background preloader

Observatoire Régional en Santé Publique de Franche-Comté -  Les addictions sans produit

Observatoire Régional en Santé Publique de Franche-Comté -  Les addictions sans produit
Related:  Les comportements addictifs à l'usage du numériqueArticles scientifiques

Les différents types de cyberdépendance | La cyberdependance Tout d’abord, il y a les dépendances sexuelles et affectives. Selon l’IFAC (Institut Fédératif des Addictions Comportementales) : « C’est une fréquence excessive et croissante, non contrôlée, d’un comportement sexuel, non conventionnel, qui persiste en dépit des conséquences négatives possibles et de la souffrance personnelle du sujet. Le sexe devient une priorité absolue dans la vie de la personne. Elle est prête à tout sacrifier, vie affective, travail… La dépendance sexuelle ou addiction sexuelle doit être différenciée des troubles des fonctions sexuelles, des perversions sexuelles ou paraphilies. » La majorité des consultants ont entre 26 et 45 ans et 50 % vivent en couples. Ensuite vient la Cyber-relation. L’addiction aux jeux de hasard et d’argent. Le jeu est une préoccupation permanente, il prend une place centrale dans vie de l’individu. L’addiction aux jeux vidéo. Le cyberamassage. Haut de page WordPress: J'aime chargement…

Les loisirs devant écran des jeunes. Usages et mésusages d'internet, des consoles vidéo et de la télévision Ces dernières années ont été marquées par le développement significatif de nouveaux médias, à l’image d’internet ou de la téléphonie par exemple. La diffusion de ces nouvelles technologies a permis à des millions de personnes de découvrir et de se familiariser avec l’outil informatique, internet ou à la téléphonie. Cependant, au-delà des enjeux économiques et sociaux que soulève cette révolution des médias, notamment l’augmentation du taux d’équipement des foyers et par là même la démocratisation de l’accès à ces outils, d’autres changements plus profonds se sont opérés, révélant ainsi un nouveau rapport aux médias. Cet état de fait nous amène à réfléchir sur l’influence que ces médias ont, ou peuvent avoir sur les jeunes. Par ailleurs, certains chercheurs québécois (Rochon, 2004 ; Vaugeois, 2006) pointent l’importance de prévenir ce phénomène qui ne cessera d’augmenter dans les années à venir et qui touchera principalement les nouvelles générations.

Rapport : La cyberdépendance : état des lieux et propositions I - Qu'est-ce que la cyberdépendance ? L'arrivée de l'Internet dans les foyers français a ouvert, il y a une dizaine d'années, une nouvelle dimension de l'outil informatique et, avec l'accélération progressive du débit des échanges, un espace de liberté sans limites. Aujourd'hui, la pratique du jeu électronique via l'informatique s'est considérablement accrue et a fait naître, avec elle, de nouvelles interrogations. Parmi celles-ci, celle des conséquences éventuelles sur la santé des joueurs apparaît, aux yeux de la représentation nationale, comme primordiale. L'objectif que se sont fixés les députés GROSSKOST et JEANNETEAU est donc d'étudier les mécanismes qui peuvent engendrer une dépendance, à certains types de jeux, affectant la santé des joueurs. En réalité, ces jeux MMORPG proposent au joueur d'évoluer dans un univers virtuel persistant. II - L’addiction sans substance : un phénomène naissant mais déjà très préoccupant Ages et Nature du jeu Voir la description de la signalétique PEGI

Avant-propos : Les addictions sans drogues Le concept d’addiction s’est maintenant largement imposé auprès des soignants et du public. Il est utilisé dans le champ des toxicomanies depuis longtemps dans les pays anglosaxons, par exemple par Lichtenstein en 1914 [12, 14], par Stanley en 1919 [12, 21], par Glover en 1932 [6] et par McDougall [15, 16] qui a été l’une des premières à l’introduire en France dans les années 1950. Comme l’a souligné Goodman, les addictions sont caractérisées par la perte répétée du contrôle de la consommation ou des comportements addictifs ainsi que par leur retentissement sur la santé physique et/ou psychologique et sur la vie familiale sociale des sujets [8]. Déjà évoquées par Fénichel en 1945, les addictions sans drogues ont connu ces dernières années un regain d’intérêt, notamment avec le développement de l’offre d’objets de consommation, des jeux, des casinos, et d’Internet. Aboujaoude E, Koran LM, Gamel N, Large MD, Serpe RT. Résumé Français English Plan de l'article

Vanessa Lalo | Psychologue des médias numériques et des addictions Place et rôle des usages des jeux vidéo et d'internet dans la souffrance psychologique Sur la notion d’addiction La notion de toxicomanie, désignée en anglais par l’expression addiction to drug fut progressivement remplacée dans le discours médico-psychiatrique par la notion d’addiction. Le terme, qui désigna tout d’abord les conduites de dépendances à des substances psychoactives (alcool, drogue…), fut étendu à partir des années 1990 aux conduites de dépendances à un comportement, telle que la boulimie, la cleptomanie ou plus récemment l’addiction à internet. Selon M. L’adjectif « addictif » fait écho à deux situations : à la difficulté de mettre fin à une sensation particulière,à la tendance de persister dans une conduite. Peu à peu, la notion d’addiction tend à se diversifier. Le psychologue phénoménologiste E. Certains auteurs justifient le concept d’addiction comportementale en arguant du fait que ce sont des réalités cliniques. Addiction à internet L’abus est tout d’abord déterminé en lien avec le temps que durent les connexions à internet. Addiction aux jeux vidéo

L'addiction à Internet: une nouvelle maladie? | Laurent Schmitt Au moment où tous les individus sont connectés une question toute simple se pose. Où se trouve la frontière entre un usage répété et une addiction? Cette question n'est pas si facile. Le terme d'addiction est passé dans le langage usuel. Mais qu'est-ce qu'une addiction à Internet? L'addiction se distingue de l'usage intensif par une préoccupation intellectuelle constante, une pensée focalisée sur l'idée, devenue un besoin , d'utiliser Internet. LIRE AUSSI: Dépendance à Internet: peut-on vraiment se désintoxiquer de la Toile? Parmi les autres stigmates d'une addiction, figure la tentative de masquer ou de minimiser le temps consacré. L'addiction à Internet s'inscrit dans un double contexte Il existe des phases d'addiction temporaire de quelques semaines à quelques mois. L'objet de l'addiction est une source de plaisir. Les sujets deviennent alors des "esclaves de la quantité". L'addiction à Internet réduit la connectivité cérébrale Dans ces circuits l'activité est diminuée. Contactez-nous

Jeux et mondes virtuels du plaisir à l'addiction Entretien avec Marc Valleur : «Il y a cyberdépendance quand le besoin de jouer l'emporte sur le plaisir» Comment définir la cyberdépendance ? La plupart des spécialistes préfèrent aujourd'hui éviter ce mot-valise et parler d'« usages problématiques d'Internet ». Peut-on dresser un portrait type du joueur « accro » de ces MMORPG ? Il s'agit généralement d'un jeune homme, entre 17 et 25 ans, plutôt introverti, abordant avec réticence la perspective de la vie active. Au-delà de quel seuil l'attrait pour le jeu en ligne peut-il devenir pathologique ? Il est difficile de définir un stade précis, d'autant que ces jeux sont par nature très prenants, et qu'il ne s'agit peut-être que d'un intérêt transitoire. Quelles sont les prises en charge proposées ? Même si les données manquent encore pour s'assurer de l'absence de rechute, diverses formes de thérapie montrent leur efficacité dans des délais raisonnables.

Les nouveaux médias : des jeunes libérés ou abandonnés ? Rapport d'information n° 46 (2008-2009) de M. David ASSOULINE, fait au nom de la commission des affaires culturelles, déposé le 22 octobre 2008 Synthèse du rapport (97 Koctets) Disponible au format Acrobat (728 Koctets) au nom de la commission des Affaires culturelles (1) sur l'impact des nouveauxmédias sur la jeunesse, Par M. Sénateur. « Plutôt que de condamner ou d'approuver l'incontestable pouvoir des médias, force est d'accepter comme un fait établi l'impact significatif qui est le leur et leur propagation à travers le monde et de reconnaître en même temps qu'ils constituent un élément important de la culture dans le monde contemporain (...) Déclaration de Grünwald Mesdames, Messieurs, « Je t'aime moi non plus ». Mais, c'est surtout la question des relations que la jeunesse entretient avec ces médias qui inquiète ou qui réjouit : les nouveaux médias exposent-ils nos jeunes à des dangers majeurs tels que la perte de repères, la dépendance cybernétique ou la dissolution du sens critique ?

Cairn : Information Comment survivre sans Internet ? | Valeurs actuelles Pierre-Olivier Labbé, journaliste de son état et grand geek devant l’Éternel, a fait le pari de se “débrancher” trois mois durant de son univers virtuel. Pour voir s’il “tenait le coup”, bien sûr, mais aussi pour « interroger notre addiction aux nouvelles technologies », comme disent les néocuistres de Télérama. Le tout donne un documentaire alerte et instructif qui se laisse voir (sur Canal +). Avant d’entamer son jeûne numérique, Labbé va, comme il se doit, se confesser à un psy spécialisé, qui le met en garde contre les risques psychologiques afférents à ce genre de déconnexion brutale : “nomophobie” (angoisse du manque de portable), “fomo” (fear of missing out, “peur de louper quelque chose”…) Mais notre cobaye n’a peur de rien. Pour ses quinze premiers jours, ce reporter de l’extrême s’impose un sevrage complet au fin fond du parc national des Cévennes, où « y a même pas de réseau ». Dans la foulée, notre infatigable Tintin nous entraîne en Corée du Sud.

Digital detox, le jeûne des hyperconnectés Pour répondre au malaise généré par une connexion permanente, centres de thalasso et hôtels spa ont ajouté le sevrage numérique à leur menu. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Catherine Rollot Avant de plonger dans l’inconnu, son réflexe a été de lire un dernier mail. Un geste dérisoire puisqu’il ne pourrait pas y répondre. Puis, il a déposé ses armes numériques dans un délicat pochon orné d’un ruban bleu. A côté des bijoux, montres de luxe et liquidités entreposés par la clientèle fortunée, le trésor d’Eric Chesnel – un ordinateur portable et un smartphone somme toute banal –, 48 ans, n’avait rien d’extravagant. Prendre du recul par rapport à une « addiction » aux mails qui brouille les frontières entre sa vie professionnelle et sa vie privée, c’est l’objectif d’Eric Chesnel. En moyenne, un cadre reçoit au bureau 50 mails par jour. 70 % des Français vérifient leur messagerie toutes les cinq minutes, 78 % se connectent avant de dormir, à peine moins dès le réveil…

Chers Web-lecteurs,

ce site est momentanément indisponible à cause du "fichier robot.text" de ce site.

Pour en savoir plus : nous excuser pour cette gêne indépendante de notre volonté.

Cordialement,

Isabelle K. by isabelle_groupe3_psy May 8

Related: