background preloader

Elisabeth Kübler-Ross

Elisabeth Kübler-Ross
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Elisabeth Kübler-Ross, née le 8 juillet 1926 à Zurich en Suisse et morte le 24 août 2004 aux États-Unis, est une psychiatre et une psychologue helvético-américaine, pionnière de l'approche des « soins palliatifs » pour les personnes en fin de vie. Elle est connue pour sa théorisation des différents stades émotionnels par lesquels passe une personne qui apprend sa mort prochaine. Elle s'est intéressée également aux expériences de mort imminente. Biographie[modifier | modifier le code] Elisabeth naît le 8 juillet 1926 à Zurich. En 1942, désirant devenir médecin, elle travaille dans la clinique du docteur Karl Zehnder[2]. En 1951, elle passe l'équivalent du bac et est reçue à l'Université de Zurich et reçoit son diplôme en 1957, se marie avec Emanuel Ross[2] et se rend aux États-Unis[3]. Elle obtient son titre de psychiatre en 1963 à l'Université du Colorado[4]. Stades de la mort annoncée[modifier | modifier le code]

Droits des patients en fin de vie : La loi leonetti, faisons le point... Introduction « Ne sais-tu pas que la source de toutes les misères pour l’homme ce n’est pas la mort, mais la crainte de la mort ? » Epictète (50 – 125 après J. La réflexion contemporaine conduit fréquemment sur l’antagonisme entre le désir individuel de liberté admis comme légitime et les exigences de la collectivité. Il est tout de même incroyable que toutes les fois où un fait de société similaire se présente le débat se limite à une question binaire, « Oui ou non pour la légalisation de l’euthanasie ? Ce débat pour le moins stérile occulte complètement l’ensemble des travaux et rapports d’une grande qualité et richesse remis au ministère au cours des années 2004 à 2005 : Rapport de Marie de Hennezel « Fin de vie et accompagnement » Octobre 2003 ; La Conférences de consensus « L’accompagnement des personnes en fin de vie et de leurs proches » ; janvier 2004 ; Rapport Léonetti « L’accompagnement en fin de vie » Tome I et II juin 2004. L’interdiction de toute obstination déraisonnable

Définition des soins palliatifs et de l'accompagnement Le texte qui suit constitue la charte des soins palliatifs et de l’accompagnement ; il figure dans le préambule des statuts de la SFAP Qu’appelle-t-on soins palliatifs et accompagnement ? Les soins palliatifs sont des soins actifs délivrés dans une approche globale de la personne atteinte d'une maladie grave, évolutive ou terminale. Les soins palliatifs et l'accompagnement sont interdisciplinaires. A quelles conceptions éthiques se réfèrent les soins palliatifs et l’accompagnement ? Les soins palliatifs et l'accompagnement considèrent le malade comme un être vivant, et la mort comme un processus naturel. Se faire soigner à l’hôpital : Selon le souhait du patient et la capacité de l’entourage, la prise en charge en soins palliatifs s’effectue en institution ou au domicile et lieu de vie (maison de retraite, long séjour). Les Unités de Soins Palliatifs (USP) sont des structures d’hospitalisation d’environ 10 lits accueillant pour une durée limitée les patients en soins palliatifs.

Acharnement thérapeutique Le consentement éclairé du patient aux soins qu'on lui donne est l'un des principes majeurs de la déontologie médicale, un principe de plus en plus fortement ancré dans les mentalités depuis que l'autonomie personnelle est promue. Fini le temps où l'on s'abandonnait dans les bras de la médecine sans demander d'explications et encore moins prétendre donner son avis. Paradoxe d’une médecine de plus en plus technique - certains diront incompréhensible - et de praticiens de plus en plus spécialisés - certains diront inhumains - qui doivent prendre en compte la volonté de ceux qu'ils soignent . Car une personne a parfaitement le droit de refuser un traitement. D'abord, il s'agit d'expliquer en vérité et non pas de manipuler en exerçant la puissance de son savoir et de sa bonne santé.

Soins Palliatifs USP EMSP : Les gratte-culs doivent écouter bien plus que récurer. L'humour ne fait pas de mal - Le blog de cathyneves.over-blog.com L’AMP possède des compétences incroyablement nécessaires dans une Unité de Soins Palliatifs. Les Cliniques qui recrutent des AMP, ne se trompent pas. Mais alors, me direz-vous, plus médicalisé.........tu meurs ! Désolé pour l’humour à deux sous, c’est plus fort que moi. L'humour ne fait pas de mal, et je dois dire, devait, à l’origine, être la règle sur mon blog....mais, L'humour étant un Art pas simple à manier, c'est à regret que je m'auto-restreins USP : Unité de Soins Palliatifs, qu’est ce que c’est ? Les soins palliatifs sont des soins actifs dans une approche globale de la personne atteinte d’une maladie grave évolutive ou terminale. Quel objectif ? Soulager les douleurs physiques ainsi que les autres symptômes et prendre en compte la souffrance psychologique, sociale et spirituelle. Que la personne demeure à son domicile ou en institution, l’accompagnement est interdisciplinaire. EMSP : Equipes Mobiles de Soins Palliatifs qu’est ce que c’est ? Mais aussi, Celle me faisait rire au possible.

