background preloader

Différents types de MOOCs

Différents types de MOOCs
Le terme MOOC : Massive Online Open Course, ou cours ouvert massivement multi-apprenants, a été proposé en 2008 et popularisé par quelques universités américaines l’année dernière. La première caractéristique de ces cours est qu’ils sont ouverts à tous, chacun pouvant s’inscrire à son gré. La deuxième dimension est que le nombre d’inscrits fait que les échanges entre participants (on parle aussi de pairs) sont encouragés, voire deviennent la forme primaire de l’apprentissage, ou de l’accompagnement. On assiste donc bien à un phénomène nouveau coté cours en ligne : des cours ouverts, non limités en nombre de participants (et c’est sans doute la caractéristique la plus innovante), et dont certains regroupent effectivement un grand nombre de participants. Le premier type de MOOC est basé sur une démarche participative, où chacun effectue ses propres recherches d’informations, échange avec ses pairs, et publie ses propres conclusions sur le site de son choix. J'aime : J'aime chargement… Related:  MOOC

Tips for new MOOCers Back in April, I attended my first ever MOOC. What is a MOOC you ask? A Massively Open Online Course, for a great introduction check out this video. I found the course to be useful, but also frustrating. It lacked a little in design – or at least that was my thought at the time, now that I know a little more about MOOCs, I'm starting to "get it". I'm planning to take another MOOC – eduMOOC. That being said, one thing I'm finding lacking in these MOOCs is advice for those that are new to MOOC and those that are new to learning online. So as an experienced online learner and not so experienced MOOCer, I figured I'd offer a few tips for getting the most out of a MOOC: You don't have to read everything. Technically the course starts next week, June 30, but already people have started to introduce themselves. If you are an experience MOOCer reading this and you have some tips to share, please leave a comment.

Une typologie des MOOC Autrefois nous n’avions que les cMOOC et les xMOOC, et déjà alors cette distinction était source de débats interminables. Désormais il semblerait qu’un nouveau type de MOOC apparaît chaque semaine: rMOOC, pMOOC, iMOOC, sMOOC, tMOOC et j’en passe. Comment se retrouver dans cette jungle d’acronymes dont les français sont si friands? Plutôt que de décortiquer tous les sigles que la Toile invente chaque semaine, nous allons proposer une ou plutôt des typologies adaptées à différents usages. Bienvenue dans l’incroyable monde des MOOC … Dans l’article précédent, nous avions proposé une grille de lecture pour décrire l’anatomie d’un MOOC, et avions identifié cinq axes principaux: l’objectif pédagogique, le public visé, le type de ressources pédagogiques, les activités proposées, et le degré de contrainte. La seconde possibilité est le cours spécialisé nécessitant peu de pré-requis. La dernière possibilité est le cours spécialisé nécessitant de nombreux pré-requis.

Guide du MOOC Un livre de Wikilivres. Ébauche Ce livre se veut un guide pour la création d'un MOOC (Massive Online Open Course). La traduction en français du terme n'est pas encore faite. L'approche d'un tel cours se base sur le connectivisme. Ce guide est basé principalement sur la traduction du MoocGuide en anglais [archive]. Remarque : pour partir sur une approche francophone, faut-il traduire l'acronyme MOOC ? Propositions de traductions[modifier | modifier le wikicode] SPOC Cours en ligne: pour réenchanter la révolution Mooc, passez aux Spoc Temps de lecture: 6 min Durant un an ou deux, les cours gratuits en ligne ont semblé être l’avenir tout tracé de l’enseignement supérieur. Pourquoi, s’étaient demandé plusieurs spécialistes influents de l’informatique, avoir des milliers de lycées et d’universités donnant tous le même cours à de petits groupes d’étudiants à travers le pays, lorsqu’il est possible de voir le même cours dispensé au monde entier par un seul enseignant particulièrement brillant via Internet? Dans un article de Wired paru en mars 2012 à ce propos, Sebastian Thrun, fondateur d’Udacity et spécialiste en intelligence artificielle de l’université de Stanford, prévoyait qu’il ne resterait plus dans dix ans qu’une dizaine d’institutions d’enseignement supérieur au monde. Toutefois, cette prédiction semble aujourd’hui grandement exagérée. Et si ces cours complétaient les autres? Anant Agarwal, président d’EdX, pense que c’est possible. L'exemple de Salman Khan L’idée n’est pas totalement nouvelle. Will Oremus

Should you start a MOOC? By Frank Kenna Digital technology continues to change the world as we know it, with one of the latest changes being the advent of massive open online courses. MOOCs are online education classes offered by leading universities such as Stanford, Harvard, Yale and MIT. Anyone can join these classes for free and without registration, creating unprecedented access to the world’s top thinkers and teachers. Translated into workplace jargon, think of the communication and employee-learning gains you could attain if you could reach 1,000 times as many of your employees at a time. While you may not have the educational resources of a Yale or Harvard, you do have the digital tools available to ratchet up your communications. Digital signage, which has become popular in the last few years, has been a step in that direction, offering one-to-many communication capabilities. So now may be the perfect time for you to start a MOOC - in the form of a DS implementation at your workplace.

Anatomie d’un MOOC Typologie des MOOC dans le livre blanc d’Unow On divise traditionnellement les MOOC en deux types: d’une part les cMOOC, ou MOOC connectivistes, basés sur les interactions entre participants, et d’autre part les xMOOC, basés sur une pédagogie transmissive plus traditionnelle. Cependant, avec la diversification des pédagogies, la distinction xMOOC vs. cMOOC est devenue dans une large mesure obsolète. Quelle grille de lecture utiliser pour décrire un MOOC ? Quels sont les ingrédients qui le composent ? La première étape consiste à trouver des axes de description aussi peu corrélés que possible. l’objectif du coursle niveau de pré-requis nécessairele type de ressources utiliséesle type d’activité proposéesle degré de contrainte 1. Comme nous l’avions évoqué dans le billet Pourquoi faire des MOOC ? 2. Les MOOC sont par nature ouverts à tous les internautes, et gratuits dans une large mesure. 3. Se pose enfin la question de l’origine et de la cohérence entre les ressources. 4. 5.

Apprendre en ligne : quel MOOC choisir ? Les MOOC ie. Massive Open Online Course (cours en ligne ouvert et massif) sont en train de transformer le monde de l’éducation. En quelques années, ils sont devenus des outils d’enseignement capables de partager le savoir de professeurs avec toute la planète. Ils permettent à ceux qui n’ont pas la chance de pouvoir s’inscrire à une université de prestige de profiter des mêmes cours pour parfaire leurs connaissances. Le phénomène n’est pas nouveau. iTunes U proposait les vidéos d’universités depuis le début des années 2000 et le MIT avait déjà à cette époque créé ses OpenCourseWare qui plaçaient les vidéos des cours magistraux, les notes des professeurs et les exercices en ligne. Le problème est que les certificats qui sont décernés aujourd’hui par ces classes ne sont pas reconnus par les universités. Par où commencer ? Avec la multiplication des options, il est aussi difficile de savoir où donner de la tête.

03/2012 De qui se MOOC-t-on? par Thierry Klein Que tu t’intéresses ou pas aux technologies de l’éducation, il est difficilement concevable que tu n’aies pas entendu parler des MOOC dans les dernières semaines. Elles ont été partout. Dans le Monde, qui les annonce à Polytechnique , sur la 5 la semaine dernière sans compter les sujets divers et variés à la télé (C dans l’air), en bonne placedans la feuille de route numérique du gouvernement et sur les blogs de tout un chacun (sauf celui que tu es précisément en train de lire, cher lecteur, ce qui constituait certainement, jusqu’à présent, un retard inexcusable que je te prie néanmoins de bien vouloir excuser). Un petit tour sur Wikipedia t’apprendra que le peu gracieux acronyme MOOC signifie « Cours en ligne ouvert et massif », le terme « massif » n’ayant bizarrement rien à voir avec l’importance délirante des moyens de communication visiblement mis au service du concept mais signifiant simplement qu’un grand nombre d’élèves peuvent suivre le cours. lu : 1626 fois

Quelles modalités d'évaluation pour les MOOCs ? Aucun doute, le MOOC est bel et bien une tornade qui s'apprête à faire voler les vieux papiers des universités. Après un an à peine d'existence, ce nouveau modèle de distribution des cours s'apprête à entrer de plain-pied dans les cursus académiques. Ceci, grâce à l'adjonction de véritables crédits universitaires au certificat qui attestait jusqu'ici du succès des courageux ayant suivi l'intégralité d'un cours et ayant réussi l'examen final. Des examens surveillés pour obtenir des crédits universitaires Le New York Times annonce en effet que l'American Council of Education et Coursera ont pour projet d'examiner en 2013 les savoirs réellement acquis par les étudiants ayant suivi au moins un Mooc par le biais de Coursera, en les comparant à ceux qu'acquièrent les étudiants en présence suivant le même cours. Les participants engagés dans un MOOC distribué par edX (plateforme animée par le MIT et les universités de Harvard et de Berkeley) auront la même possibilité. À lire : Jeffrey R.

MOOC: quelle stratégie pour les établissements ? Les établissements d’enseignement supérieur sont de plus en plus nombreux à vouloir se lancer dans l’aventure des MOOC, et se posent la question de la stratégie à adopter. Compte tenu des moyens limités dont ils disposent, il faut faire des choix. Vaut-il mieux commencer par des cours généralistes pour attirer les internautes, ou se concentrer sur ses spécialités ? Mettre en avant ses stars, ou préférer des professeurs moins renommés mais enseignant des matières plus demandées ? S’adresser au public le plus large possible en offrant des cours avec peu de pré-requis, c’est la stratégie qui domine pour le moment au sein des établissements américains, il n’y qu’à regarder les cours proposés. L’objectif sous-jacent est de gagner une base d’utilisateurs aussi vaste que possible, puis d’offrir des cours de niveau plus élevé en se basant sur le succès des précédents.

Apprendre en ligne, une question de participation ? Plan 1. Enseignement en ligne et activités communicationnelles 2. S’intéresser aux apprenants et à leur « participation » 3. 4. 4.1 La connexion, un indicateur d’assiduité assez imprécis 4.2 La participation active à la vie des forums 4.3 Les participations active et passive 5. Conclusion À bien des égards, l’enseignement en ligne se généralise. Une des particularités qui distingue les formes télé-électroniques et réticulaires de l’enseignement à distance des plus anciennes, est la possibilité de mener des interactions entre enseignants et étudiants bien plus nourries qu’il n’était possible de le faire dans le cadre de ...

Ce blog créé et édité par Jean-Marie Gillot, est un blog reconnu du monde de l’enseignement supérieur. Son auteur, enseignant de Telecom Bretagne est notamment le fondateur du MOOC elearn2. C’est un producteur d’information intéressant car il porte un regard à la fois technique et pédagogique sur l’enseignement avec les nouvelles technologies, dont les MOOC. J’ai sélectionné un autre billet de ce blog portant sur ITyPa. by annek2 Jan 6

Jean-Marie Gilliot distingue deux approches différentes du MOOC. La première s'apparente au modèle offert par les prestigieuses universités nord américaines, et procède d'une démarche qui demeure proche de l'enseignement traditionnel. La seconde, issue des théories connectivistes, relève d'une conception collaborative et participative de la construction du savoir. by goupil13 Dec 19

Related: