background preloader

La Tomate

La Tomate
Related:  Jardinage

Faites pousser secrètement toutes sortes d’herbes dans votre cuisine Vendredi 8 juin 2012 5 08 /06 /Juin /2012 09:27 Si vous cuisinez, vous savez qu’il faut toujours avoir des herbes bien fraîches à disposition. Mais si vous vivez dans un appartement en haut d’un immeuble, vous n’avez certainement pas de jardin. S’il vous reste un peu de place dans votre cuisine, vous pouvez acheter l’îlot de cuisine de Peter Buley. A l’intérieur du coffrage en érable, vous trouverez une succession de systèmes hydroponiques accessibles. Source: Gizmodo Pour faire pousser des jolies plantes, il faut qu'elles sentent qu'on les aime, il faut de la tendresse, de l'amour, car si vous désirez qu'elles poussent et fassent des gosses, sachez que vous êtes leur drogue. Partager l'article ! inShare Par wikistrike.com - Publié dans : Science, technologie, web, recherche 0

Réussir les légumes malgré les variations climatiques de l’été Légumes et potager | 30/06/2012 Les périodes de forte chaleur et d’humidité intense se surmontent à condition de s’organiser. Paillage, ombrière et autres astuces permettent de se prémunir. De beaux légumes malgré les à-coups climatiques de l’été - F. Comment faire pour garantir une croissance harmonieuse à nos légumes quand le temps n’est pas de la partie. On ne peut rien contre le temps ! De tout un peu Chaleur et humidité raisonnablement, voici rapidement résumées les exigences de nos légumes. Nos astuces pour réussir vos légumes malgré les à-coups climatiques de l’été : Paillage : fraîcheur garantie Pailler le potager - © D.R. Écologique, extrêmement efficace, assurant la protection du sol, sa régulation thermique et hydrique, favorisant l'arrivée de nombreux lombrics, le paillage est une des solutions reines en cas de temps sec prolongé. Coup du parapluie : ombrage du potager De l'ombre pour les légumes © D.R. Ne jetez plus vos vieux parapluies. Une ombrière au potager © D.R.

Comment planter les poireaux pour avoir plus de blanc Si vous avez aimé cet article, pourquoi ne pas en parler autour de vous ? Cliquez sur le bouton Facebook ou Gmail. Ce qu’on aime dans le poireau c’est le blanc ! Je vais vous montrer une technique qui permet d’avoir des blancs de poireaux très longs et bien tendres. En les plantant maintenant, en mai-juin, vous aurez des poireaux bons à récolter pendant tout l’automne. Plus tard, vous pourrez aussi planter en août des poireaux d’hiver, qui résistent au gel et se consomment durant tout l’hiver. Comme d’habitude, cliquez sur les photos pour les agrandir. La séparation des plants Le plus simple, c’est d’acheter des plants de poireaux au marché ou à la jardinerie. J’ai arrêté de faire mes propres semis de poireaux parce que c’est long (2 mois). Souvent, les racines sont complètement emmêlées et il est impossible de séparer les jeunes poireaux sans risquer de les casser. Le truc : faites tremper toute la motte pendant une demi-heure dans un seau rempli d’eau. L’habillage des plants

Savoir revivre (Jacques Massacrier) CIVAM Provence-Alpes-Côte-d'Azur milieu agricole et rural Le Groupement Régional des CIVAM est soutenu par le Conseil Régional PACA pour agir en faveur des femmes en milieu agricole et rural. Les objectifs généraux de ces actions : Paysannes - [Carnets de rencontres] avec des femmes engagées Issu de rencontres entre le GR CIVAM PACA, un collectif d'artistes, les Carnettistes Tribulants, et de nombreuses femmes dans leurs fermes, le livre "Paysannes, [Carnets de rencontres] avec des femmes engagées" est un recueil de portraits: des carnets de voyage sociologiques qui donnent la parole et l'image à ces actrices impliquées en faveur de l'environnement et de notre alimentation, d'aujourd'hui et de demain. En résidence sur une vingtaine de fermes liées au réseau CIVAM, d'abord en PACA, puis dans toute la France, les Carnettistes Tribulants sont allés "croquer" les femmes dans leur vie quotidienne et professionnelle, toujours engagée. Un bel ouvrage au diapason de la nouvelle collection [Les Carnets] de La Boîte à Bulles!

P'tit jardin urbain Le photographe Ryan Marshall qui vit en Floride partage sur son blog tous les secrets de son magnifique jardin, bricolé avec sa femme. Le tout s'est fait en quelques étapes simples: clouer des lattes de bois sur le mur extérieur autour de la porte rouge vif, y fixer des gouttières de métal coupées en deux et, finalement, y planter des tonnes de laitue. Poussent aussi dans leur jardin des herbes, des mûres et des haricots verts qui garantissent le bonheur de leurs deux jeunes enfants, qui s'initient en même temps aux rudiments du jardinage. Sans oublier le tipi, planté dans la cour, refuge par excellence pendant les mois de chaleur intense. Ne leur reste plus qu'à profiter de l'été, en se rafraîchissant à l'ombre de l'oranger pendant que les petits s'amusent dans la piscine de métal.

La permaculture chez Patricia Gramme Patricia et Daniel ont démarré un potager l’année passée. Les légumes poussent en ligne dans un sol non biné. Les herbes indésirables restent en place ; elles permettent de couvrir le sol en permanence et de le protéger ainsi de la sécheresse et de l’excès d’humidité. Cette méthode de culture porte un nom : la permaculture. Patricia a suivi de nombreux stages chez Josiane et Gilbert Cardon de la Fraternité ouvrière à Mouscron. C’est chez eux qu’elle a pu parfaire ses connaissances. Toute l’année, des semis et des plantules occupent l’espace de la serre en polycarbonate. Patricia n’arrosera pas, forçant ainsi les racines des plantules à se développer de manière à trouver l’eau dans le sol. Une autre particularité : Patricia n’arrache pas les poireaux, elle les coupe à 1 cm du sol, cela permettra d’obtenir une seconde, voire une 3ème récolte de partie verte. La méthode peut s’appliquer également aux céleris : les branches latérales seront coupées en laissant le centre.

permaculture Je n’ai pas énormément posté ces derniers temps, je m’en excuse mais cette année fut riche et beaucoup moins tranquille que je ne l’avais espéré cru! Pris dans pas mal de projets de formations, de designs et d’accompagnements divers, j’ai dû choisir les priorités. Aujourd’hui il pleut et je suis coincé par un lumbago détestable, il me paraît donc judicieux d’en profiter pour faire le point sur l’avancée des divers fronts de ce qui sera d’ici 3 ans je l’espère un bel exemple de système permacole adaptée à la châtaigneraie cantalienne. En préambule, je me permets de présenter le nom du lieu : les Escuroux. L’escure, l’écurie, l’étable : il y a en effet 2 granges sur place…Le fait de curer les fossés (?) Nous validons donc cette dernière explication, en partie car les écureuils sont cools. Après avoir passé tout l’hiver (et il a duré plus de 6 mois!) Foin de précipitation, l’essentiel de l’année 2013 (et il semblerait bien de 2014) sera de sauver l’existant, et il est grand! polly dolly

Baobabs Par voie de référendum, les habitants de Mayotte ont manifesté le désir de devenir un véritable département d’Outre-Mer. Pour souhaiter la bienvenue à tous ces nouveaux compatriotes, je me suis mis en quête des arbres remarquables de cette petite ile, perdue à l’autre bout du monde dans l’océan indien. Sur un blog, je découvre Mayotte, ses fonds marins… et des arbres fantastiques, les deux auteurs ont tout de suite accepté de nous faire découvrir quelques vénérables insulaires et ce, malgré une connexion internet bas-bas-débit… 20 minutes pour une photo ! « Mayotte a plusieurs noms : Maoré, Hippocampe, l’île aux parfums, l’île aux femmes, je crois que l’on peut aussi l’appeler l’île aux baobabs. Il y en a des tas, tous plus gros et plus hauts les uns que les autres. « Les fleurs de baobabs sont fécondées par les roussettes qui les aspergent de pollen avec leurs ailes. En voici d’autres plus « petits » qui se trouvent aux abords de la plage de Sakouli :

Cinq manières insolites pour recycler nos déchets…. Le point commun entre des poules, des chèvres, des portables usagés et des vieux billets de banque ? Ce sont des initiatives de recyclage originales. Tour d’horizon des différentes pratiques européennes. Des poules pour recycler les déchets des Européens ? C’est en tout cas ce que vient de mettre en place le village français de Pincé. Dans le but de réduire le volume de déchets alimentaires, la municipalité compte offrir deux poulets aux ménages qui se montreraient intéressés. Pas sûr que quelques poules suffisent pour atteindre les objectifs de l’Union Européenne en matière de recyclage des déchets. Mais cette moyenne cache de nombreuses disparités entre les pays Européens : si l’Allemagne recycle près de 48% de ses déchets ménagers en 2008, en Estonie la proportion descend à 18%. Billets usagés pour réchauffer les plus démunis A défaut de poules, des chèvres dans votre jardin ? En Hongrie l’argent sauve des vies. Les excréments, un nouveau carburant Myeurop

Ce site est en cours de création ,merci pour votre indulgence :o) - PERMACULTURE & VOUS Produire ses propres semences Produire ses propres semences Il existe plusieurs méthodes pour produire ses propres semences. La plus simple, ou quand on connaît un jardinier, est de garder les graines des légumes qu’on récolte soi-même – quand on jardine – ou qu’on a achetés ou que quelqu’un nous a donnés. On peut ainsi récolter : en laissant monter en graines : des radis, des navets…à la condition de les laisser bien mûrir : des graines de tomate, de concombre, de courge, courgette, choux, melon, pastèque, phacélie, moutarde blanche ou jaune (ces trois derniers sont très bons pour comme engrais vert)… Bref, tous les fruits et légumes contenant des graines.en sélectionnant des plants : des pommes de terre. Récolter des graines Toutes les plantes ne produisent pas de graines (ou en produisent peu et/ou très peu fertiles). Qui dit récolte dit contenant. Les plantes potagères Avant toute chose, pour récolter des semences potagères, il faut cultiver des variétés non-hybrides. a. légumes à floraison dans l’année Les fruitiers

Accueil Un fertilisant naturel aux multiples vertus gagne du terrain en France GRIOUDAS (Aveyron) – Secret de fabrication bien gardé, unité de transformation fermée à double-tour: l’éleveur Marcel Mezy commercialise depuis l’Aveyron un fertilisant naturel qui a déjà convaincu des milliers d’agriculteurs de se détourner des engrais chimiques classiques. A ce jour, 5.000 exploitations sur 350.000 en France utilisent les granulés certifiés Agriculture biologique renfermant un cocktail de micro-organismes élaboré à partir de composts de matières végétales par ce chercheur-paysan dans sa ferme de Grioudas. Les clients vont du producteur d’échalotes du Finistère à l’endivier du Pas-de-Calais, en passant par les chefs Sébastien et Michel Bras, trois étoiles au Guide Michelin à Laguiole (Aveyron). Marcel Mezy, 70 ans, veut rendre aux agriculteurs fierté et dignité, eux qui sont régulièrement traités de pollueurs. Résistances Il y a des résistances, abonde M. Marcel Mezy regrette que les chambres d’agriculture et la FNSEA ne s’intéressent pas plus à ses fertilisants.

Related:  Nature et cuisine