Histoire des soins palliatifs Les prémices : le soin aux incurables Au Moyen Age, les soins aux indigents et incurables étaient déjà la préoccupation des confréries "de la bonne mort" et des Hôtels Dieu. Mais cet accueil ne faisait pas l'objet de structures spécifiques vouées aux soins palliatifs. Pour cela, il faudra attendre le XIXème siècle. C'est en effet en 1842, dans le quartier du calvaire à Lyon, qu'une jeune femme, Jeanne Garnier, fonde l'association des Dames du Calvaire pour accueillir les malades incurables. En 1870, les sœurs néerlandaises de la Charité ouvrent l'hospice Notre Dame à Dublin et en 1905 celui de St Joseph à Londres. Le travail précurseur des soignants anglo-saxons Un médecin, Cicely Saunders, jouera un rôle prépondérant dans le développement des soins palliatifs. L'émergence du mouvement des soins palliatifs en France En 1973, au retour d'un voyage d'étude au St Christopher's Hospice, les publications du Père Patrick Verspieren ont un retentissement important. Vers un enjeu de santé publique

Historique de l’accompagnement de la fin de vie et des soins palliatifs - J.J.Pujo : Accompagnant bénévole auprès des personnes en fin de vie en soins palliatifs. Historique de l’accompagnement de la fin de vie et des soins palliatifs, extrait de la thèse du Dteur LEFEBVRE « L’homme s’inscrit dans une culture parce qu’il prend soin de ses mourants, de ses morts. » déclarait Tanguy Châtel lors d’une conférence donnée à Auch dans le Gers le 22 novembre 2007 sur le thème : « Accompagner la vie jusqu’au bout : un engagement traditionnel de haute modernité ». A. L’accompagnement des personnes en fin de vie est une activité traditionnelle qui remonte à la Haute Antiquité. B. Dans l’Antiquité grecque, les malades doivent, pour guérir, se réconcilier avec la divinité responsable de leur maux. Les soins aux mourants sont par conséquent des accompagnements spirituels. Dans l’Antiquité romaine, la médecine est essentiellement fondée sur les principes émis par Hippocrate puis Galien. C. 1) Dans l’Islam médiéval La médecine arabe s’est fondée sur les bases d’Hippocrate et de Galien, et est essentiellement tournée vers la prévention. D. E. 1) En ville F. III. A.

Cours : les soins palliatifs Vue d’ensemble sur les soins palliatifs, issus d’une prise de conscience récente sur la nécessité d’humaniser la mort. Sommaire1. Historique 1.1. Québec1.2. Suisse1.3. Les soins palliatifs sont des soins actifs et continus pratiqués par une équipe pluridisciplinaire à domicile via les professionnels libéraux ou les réseaux et à l’hôpital grâce aux unités de soins palliatifs (USP) ou à l’équipe mobile de soins palliatifs (EMSP). Les soins palliatifs sont dus à une prise de conscience récente et nécessaire d’humaniser la mort. L’espérance de vie ne cesse de s’allonger. 1. En 1834, Jeanne Garnier perdait son mari et sa fille en quelques semaines. A Londres en 1893, le Dr Howard Barret créait la maison médicale St Luke pour les mourants sans ressource. Elle ouvrait en 1967 le centre médical St Christopher, référence en matière d’accompagnement des malades en fin de vie. 1ère étape : refus et isolement « Pas moi ! 1.1. 1.2. 1.3. 1.4. 1.5. 2. 3. 4. 5. 5.1. Respecter la vie Après le décès 5.2.

PALLIATIF : Définition de PALLIATIF PALLIATIF, -IVE, adj. et subst. masc. I. −Adj.[Correspond à pallier B] A. 1. B. − Au fig. II. A. 1.MÉD.Remède qui pallie une maladie.Le médecin, par indifférence, eût traîné dans les palliatifs. 2. «(...) − [Suivi d'un compl. prép.] 2.Au fig.Moyen de remédier provisoirement ou incomplètement à une situation difficile, d'en atténuer les conséquences sans la faire cesser pour autant.Synon. expédient.On inventa pour les enfants le palliatif des limbes, un petit enfer plus doux où ils flotteraient toujours, loin de leurs mères, en pleurant (Michelet,Peuple, 1846, p.225).Car secourir les pauvres par l'assistance, ce n'est qu'un palliatif. 3. − [Suivi d'un compl. prép.]Loin d'élargir la plaie par des observations, sa femme trouvait toujours des palliatifs aux maux consommés (Balzac,Rech. absolu, 1834, p.194).MmePasquelin veut prendre avantage de ce silence. Rem. B. Prononc. et Orth.: [paljatif], fém.

Related: