background preloader

UN ÉTÉ À ALGER / ﺻﻴﻒ ﻓﻲ ﺍﻟﺠﺮﺍﺋﺰ

Related:  BLIDA Algérie heureuse

Les événements d'Algérie en novembre 1954 - Jalons pour l'histoire du temps présent Le 10 octobre 1954, un groupe de nationalistes algériens fonde le Front de Libération National (FLN). Leur objectif : mener une guérilla révolutionnaire visant à arracher l'indépendance algérienne à la France. Le premier acte de ce soulèvement a lieu dans la nuit du 1er novembre 1954 : 70 attentats disséminés sur une trentaine de points du territoire algérien visent à saboter des installations névralgiques (radio, centraux téléphoniques, dépôts de pétrole...) et à toucher des casernes et des gendarmeries afin d'y récupérer des armes. Ces attentats, qui devaient épargner les civils, font huit morts, parmi lesquels un jeune instituteur français, Guy Monnerot. Philippe Tétart

Mobiles illégitimes Une installation sonore interactive de étrange miroir, créée pour le festival migrant'scène 2013 Le projet Mobiles illégitimes est un projet artistique qui prend la forme d’une installation sonore interactive centrée sur la migration vécue par les femmes.En réponse à la vision globalisante de « la femme immigrée » réduite à une image type, si loin de la diversité des profils et des parcours des femmes migrantes, étrange miroir nous propose de fermer les yeux et de nous concentrer sur le son, les mots et la parole. Voix de femmes, voix de chercheurs, d’historiens, de sociologues, voix de témoins et acteurs clef des migrations au féminin… Au cœur d’un laboratoire sonore, le spectateur manipule les éléments de l’installation, déclenche la lecture des pastilles de son et devient acteur de son propre parcours au fil des explications, des émotions, des contradictions qui résonnent et l'emportent. En savoir plus sur l'association étrange miroir

Sainte_Anne Sainte Anne de la Redoute L'église Sainte-Anne de la Redoute fut construite en 1933 vers la fin de la période du style néomauresque alors en vogue à Alger. Ce style, aussi appelé style Jonnart (du nom du Gouverneur général Célestin JONNART en poste de mai 1903 à mars 1911), fut officialisé en tant que style de l'état, dès 1905. Elle occupa l'angle du chemin des Crêtes et de la rue Sainte-Claire-Deville. Dans les années cinquante, la charge du culte fut assurée par les Pères BAUD, MILLION (depuis 1953), SEROT et Joseph PARSUS. Retour au sommaire. Quelques cartes postales et vues diverses: Carte postale du projet du "Sanctuaire de Ste-Anne d'Alger", paroisse de la Redoute. J'ai également vu deux cartes extraordinaires, plus précises, de Sainte-Anne dans son quartier, chez un marchand d'Alger. Quelques photos d'époque: Première série: Photo de la classe 1955-1956 de l'école Sainte-Anne, transmise par Marie-Rose TESTA (croix). Quelques photos prises en 2004 et 2007: Deux documents:

trange ///// miroir M O B I L E S I L L E G I T I M E S i n s t a l l a t i o n s o n o r e ______________________________________________ Un kaléidoscope sonore Cette proposition documentaire invite le public à explorer la mobilité vécue par les femmes. À travers le regard des intéressées et de spécialistes, le sujet est traité dans toute sa complexité et toute sa diversité avec l’objectif de mettre en avant des axes peu médiatisés. Ce dispositif interactif invite les visiteurs à aller chercher, fouiller, explorer et se créer leur propre expérience d'écoute. ///Ce projet a été initié dans le cadre du festival Migrant'scène 2013 organisé par La Cimade. Effectué dans une démarche d’expérimentation, le partenariat d’étrange miroir avec La Cimade traduit un désir commun de renouveler les formes de la sensibilisation du grand public sur les enjeux liés aux migrations. Coproduction : La Cimade - festival Migrant'scène Résidences : Stéréolux/La Fabrique (Nantes) – Atelier du Nid d'oie (Clisson)

Alger,les quartiers de Birmandreis, Hydra, La redoute, le bois de Boulogne, la colonne Voirol, le Golf, Birmandreïs,8ème arrondissement du Grand Alger,vient du nom de Bir Mourad Reïs, le puit de Mourad le Capitain,Célèbre renégat flamand qui opéra jusque Les Chemins vers Birmandreis. La colonne Voirol. Après l'embranchement du boulevard Bru, l' avenue Mission-Saharienne-Foureau-Lamy longeait à peu près en ligne droite la partie basse du Bois de Boulogne et finissait à la colonne Voirol, d'où partaient les routes conduisant à : Birmandreïs Le Ruisseau Birkadem Blida Douéra El Biar la Colonne Voirol Au point culminant d'Alger ( 210 m ). Général qui commanda les troupes d'Algérie. Il fit exécuter les premières routes des environs d'Alger et de nombreux ouvrages militaires. Placée à l'angle du chemin Beaurepaire, exactement au col, face au Bois de Boulogne, la colonne Voirol avait en vis-à-vis le monument dédié à la Mission Saharienne Foureau-Lamy. Route de la colonne Voirol Cette photo doit dater sans aucun doute d'avant 1890. La deuxième voiture à cheval est encore sur le chemin Beaurepaire, qui conduit à El-Biar. Le même carrefour quelques années plus tard Face à la future Avenue Foureau Lamy, ( rue Michelet ), il y avait deux routes : Il commencait

Gilles Rondot - Plasticien IMAGES DU MONDE / Cloître des dames blanches à La Rochelle exposition du 28 juin au 17 août 2013 Photos de l'exposition Article dans la revue Arcades Pdf à télécharger - 1,3 Mo Au fil des voyages se sont accumulées des images photographiques. Depuis plus de 20 ans, je pose un regard sur le monde, je m'interroge sur les mutations. GILLES RONDOT - Artiste des frontières « Au moment où la plupart des plasticiens recherchent la consécration et se cantonnent souvent à diffuser leurs œuvres dans ce qu’on appelle le marché de l’art, pourquoi faut-il que certains nous prennent à contre-pied ? Hervé Atamaniuk pour Banlieues d’Europe Guerre d'Algérie : le poison de la "bleuite" Ce jour-là, la Casbah est triste et les cafés silencieux. Depuis que l'austère FLN a pris le contrôle de la vieille ville au coeur d'Alger, il a interdit à ses habitants d'écouter la radio, de fumer et de jouer aux dominos. C'est l'été, le soleil est de feu, les rues bondées, mais, dans les cafés maures, les hommes sirotent leur thé en silence. Personne n'ose allumer une Bastos. La Casbah est aux ordres. Le FLN n'a pas hésité à trancher le nez et les oreilles de ceux pris en train de fumer le tabac "colonial ", façon radicale mais efficace de prendre toute la population en main. Personne, pourtant, ne remarque le petit groupe de sept à huit hommes qui s'est engagé dans les escaliers de la rue Porte-Neuve de la basse Casbah et remonte les ruelles en se mêlant à la foule. Lui, c'est le capitaine Paul-Alain Léger, l'homme des services français, adjoint du célèbre colonel Godard et patron du GRE, le Groupe de Renseignements et d'Exploitation, qu'il a créé quelques mois auparavant.

Tribudom

Related: