background preloader

Dessins

Dessins

Bienvenue sur la page d'accueil Umour.com : les dessinateurs Conformément aux dispositions de la loi n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'opposition, d'accès, de modification, et de suppression des informations nominatives que vous pourriez communiquées. Vous pouvez exercer ce droit en cliquant ici Le site Umour.com est déclaré à la CNIL et enregistré sous le n° 833534 Nous avons la permission des auteurs pour diffuser Les images de la rubrique humoristes.

"S'informer et communiquer sur internet et les réseaux sociaux" S’informer et communiquer sur internet et les réseaux sociaux Découverte de la presse écrite papier et en ligne Info ou intox sur le web, comment faire la différence dès le primaire ? Donner des clés aux élèves pour faire la différence entre info et intox sur le web, c’est l’enjeu d’une séquence d’éducation aux médias, que Rose-Marie Farinella a conçu et expérimenté dans une classe de CM2. Avec ces cours d’esprit critique, son objectif est d’aider les élèves à devenir des cyber-citoyens avertis qui ne se fassent pas manipuler. Son scénario pédagogique -divisé en 8 chapitres- s’inscrit dans le cadre de la semaine de la presse et des médias à l’école et du parcours citoyen. remise des diplomes "apprenti hoax buster" A l’issue de la séance, un diplôme « d’apprenti hoaxbuster » est décerné aux élèves lors d’une cérémonie au cours de laquelle ils prêtent serment sur la souris de leur ordinateur : « Avant d’utiliser ou de retransmettre une information, toujours je dois la vérifier ». Bilan séance 2

Daumier La Révolution de 1789 va multiplier ces images (mille cinq cents gravures satiriques entre 1789 et 1792) et la demande suscitée par l'actualité va être à l'origine d'un appareil de production organisé. Des journaux hebdomadaires comme Les Révolutions de France et de Brabant de Camille Desmoulins ou les Révolutions de Paris de l'éditeur Prudhomme font une large place au dessin, satirique pour l'un, d'inspiration plus "reportage" pour l'autre. La presse royaliste publie de son côté des caricatures anti-révolutionnaires tandis qu'en 1793 le Comité de Salut Public demande au député David de "multiplier les gravures et les caricatures qui peuvent réveiller l'esprit public et faire sentir combien sont atroces et ridicules les ennemis de la liberté et de la république".Cité dans "La caricature, deux siècles de dérision salutaire", Historia, n° 651, mars 2000, p.52.

Related: