background preloader

3 - “La jeune fille à la fleur” de Marc Riboud

3 - “La jeune fille à la fleur” de Marc Riboud
Chaque semaine, je vous propose de vous faire (re)découvrir une photographie qui a marqué le XXème siècle. Véritables icônes ou témoignages poignants, ces photos ont été vues et revues. Elles ne sont généralement pas innocentes dans la célébrité de leur auteur. Divisé en quatre parties, mon article suivra toujours la même ligne de conduite : une présentation du photographe, un retour sur le contexte de la photo, la photo en elle-même et une libre expression sur ce que m’a fait ressentir la photo. Amateurs de photographie et d’Histoire, bonne lecture ! Le photographe Marc Riboud est né à Lyon le 24 juin 1923. Que se passait-il ? 21 octobre 1967, les Etats-Unis sont embourbés dans les marécages vietnamiens. La Photo © Marc Riboud – Magnum Les mots qui en ressortent Une fleur contre des armes. Pour en savoir plus sur cette photo, retrouvez là sur ce blog : Pour un regard de Marc Riboud sur son travail, je vous invite à visionner cette vidéo :

http://bokeh.fr/blog/photographes/la-jeune-fille-a-la-fleur-de-marc-riboud/

Related:  Analyses & Sémiologie...La jeune fille à la fleur HDAArts 2

2 - Analyse de La jeune fille à la fleur - Marc Riboud ANALYSE : La jeune fille à la fleur - Marc Riboud Voici une évocation emblématique de la génération hippie. Marc Riboud (né en 1923 en France) est un photographe français connu, entre autres, pour ses reportages en Asie. Jeune fille à la fleur - Arts Plastiques Manifestation contre la guerre au Vietnam, Washington devant le Pentagone, dite La Jeune fille à la fleur, Marc Riboud, photographie argentique en noir et blanc, 21 octobre 1967 Présentation de l'oeuvre : Marc Riboud prend cette photographie argentique en noir et blanc, dont le titre est Manifestation contre la guerre au Vietnam, dite la jeune fille à la fleur, le 21 octobre 1967, à Washington, devant le Pentagone, le ministère de la Défense américaine. Marc Riboud, né en 1923, est un photographe professionnel français. En 1951, il rencontre Henri Cartier-Bresson et Robert Capa, les fondateurs de l’agence Magnum Photos, qu’il intègre rapidement et qu’il présidera pendant quatre ans.

la jeune femme, la fleur, et les temps qui changent À lire en écoutant ceci. À la une du Monde Géo&Politique de ce ouiquinde, cette photo de manifestation à Lisbonne datée du 15 septembre : > Cliquez sur l'image pour un gros plan < Photo Ana Brigida/4SEE/REA Le sens des images » Analyser une photo : « The Kid » (1921) Photo de plateau de The Kid (1921) de Charlie Chaplin Cette photo publicitaire anonyme représentant Charlot (Charlie Chaplin) et le Kid (Jackie Coogan) est l’une des plus célèbres associées à l’œuvre du cinéaste. Sans doute parce qu’elle évoque l’un des meilleurs films de l’auteur – son premier long intitulé The Kid sorti en 1921 – mais aussi, assurément, parce qu’elle nous émeut, en dehors de toute référence au film, par sa puissance visuelle universelle évoquant tout à la fois la pauvreté, l’enfance et la paternité. Un décor à la Dickens Dès sa deuxième apparition à l’écran en 1914 Chaplin crée son personnage emblématique du vagabond Charlot qu’il n’aura de cesse d’interpréter jusqu’en 1940. Tel père, tel fils

1 - Analyse d’une photographie : « La fille à la fleur » de Marc Riboud (1967) L’analyse qui suit date de 2008 et a connu un certain succès. A l’époque je l’avais postée sur mon blog et depuis elle n’a pas cessé d’être reprise sur de nombreux sites, essentiellement par des enseignants à l’intention des élèves du secondaire – le plus souvent sans que mon nom soit mentionné… Voici donc une photographie de presse vue et revue. Une image-symbole, une icône des sixties, une évocation emblématique de la génération hippie. guerre du Viêt Nam - Encyclopédie Larousse Nom donné au conflit qui, après le désengagement français, a opposé de 1954 à 1975 le Nord Viêt Nam au Sud Viêt Nam. 1. Les deux Viêt Nam (1954-1964) Suite aux accords de Genève (1954), la France quitte l'Indochine (→ guerre d'Indochine) après quelque cent ans de présence, et le Viêt Nam voit son indépendance reconnue, mais les puissances lui imposent, en attendant des élections générales, une partition au niveau du 17e parallèle : ce compromis fera de la paix un leurre. 1.1.

Analyse esthétique d'une photographie de Robert Doisneau - Bolides à Paris Analyse La première lecture de l'image invite à comparer l'énorme taille du véhicule de l'adulte à droite à la taille réduite de l'automobile à pédales de l'enfant à gauche. Quasi instantanément le spectateur est conforté dans cette comparaison par le regard croisé de l'enfant qui souligne l'existence d'un rapport établi entre les 2 véhicules : L'enfant est sur le trottoir et la voiture sur la chaussée. Le bord du trottoir marque la limite du monde de l'enfant et du monde de l'adulte. Mais un élément inquiétant en provenance du monde de l'adulte pénètre dans le monde de l'enfant : une roue du véhicule de l'adulte est montée sur le trottoir.

Analyse d'oeuvre : Les expulsés d'Ernest Pignon Ernest L’intérêt d’aborder l’œuvre « Les expulsés » d’Ernest Pignon Ernest en histoire des arts ne fait aucun doute. Son impact sur le public en lien avec le contexte du moment à Paris l’inscrivent dans une perspective historique ; un fait marquant de l’actualité. Mais comment un simple dessin marouflé sur la façade d’un immeuble peut-il susciter autant de questions ? Vous trouverez une analyse de l’œuvre partant de recherche : sur l’artiste, son courant d’appartenance, le contexte historique et une description physique. L’ensemble de ses recherches nous amèneront à analyser et interpréter cette proposition artistique d’Ernest Pignon Ernest, un artiste actuel.

Him de Maurizio Cattelan par Marine Chollet 237611 après Ashot Ashot ait dit aimer cet artiste. - Le blog de Etudiants Paris 8 Lundi 5 janvier 1 05 /01 /Jan 18:07 Article consacré à Maurizio Cattelan : Him. Maurizio Cattelan, Him, 2001, Sculpture en résine de polyester, cire, vêtements et cheveux humains. " Le titre…il nous fait voir l’œuvre d’une certaine façon ; si le tableau avait été nommé autrement, dans bien des cas nous aurions été sensibles à d’autres détails, d’autres organisations. Analyses d’images Les histoires de vies derrière « Tulsa » de Larry Clark (1971) Tulsa m’a toujours fasciné depuis que j’ai découvert sa cinquantaine de clichés noir & blanc à l’occasion de l’exposition qui lui fut consacrée à la Maison Européenne de la Photographie à Paris en 2008-2009. A l’époque, pour pouvoir acquérir le livre, j’ai dû le commander sur Internet à un moment où il était encore disponible à un prix raisonnable (dans sa quatrième et dernière édition américaine datant de 2000). Aujourd’hui, comme lors de sa première parution en 1971, l’ouvrage est épuisé et reste difficile à trouver. Ce qui, bien entendu, en plus du parfum licencieux qui l’entoure, ajoute encore à cette fascination qu’il exerce depuis maintenant près de cinquante ans d’une génération sur l’autre.

Related: