background preloader

Et si on tirait au sort nos élus?

Et si on tirait au sort nos élus?
«Chacun constate que le suffrage universel ne tient pas ses promesses d’émancipation. L’élection induit mécaniquement une aristocratie élective, avec son cortège de malhonnêtetés et d’abus de pouvoir. Avec les élections, les riches gouvernent toujours, les pauvres jamais», assène Etienne Chouard. S’appuyant sur le discrédit qui frappe la classe politique, caractérisé notamment par une montée de l’abstention, ce professeur d’économie et de gestion, qui s'était fait connaître lors de la campagne référendaire de 2005, tente de remettre au goût du jour l’idée du tirage au sort comme moyen de désigner nos représentants. L’idée peut surprendre. Laisser à des inconnus, choisis au hasard, le soin de nous représenter ne fait clairement pas partie de la culture politique française. «On a eu recours au tirage au sort de façon massive dans la première démocratie, à Athènes. Une idée tombée en désuétude L’idée du tirage au sort tombe en désuétude. Mélanger les deux méthodes Emmanuel Daniel

http://www.slate.fr/story/57301/tirage-sort-elus-assemblee

Related:  DEMOCRATIEdémocratie représentation participationSites, documentaires & articles

Vivons-nous vraiment en démocratie? Dans «Principe du gouvernement représentatif», initialement publié en 1993 et réédité le 10 octobre, Bernard Manin remet en cause l'élection au suffrage universel comme quintessence de la démocratie. Il explique pourquoi nos démocraties modernes n'en sont pas vraiment et pourquoi les révolutionnaires des XVIIe et XVIIIe siècles ont préféré mettre en place un système aristocratique plutôt qu'un gouvernement du peuple par le peuple. «Principe du gouvernement représentatif.» Avec un titre pareil, ce livre ne figurera sans doute pas parmi le top des ventes de la Fnac. Tirage au sort et démocratie délibérative Le tirage au sort semble revenir dans des expériences politiques après avoir été éclipsé pendant des siècles [1]. L’expérience islandaise est de ce point de vue emblématique. Après la crise économique de 2008 et la quasi-faillite du pays, la volonté de changer l’équipe gouvernementale et les règles du jeu politique s’exprime lors d’énormes manifestations de rue. Les élections anticipées d’avril 2009 portent au pouvoir une coalition entre les sociaux-démocrates et les Verts – le procès de l’ancien premier ministre a commencé en mars 2012.

« Reboote la France ! » Des geeks veulent prendre l’Elysée L’élection présidentielle se rapproche. Bon, elle est encore suffisamment éloignée pour s’épargner les premiers pronostics ou la liste des alliances possibles, mais certains se lancent déjà pour proposer des initiatives inédites et connectées. Manuel Dorne, blogueur français plus connu sous le pseudo Korben, décrit ainsi dans un billet « les 10 étapes nécessaires pour prendre le pouvoir ». L’objectif, c’est l’Elysée. L’idée, elle, est venue comme cela : « On déconnait ce soir sur Twitter avec les copains et je me suis dit que ce serait cool de trouver un volontaire motivé pour devenir président de la République. »

Une autre présidentielle est possible avec les systèmes de vote alternatifs «Au premier tour, on choisit. Au second, on élimine.» En apparence, l'élection présidentielle, c'est simple comme bonjour: un vote pour sélectionner deux candidats sur une dizaine, un second quinze jours plus tard pour donner à l'un d'eux une majorité absolue. Simple, vraiment? En 2002, de nombreux électeurs de gauche ont regretté après coup de ne pas avoir opté pour Lionel Jospin au premier tour, ce qui les a placés face à un choix droite/extrême droite au second. Et en 2007, ceux qui voulaient se donner le maximum de chances d'éliminer Nicolas Sarkozy au second tour ont longuement hésité au premier entre Ségolène Royal et François Bayrou.

Petite histoire du tirage au sort en politique En France, il est courant de « tirer les rois » à l’épiphanie [1]. Les origines de cette coutume remontent au moins aux Saturnales, la principale fête romaine. De nature carnavalesque, elle avait lieu après le solstice d’hiver, dans les 12 jours intercalaires entre le cycle solaire et le cycle lunaire. Banquets et orgies se multipliaient alors.

Un ex-président américain accuse Obama d'être un assassin par Bill VAN AUKEN La rubrique écrite par Jimmy Carter, le 39ème président des Etats-Unis, et publiée lundi dans le New York Times, constitue une condamnation exceptionnelle du gouvernement Obama, de sa pratique de l’assassinat, de ses violations criminelles du droit international et de la constitution américaine. Dans sa rubrique intitulée « Un bilan cruel et inhabituel » Carter écrit : « Les révélations selon lesquelles des responsables de haut niveau ciblent des gens pour être assassinés à l’étranger, dont des citoyens américains, ne sont que la plus récente et inquiétante preuve de l’ampleur donnée à la violation des droits de l’Homme par notre pays. » Carter continue en dénonçant le gouvernement pour la poursuite des activités du camp de détention de la Baie de Guantánamo à Cuba où, souligne-t-il, sur 169 prisonniers « la moitié ont été déclarés libérables, et pourtant ils ont peu de chance de jamais obtenir leur liberté, » et d’autres « n’ont aucune perspective d’être jamais ni inculpés ou jugés. »

Groupe d’Analyse et de Théorie Economique Lyon St Etienne - Vote Expérimenter d’autres modes de scrutin le 22 avril 2012 Présentation / Responsables de l’étude / Résultats / Télécharger les résultats & Publications / Documents in English / Expérimentations sur internet / Expérimentations 2002 et 2007 / Dossiers de presse / Articles de presse et entretiens / Remerciements 2002, 2007, 2012 : trois fois déjà une expérimentation de nouveaux modes de scrutin a été menée en France lors du premier tour des élections présidentielles. L’expérimentation de 2012 a été organisée par un groupe de chercheurs en sciences économiques, universitaires et CNRS, issus des Universités de Saint-Etienne, de Caen, de Strasbourg et de Polytechnique (contacts ci-dessous). Concrètement, le jour du premier tour des élections présidentielles le 22 avril 2012 dernier, d’autres modes de scrutin ont été proposés aux électeurs – le vote par note et le vote par approbation –, pour les tester dans plusieurs bureaux de vote. Revenir en haut de page

Jacques Rancière: «L'élection, ce n'est pas la démocratie» - 28 mai 2012 Le Nouvel Observateur. L'élection présidentielle est généralement présentée comme le point culminant de la vie démocratique française. Ce n'est pas votre avis. Pourquoi? Jacques Rancière. Dans son principe, comme dans son origine historique, la représentation est le contraire de la démocratie. Plan C AGENDA :- 20/2/2011, Six-Fours, avec Culture Libre : "le tirage au sort comme bombe politiquement durable contre l'oligarchie". Vidéo.- 26/2/2011, Paris, Repaire de Là-bas si j'y suis (20e), "Centralité du tirage au sort dans une vraie démocratie". Enregistrement mp3.- 9/4/2011, Paris, Repaire de Là-bas si j'y suis (20e), "L'enjeu de la souveraineté monétaire". - 24/4/2011, Marseille : "1. L'enjeu de la création monétaire" (1 h), puis "2. le tirage au sort comme bombe politiquement durable contre l'oligarchie" (1 h 30). Vidéo.- 29/4/2011, Nice. Vidéo.- 16/9/2011, entretien avec Jean Robin (Paris).

La démocratie autrement 2 Il a suffi, au printemps, qu’Arnaud Montebourg prononce le mot de « tirage au sort » pour susciter condescendance et ironie. Il rêvait que des citoyens désignés de cette manière contrôlent l’utilisation de l’argent public ou le respect des engagements politiques. « Démagogie », ont soupiré les uns. « Populisme », ont tempêté les autres. Des réactions qui rappellent le chœur d’indignation soulevé en 2007 par Ségolène Royal : en proposant des jurys citoyens tirés au sort, elle révélait ses « penchants ­robespierristes » et son goût pour les « tribunaux populaires à la Pol Pot ou à la Mao Zedong ». La candidate socialiste, accusait Nicolas Sarkozy, se plaçait dans une logique « outrancièrement populiste ». Le mot ferait sans doute sourire Yves Sintomer, professeur de science politique à Paris-VIII. « Cette indignation est le symptôme du repli frileux de la classe politique sur elle-même », écrit-il dans Petite histoire de l’expérimentation démocratique (La Découverte, 2011).

Espagne : mais enfin, de quoi s’agit-il ? Chaque jour apporte son lot de mauvaises nouvelles dans l’union européenne. Aujourd’hui, c’est l’Espagne qui est en cause. Mais les responsables de Bruxelles n’en finissent pas d’être optimistes .... et surtout de continuer à imposer leurs recettes. Des modes de scrutin Le mode de scrutin permet le passage du décompte des voix à la désignation des élus. Le système électoral recouvre, lui, l’ensemble des déterminants de l’élection et des conséquences des modes de scrutin (effets sur l’organisation des partis, les alternances, etc.). Alors que, après de longues luttes pour l’établissement de ses règles et l’extension de son champ, le principe de l’élection au suffrage universel fait aujourd’hui l’unanimité dans les démocraties représentatives, il n’en va pas de même pour le choix du mode de scrutin. Ce dernier apparaît comme un savant mélange où interviennent notamment l’histoire politique nationale, les besoins de représentativité, l’opinion des partis. Les modes de scrutin peuvent aussi varier dans le temps. Depuis 1871, la France a ainsi connu une dizaine de changements importants de mode de scrutin législatif, alors que le Royaume-Uni utilise le même depuis le XVIIIe siècle. 1

Pendant la tempête, la campagne J’ai été tenu de nouveau à distance du clavier par maints rendez-vous de tous côtés. J’y reviens pour marquer le coup du nouveau plan d’austérité, début de la danse de saint Guy des gouvernements affolés. Puis, je parle assez longuement de la campagne qui me dévore pour donner mon coup d’œil et mes conseils. © Image Eric Delion Le plan d’austérité de François Fillon est une erreur en tous points. Erreur économique.

Related: