background preloader

Un scoop.it pour travailler sur Google

Un scoop.it pour travailler sur Google
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 10:27 J'ai référencé des ressources sur Google pour travailler avec mes élèves en 4ème sur les trois aspects du moteur : - technologique : son mode de fonctionnement - social : l'histoire de l'entreprise, le développement de services autres, l'utilisation sociale du moteur (hégémonie), l'évolution de l'entreprise, la question du stockage des données et des libertés individuelles - informationnel : la question de l'information à laquelle on a accès : comment l'ordre de présentation des sites est-il choisi ? Mon objectif est de leur apprendre à analyser une page de résultats et savoir critiquer l'ordre de présentation des sites. La séance complète est ici J'utilise sccop.it en deuxième heure, en appui à la réflexion sur l'analyse de pages de résultats. Le scoop.it est ici : Partager cet article

Etudions Google Le Tour du monde en 0.25 seconde, ou le voyage d'une recherche Google (infographie) Dimanche 17 juin Moteurs de recherche - 17 juin 2012 :: 16:41 :: Par Nicolas-Lecointre Google a délivré récemment une infographie présentant le voyage effectué par chacune des recherches lancées depuis son moteur. Google a délivré récemment une infographie présentant le voyage effectué par chacune des recherches lancées depuis son moteur (celui-ci en recevait en moyenne 4,717 milliards chaque jour en 2011), à savoir en moyenne près de 2 500 kilomètres, traversés à une vitesse proche de celle de la lumière en passant par différents centres de données aux quatre coins du monde. L’infographie expose par la même occasion la manière (en restant assez général, bien entendu) dont sont collectées, classées et évaluées les différentes informations par le moteur de la firme de Mountain View. Environ 16% des recherches lancées chaque jour sur Google constituent de nouvelles requêtes, auxquelles le moteur doit pouvoir répondre en un temps aussi rapide qu’à celles qu’il a déjà pu traiter jusque là.

Fiches d'activité sur Google Je continue ma série sur Google avec aujourd'hui les fiches d'activité que j'ai utilisées pour la séquence décrite ici. Nous avons mené le travail en cours de technologie en 4ème avec cinq classes. Première remarque sur cette séquence : elle est trop courte. Les élèves ont plein de questions à poser, de remarques à faire... Du coup nous prévoyons l'année prochaine de la faire en quatre heures au lieu de deux, avec pour terminer une évaluation sur table qui comprendra trois questions (décrivez le fonctionnement de Google / comment Google choisit-il l'ordre de présentation des sites / quelles remarques peut-on faire sur l'évolution à venir de l'entreprise Google) et des pages de résultats à commenter. Pour cette année voici les fiches que nous avons utilisées : Travail préalable à la maison : En classe avec vidéoprojecteur (et après correction de la fiche précédente) nous avons demandé à un élève d'aller sur Google pour nous et nous avons collectivement rempli le début du tableau suivant :

La part d’ombre de Google Livres Officiellement, depuis lundi, Google Livres n'est plus un objet de querelles entre les métiers de l'édition et la société californienne. Mais derrière l'apparente satisfaction qui règne entre les dirigeants de Google et les éditeurs français, l'accord-cadre qu'ils ont signé comporte des zones d'ombre sur des sujets majeurs. Décryptage détaillé de ce nouveau Yalta de l'édition numérique. Paix des braves pour Les Echos ; hache de guerre enterrée pour La Tribune ; calumet de la paix partagé pour le Nouvel Observateur : la presse est unanime pour célébrer l’accord-cadre rendu public lundi entre Google, le Syndicat national de l’édition (SNE) et la Société des gens de lettres (SGDL), sur la numérisation des livres indisponibles sous droits. Procès fleuve L’impasse atteinte par Google en France a également trouvé écho aux États-Unis, où un autre procès fleuve l’oppose depuis plus longtemps encore aux auteurs et éditeurs américains. Réciprocité Pur hasard Tactique Allez comprendre ! Serf

Ouverture de "Google Search Education" Google se veut aussi éducatif. Son nouveau site Google Search Education propose un ensemble de tutoriels clés en main pour plus d'efficacité dans les recherches. Une aubaine pour les documentalistes, et pour tous ceux qui veulent optimiser la recherche d'information. Destiné expressément aux enseignants et aux étudiants, Google Search Education cible avant tout le milieu éducatif. Son message est clair : "Aidez vos élèves à être de meilleurs chercheurs !" Pour ce faire, le géant américain propose un véritable centre de ressources consacré à ce qu’il connaît le mieux : son propre moteur de recherche. De nombreux tutoriels et séminaires sont ainsi accessibles en ligne. Ces séminaires s'organisent en trois modules d'apprentissage : - Comprendre les moteurs de recherche (Understanding Search Engines) - Les stratégies et techniques de la recherche web (Web Search Technique and Strategies) - Les caractéristiques de la recherche web Google (Google Web Search Features)

Knol : le Wikipédia de Google est mis hors service Qui se souvient de Knol, cette plateforme aux allures d’encyclopédie lancée en 2007 par Google pour concurrencer Wikipédia ? Pas grand monde et c’est normal : Knol est un échec, au même titre que Google Gears, Google Wave, Google Bookmark Lists et Google Friend Connect, abandonnés en même temps, et dont on ne se rappelait même pas l’existence. Pourtant, Google y croyait. Dans un post sur son blog officiel datant de 2007, Google présentait la plateforme comme “un moyen d’encourager les personnes qui connaissent un thème en particulier à écrire un article solide à son sujet“, réussissant à effrayer Wikipédia, qui craignait que le moteur de recherche ne référence mieux les articles de Knol, son poulain. Pour garantir à sa Knol toutes ses chances, Google l’avait différenciée du géant Wikipédia à plus d’un titre : chaque article était l’oeuvre d’un seul et unique auteur, dont l’identité était dévoilée (contrairement au principe d’anonymat de Wikipédia). Annotum : le nouveau Knol

News, Augmented » Commission européenne : Google fixé en mars [Lu sur ZdNet] Alors que les enquêtes antitrust durent parfois plusieurs années, la Commission Européenne devrait se prononcer d'ici fin mars sur les pratiques de Google et de son moteur de recherche et les soupçons d'abus de position dominante. Les plaintes ont été déposées en majorité par des concurrents directs dont Ciao, eJustice, Bing (Microsoft), Euro-Cities et des journaux en ligne espagnols et allemands dont les noms ne sont pas encore connus.. Joaquin Almunia, le commissaire de la direction générale de la concurrence explique : Je recevrai les commentaires de l'équipe qui s'occupe de cette affaire vers la fin du premier trimestre. Selon ZdNet, Google peut écoper d'une amende équivalente à 10% de son chiffre d'affaires annuel.

What Actually Changed in Google’s Privacy Policy It Shouldn't Take a Letter from Congress for Google to Give Straight Answers About Privacy Policy Changes Last week, Google announced a new, simplified privacy policy. They did a great job of informing users that the privacy policy had been changed through emails and notifications, and several experts (including Ontario’s Privacy Commissioner Dr. Ann Cavoukian) have praised the shift toward a simpler, more unified policy. Unfortunately, while the policy might be easier to understand, Google did a less impressive job of publicly explaining what in the policy had actually been changed. Here’s what you need to know about the substantive changes in the new policy: Up until March 1, 2012, the data Google collected on you when you used YouTube was carefully cabined away from your other Google products. The new privacy policy removes the separation between YouTube, Google search, and other Google products. Unfortunately, Google’s original explanation left much to be desired.

Brigitte SIMONOT et Gabriel GALLEZOT(2009) (dir.), L’entonnoir : Google sous la loupe des sciences de l’information et de la communication 1Ce titre annonce d’emblée une posture critique et, plus largement, une promesse de dévoilement. L’approche communicationnelle, affirmée dès le sous-titre, saisit Google comme un objet de recherche à construire à distance des discours promotionnels ou pamphlétaires. La recherche collective prend appui sur une perspective sociotechnique, mais également sociopolitique du moteur de recherche et de ses usages, pour interroger la production de valeurs par la société Google. Le moteur est scruté au prisme des modèles de recherche d’information qu’il convoque, du discours idéologique sur son algorithme et de l’uniformisation des modes d’interrogation par mots-clés. 2Ainsi, c’est à la jonction entre sciences du document et analyse des pratiques documentaires que l’ouvrage pose un regard sensiblement novateur sur son objet. 3Le premier volet entre de plain-pied dans l’analyse des pratiques documentaires de deux publics, les étudiants et les journalistes.

Fiche Google God Auteur(s) du livre: Ariel KyrouÉditeur: Inculte9978-2-916940-38-0Publié en 2010Première rédaction de cet article le 18 novembre 2010 Les livres sur Google sont devenus un genre littéraire en soi. On peut désormais remplir sa bibliothèque avec les ouvrages sur ce sujet, allant du plus cireur de pompes émerveillé au paranoïaque délirant. Ce que j'ai apprécié, dans le « Google God » d'Ariel Kyrou est que l'auteur connait le sujet et qu'il est capable de critiquer Google tout en identifiant les raisons pour lesquelles cette entreprise est un succès, notamment ses compétences techniques. Ariel Kyrou connait, non seulement Google, mais aussi la culture dans laquelle cette entreprise a baigné depuis ses débuts. On est donc loin d'un livre comme « Google-moi » dont l'auteur étalait surtout son ignorance du sujet, et citait Kant et Platon quand Kyrou cite Philip Dick. Version PDF de cette page (mais vous pouvez aussi imprimer depuis votre navigateur, il y a une feuille de style prévue pour cela)

Quand les mots valent de l’or, par Frédéric Kaplan Le succès de Google tient en deux algorithmes : l’un, qui permet de trouver des pages répondant à certains mots, l’a rendu populaire ; l’autre, qui affecte à ces mots une valeur marchande, l’a rendu riche. La première de ces méthodes de calcul, élaborée par MM. Larry Page et Sergey Brin alors qu’ils étaient encore étudiants en thèse à l’université Stanford (Californie), consistait en une nouvelle définition de la pertinence d’une page Web en réponse à une requête donnée. En 1998, les moteurs de recherche étaient certes déjà capables de répertorier les pages contenant le ou les mots demandés. Alors que bien des observateurs se demandaient comment la société californienne allait pouvoir monétiser ses services, c’est l’invention d’un second algorithme qui a fait d’elle l’une des entreprises les plus riches du monde. — L’enchère sur un mot-clé. — Le calcul du score de qualité de la publicité. — Le calcul du rang. Le marché linguistique ainsi créé par Google est déjà global et multilingue.

Google fait la paix avec les éditions La Martinière Une trêve partielle entre le monde de l'édition et celui du numérique est actée. Le géant américain de l'internet Google et l'éditeur français La Martinière ont signé jeudi un accord pour numériser des oeuvres qui ne sont plus en vente, mais encore protégées par des droits d'auteur, ont annoncé les deux groupes dans un communiqué commun. L'accord "vise à encadrer la numérisation et la commercialisation sous forme d'e-books des oeuvres indisponibles dont les droits sont contrôlés par le groupe La Martinière", a indiqué Google. La guerre entre l'éditeur et le moteur de recherche avait démarré en 2006 et avait abouti sur une condamnation de Google en décembre 2009 pour contrefaçon, après la numérisation d'oeuvres de La Martinière sans son autorisation. Le tribunal de grande instance (TGI) de Paris avait en effet interdit à l'américain de poursuivre la numérisation d'ouvrages sans l'autorisation des ayants droits et le groupe La Martinière avait reçu 300.000 euros de dommages et intérêts.

La loi du chiffre selon Google Les rapports de force entretenus par Google tiennent aux versions de l'algorithme de son moteur de recherche. La dernière en date, nommée Panda, n'échappe pas à la règle. Illustration à travers le constat d'un libraire en ligne. Bernard Strainchamps, fondateur de la librairie en ligne Bibliosurf, a été comme d’autres sites, affecté par la mise en place du nouvel algorithme de Google, nommé Panda. Mis en place début août dans le but de rendre les résultats du moteur de recherche plus pertinents pour l’internaute, il a aussi pénalisé des sites de vente en ligne. À partir de quel moment avez-vous constaté que vos pages disparaissaient des premiers résultats de Google ? Dès le 15 août, j’ai constaté un retour différent de Google. Dans les faits, les statistiques vous ont montré qu’il y avait une baisse de la fréquentation. Mon hébergeur a changé son logiciel de statistiques et Bibliosurf est passé d’une version du logiciel SPIP de 1.9 à 2.1. Vous procédez à votre propre référencement.

Google abuse en silence À Bruxelles, la plainte déposée il y a un an contre Google pour abus de position dominante est l'objet de grosses campagnes d'influence, pour en amoindrir les effets. OWNI a croisé les lobbyistes engagés dans cette bataille. À Bruxelles, OWNI a essayé d’en savoir plus sur la plainte pour abus de position dominante contre Google. Un an après l’ouverture de cette procédure par la Commission européenne, tous les acteurs de ce dossier entretiennent le mystère. Préservant ainsi d’éventuelles négociations. L’affaire a donc démarré par une plainte, déposée par les sociétés eJustice , Ciao et Foundem auprès de la Commission, reprochant à Google ses visées monopolistiques. Verrouillage de la Commission Au sein de la Commission, la direction générale de la concurrence (DG Comp) mène l’enquête, actuellement en phase II – soit, selon la nomenclature européenne, celle réservée aux cas prioritaires. Il y en a effectivement d’autres [NDLR : plaintes]. Cinq lobbyistes Les raisons du silence renatotarga et

Related: