background preloader

Praxies et cerveau

Praxies et cerveau
Une organisation complexe la structure globale des fonctions:le lobe occipital (en violet) va traiter les informations visuelles transmises par les yeux via nerf optiquele lobe pariétal (partie moyenne) traite les informations sensitives externes et internes au corpsle lobe frontal (partie antérieure du cerveau) est la partie motrice proprement dite ainsi que la prise des décisionsdu plus simple au plus compliquéautour de la scissure calcarine du lobe occipital, les informations visuelles arrivent de façon "brutes" et vont être traitées par les zones environnantes. On parle de cortex visuel primaire et des aires visuelles associatives. Plus on s'éloigne de cortex primaire, plus les informations seront décomposées et analyséesen arrière de la scissure de Rolando, il s'agit de l'aire somesthésique du pariétal (aire sensitive primaire). En arrière de cette aire, il s'agit des aires sensitives plus élaborées, traitant les positions du corps, de l'espace interne et représenté. Related:  Le cerveau...apprentissage et cognition

Comment notre cerveau produit-il de l'électricité ? L'auteur Sébastien Bohler est journaliste à Cerveau&Psycho Du même auteur Pour en savoir plus Le cerveau fonctionne avec de l'électricité, mais où sont ses batteries ? Les neurones sont comparables à de fins conducteurs électriques, mais ce sont des câbles creux, délimités par une membrane. Les petites pompes moléculaires qui créent cette tension électrique sont donc vitales. Structure de la pompe au sodium/potassium Les biochimistes ont pu recréer le film qui montre comment elle « attrape » des ions sodium pour les éjecter hors du neurone, puis attrape des ions potassium à l’extérieur pour les recracher à l’intérieur. Mais toute la question restait de savoir : comment la pompe fait-elle pour prendre des ions sodium dans la première phase, et des ions potassium dans la deuxième, sans se tromper ? Les deux conformation de la pompe sodium/potassium

Neurosciences et pédagogie Dans le monde de l'éducation, c'est une innovation : améliorer l'enseignement et l'apprentissage par ce qu'on connaît du fonctionnement du cerveau. Et cela s'appelle la neuropédagogie. Domaine de recherche relativement nouveau qui fait la jonction entre les neurosciences et les sciences de l'éducation, il s'intéresse aux processus biologiques en jeu dans l'apprentissage ainsi que les expériences sociales et émotionnelles. La gymnastique du cerveau D'une manière pratique, les applications de la neuropédagogie mènent vers des évolutions dans la manière d'enseigner et d'apprendre et vise in fine à "stimuler de nouvelles zones du cerveau, à créer de nouvelles connexions pour faciliter les apprentissages". Dans un reportage de la chaîne Euronews sur le sujet, on se rend bien compte que cela n'a rien de sorcier. Mais la neuropédagogie ne s'arrête pas là. On sait par exemple que le cerveau retient sept fois plus d'informations si on les catégorise. En toile de fond, l'apprentissage Références

Notre cerveau est génial (et nous ne le savons pas) Patrice van Eersel On sait que c’est l’entité la plus complexe de l’univers connu. Mais les découvertes se multiplient et font exploser tous les schémas. Notre cerveau est bien plus élastique que prévu, ses neurones peuvent même repousser. Et il fonctionne en wifi, relié aux cerveaux des autres. Combiner ces deux approches révolutionnaires, c’est admettre que l’Homo sapiens peut modifier lui-même sa structure – et donc que le monde n’est pas forcément fichu ! 1. L’idée de plasticité corticale et neuronale ne figure dans aucun programme de médecine avant les années 1990 : les premiers qui en parlent sont ridiculisés, tels Paul Bach-y-Rita et son frère George, deux médecins hors norme qui, à la fin des années 1960, réussissent à sauver leur père, un professeur de tango paralysé par un accident vasculaire cérébral (AVC) et que les neurologues disaient condamné. 2. De nouveaux neurones ? Boris Cyrulnik raconte : « Ces idées provoquaient des éclats de rire. 3. 4. 5. 6. 7.

Métacognition et transfert des apprentissages à l'école - Le Cercle de Recherche et d'Action Pédagogiques et les Cahiers pédagogiques L’une des premières hypothèses des travaux sur la métacognition est qu’elle favorise le transfert des apprentissages, ces travaux portant sur des apprentissages de stratégies. Le travail qu’a effectué Anne-Marie Doly dans des classes, qui vise à faire utiliser la métacognition par les élèves pour construire des connaissances et des procédures propres à la démarche expérimentale, illustre cette hypothèse et permet en même temps de revenir, à la suite de travaux expérimentaux sur les conditions de ce transfert sur ses conditions pédagogiques peu étudiées dans les travaux expérimentaux. Le travail présenté ici porte sur des séances de biologie effectuées de trois manières différentes (G1, G2, G3) dans quatre classes de CM2 ayant travaillé avec métacognition, mais de façon distincte deux à deux, et quatre ayant travaillé sans, sur deux thèmes, la respiration et la digestion. Pédagogie traditionnelle et pédagogie « socio-constructiviste » 1. 2. Énumérer, expliquer 1. 2. 3. 1. 2. 3. 4.

Votre cerveau a besoin de lumière Le cerveau voit son activité augmenter lors d’une tâche cognitive lorsque nos yeux sont exposés à la lumière. Cela fonctionne aussi avec des aveugles! Les chercheurs sont les premiers étonnés d’avoir découvert que le cerveau réagit si fort à la lumière : les aveugles ont réagi alors qu’ils n’avaient aucune conscience de la lumière environnante. On a fait réaliser à des aveugles des petits exercices de réflexion alors que l’on regardait leur cerveau avec l’imagerie médicale pour arriver à cette conclusion. La lumière est-elle le paramètre clé de l’attention soutenue ? Références: Vandewalle G, Collignon O, Hull JT, Daneault V, Albouy G, Lepore F, Phillips C, Doyon J, Czeisler CA, Dumont M, Lockley SW, Carrier J.

Des techniques pour apprendre à apprendre: Des méthodes pour développer ses capacités d'apprentissage S'investir dans un processus d’acquisition de savoirs n'est pas toujours aisé. Parfois, selon son histoire personnelle, il peut persister des blocages à l'apprentissage (échecs scolaires par exemple). Optimiser ses études nécessite une forte motivation à apprendre, de développer des capacités d’appropriation de connaissances, de méthode et d’organisation. De toute manière, s'engager dans un cursus d’enseignement nécessite de se « remettre dans le bain ». D’autant plus, que très souvent, on n’a jamais vraiment appris à apprendre. Les compétences à développer Tout d’abord, qu’est-ce qu’apprendre ? L’acquisition de connaissances est fortement favorisée si l’apprenant assimile des méthodes et des pratiques, comme par exemple, être capable de : Quelques pistes méthodologiques Gérer son temps avec efficacité Etablir un planning rapportant les cours, les tâches à effectuer et leur délai de réalisation, ainsi que toutes les autres activités (familiales, loisirs, etc.). S’auto-évaluer en continu

Lecture recommandée: Les 12 lois du cerveau J'aimerais signaler progressivement certains livres que j'ai lus au cours des derniers mois et qui ont nourri ma réflexion sur les neurosciences, la créativité, l'éducation, l'heuristique et la complexité. En premier lieu, je vous recommanderai "Les 12 lois du cerveau" de John Medina. Le docteur John Medina est biologiste moléculaire du développement et consultant-chercheur. Il enseigne également au Département de Génie biologique de la Faculté de Médecine à l’Université de Washington. Cet ouvrage s'appuie sur diverses découvertes, la plupart récentes, sur le cerveau pour mettre en lumière 12 príncipes à connaître si l'on veut faire le meilleure usage possible de notre cerveau, améliorer notre pédagogie, optimiser notre capacité d'apprentissage... L'ouvrage se compose de 12 chapitres, chacun dédié à une loi, de la manière suivante:

Métacognition et réussite des élèves Suffit-il de mettre les élèves en activités en classe pour qu’ils s’approprient les savoirs, savoirs faire sur lesquels est construite la séance qui leur est proposée ? L’analyse ergonomique des situations d’apprentissage scolaire amène à être très réservé dans la réponse. En effet, quels que soient les modalités pédagogiques, les supports didactiques prévus, un constat s’impose : les enseignants n’arrivent pas toujours à atteindre les objectifs visés.Eviter qu’il y ait autant d’élèves en difficultés d’apprentissage, d’élèves en décrochage scolaire voire en refus scolaire, d’élèves en souffrance, d’élèves en danger, c’est bien l’ambition de tous ceux qui oeuvrent dans ce monde complexe de l’Éducation.Que faire devant cette réalité ? Les enseignants tentent de les aider à retrouver le chemin des apprentissages scolaires afin qu’il apprennent les savoirs scolaires que l’Ecole s’engage à leur donner et définissent sur cette base la plupart des activités qu’ils leur proposent. Gagné P.

-Les étonnants pouvoirs de transformation du cerveau ! Dimanche 9 mars 2014 7 09 /03 /Mars /2014 11:47 À la manière d'un Oliver Sacks, le psychiatre canadien Norman Doidge explique de façon limpide et distrayante la plasticité neuronale et l'adaptabilité du cerveau. D'intrigantes histoires cliniques servent de point de départ à cette plongée dans les replis du cerveau. Livrant avec beaucoup de clarté les nouvelles connaissances sur les capacités de réorganisation structurale et fonctionnelle du cerveau, Norman Doidge nous ouvre les portes d'un domaine de recherche en perpétuelle évolution, à l'image du cerveau lui-même. Ce documentaire est une adaptation du livre éponyme du même Norman Doidge. Partager l'article ! inShare Par Cabinet.psy70-Luxeuil.fr - Publié dans : Dossier Neurologie -Communauté : santé-medecine

Neurosciences et salle de classe : beaucoup de bruit, peu d’effets L’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) annonçait en 2007 la naissance d’une science de l’apprentissage qui aurait pour parents les neurosciences et l’éducation. Si on arrivait à mieux comprendre comment fonctionne le cerveau, les enseignants pourraient alors adapter leurs pratiques pédagogiques. Évidemment, tout ça n’est pas si simple. C’est ce que nous expliquent Marie Gaussel et Catherine Reverdy, suite à la publication d’un dossier sur ce sujet. Nous nous sommes intéressées aux domaines éducatifs sur lesquels les neurosciences pouvaient avoir un impact : que se passe-t-il dans le cerveau quand on apprend à lire ? Nos capacités cognitives sont-elles mobiles et évolutives ou bien sont-elles fixées depuis la naissance ? Marie Gaussel Et la salle de classe, peut-elle devenir un laboratoire ? Quels sont donc les problèmes liés à l’implantation des neurosciences à l’école ? Catherine Reverdy Pour en savoir plus Article extrait du numéro :

Le Cerveau et quelques Secrets de notre Mémoire Isabelle Simonetto, Docteur en Neurosciences, a l’art d’expliquer le fonctionnement du cerveau sans jamais déconnecter des réalités de nos quotidiens et des phénomènes inexpliqués qui nous interpellent. Ne vous est-il jamais arrivé de chercher un objet à de multiples reprises au même endroit et de l’y retrouver un peu plus tard ? Ne vous arrive-t-il jamais de relire un écrit pour en vérifier l’orthographe sans en déceler les fautes résiduelles, même après plusieurs relectures ? Isabelle Simonetto captive pas ses méthodes de transmission du savoir, mais aussi parce que ses sujets de recherche sont fédérateurs. Le cerveau et sa compréhension soulignent des enjeux majeurs de demain. Et quant aux techniques d’aujourd’hui, prenons l’exemple du neuromarketing où les grands groupes voulant tester l’efficacité d’une publicité peuvent mettre en place un IRMf chez l’individu pour visualiser si le système limbique fonctionne. Le sujet est vaste, alors tenons-nous en à la mémoire.

Les enfants sont des mutants : Comment le numérique transforme leur cerveau Comment le numérique transforme nos cerveaux ? Nos enfants ces mutants est le titre d’un passionnant dossier du Nouvel Observateur (version papier) du 25 octobre 2012. La journaliste Sophie des Déserts montre comment les enfants d’aujourd’hui qui passent pour une grande part, une partie de leur vie devant un écran a un impact sur la manière d’apprendre, de comprend le monde… Une révolution numérique qui est en train de façonner une autre jeunesse « peut-être même une autre humanité ». 2 rapports en préparation À travers les décryptages de chercheurs, enseignants et experts, il est délivré des explicitations sur ce qui se joue aujourd’hui dans les pratiques et les comportements des enfants et adolescents vis-à-vis du numérique. Décryptage et conseils : 17 analyses Enfants mutants « Une révolution à l’échelle de l’humanité. Boris Cyrunilk, psychiatre Cerveau en construction « Il faut réaliser que ce que l’on vit aujourd’hui est comparable au changement climatique. Connexions neuronales Ecrans

cartes mentales Conjugaison Le problème d’ "espace et de temps" est encore présent, on espère que dans un futur proche , il sera passé ! Les cartes réalisées évoluent au rythme des apprentissages faits en classe. On les complète, on les modifie , on voit comment Léo se les approprie …, on les plastifie et on les réutilisera sûrement l’an prochain ! Les cartes de conjugaison faites cette année sont toutes du même genre …. 1- Le futur : carte faite à la main à partir d’idées trouvées sur le net. 2- Le présent Quelques verbes "spéciaux" à connaître (on a fait d’autres cartes aussi pour les verbes voir, prendre, pouvoir …) 3- L’imparfait La carte est incomplète … à compléter l’an prochain … Remarque : la petite accolade entre "Je" et "Tu" est là pour indiquer que ce sont 2 copieurs ! et son complément ( voir ici la fiche verso ) 4- Présent, passé ou futur ? Et si on commençait par le commencement ? 5- Le verbe Une autre façon de le revoir … voir ici 6- Les verbes et leurs groupes 7. Like this: J'aime chargement…

La mesure de l'intelligence | Pratiques et controverses

Related: