background preloader

Les plantes entendent-elles ?

Les plantes entendent-elles ?
Ceux qui, comme moi, aiment Franquin, ont probablement le souvenir de cette planche savoureuse où Gaston Lagaffe, pensant que les plantes sont sensibles à la musique et désireux d’accroître le bien-être d’un pied de lierre, veut lui jouer un petit air. Mais aux premières notes affreuses émises par le tristement célèbre gaffophone, la plante tente de s’échapper par la fenêtre ouverte… Ce que dit le gag, c’est que le son de cet instrument générateur de catastrophes doit vraiment être horrible si « même un végétal » ne le supporte pas. Encore faut-il que les plantes ne soient pas sourdes comme leurs pots et qu’elles puissent percevoir les vibrations sonores. La notion de communication dans le monde végétal a longtemps été tenue pour marginale (voire inexistante) quand elle n’a pas été raillée. Dans une nouvelle étude publiée le 22 mai par PLoS ONE, une équipe italo-australienne a voulu explorer tous les modes de communication possibles entre deux plantes, le piment et le fenouil. Related:  zigueSVT - Sciences de la vie et de la Terre

Comment les arbres communiquent. Rien de plus agréable préparer une salade avec de jeunes feuilles d'arbres caducs : notamment les chênes et les tilleuls. Il suffit d'arracher les feuilles les plus jeunes et de les ranger dans la besace. Si vous goûter toutes les dix secondes les feuilles cueillies, vous vous rendrez compte qu'au bout de deux minutes elles deviennent de plus en plus amères jusqu'à être quasi immangeables. Que s'est-il passé ? (c) Illustration de Serge Elissalde L'arbre s'est rendu compte que l'on déchiquetait ses feuilles et à envoyé dans chacune d'elles une substance chimique amère appelée "tanin". Mais ce n'est pas tout...Faites de même avec l'arbre voisin et commencez par goûter une feuille. Que s'est-il passé (n°2) ? Les arbres non seulement se défendent mais communiquent entre eux. Compliquons la situation pour nous rapprocher de la réalité : il y a souvent du vent. Dès lors l'éthylène ne sera perçu que par les arbres en aval (par rapport au vent) de l'arbre attaqué. Partager l'article ! inShare

Carboniferous Forest Simulation Écologie L’intelligence secrète des plantes Martine Castello Les plantes sont douées d’intelligence. Et en cela nous ressemblent. C’est ce qu’affirme Daniel Chamovitz, un généticien de l’université de Tel-Aviv pour qui la frontière entre les règnes végétal et animal est ténue. Si ténue qu’au vu des découvertes récentes en biologie végétale, on peut considérer que les plantes, sans cerveau ni neurones, sont capables d’interagir avec l’environnement à l’aide de sens identiques aux nôtres et de garder la mémoire des événements, ce qui les fait entrer dans la catégorie des êtres conscients. Vous n’y croyez pas ? Mon géranium « voit » que je m’approche de lui et peut repérer si je porte une jupe rouge ou bleue. Une plante comme l’arabette, la petite moutarde toute simple qui sert de cobaye dans les labos, compte 11 photorécepteurs. Si les végétaux émettent de subtils parfums, ce n’est pas pour le seul plaisir de nos narines.

Dossier : les secrets du végétal L’histologie végétale est une partie de la biologie qui étudie la structure microscopique des tissus végétaux. Cette science est apparue au XIXe siècle lors du perfectionnement du microscope. L'histologie végétale (qui est l'angle de travail de ce dossier) s'appuie sur la cytologie, qui est l'étude de la cellule vivante, pour observer l'anatomie du végétal, ses éléments fonctionnels et sa structure microscopique. Sensibilisation au règne végétal Les plantes, des êtres multicellulaires à la base de la chaîne alimentaire, nous entourent au quotidien, que l'on vive en ville ou à la campagne. Tissus végétaux : protection de la plante et conduction de la sève La plante est constituée de différents tissus : les tissus de protection, de conduction, les tissus fondamentaux et les tissus de soutien. Tissus fondamentaux des végétaux : méristème et parenchyme Chaque tissu d'une plante présente des caractéristiques spécifiques. Tissus de soutien des végétaux : collenchyme et sclérenchyme

Les plantes peuvent apprendre et mémoriser Array. Array. Les plantes peuvent apprendre et mémoriser - LMOUS Une étude australo-italienne révèle qu'une variété de Mimosa peut apprendre et mémoriser certaines informations, aussi vite et aussi longtemps que le font certains animaux. Une équipe australo-italienne (Gagliano, Renton , Depczynski et Mancuso) s'est amusée à mettre au point un protocole d'apprentissage pour végétaux, en tous points calqué sur les modèles d'expérimentation animale. Pour ce faire, ils ont utilisé Mimosa pudica, aussi appelé "Sensitive", du fait de sa capacité à se replier instantanément au moindre contact (au cas où certains l'ignoreraient, cela s'appelle la thigmonastie). Les plantes ont la mémoire de l'eau Armés d'un automate fait maison, ils ont soumis des végétaux à un lâcher répétitif de gouttes d'eau. [Sources : link.springer.com, sci-news.com, sciencealert.com.au, passeurdesciences.blog.lemonde.fr] (Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

The endosymbiotic origin, diversification and fate of plastids Les arbres sentent-ils et communiquent-ils ? Avertissement : l’article qui suit ne procède nullement d’une vision spiritualiste, idéaliste ni mystique de la nature ou de l’arbre. Il n’est nullement question d’attribuer un esprit aux arbres ou de les transformer en modes d’expression d’un quelconque "esprit supérieur"... Pas question ici d’"esprit" de l’arbre, d’"aura" de l’arbre, de volonté de l’arbre, d’âme de l’arbre, etc. Il n’est nullement besoin d’attribuer des propriétés humaines à l’arbre pour le concevoir comme un sujet et pas seulement comme un objet, pour reconnaître qu’il sent le monde extérieur, communique avec lui, pour reconnaître ses capacités collectives et individuelles. Donc pas de contresens : il n’y a aucun animisme dans ce texte, aucune recherche purement spirituelle. Cependant, sans l’ombre d’un animisme, d’un point de vue scientifique, la question se pose : Comment les arbres sentent-ils et communiquent-ils ? Il faut connaitre le langage des VOC ! "Arbres" – de Jacques Prévert Non ! Dur à avaler ! Et pourtant…

Tous les arbres et arbustes de France L'ARBRE est un type biologique majeur chez les plantes. Les arbres sont remarquables par leur longévité et leur taille. Lorsqu'ils sont groupés, les arbres constituent les forêts. Les arbres, les arbustes et les buissons sont cultivés également dans un but ornemental dans les parcs, les jardins et le bord des routes. Parmi les arbres et les buissons, certains sont cultivés pour leurs fruits ou pour leur bois. Ce dossier donne des informations sur les arbres, arbustes et buissons communs.

Les plantes communiqueraient par des clics sonores Publiant leurs travaux dans la revue Trends in Plant Science, des chercheurs britanniques et australiens suggèrent, à partir de données expérimentales, que les plantes pourraient communiquer entre elles non seulement chimiquement, mais aussi à l’aide de cliquetis inaudibles pour l’oreille humaine. Si les scientifiques de l’Université d’Exeter avaient déjà montré, récemment, que des choux 's’avertissent' entre eux de la présence de chenilles en émettant un gaz perceptible par les plants voisins, ceux de l’Université de Bristol pensent avoir mis en évidence un autre système de communication entre les plantes. Sonore, celui-là. Utilisant de puissants amplificateurs, ils ont en effet ‘écouté’ des pousses de maïs... et entendu des cliquetis, inaudibles tels quels à l’oreille humaine, provenant de leurs racines. Vous êtes déjà abonné ?

Transfert horizontal gène Accès ENS Lyon Démarche globale - Le premier point est d’introduire la notion de rétrovirus endogène, c'est-à-dire la présence dans le génome de toutes les cellules de l’organisme et notamment des cellules germinales, de séquences d’origine virale. Pour cela on peut s’appuyer sur l’exemple du rétrovirus endogène KoRV présent chez le Koala. - Le deuxième point est de mettre en évidence la présence dans le génome humain de gènes codant pour des protéines jouant un rôle physiologique essentiel et d’origine virale. - A ce stade, on peut introduire les notions de transfert horizontal et de transfert vertical dans les processus de diversification des êtres vivants. 1 - La notion de rétrovirus endogène Pour traiter cette question, on dispose : - d’un texte illustré sur les rétrovirus GALV (gibbon-ape leukaemia virus) et KoRV (Koala rétrovirus) qui appartiennent à la même famille de rétrovirus ; - des séquences des gènes Gag, Pol et Env de ces virus 2 - La capture de gènes viraux par l’hôte et Pol :

Les plantes, à l'égal de l'homme Certains arbressont timides : ils maintiennent une distance minimale entre les branches de leurs cimes. Shutterstock/Shee See Kiong Francis HALLÉ est professeur émérite à l'Université de Montpellier. Il est spécialiste de l'écologie et des forêts primaires. Pour nos ancêtres, la Terre était immobile au centre de l'Univers, le Soleil et les autres étoiles faisant la ronde autour d'elle. L'inexorable descente du piedestal Autre déconvenue pour l'homme, sa place dans la nature. Notre nature animale ayant finalement été admise, au moins étions-nous la seule espèce animale à faire preuve de jugement, de sensibilité, de parole, de conscience, d'intelligence, de créativité, la seule à savoir rire, la seule à prendre soin de ses morts...

253 plantes médicinales Se soigner au naturel La phytothérapie est une alternative aux traitements médicamenteux. En effet, il s’agit d’une solution qui permet de se soigner en utilisant les vertus des plantes dites médicinales. Phytothérapie et homéopathie : les différences Les néophytes ont tendance à ne trouver aucune différence entre l’homéopathie et la phytothérapie. Toutefois, il existe bel et bien quelques différences entre ces deux pratiques. Histoire des plantes médicinales et de la phytothérapie Contrairement à l’homéopathie, qui est une découverte assez récente du 18e siècle, la phytothérapie est une médecine ancestrale que la Chine utilisait déjà en 5 000 avant J.C-. Ensuite, l’ouvrage de Discoride intitulé « De materia medica » est resté dans les annales et cela jusqu’au 18e siècle. Quelques exemples de plantes médicinales La liste est vraiment très longue si l’on cite toutes les plantes qui ont des vertus thérapeutiques. L’absinthe est également une espèce botanique à la propriété médicinale.

Découverte d’une calculatrice intégrée aux plantes Longtemps les plantes n’ont été appréciées que pour ce qu’elles produisaient (graines, fleurs, fruits, racines, tubercules, bois, oxygène…). Aujourd’hui, on s’intéresse de plus en plus à ce qu’elles sont, à la manière dont elles fonctionnent et réagissent à leur environnement. Effacée l’image caricaturale du sous-être vivant, passif parce que privé de la possibilité de se mouvoir, insensible parce que n’exprimant rien face aux agressions. On sait aujourd’hui que, à l’instar des animaux, les plantes sont douées de capacités sensorielles variées et qu’elles communiquent aussi entre elles, notamment dans le but de se défendre. Les plantes ressentent, les plantes s’expriment et maintenant… elles comptent ! Afin de trancher, les biologistes ont mené une longue série d’expériences que je n’évoquerai pas toutes.

Related: