background preloader

Jardin creole

Jardin creole
Related:  Guadeloupe tradition cultureLa CaraïbeLa Martinique

Soucouyant The soucouyant or soucriant in Dominica, Trinidadian and Guadeloupean folklore (also known as Ole-Higue or Loogaroo elsewhere in the Caribbean), is a kind of blood-sucking hag.[1][2] Legend[edit] The soucouyant lives by day as an old woman at the end of a village. By night, she strips off her wrinkled skin, which she puts in a mortar, following which she flies in the shape of a fireball through the darkness, looking for a victim. Soucouyants suck people's blood from their arms, legs and soft parts while they sleep.[3] If the soucouyant draws too much blood, it is believed that the victim will either die and become a soucouyant or perish entirely, leaving her killer to assume her skin. The skin of the soucouyant is considered valuable, and is used when practicing black magic. Origin[edit] Soucouyants belong to a class of spirits called jumbies. In popular culture[edit] See also[edit] References[edit] External links[edit]

Produire ses propres semences Produire ses propres semences Il existe plusieurs méthodes pour produire ses propres semences. La plus simple, ou quand on connaît un jardinier, est de garder les graines des légumes qu’on récolte soi-même – quand on jardine – ou qu’on a achetés ou que quelqu’un nous a donnés. On peut ainsi récolter : en laissant monter en graines : des radis, des navets…à la condition de les laisser bien mûrir : des graines de tomate, de concombre, de courge, courgette, choux, melon, pastèque, phacélie, moutarde blanche ou jaune (ces trois derniers sont très bons pour comme engrais vert)… Bref, tous les fruits et légumes contenant des graines.en sélectionnant des plants : des pommes de terre. Récolter des graines Toutes les plantes ne produisent pas de graines (ou en produisent peu et/ou très peu fertiles). Qui dit récolte dit contenant. Les plantes potagères Avant toute chose, pour récolter des semences potagères, il faut cultiver des variétés non-hybrides. a. légumes à floraison dans l’année Les fruitiers

La TRAMILothèque La TRAMILothèque est une banque d'images dédiée aux photos, scans, dessins, herbiers, coupes microscopiques et monographies des plantes médicinales caribéennes sélectionnées par le réseau TRAMIL. Les photos et les scans sont réalisés à partir de plantes fraîches. Les planches d'herbiers correspondent pour la plupart aux vouchers officiels des plantes à usages significatifs sélectionnées lors des enquêtes ethnopharmacologiques. Nos remerciements pour la révision botanique de la TRAMILothèque, courtoisie de: Rafael DURAN, Mexique Jacques FOURNET, Guadeloupe Francisco JIMENEZ, République Dominicaine Stephen TILLETT, Vénézuela Le réseau TRAMIL : coordinateur général, Emmanuel NOSSIN coordinateur scientifique, Lionel GERMOSÉN-ROBINEAU La TRAMILothèque : Isabelle BOULOGNE, Hervé CHASSERIEAU, Laurent BIRBA, Luis GARAY, Lionel GERMOSÉN-ROBINEAU

Permaculture en milieu tropical, aride : l’amarante, l’immortelle ! L’amarante est souvent considérée comme une indésirable, « une mauvaise herbe », quelle erreur !!!! En effet, elle possède de très nombreuses vertus. Nous allons vous les faire découvrir dans cet article, et vous apprendre comment vous pouvez l’utiliser en permaculture. Les appellations de l’amarante: L’amarante ou amaranthe porte de nombreux noms vernaculaires à l’île de la Réunion : la brède pariétairela paillatairela brède de Malabarl’épinard de Malabar À quoi ressemble l’amarante ? L’amarante est une plante herbacée au port dressé pouvant atteindre, en milieu tropical, jusqu’à deux mètres de hauteur. Photo Magnus Manske – CC BY-SA 2.5 L’amarante et la permaculture, pourquoi l’intégrer dans son design ? Un des principes de base de la permaculture est : « Un élément remplit plusieurs fonctions » Elle se mange ! Cette plante est excellente pour l’humain (comme nous le verrons ci-dessous), mais aussi pour les animaux de la basse-cour. Elle est très productive ! Détendez-vous ! Résistante ?

SEMSAMAR – PLI PRÉ LÉGLIZ SÉ KLOCHÉ… « Le Palima Lors de la plénière du Conseil Régional du jeudi 18 avril, je me suis fait un devoir, au nom de mon groupe, d’interpeller la majorité régionale sur les rapports de notre collectivité avec la SEMSAMAR dont les locaux ont fait l’objet, ce mercredi 24 avril, de perquisitions visant à vérifier les soupçons « d’abus de biens sociaux » et de « favoritisme ». En effet, la SEMSAMAR sollicitait une garantie pour un emprunt de 8 920 719 euros auprès de la Caisse des Dépôts et Consignations, dans le cadre d’une opération de 95 logements à L’Etang Z’Abricots. La quotité réclamée, et obtenue, par cette SEM s’élevait à 40% du montant total de l’emprunt alors même qu’une réforme régionale, en date du 28 janvier 2013, fixe le taux de garantie de la Région, pour les Prêts Locatifs Sociaux (PLS), à 25%. Les 60% restants étaient apportés, en totalité, par la ville de Fort-de-France. Pourquoi ? Il s’agit principalement de la Savane et du Parc Aimé Césaire.

Le quadrille antillais 5) Le Quadrille Le Quadrille est une danse du XVIIIe siècle d'origine européenne. Elle fut tout d'abord adoptée par les colons des milieux bourgeois, puis adoptée par le milieu rural. Cette adoption fut influencée par les musiques déjà existantes dans les campagnes. Le quadrille comprend à la fois des apports d'origine européenne et des apports d'origine africaine. Plusieurs formes se côtoient : Le Quadrille au commandement (Grande Terre)Le Quadrille sans commandement (Basse Terre)Le Quadrille des lanciers (Région de Sainte-Anne) Le Quadrille comprend plusieurs figures qui ont chacune une base rythmique différente : 1) Entrée 2) Valse 3) Pantalon 4) Été 5) Poule 6) Pastourelle 7) Biguine L'orchestre de Quadrille est constitué d'un accordéon (ou parfois d'un violon), qui exécute la partie mélodique. Certains groupes utilisent également le saxophone dans ce rôle. Pour en savoir plus sur les instruments du quadrille. 6) la Mazurka Créole 7) La Valse Créole 8) La Biguine

Des maisons de semences paysannes pour se libérer de l'agrobusiness - Souveraineté alimentaire « Il faut nous organiser pour récupérer toutes les semences qui sont dans les banques de gènes et remettre ce trésor entre des mains sures, celles des paysans ». Au milieu d’une centaine de variétés de maïs, en plein cœur de la Dordogne, Bertrand Lassaigne raconte l’histoire de la première maison de semences paysannes en France. Installé depuis 20 ans près de Périgueux, Bertrand cultive principalement des céréales et des protéagineux – maïs, céréales à paille, soja, lentilles... Peu à peu, il développe son autonomie en semences et parvient en moins de dix ans à autoproduire la quasi-totalité de ses cultures, sauf en maïs où il continue chaque année d’acheter de la semence non reproductible qualifiée d’hybrides. En 1999, une rumeur circule parmi les producteurs de maïs : des semences polluées par des OGM auraient été vendues. S’affranchir de l’industrie semencière Le début du projet est laborieux. Onze ans plus tard, les résultats sont là. Un mouvement mondial

Jeunes Chercheurs Guadeloupe TRAMIL ( TRA ditional M edicine for the I s L ands) ou Programme de recherche appliquée à l'usage traditionnel des plantes médicinales dans la Caraïbe Être le programme interdisciplinaire de référence dans la détection, la validation et la diffusion des usages de plantes médicinales ayant un impact sur la santé publique. Valider scientifiquement les usages traditionnels de plantes médicinales pour les soins de santé primaire. TRAMIL est un programme de recherche appliqué à la médecine traditionnelle populaire des Caraïbes, dont le propos est de rationaliser les pratiques de santé basées sur l'utilisation de plantes médicinales. Le point de départ de TRAMIL est l’usage de plantes locales à des fins médicinales ; ces usages (mentionnés avec une fréquence supérieure ou égale à 20%) sont détectés grâce à des enquêtes ethnopharmacologiques. Source : www.tramil.net • Allium sativum (ail) : la décoction de la pelure de gousse contre les gaz et ballonnements. • Citrus aurantifolia (citron) :

Le Hameau du Morne des Cadets - Gites et Agricultures sous les tropiques ! - Martinique Études caribéennes

Related: