background preloader

RSE : faut-il se doter d'une charte ?

RSE : faut-il se doter d'une charte ?
L'essor des RSE amène les entreprises à réfléchir aux moyens d'encadrer les nouveaux usages qui en découlent. Quelles sont les spécificités d'une charte RSE par rapport à une charte informatique classique ? Doit-elle être contraignante ? Eléments de réponse. Indispensables aux yeux des DSI, directions générales et juridiques, les chartes informatiques apparues dans les années 90 sont bien ancrées dans les entreprises. Mais avec l'apparition des réseaux sociaux d'entreprise et son cortège de nouvelles pratiques collaboratives et d'échange d'informations, les chartes IT ont sans aucun doute besoin d'un sérieux coup de dépoussiérage. Plusieurs options s'ouvrent aux entreprises et aux directions des ressources humaines, totalement légitimes pour prendre en main ce nouveau projet. "Certaines chartes s'appuient sur des règlements et sont plutôt coercitives" (Isabelle Reyre - Arctus) Jouer la carte de la transparence sur l'exploitation faite des données Related:  T1Com interne

CLIC France Twitter Gestionnaires de communautés : moins de 40% des entreprises en sont dotées - Réseau Social d'Entreprise (RSE) : adoption et projets - Journal du Net Solutions Le gestionnaire de communauté (community manager) est un profil qui se multiplie dans les entreprises. Un accroissement directement lié au développement des réseaux sociaux internes et du besoin de faire vivre ses multiples communautés d'utilisateurs. Parmi les compétences dont doit faire preuve le Community Manager, l'enquête 2012 de l'Observatoire de l'intranet et de la stratégie numérique cite une bonne culture générale de l'entreprise, une maîtrise des principales techniques de communication, la pratique des outils du Web 2.0 et le goût pour l'échange et le dialogue. En 2012, 37% des entreprises ont nommé des managers de communautés.

Ces réseaux sociaux d'entreprise aux fonctionnalités étonnantes : En savoir plus - web & tech L'avis de l'expert (Bertrand Quesada - Logica Business Consulting) "L'ensemble des éditeurs du marché ont ajouté des systèmes de badges, de points à gagner. Certains ont ajouté cette possibilité à leur offre de base, comme NewsGator, tandis que d'autres s'appuient sur des partenariats. C'est le cas de Yammer et Lotus Connections (avec Badgeville) ou Jive (avec Bunchball). Dans tous les cas, le but est d'utiliser les mécanismes de gameplay pour encourager la participation et la contribution [...]. Une vraie réponse centrée sur l'utilisateur commence à être apportée par les éditeurs : des mécanismes de synchronisation de profils et d'agrégation de flux sont maintenant proposés.

Comment mettre en place un intranet dans une administration? 6-Former les sites producteurs Il convient de distinguer le super-administrateur d'un site intranet, les administrateurs de "sous-sites" ou grandes catégories, les publieurs (la totalité des personnes) et les valideurs. Le super-administrateur délivre des droits d'administration sur les grands répertoires ou sous-sites. On pourra également organiser des formations au traitement des images (pour ceux qui le souhaitent). 7-Choisir les administrateurs des sites producteurs Ce sont eux qui coordonneront le travail du site. 8-Animer le réseau INTRANET entre le site principal, les sites producteurs, le service informatique. le chef de projet initie la démarche et supervise l'ensemble. L'équipe d'animation devra travailler en synergie avec le chef de projet. - Q'attend-on des sites producteurs : autour de l'équipe d'animation de l'Intranet (conseiller, formateur, animateur , webmestre) chaque site producteur devra développer son propre web. 9-Apprendre à travailler autrement.

Why most museum websites are terrible The following presentation was made by MuseumNext founder Jim Richardson at the Gulf Arts and Cultural Leaders meeting in Qatar in November 2011. Today I want to talk about a vision for the museum for the digital age that we now find ourselves to be living in. You are building the next generation of great museums here in the Gulf, and I think you have an incredible opportunity to move beyond your European and American counterparts by using technology to create a better museum. I have been told that historically there is not a museum going culture in the Gulf and that this means that to a certain extent your local audiences lack an understanding of what a museum does and why they should visit. Personally, I feel that this presents an incredible opportunity to move beyond traditional museum models and give audiences exceptional experiences. In truth, the museum has always evolved. Today the museum must continue to change. Click! Lets start our journey with Mohammad. In Conclusion 1. 2. 3. 4.

Réseaux sociaux d’entreprise, par où commencer La question n’est ni nouvelle, ni innocente ! Si, au fil des différents retours d’expérience, il est plus facile d’imaginer les secteurs et/ou les projets susceptibles d’avoir intérêt à être intégrés dans des espaces sociaux d’entreprise, il n’en reste pas moins qu’il faut décider de " par où commencer " ! Une des pistes tient à considérer le projet non pas tant du point de vue du thème (innovation, customer care, etc.) mais plutôt en s’attachant aux participants et aux membres de la (les) communauté(s) que l’on veut développer. Le nombre de notes, d’articles ou encore de dessins humoristiques, tenant aux réseaux sociaux d’entreprises, à leur utilité, à leurs avantages, à leur retour sur investissement, est impressionnant, mais la plupart des éclairages proposés restent, à mon avis, dans une approche très conservatrice de l’entreprise. Le social, c’est l’humain ! Et chacun d’y aller de son commentaire ou de sa quête de " retweet " et de " célébrité " ! A lire en complément à cette note:

Retour d’expérience du groupe La Poste ou « comment un RSE peut booster la transmission du savoir? » Interview d’Eric Laurent, Conduite du changement – Direction des Bureaux de Poste – Siège Enseigne La Poste Bonjour Eric, Vous êtes en charge de l’animation d’un RSE au sein de l’Enseigne du groupe La Poste et vous avez mis en œuvre une approche qui pourrait intéresser d’autres entreprises dans l’accompagnement du changement et le partage de bonnes pratiques. Pouvez-vous nous dire quel était l’objectif de votre démarche et le contexte? Notre objectif est d’accélérer nos modes d’apprentissage, en assurant une livraison de connaissances à valeur ajoutée dans l’espace temps de nos cibles, principalement sous la forme de vidéos très courtes, avec l’idée d’en faire une source d’interactions au sein d’un outil de RSE dédié. Quels étaient vos partis-pris ? Un concept : la vidéo minute. De quels appuis avez-vous bénéficié ? Avez vous rencontré des freins ? Quelles ont été les bonnes surprises ? Que retenez-vous de cette expérience ? A quelles autres applications pensez-vous maintenant ?

Blog Arctus - Réseau social d'entreprise : quel cadre juridique ? Paroles d'experts Réseau social d’entreprise : quel cadre juridique ? Quel cadre juridique donner à un réseau social d’entreprise ? Quelles sont les bonnes pratiques en la matière tout comme les règles à respecter? Règlement intérieur ou charte d’utilisation : quelle formule privilégier ? Des droits … et des devoirs L’utilisation des nouvelles technologies par l’entreprise soulève un certain nombre de questions de droit. A contrario, le salarié doit aussi respecter un certain nombre de règles dans son utilisation du réseau social interne : les contenus publiés ne doivent pas porter atteinte aux droits de propriété intellectuelle, aux droits de la personne ou à l’ordre public. Rappel : une obligation de transparence Ce principe de transparence se décline en plusieurs obligations pour l’entreprise qui met en place un réseau social : D’abord, première obligation pour l’entreprise : l’information et la consultation des instances représentatives du personnel (Comité d’entreprise et CHSCT).

Why blog? Tom Roud m'associe à une chaîne initiée par Enro et Timothée, sur les raisons de tenir un blog en tant que scientifique, dont je reprends l'intitulé canonique. Chargé d'animer récemment une table ronde sur le blogging académique, je me suis servi de cette injonction pour synthétiser en six points mes réflexions, après trois ans de pratique. 1. Du "nous" au "je". J'ai créé ARHV en 2005, dans la foulée de la fondation du Lhivic, comme un support des activités du laboratoire. Appuyé sur mon expérience d'éditeur de revues, mon premier réflexe a été de le concevoir comme un organe collectif. Admettre cette exposition en solo m'a demandé un effort qui témoigne à lui seul du poids de cette culture. Ce passage du "nous" au "je" – de la protection de l'institution à l'exposition solitaire du chercheur – est aussi un bouleversement de la relation éditoriale. 2. L'aspect fondamentalement non contraint du blog en fait un formidable conservatoire et un accélérateur de la curiosité. 3. 4. 5. 6.

6 leviers pour une entreprise sociale et connectée [IdV] Cette semaine, pour notre Infographie du Vendredi, je vous propose une infographie sympathique qui présente 6 leviers pour rendre l’entreprise sociale et connectée. Dans cette infographie, Gist présente 6 leviers permettant de rendre une entreprise plus connectée et d’y favoriser les interactions sociales. Un objectif louable quand on sait à quel point certains univers de bureaux peuvent devenir aseptisés voir asphyxiant pour certains collaborateurs. Gist est le CRM made in Blackberry. Je n’avais pas encore eu l’occasion d’y jeter un coup d’oeil, et il semble être en beta pour le moment. Allez, jetons un coup d’oeil à ces 6 leviers. 1) Donner accès aux réseaux sociaux Si vous voulez une entreprise connectée et sociale, la première étape est d’ouvrir les vannes et de laisser vos employés accéder aux réseaux sociaux. De toutes façons, avec la Génération Y, si vous coupez les accès informatiques, il auront tout de même un accès avec leurs téléphones… Donc inutile de jouer au plus rusé.

Sodexo mise sur Jive pour son réseau social d'entreprise - JDN web & tech Le poids lourd de la restauration collective a opté pour le RSE de Jive Software, notamment pour son côté intuitif à la Facebook. Les initiatives individuelles qui avaient été lancées autour de Yammer ne sont pas remises en cause. Avec un chiffre d'affaires de 16 milliards d'euros en 2011 et près de 400 000 collaborateurs dans le monde, Sodexo est un géant mondial de la restauration collective. "Nous nous sommes mis en quête en septembre 2010 d'une plate-forme qui devait répondre aux impératifs de gestion documentaire, collaborative et de mise en contact d'experts", explique Gabriele Maltinti, directeur du KM et du partage collaboratif chez Sodexo. La phase de pré-étude, qui s'est déroulée jusqu'en février 2011, a permis de faire émerger 11 solutions à même de répondre aux besoins de Sodexo. "Nous n'avons pas choisi la solution sur la base des critères fonctionnels" (Gabriele Maltinti - Sodexo)

Charte des médias sociaux : les cas d'Orange et de Bouygues Telecom • Le plan des chartes de Bouygues Telecom et de Orange Rares sont les entreprises françaises ayant déjà mis en place une charte d’utilisation des médias sociaux. Leur adoption fait d’ailleurs débat. Ne vaut-il pas mieux laisser s’installer les nouvelles pratiques avant de vouloir les réguler ? Mieux vaut être proactifs, répondent les partisans des chartes, et les utiliser à la fois comme un outil d’accompagnement et de prévention des conflits. Des chartes qui reposent sur une stratégie d’entreprise Bouygues Telecom a opté pour une stratégie de transformation par étapes en Entreprise 2.0. « Il y avait à la fois une demande des utilisateurs les plus actifs sur les blogs, les forums, les wikis de préciser les règles du jeu et une volonté de la direction de promouvoir les usages 2.0 en s'appuyant sur une stratégie de laisser-faire et de faire-savoir », précise Yves Caseau, le directeur de l’innovation de Bouygues Télécom. A qui confier la rédaction de la charte ? Des droits… ... et des devoirs

Blog et recherche 1 Jill Walker Rettberg, « Not Documenting, Doing », jill/txt, 06/06/03, co (...) 2 Jill Walker Rettberg, « I Won a Prize for Research Blogging!!!! », jill/txt, 06/03/06, (...) 1En 2006, la chercheuse de l’université de Bergen (Norvège) Jill Walker Rettberg témoignait de sa (déjà) longue expérience du blog académique, en réfutant l’idée répandue selon laquelle le blog est un moyen de documenter la recherche1. Même si son blog lui a valu un prix de la Fondation Metzerk au titre de la « dissémination de la science »2, il lui sert plutôt à mener sa recherche. 3 Chad Orzel, « Why Doesn’t Blogging Generate More Science? 2Pourtant, le physicien et blogueur Chad Orzel se demandait en octobre 2008 si l’explosion des blogs a vraiment contribué à produire plus de science3. 3La première de ces branches concerne la production de connaissances certifiées, lesquelles viennent parfois se matérialiser dans de nouveaux instruments destinés à la recherche.

Related: