background preloader

ARTE - Écologie sonore

ARTE - Écologie sonore
Related:  FRANCE TV EDUCATIONSanté et Bien êtreMUSIQUE

La consécration tardive de Jean-Philippe Rameau Publié le 10-10-2014 - Mis à jour le 10-10-2014 Né à Dijon en 1683, Jean-Philippe Rameau est formé à la musique par son père, titulaire des orgues de la cathédrale. À l’âge de 18 ans, il voyage quelques mois dans le nord de l’Italie puis mène une vie de musicien itinérant comme violoniste, maître de musique, organiste dans sa ville natale ou ailleurs en France (Avignon, Clermont, Lyon). En 1722, il publie un Traité de l’harmonie réduite à ses principes naturels dans lequel il étudie intervalles et accords avec un grand sérieux scientifique. Cet ouvrage théorique établit sa réputation de savant. Un premier projet, Samson, avec Voltaire pour librettiste (auteur du texte), n’aboutit pas car le Parlement interdit de porter sur la scène un sujet emprunté à la Bible. Retrouvez le dossier complet dans le n°8 de L’Éléphant, la revue de culture générale, octobre 2014. En partenariat avec L'éléphant l'éléphant est une nouvelle revue de culture générale qui paraît tous les trimestres.

Remèdes de grand-mère à (re)découvrir - Astuces de grand-mere | Remèdes de Grand-Mère Cinq pianos pour un webdoc En 2013, la mise à disposition de 46 pianos dans Paris par l'artiste anglais Luke Jerram a séduit et inspiré quatre jeunes gens. Leur documentaire zoome sur les instruments présents dans les quartiers de Belleville, Daumesnil, Opéra et Rivoli. Parmi les 46 pianos disséminés dans les rues de Paris par l’artiste anglais Luke Jerram, lors de l’édition 2013 de son événement « Play Me I’m Yours », ce webdocumentaire en a choisi cinq : « Des pianos dans des quartiers symboliques, représentatifs de Paris. » Des pianos décorés, revus et corrigés par cinq artistes de street art. Car au-delà de l’instrument, c’est Paris et l’art de rue qui intéressaient les quatre jeunes producteurs, réalisateurs et scénaristes (moyenne d’âge : 23 ans). Pour un budget total de 11 000 euros, tournage et codage du site compris, Des pianos dans Paris, réalisé par Hannah Rosselin et écrit par Adrien Laville, offre une jolie balade au design léché.

Lully et l’invention de la tragédie lyrique Lully, la grande figure musicale sous Louis XIV. Extrait de Deux siècles de Musique à Versailles d'Olivier Simonnet (Arte France, Caméra Lucida Productions, 2008) À partir du ballet de cour – et c’est là une spécificité française –, la danse va structurer les différentes formes de spectacle d’opéra. Au cours du XVIIe siècle, elle se professionnalise. Pierre Beauchamp, maître à danser de Louis XIV, codifie sa pratique par des règles assurant la beauté des mouvements. Au moment de la retraite de Louis XIV comme danseur, le ballet de cour connaît une première métamorphose avec la comédie-ballet. En 1673, Lully, qui exerce alors un contrôle absolu sur la vie musicale, met au point avec le poète Philippe Quinault la formule de l’opéra « à la française » : la « tragédie en musique » (nommée au siècle suivant « tragédie lyrique »). Retrouvez le dossier complet dans le n°8 de L’Éléphant, la revue de culture générale, octobre 2014.

7 antioxydants puissants dans la cuisine : herbes, poudres, épices Si vous souhaitez augmenter ou diversifier vos sources en antioxydants, vous avez peut-être déjà la réponse dans votre cuisine ! Certaines épices, herbes et poudres utilisées en cuisine sont des sources importantes en antioxydants. Rappelons dans un premier temps qu’une alimentation variée contient naturellement des antioxydants et qu’il ne faut pas non plus tomber dans l’excès. Côté antioxydants, on connaît les fruits, bleuet en tête, certains fruits secs comme les noix, mais on pense parfois moins aux épices et aux herbes qu’on peut inclure dans la cuisine de tous les jours. Le mieux est d’associer des fruits et légumes et d’autres sources d’antioxydants. Pour mesurer le taux d’antioxydants, on va utiliser l’ORAC, soit l’Oxygen Radical Absorbance Capacity, la capacité d’absorption des radicaux libres. Le clou de girofle Parmi les herbes aromatiques, le champion est de très loin le clou de girofle ! La spiruline Passer à la spiruline avec une recette de pesto L’origan Le romarin Le thym

Cinq perles du webdocumentaire repérées pour vous - Nouvelles technos On a beaucoup parlé cette année de webdocumentaires comme “Prison Valley” ou de la websérie “Addicts”. Mais au-delà de ces sites novateurs, de nombreuses autres expériences interactives, un peu plus confidentielles, ont permis d'explorer de nouveaux champs narratifs. La preuve par cinq créations. Encore il y a peu obscur objet interactif à mi-chemin entre le reportage, le documentaire et le mini-site construit autour d’un thématique unique à la manière d’un CD-Rom, le webdocumentaire (sous toutes les déclinaisons narratives possibles) est sorti de l'ombre cette année. Ecologie sonore S’il emprunte à la grammaire du jeu vidéo, le webdocumentaire sait en même temps se faire pédagogique. Sacrée montagne Dans Sacrée montagne, autre perle produite par l’ONF et réalisée par Gilbert Duclos, Hélène de Billy et le studio de création Departement, c’est le lien profond unissant les Montréalais au Mont-Royal – colline dominant la ville – qui est interrogé à travers une belle flânerie interactive.

Le goût aristocratique et royal pour la danse à l'époque de Rameau Rameau est donc attaqué comme le dernier, et sans doute le plus brillant, représentant du spectacle lyrique « à la française » des XVIIe et XVIIIe siècles. Ce type de spectacle est issu de divertissements en vogue à la fin du XVIe siècle qu’on appelle « ballets de cour ». À l’époque, la danse fait pleinement partie de l’éducation aristocratique. Le plus célèbre, sinon le premier, de ces spectacles est le Ballet comique de la reine. Le rôle de la musique sous Louis XIV. Dans le prolongement de cette œuvre inaugurale, le ballet de cour devient, en France, le spectacle aristocratique par excellence. Retrouvez le dossier complet dans le n°8 de L’Éléphant, la revue de culture générale, octobre 2014.

Un remède à portée de mains Puisque j'ai commencé à vous parler des plantes sauvages, il faut absolument que je continue avec le plantain. Il est partout autour de nous, sitôt qu'il y a un peu de verdure. On ne le remarque même plus alors qu'il est présent 10 mois durant. Il s'agit d'ailleurs des plantains car il en existe de nombreuses variétés dont 3 sont comestibles : le grand plantain, la plantain moyen et le plantain lancéolé . Les plantains sont surtout riches en mucilages, mais aussi en protéines complètes, en flavonoïdes, en tanin, en minéraux (beaucoup de calcium), en bétacarotène et en vitamine C... Tous ces nutriments font du plantain une plante aux très nombreuses indications. Antiseptique et expectorant, il calme la toux et lutte contre les bronchites. Tous les botanistes le savent : rien de tel qu'une feuille de plantain pour calmer les petites blessures quand on se trouve dans la nature : écorchures de ronce, petites coupures, piqûres d'insecte ou d'ortie... Décoction Infusion Collyre Sirop anti-toux

"Lookin4Galt", webdoc à la recherche du son perdu Précisons-le de suite : Lookin’ 4 Galt n’est pas un webdocumentaire sur la vie et l’œuvre de Galt MacDermot, c’est un plongeon. Une plongée dans le monde des soundmaker new-yorkais, un voyage au bout de la nuit dans la ville qui ne dort jamais. C’est l’histoire de deux français, le duo Gasface, amoureux de la culture hip-hop (lis lui ont d’ailleurs consacré un magazine entre 2008 et 2010), qui décident de faire un film pour montrer le hip-hop tel qu’ils l’ont toujours imaginé. Leur webdoc, composé d’un road-movie à la recherche de Galt et de deux mini-séries (Think B.I.G et Talkin’ All That Jazz) est disponible en intégralité sur la toile depuis quelques jours. “À l’origine, confie Nicolas Venancio, l’un des deux visages (avec Mathieu Rochet) derrière Gasface, on est très fans du producteur Prince Paul, qui a créé un univers mêlant plein de références dans ses albums avec De La Soul. Et qui mieux que Galt MacDermot pour incarner cette quête? La quête du Galt, un webdoc viral

Related: