background preloader

Différents courants pédagogiques, leurs forces, leurs faiblesses

Différents courants pédagogiques, leurs forces, leurs faiblesses
Mes objectifs Introduction - Grands courants pédagogiques - Choix personnels - Classe à gestion participative Introduction "De quelles connaissances auront besoin les enfants d'aujourd'hui pour vivre dans le monde de demain? Il est difficile de le prévoir, le monde des sciences et des technologies évolue à une telle vitesse qu'il est impossible d'émettre là-dessus autre chose que des opinions très générales. Mais il est possible de savoir dès maintenant que l'élève devra absolument posséder certaines aptitudes et habilités : la curiosité intellectuelle, l'ouverture sur le monde, le sens des responsabilités, la rigueur, la créativité, la capacité d'adaptation, l'esprit d'équipe..." J. 1. 2. La classe participative est une classe où l'enfant a droit à la parole et au choix des méthodes d'apprentissages qui lui sont le plus appropriées. - de réaliser des projets personnels, par groupe ou avec toute la classe - d'individualiser ses périodes d'exercisation 3.

http://www.et-demain-en-classe.org/objectifs.htm

Related:  Classe participative

Les principes de gestion de classe participative Formation et rôle des enseignants, modalités d'organisation de la classe Pendant toutes mes années d'enseignement, j'ai beaucoup réfléchi sur la construction de la motivation scolaire, sur l'importance de l'implication de l'élève dans ses apprentissages et sur les modalités d'organisation de classe axées sur la responsabilisation et la différenciation. Je me suis intéressée à la gestion de classe, d'abord de façon intuitive. Puis, je me suis mise à la recherche d'auteurs susceptibles de me nourrir pédagogiquement dans cette perspective. Célestin Freinet, Claude Paquette, André Paré ont été, à leur insu, des mentors pour moi. Il faut dire que les recherches américaines dans ce domaine ont contribué également au développement de mon concept.

Les 7 clefs de la pédagogie active Proposées par Cendrine Massel, alors directrice de Latitude Formation, ces "sept clés" sont extraites de l’article "Le ludique demande beaucoup de sérieux !", publié dans le n° 224-225 de notre revue Actualité de la formation permanente. Voici le fruit de notre expérience et ce que nous constatons dans nos différentes missions de “revamping” de modules que nous menons auprès de différents industriels et organismes de formations clients. La pédagogie active peut se résumer en 7 clés. La « constante macabre » retour La « constante macabre » I'évaluation dans la culture scolaire tradition­nelle est liée beaucoup plus à la connais­sance du programme qu'à la certification des aptitudes, et repose sur un état d'esprit qu'André Antibi, dans un article de sa thèse, parue en 1988 (1), a défini par l'expression de « constante macabre ». Supposons que trois contrôles se succèdent dans une discipline sans note inférieure à 12/20, la men­talité de la « constante macabre » ferait dire à propos du premier contrôle . « il s'agit d'un accident », à propos du second, « le prof est démagogue et laxiste », et à propos du troisième : « qu'est-ce qui va se passer, l'année prochaine pour ces pauvres élèves ?... ». Il ne viendrait pas à l'idée de personne de penser que les élèves sont bons et ont tiré un profit normal de leurs études. La façon dont, le plus souvent, les enseignants conçoivent leurs épreuves de contrôle est tout aussi révélatrice de cette « constante macabre ».

Dispositif didactique ? Dispositif pédagogique ? Situations d’apprentissage ! 1Définissons un Dispositif comme une articulation d’éléments hétérogènes, matériels et symboliques (Charlier & Peter, 1999 ; Weisser, 2007), comme un ensemble de moyens mis en œuvre dans un but explicite, du moins dans l’esprit de son concepteur (Meunier, 1999). C’est par lui que l’enseignant essaie de prévoir et de baliser le parcours de formation qu’il propose à ses apprenants, sous l’influence de ses choix didactiques ou pédagogiques. 2Ce travail d’ingénierie a priori ne suffit pas cependant à circonscrire entièrement la Situation d’apprentissage. Nous concevons cette dernière comme le « monde environnant expériencé » dans lequel évolue l’apprenant, comme un tout contextuel au sein duquel chaque objet n’acquiert de sens que relativement aux autres qui l’entourent (Dewey, 1938 ; Weisser, 2009).

Pédagogie active Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La pédagogie active — ainsi que les méthodes pédagogiques actives associées à cette démarche — a pour objectif de rendre l'apprenant acteur de ses apprentissages, afin qu'il construise ses savoirs à travers des situations de recherche. Présentation[modifier | modifier le code] La pédagogie active se réfère historiquement et principalement à Adolphe Ferrière qui, au début du XXe siècle, a été parmi les premiers à utiliser l'appellation école active dans ses publications. Elle est une des bases du courant d'éducation nouvelle.

Légendes Pédagogiques: la table des matières – Normand Baillargeon 24 septembre 2013 7h32 · Normand Baillargeon Je viens d’envoyer à Poètes de Brousse la (quasi) totalité du manuscrit de: Légendes Pédagogiques. L’autodéfense intellectuelle en éducation. Les recherches sur les pratiques enseignantes efficaces 1Au terme de ce nouveau numéro et en guise de conclusion, nous avons souhaité faire un bref rappel des résultats des recherches qui portent sur l’effet des pratiques enseignantes sur les performances scolaires des élèves et qui sont, pour partie, relatés dans les six contributions présentées ici. Nous terminerons en précisant un certain nombre de limites que comporte ce type de travaux, limites qui constituent autant d’obstacles à franchir et donc d’objectifs à poursuivre pour les recherches futures dans le domaine. 2Les études menées sur l’efficacité des pratiques d’enseignement aux Etats-Unis dans un premier temps il y a une cinquantaine d’années, en Europe et en France ensuite montrent que les performances des élèves ne sont pas sans lien avec les pratiques des professeurs, ce qui d’un certain côté est rassurant… Effectivement, certaines pratiques d’enseignement sont plus efficaces et équitables que d’autres. 4Ces quatre phases sont parfois détaillées en sept temps essentiels :

Faut-il "flipper" ? Flipping Classroom On parle de tectonique des plaques, de tremblement de territoires, de changement de paradigme, de grand switch dans l'organisation de nos sociétés et voici que l'univers bien clos de la classe (n'évoquait-on pas en France il n'y a pas si longtemps une école sanctuaire construite sur des fondamentaux ?) se renverse avec ce « nouveau » concept de « Flipping class ». Vraiment si renversant ? Pour de nombreux enseignants la notion n'a rien de bien nouveau : afin d'échapper à la « leçon » magistrale, ou ce qu'on appelle la lecture en université, il y a mille façons de mettre en activité un groupe d'élèves ou d'étudiants : recherches en bibliothèque ou sur internet, projets, discussions, travail en ateliers à partir de documents de tous types qui peuvent avoir été consultés préalablement à la séance.

UNE LÉGENDE PÉDAGOGIQUE [Chronique éducation pour le prochain numéro de la revue À Bâbord] Vous connaissez sûrement ce qu’on appelle des ‘légendes urbaines’. Ce sont des histoires qui sont typiquement contées comme étant arrivées à quelqu’un de proche de la personne qui vous la raconte («C’est arrivé à un ami d’un ami», commencera-t-on parfois) et qui sont le plus souvent étranges tant par leur sujet que par leur dénouement. Ces histoires sont appelées des légendes parce que, bien qu’elles ne soient pas avérées et soient très probablement fausses, elles se donnent pour vraies; et si elles circulent à ce point, c’est qu’elles expriment des peurs ou des fixations collectives. Leur contenu et ce que leur circulation signifient pour la collectivité où elles sont diffusées, tout cela est du plus grand intérêt et a été abondamment étudié. Je voudrais suggérer ici qu’il existe dans le monde de l’éducation de semblables légendes, que je propose d’appeler des légendes pédagogiques.

La boite à outils du formateur innovant " Format... L'apprentissage coopératif, par Alain Baudrit L’apprentissage coopératif est une méthode pédagogique issue du monde anglo-saxon basée sur la coopération. Elle peut s’apparenter, par certains aspects, à nos pédagogies de groupes. Dans cet ouvrage, l’auteur tente de mieux faire connaître cette méthode et d’examiner quels peuvent être ses apports pour les questions des apprentissages scolaires et des relations interethniques à l’école. Pour ce faire, il commence par examiner les origines de l’apprentissage coopératif pour passer ensuite en revue, dans une perspective comparative, les formes variées qu’il peut prendre – en fonction des cultures et des traditions – dans différents pays et marque ainsi les traits communs et les divergences.

Autorité ou autoritarisme ? Une erreur éducative Il faut rétablir l’autorité à l’école. Cette exigence scolaire, pour n’être pas totalement nouvelle, n’en retentit pas moins aujourd’hui avec une résonnance inédite. Car elle contredit à l’évidence une certaine « modernité » éducative qui prétendait jusqu’à il y a peu s’affranchir de tout discours prescriptif, qui entendait libérer l’école d’un autoritarisme jugé nuisible à l’épanouissement des enfants. La conscience s’est désormais faite d’une édification nécessaire des comportements, des dérives constatées du laxisme et de la spontanéité juvénile, des fissures entretenues dans l’encadrement éducatif vécues comme autant de fractures sur des parcours brisés.

L'apprentissage coop ratif Le thème de la coopération dans le domaine scolaire a certainement engendré de nombreux écrits de par le monde, contribuant ainsi à développer la réflexion sur le sujet. Conscients de nous priver d'éclairages importants, nous avons toutefois pris le parti de limiter nos références aux ouvrages de langue française. Par conséquent, le présent chapitre rendra principalement compte des apports relatifs au contexte francophone, et au contexte nord-américain, les auteurs de ce continent ayant été abondamment traduits ou cités. La nouvelle méthodologie de mathématiques prévoit de nombreuses activités qui mettent en œuvre diverses situations d'apprentissage s'appuyant sur les interactions entre apprenants. Parfois axées sur le mode compétitif au travers de certains jeux, ces activités recourent le plus souvent aux vertus de la coopération pour favoriser les apprentissages et les progrès cognitifs des élèves. Les origines de l’apprentissage coopératif

Related: