background preloader

Films-horreur.com

Films-horreur.com
Related:  Cinéma d'horreur, bis et fantastique

L'Ecran Fantastique : critiques de films Retrouvez toutes les critiques de films par "L'Ecran Fantastique" Attention, chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de Allociné, de 1 à 5 étoiles. Critique de Yann Lebecque Le résultat mêle un certain classicisme et une belle construction des personnages à une efficacité narrative lorgnant du côté des meilleurs films d'action. (...) "47 Ronin" constitue un pur divertissement, superbement mis en image. La critique complète est disponible sur le site Critique de Nathalie Dassa Cette suite fait la part belle au divertissement, à l'action et aux effets spéciaux, avec d'excellentes et féroces scènes de combats, qui manquent parfois de lisibilité. Critique de Pascal Pinteau (...) le dernier opus Marvel dépasse son statut de simple blockbuster car il porte aussi, par le biais de la science-fiction, un regard critique sur notre époque. De Marina De Van Avec : Missy Keating, Marcella Plunkett De Hélène Cattet, Bruno Forzani

Cinéma italien: giallo, le genre jaune devant, sanglant derrière Si noire est la série policière française, l’Italie elle a choisi le jaune (giallo) pour recouvrir les jaquettes des séries policières en vogue dès les années 1920. Les romans d’Agatha Christie ou de Simenon furent ainsi associés à cette couleur. Ces ouvrages aussi nommés «Whodunit», ressemblent à ces parties de Cluedo où l’enjeu de lecture se résume à démasquer le tueur. Tous les protagonistes apparaissent successivement comme des suspects potentiels, dynamisant l’intrigue et le suspense jusqu’à la révélation finale dans les dernières pages (les fameuses cinq dernières minutes). Forts de cette culture populaire, quelques cinéastes se penchent au début des années 60, sur la viabilité de transposer à l’écran ce dispositif narratif simple mais rudement efficace. publicité L’arrivée de la couleur permet à Bava de créer l’écrin chromatique parfait pour le giallo. Gants de cuir noir, imperméable noir, chapeau et même masque. Le giallo de Dario Argento Giallo 2.0 Ursula Michel Devenez fan sur

Grand Écart - Étirements cinéphiles - cinéma critiques bandes-annonces Come superare il limite di Megavideo con TuttoStreaming - Informaniaci SlashersHouse.com | Critiques culturelles avec le tranchant de la lame Catégorie:Film par réalisateur Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre. D'autre part, les sous-catégories ne devront en aucun cas être catégorisées dans des catégories du type "cinéma national" puisque la nationalité du réalisateur n'est pas obligatoirement liée à la nationalité des films qu'il réalise (par exemple Wim Wenders a fait des films allemands ou américains). Par contre, des sous-catégories du type Catégorie:Film par réalisateur américain doivent être créées pour une meilleure arborescence de la catégorie, et ces sous-catégories - et uniquement celles-ci - peuvent être incluses dans les catégories du type "cinéma national" et "réalisateur national" (mais pas dans "film national"). Dans le cas d'une nouvelle sous-catégorie nationale, merci de rédiger une introduction sur le modèle français. Certains réalisateurs peuvent avoir changé de nationalité au cours de leur vie (soit une choix personnel soit la disparition de leur pays d'origine) donc peuvent apparaître dans plusieurs sous-catégories.

John Carpenter a essayé de se souvenir de deux-trois trucs sur ses bandes-son John Carpenter et Alan Howarth. John Carpenter ne se laisse pas emmerder. Ni par Michael Myers dans Halloween, ni par le ballon de volley géant de Dark Star, ni par les créatures extraterrestres de They Live. John Carpenter s’en sort toujours. Capable de transformer un petit film d'étudiant en un classique culte de la SF (Dark Star, toujours), et d'envoyer Bon Jovi se bastonner avec des vampires, ce type a, en gros, passé l'ensemble de sa carrière à essayer de coller des acteurs impossibles dans des situations totalement craignos. Carpenter aime bien se mettre mal aussi. Noisey : J'aimerais vous parler de la bande-son de vos films. Vous souvenez-vous du matos utilisé pour Dark Star en 1974 ? Le EMS VCS-3. Vous connaissiez beaucoup de gens qui avaient accès à ces machines ? J'imagine que le coût et le temps étaient des facteurs importants. Et puis c'était LE son qui collait aux films de science-fiction, non ? Carrément. The Day The Earth Stood Still – Bernard Herrman. Forbidden Planet

Critiques de films - La Filmosaure Film horreur & cinéma fantastique sur Strange Movies

Related: