background preloader

Les enfants «hyperactifs» sont-ils les victimes de leurs gènes?

Les enfants «hyperactifs» sont-ils les victimes de leurs gènes?
Le syndrome d’hyperactivité constitue un véritable casse-tête. Ceux qui l’étudient depuis des décennies ne parviennent pas à en saisir la cause. Ceux qui en souffrent (ainsi que leur entourage) ne disposent pas le plus souvent de traitements et de prise en charge véritablement satisfaisants. Plus que «syndrome d’hyperactivité» les spécialistes préfèrent parler de «troubles déficitaires de l'attention avec hyperactivité» (TDAH). Un profil génétique particulier En pratique, ces enfants apparaissent très vite comme difficilement supportables par leur entourage: manque d'attention soutenue, incapacité à se concentrer, grande impulsivité ne pouvant être contenue, difficultés chroniques à obéir, instabilité émotionnelle, etc. Or ces hypothèses étaient développées en dépit d'un certain nombre de facteurs suggérant l’existence de facteurs génétiques. Comment ces chercheurs sont-ils parvenus à leurs conclusions? Rien n'est simple Est-ce dire que tout est écrit? Jean-Yves Nau Related:  TDAH / Hyperactivitétpetdah

Pourquoi les entreprises recherchent-elles des personnes dyslexiques, Alors que durant des décennies, les entreprises s’efforçaient de recruter les employés les plus équilibrés et les plus diplômés, The Economist indique que l'on assiste à une nouvelle tendance : l’attirance de plus en plus grande pour les personnalités hors normes. Les créatifs, les rebelles et les excentriques sont maintenant recherchés dans toutes sortes de domaines, tandis que les psychopathes sont particulièrement représentés à Wall Street. Les recruteurs ont fait le lien entre les qualités qui font les meilleurs programmeurs, et le syndrome d’Asperger, telle que l’obsession pour un sujet particulier, l’attirance pour les chiffres, les modèles et les machines, et que les tâches répétitives ne rebutent pas. Le magazine Wired avait même parlé d’un « Syndrome du geek », et Peter Thiel, l’un des premiers investisseurs dans Facebook, avait dit au New Yorker que ses dirigeants étaient « autistes » en quelque sorte. Quel avenir pour ceux qui ne présentent pas ces particularités ?

Ritaline/Méthylphénidate : dangers et effets secondaires chez l'enfant - Site des TDAH, hyperactifs et autres zappeurs Cet article est un complément spécifique de l'article général concernant la RITALINE/Méthylphénidate. Il détaille les dangers et les effets secondaires de ce médicament chez l'enfant. Il concerne bien sûr les autres présentations commerciales du méthylphénidate : RITALIN, RILATINE, DAYTRANA, METHYLIN, ATTENTA, METADATE, RITALINA, HYNIDATE, QUASYM... Retourner à l'article général sur la RITALINE chez l'enfant Effets secondaires liés à l'effet psychostimulant du méthylphénidate/RITALINE Il faut distinguer les troubles initiaux, apparaissant dans les premiers jours, des effets secondaires au long cours, présent chez les enfants traités en permanence. Les travaux scientifiques ayant recensé ces effets secondaires mentionnent les troubles suivants chez plus de 10% des enfants traités : maux de tête,nervosité,insomnie. Cela correspond bien ce que les médecins rencontrent dans leur pratique. Effets indésirables cardiovasculaires du méthylphénidate/RITALINE En résumé

Déficit de l'attention, trouble déficitaire de l'attention (tdah) Blog TDAH Louis Vera — Louis Vera Pédopsychiatre Le diagnostic de TDAH Si l'on en croit les articles qui tapissent la toile, le Trouble Dysfonctionnel de l'Attention avec ou sans Hyperactivité (TDAH) est à la fois simple et compliqué, il est défini par la présence de trois types de symptômes (inattention, agitation et impulsivité) chez un enfant ou adolescent pendant une période continue de plus de six mois. Prenons le temps de réfléchir à cette description sommaire et de nous interroger sur sa puissance diagnostique lorsque nous l'appliquons à la réalité, au quotidien de nos enfants et de nos adolescents dans l’école française du XXIe siècle. L'inattention est un symptôme que tout le monde peut expérimenter au cours de sa vie, pour peu que l'on soit fatigué, préoccupé, atteint d'une maladie qui perturbe le sommeil ou le fonctionnement de notre organisme... L'agitation est un symptôme difficile à quantifier et donc à évaluer. L’agitation est un moyen d’adaptation qui permet au cerveau de rester éveillé, de se stimuler. Louis Vera

La prévention du TDAH doit se faire dès la petite enfance... et même avant! Lundi, 13 Février 2012 12:00 Journal FORUM Richard E. Tremblay (Photo: Jean-François Hamelin) Pour la première fois, des chercheurs ont suivi plus de 2000 enfants de l'âge de 17 mois à 8 ans afin de mieux comprendre l'apparition des symptômes d'hyperactivité-impulsivité et d'inattention et de cerner les facteurs de risque environnementaux pendant la grossesse et les premières années de vie. Résultat: les symptômes du trouble déficitaire de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) auraient des trajectoires plus diversifiées qu'on croyait. Les symptômes d'hyperactivité tendent à décroitre de 17 mois à 8 ans, alors que ceux d'inattention augmentent de façon substantielle. «Cependant, l'hyperactivité-impulsivité et l'inattention sont fortement associées: à cet âge, rares sont les enfants qui sont affectés seulement par l'une ou par l'autre», remarque Richard E. Le TDAH est un problème complexe qui tire ses origines à la fois de la génétique et de l'environnement, ajoute-t-il. Selon M.

Le TDAH - TDAH France Sa prévalence en population française a été estimée entre 3% et 5% chez l’enfant d’âge scolaire (Lecendreux, Konofal, & Faraone, 2011) [1]. Il est établi que ce trouble retentit de façon significative sur le fonctionnement scolaire, relationnel et familial de l’enfant. Le TDAH persiste à l’adolescence et à l’âge adulte dans près de 65% des cas (Faraone, Biederman, & Mick, 2006) [2]. Les études à long terme montrent que par rapport à des groupes contrôles, les sujets TDAH abandonnent davantage l’école, accèdent moins aux études supérieures, perdent plus facilement leur travail, commettent plus d’actes antisociaux et ont un risque plus élevé d’usage de tabac ou d’abus d’alcool. Le défaut de prise en charge adaptée de cette pathologie peut avoir des conséquences sévères sur la vie entière des sujets.

Hyperactivité : augmentation du nombre d'enfants souffrant du TDAH et de la consommation de stimulants Lundi, 05 Mars 2012 10:41 Communiqué Une nouvelle étude de l'Université de Montréal constate une augmentation du nombre d'enfants canadiens ayant reçu un diagnostic de Trouble du déficit de l'attention et d'hyperactivité (TDAH) et de la consommation de médicaments associés au TDAH chez les enfants d'âge scolaire. Cette étude, Prevalence of Prescribed Attention-Deficit Hyperactivity Disorder Medications and Diagnosis Among Canadian Preschoolers and School-Age Children: 1994–2007, a été menée par la doctorante en sociologie Marie-Christine Brault, sous la direction du professeur Éric Lacourse, du Groupe de recherche sur l'inadaptation psychosociale chez l'enfant de l'UdeM (GRIP). Elle a été publiée dans le plus récent numéro de The Canadian Journal of Psychiatry. La consommation de médicaments en augmentationEn 2000, 43 % des enfants canadiens ayant un TDAH étaient sous médication, alors qu'en 2007 ils étaient 59 %. Sur le Web :

Trouble de déficit de l'attention / hyperactivité (TDAH) Les personnes atteintes d’un trouble de déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) ont des difficultés à se concentrer, à être attentives et à mener à terme des tâches le moindrement complexes. Elles ont souvent du mal à rester en place, à attendre leur tour et agissent fréquemment de façon impulsive. Bien que ces comportements puissent se retrouver chez tous les êtres humains, ils sont présents de façon anormalement prononcée et prolongée chez ceux qui sont atteints d’un TDAH. Ils sont également présents dans toutes les circonstances de la vie (pas uniquement à l’école ou uniquement à la maison, par exemple). Trois symptômes caractérisent le TDAH : inattention, hyperactivité et impulsivité. Chez la vaste majorité des personnes atteintes, le TDAH a une origine neurologique qui peut dépendre de l’hérédité et de facteurs environnementaux. Le TDAH est généralement diagnostiqué autour de 7 ans. Prévalence Diagnostic Causes Troubles associés Trouble oppositionnel avec provocation.

Enquête d’impact du Trouble Déficitaire de l’Attention avec ou sans Hyperactivité (TDA/H) sur les familles. Enquête d’impact du Trouble Déficitaire de l’Attention avec ou sans Hyperactivité (TDA/H) sur les familles. Cette enquête a été réalisée par l’asbl TDA/H Belgique en 2006 Résumé L’enquête "Without Boundaries", répliquée en Belgique francophone, en 2006, vise à déterminer l’impact des Troubles Déficitaires de l’Attention avec ou sans Hyperactivité (TDA/H) sur le fonctionnement des familles et à dégager des pistes d’adaptation susceptibles d’améliorer la prise en charge de ces patients. • Introduction En 2006, l ‘Association TDA/H Belgique a répliqué l’enquête "Without Boundaries". Le but de l’initiative de l’association TDA/H Belgique consiste à recueillir les avis des familles touchées par cette problématique et à déterminer quelles adaptations pourraient optimaliser les démarches diagnostiques et thérapeutiques proposées à ces patients. • Population de l’étude L’étude porte sur 260 familles, dont un enfant au moins présente un TDA/H. • Analyse des résultats • L’accès au diagnostic.

Le TDAH et l'école - Trouble Déficit de l'Attention / Hyperactivité

Related: