background preloader

Informations : Culture numérique des jeunes

Informations : Culture numérique des jeunes
Ce dossier documentaire a été créé depuis 2011 à l'occasion d'une formation intitulée "CDI et culture numérique des jeunes" dans le cadre du CEPEC en lien avec Olivier Fauvet, Bruno Devauchelle, formateurs TICE. Monique Saroul, professeur-documentaliste et formatrice.Il est constamment actualisé. Jacqueline Verdier, documentaliste-formatrice Textes de référence. Etudes : La culture numérique dans le champ de l'éducation : quelques références bibliographiques. Etude Orange Exposure Nouveaux comportements des adolescents à l'égard du multimédia Nouveau Enquête TNS-SOFRES L'usage des réseaux sociaux chez les 8-17 ans juin 2011 Rapport CREDOC sur "La Diffusion des Technologies de l'Information et de la Communication dans la société française" décembre 2010 Etude du Ministère de la Culture présentée par Olivier Donnat sur "Les pratiques culturelles des Français à l’ère numérique : éléments de synthèse 1997-2008" 2009 Thèse de Karine Aillerie, professeure documentaliste. Ressources documentaires Related:  pratiques numériques des adolescentssharbal

Culture de l'information et nouvelles pratiques médiatiques - CRDP de l'académie d'Aix-Marseille - Centre régional de documentation pédagogique - SCEREN Rendez-vous annuel de la profession, la journée des professeurs documentalistes des Bouches-du-Rhône a eu lieu le 31 mai 2012. Elle nous a permis de réfléchir ensemble aux nouvelles pratiques informationnelles des jeunes et aux conséquences induites pour les professionnels de la recherche documentaire. 10h00-11h00 : Karine Aillerie, CNDP Culture de l’information et nouvelles pratiques médiatiques : télécharger le diaporama Après avoir présenté un panorama des recherches actuelles sur les pratiques numériques des jeunes (sociologie des pratiques culturelles, sociologie de la jeunesse, sciences de l’information et de la communication, psychologie cognitive, etc.), Karine Aillerie s’est intéressée aux usages et à leur contextualisation. La spécificité du numérique induit-elle une autre relation au savoir et modifie-t-elle la culture scolaire ? Karine Aillerie fait partie de l’Agence nationale des usages de TICE. 11h40-12h30 : Nadya Benyounes, CRDP de l’académie de Rouen

Pratiques des adolescents sur Internet et les médias sociaux L'article de la Revue Française des Sciences de l'Information et de la Communication prend appui sur certains des résultats de l’étude JAMES (Jeunes/Activité/Médias/Enquête suisse) menée en 2012, en partenariat avec les Universités de Zürich, de Lugano et de Genève. Cette enquête visait à mesurer les usages des médias et réseaux sociaux par les adolescents et, à l’échelle suisse, à combler un manque en matière de recherche sur les pratiques médiatiques des adolescents. Les auteurs du présent article s'appuient notamment sur un questionnaire fermé et standardisé, soumis à un échantillon de 1169 élèves âgés de 12 à 19 ans, et fréquentant des écoles (écoles de commerce, collèges) ou établissements professionnels (places d’apprentissage). Usages des médias chez les adolescents L'étude relève que les « 15-19 ans » ne sont que 16 % en France à lire la presse (gratuite et payante) tous les jours en 2009. Pratiques informationnelles des adolescents Sources et références complémentaires

Pratiques informationnelles informelles des adolescents Karine Aillerie a soutenu en décembre 2011, une thèse en Sciences de l'information et de la Communication sous la direction de Roger Bautier (Labsic Paris 13) dont le titre est « Pratiques informationnelles informelles des adolescents (14 – 18 ans) sur le Web ». Bonjour, tout d'abord, pourquoi avoir choisi ce sujet de thèse ? J'ai eu le CAPES de documentation en 1997, j'ai donc débuté mon activité professionnelle, en tant qu'enseignante documentaliste, au moment où « débarquaient » les « autoroutes de l'information » dans les établissements scolaires en général et dans les CDI en particulier... Cela a posé et pose encore beaucoup de questions à la profession, d'un point de vue documentaire et professionnel, d'un point de vue éducatif au final. Comment avez vous géré le traitement d'un sujet de recherche aussi proche d'une pratique professionnelle quotidienne ? Les adolescents sont-ils « sensibles », « conscients », « intéressés » par la sérendipité ?

Les ados et la planète Internet J’ai eu le bonheur d’intervenir une fois de plus auprès de parents d’élèves du secondaire cette semaine. Le sujet des apprentissages au contact des nouvelles technologies était au centre des préoccupations de l’organisme de participation des parents qui m’avait contacté en vue de cette présentation. Plus de quatre-vingts personnes étaient donc présentes à l’École secondaire De Rochebelle dans la région de Québec. Voic les sujets dont on discuté… Comment aider nos enfants pour qu’ils protègent certains renseignements personnels et qu’ils développent de meilleures capacités à distinguer la qualité des informations qu’ils trouvent sur Internet? Je n’ai pas eu le temps de souligner l’existence de certains outils qui peuvent s’avérer utile dans cette grande tâche d’éduquer aux médias en général et à l’utilisation d’Internet en particulier. Prudence en ligne! Voici les diapositives utilisées à l’occasion de mon intervention…

Adolescents et numérique : Quelles sociabilités ? Mémoire de Master 2 par Gwénaëlle André, animatrice multimédia à Ploemeur (56) Gwénaëlle André est une pionnière des espaces publics numériques. Animatrice multimédia à Ploemeur depuis plus de 12 ans dans cette commune bretonne, elle a favorisé des projets numériques qui s’inscrivent sur le territoire en introduisant une approche pédagogique qui pose un recul critique par rapport aux outils et aux pratiques avec les publics ainsi qu’une dimension créative (cf. ses activités dans un article de NetPublic.fr publié en juillet 2010). Depuis lors, Gwénaëlle a repris des études pour préparer un Master 2 Sciences de l’Éducation « Technologies de l’Education et de la Formation » à l’Université Rennes 2. Elle publie aujourd’hui le mémoire dans le cadre de ce cursus avec comme terrain d’observation l’espace multimédia : Adolescents et numérique : Quelles sociabilités ? (mémoire en pdf, 143 pages). Le mini-site de Gwénaëlle André (CV, références, contact…) : Interroger différents aspects du numérique vs. l’adolescence Contact Licence :

Utiliser Dropbox Dropbox est un outil gratuit de stockage et partage de dossier, ainsi que de travail collaboratif. Dans le même esprit que Google Doc, il permet, par la mise en ligne de fichiers dans des espaces privés, de stocker, partager et modifier des dossiers, de manière individuelle ou groupée.De plus, le stockage en ligne permet également de retrouver ses travaux peu importe l’endroit et l’appareil sur lequel on se trouve (ordinateur, tablette, mobile…), du moment qu’il y ait une connexion internet. Se connecter Dropbox propose deux possiblités : Utiliser le service en ligne de façon nomade ou nonCréer une unité de stokage synchronisée sur une ou plusieurs machines Quelque soit le choix, la première des actions est de se créer un compte : Sur la page d’accueil du site Dropbox, cliquez sur "Se connecter" puis sur "Créer un compte". Remplissez le formulaire, en n’oubliant pas de cocher la case « J’accepte les conditions de Dropbox » Sur votre machine, Dropbox se présentera ainsi :

Pratiques numériques des jeunes en 2012 (présentation) Spécialiste du numérique éducatif (TICE), Michel Guillou a diffusé en mars 2012 sur son blog, une présentation intitulée les pratiques numériques médiatiques des jeunes (ici dans sa version actualisée de mai 2012) qui fait le point sur des enquêtes statistiques et des utilisations sur cette thématique avec des données récentes et une mise en perspective actualisée (46 diapositives). La grande qualité de ce support est d’indiquer des données avec mention en légende des sources (études, enquêtes, rapports, statistiques…) que ce soit le CREDOC, TNS-SOFRES, LEtudiant.fr, Ipsos… Des sources variées souvent complémentaires mentionnées avec les dates de publications de ces mêmes données. La présentation les pratiques numériques médiatiques des jeunes offre par ailleurs une vision originale avec d’une part le point de vue des enfants/adolescents et d’autre part celles des parents sans oublier le prisme des professionnels. Licence : Creative Commons by-nc-saGéographie : France

La taxonomie de BLOOM La classification des objectifs en catégories est ce que l'on appelle la « Taxonomie des objectifs ». L'intérêt d’une taxonomie est qu'elle permet d'identifier la nature des capacités sollicitées par un objectif de formation et son degré de complexité. Cette information, parmi d’autres, permet d’adapter la méthode de formation. De ses travaux Benjamin Bloom , psychologue en éducation, a fait émerger une classification des niveaux de pensée importants dans le processus d'apprentissage. Vis à vis du domaine cognitif, Bloom identifie 6 types d'activités, du plus simple au plus complexe, comprenant chacune un ou plusieurs sous-domaines : Bloom fait l'hypothèse que les habiletés peuvent être mesurées sur un continuum allant de simple à complexe. La taxonomie des objectifs éducationnels de Bloom est composée des six niveaux suivants : la connaissance, la compréhension, l'application, l'analyse, la synthèse et l’évaluation. 1-Retenir des connaissances Il peut s’agir de : Il peut s’agir de

Jeunesse et Internet : Un adolescent sur cinq croit tout ce que dit Google La publicité sur Internet n’est pas toujours clairement définie. Et de nombreux jeunes internautes au Royaume-Uni n’arrivent pas à faire la différence avec une recherche classique. Les enfants et adolescents d’aujourd’hui ont beau être des « digital native », c’est à dire des jeunes ayant grandi dans un environnement numérique, cela ne veut pas dire qu’ils ont la faculté de déceler ce qui est vrai ou pas. C’est ce qu’a mis en lumière Ofcom, un site anglais qui s’occupe de réguler les médias, dans leur dernière étude. Dans un des tests, on montrait à des enfants âgés de 8 à 15 ans la première page de Google après une recherche pour des chaussures de sport. Cette étude portait sur 1379 interviews de parents et d’enfants chez eux, afin de mieux comprendre comment les esprits plus jeunes réagissent devant Internet. Bien que les gouvernements poussent les fournisseurs d’accès à mettre en avant une protection parentale, 56 % des parents seulement se disent au courant du service.

Related: