’elle un personnage quasi mythique. D’aucuns n’hésitaient pas à la nommer ironiquement « sainte Élisabeth ». Véritable gourou pour les plus fragiles, personnalité par trop new age pour certains scientifiques (qui l’avaient exclu de leur rang), elle traçait son chemin indifférente aux commentaires, prisonnière d’aucun système et toujours terriblement accessible. Contrairement aux souhaits de ses parents qui l’auraient préféré voir construire un foyer, elle manifeste le désir de devenir médecin et trouve un emploi dans un laboratoire afin de subvenir elle-même à ses études. Début 90, sa santé vacille.

VigiPallia Jon Kabat-Zinn Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Zinn. Jon Kabat-Zinn Jon Kabat-Zinn, né le 5 juin 1944, est un professeur émérite de médecine. Il a fondé et il dirige la Clinique de Réduction du Stress (Stress Reduction Clinic) et le centre pour la pleine conscience en médecine (Center for Mindfulness in Medicine, Health Care, and Society) de l'université médicale du Massachusetts. Il enseigne la « méditation de la pleine conscience » (mindfulness meditation) comme une technique destinée à aider les gens à surmonter leur stress, leur anxiété, leur douleur et leur maladie. Naissance[modifier | modifier le code] Il est né en 1944. Vie professionnelle[modifier | modifier le code] Il a dédié sa vie à essayer de faire rentrer sa technique de la pleine conscience (mindfulness meditation) dans la médecine et la société. Retraites[modifier | modifier le code] Vie privée[modifier | modifier le code] Il est marié à Myla, la fille d'Howard Zinn et de Roslyn.

NOS OUVRAGES, NOS VIDÉOS - Vivre son deuilVivre son deuil Dans ce livret, voici quelques pages pour vous dire qu’il est normal de souffrir, qu’il est nécessaire de pleurer et que la traversée du chagrin va prendre du temps. Voici quelques repères pour vous qui vivez un deuil et pour ceux qui souhaitent mieux vous comprendre. Cliquez ici pour en savoir plus Quelqu’un que tu aimes vient de mourir… Nous avons réalisé un cahier à dessiner pour les enfants. « Cet album te permet de dire et de dessiner ce que tu ressens voici quelques extraits. » Vous trouverez quelques extraits. Cliquez ici pour en savoir plus Mon Cahier pour Ce cahier (à dessiner et à illustrer) peut être utilisé pour des enfants qui ont une personne gravement malade parmi leurs proches . Les Films (DVD) Aujourd’hui, hier, demain, vivre ses deuils Ce film sur le deuil a été réalisé à l’intention des familles, y compris des enfants, en deuil afin qu’elles puissent s’y retrouver et sentir qu’elles ne sont pas seules dans cette épreuve capitale de la vie humaine. A quoi ça sert la vie ?

Henri Laborit Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Laborit. Henri Laborit Portrait d'Henri Laborit par E. Henri Laborit (né le à Hanoï, alors en Indochine française, et mort le à Paris) est un médecin chirurgien et neurobiologiste. Il introduit en 1951 l'utilisation des neuroleptiques, révolutionnant la psychiatrie, et celle du GHB en 1960, révolutionnant l'anesthésie. Il se fait connaître du grand public par la vulgarisation des neurosciences, notamment en participant au film Mon oncle d'Amérique d'Alain Resnais. Biographie[modifier | modifier le code] Henri Laborit naît d'un père officier médecin des troupes coloniales en Indochine, qui meurt alors que son fils n'a que cinq ans. Il est le père de l'actrice Maria Laborit, du psychiatre Jacques Laborit et le grand-père de l'actrice Emmanuelle Laborit, fille de ce dernier, mais aussi de Marie Noël, Philippe et Jean Laborit. Travaux scientifiques[modifier | modifier le code] — Henri Laborit, Mon oncle d'Amérique[4]

Michel Hanus Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Hanus. Michel Hanus est un psychiatre, psychologue et psychanalyste français, né à Belval-sous-Châtillon (Marne) le 6 août 1936, décédé à Paris le 2 avril 2010[1]. Il a dirigé la Société de thanatologie et fondateur de la Fédération européenne « Vivre son deuil »[2]. Bibliographie[modifier | modifier le code] Notes et références[modifier | modifier le code] Livres Le deuil après la mort brutale d’un enfant La mort d’un enfant est considérée, aux yeux de tous, comme profondément injuste. Elle provoque un ébranlement émotionnel considérable, surtout lorsqu’elle survient soudainement (accidents, infections foudroyantes, mort subite d’un nourrisson par exemple), sans aucun signe d’alerte. Devant une telle mort, brutale et incompréhensible, les parents questionnent les médecins. Les débuts de réponse apportés constituent souvent pour eux une première balise sur le long et douloureux parcours où ils ont été violemment projetés. C’est un premier point d’appui dans ce moment de bascule. Contrairement à ce qui se dit beaucoup actuellement, le deuil n’est pas une série d’étapes que l’on franchirait pour arriver à une conclusion à un moment donné. 1. Ce travail intérieur est toujours individuel, il est toujours singulier. Ce travail de deuil se fait en un temps et selon des modalités propres à chacun, et il n’est jamais conclu. Le deuil est accompagné d’angoisse et de culpabilité. 2. 3.

Related: