background preloader

Princesses Disney féministes

Princesses Disney féministes
Depuis l'intéressante série d'Euterpe sur les princesses Disney et suivantes, j'ai trouvé sur le site I blame the kyriarchydes princesses Disney féministes -détournées évidemment ! Le Prince : ...et nous vivrions heureux La Princesse : est-ce que cela signifie que j'aurais ma propre carrière et que je contrôlerai mes finances ? La Princesse : Houah, pardon mais quelle partie de moi, alors que je dors ici seule, implique mon consentement ? Blanche-Neige : Ils n'ont pas arrêté de me dire que je dois haïr les hommes, puisque je suis féministe. Ils n'ont rien voulu entendre de ce que j'ai dit à propos des rôles de genre qui oppriment les hommes et les femmes ! La Princesse : J'ai écrit un essai sur la théorie queer pour mon cours de littérature. On peut rêver que les princesses de Disney (et les autres) s'émancipent, et que les princes aient l'esprit large ouvert. Related:  Quel est le rôle des femmes dans les dessins animés ?tpeses

stéréotypes dans les dessins animés Pourquoi existe-t-il des dessins animés qui montrent des petits garçons qui construisent des appareils extraordinaires et des petites filles qui savent bien s'habiller ? Peut-être parce que le public demande cela ? " Généralement, à partir de six ans, au sortir de la crise oedipienne, le choix des héros est fonction du sexe de l'enfant. Auparavant, les identifications sont nettement moins sexuées. Les concepteurs proposent aux plus jeunes des héros anthropomorphes qui leur rappellent leur « doudou » préféré : ourson, lapin, tortue, souris. Rondeur et douceur sont de mise : l'aspect maternel, rassurant, plaît aux petits. Dès que l'enfant marche et se sent indépendant, il réclame des personnages plus toniques, plus typés, dont il peut rapidement distinguer qu'il s'agit d'une fille ou d'un garçon. " Les comportements de chaque enfant seront le reflet de ses composantes individuelles - son tempérament - et de sa manière à entrer en relation avec les autre - son caractère. 1. 2. 3. 4. 5. 6.

Who’s Your Disney Spirit Animal? We all grew up with Disney films and have a slew of wonderful female role models to guide us through life’s tough road to our own very own happy ending. Lucky for all of us mostly-white, heteronormative ladies, we can still learn lessons from these fine women of the animated screen. I present you with my favorites – see if you can spot who you identify with most (note: your mother has to be dead if you want to be a princess)! The Princess – You’re not really sure why you got a happy ending, but you’re also not the most stable person since you spend your free time making tiny clothes for tiny animals. That Other Princess, Who’s Not Really a Princess But Calling You That Is Better For Marketing Products With Your Image On It – You like to read, even though you’re a girl. The Sushi Princess – You have zero self-respect and are kind of boy crazy, to the point of stalking. The Ethnic Princess – You resent your privilege and are ready to shed it the first time you don’t get your own way.

Le sexisme du Roi Lion La féminité dans Le Roi Lion L’une des premières choses qui nous frappe en regardant Le Roi Lion, c’est le sexisme banal et structurant de l’histoire. Dès les premières scènes, Le Roi Lion nous fait connaître un monde structuré hiérarchiquement, avec au sommet de la pyramide le monarque absolu, qui règne en bon patriarche sur, non seulement son peuple docile et servile (les autres animaux), mais également ses lionnes, qui jamais ne remettront en question le bien fondé de la place des hommes, ni de la place des femmes. Le Roi Lion comporte un grand total de 3 personnages féminins, contre 9 personnages masculins. La relation entre Simba et Nala nous apparaît comme étant une relation d’amitié étant jeune, qui plus tard évoluera selon le schéma classique de Disney vers un amour hétérosexuel. Et de un… Et de deux… Et de trois… cela suffira-t-il à renverser le patriarcat? Cette supériorité ouvrirait-elle des possibilités subversives? Et Nala dans tout ça? Ah, enfin! Un homme, un vrai Liam

La princesse comme modèle de la féminité au profit de l'homme 1. : sa sexualité naissante représentante une menace pour une autre femme, elle est donc tuée. Son unique atout, sa beauté physique, est ce qui la sauve à la fin. 2. La Belle au Bois dormant : fiancée dès la naissance pour consolider une position politique, elle est tout de même tuée par une autre femme. 3. 4. 5. 6. Conclusion : Mesdames soyez belles et taisez-vous, c'est tout ce que l'on attend de vous. Ces contes sont anciens et d'inspirations diverses : 1. 2. 3. 5.

Sexisme dans les programmes pour enfants : Geena Davis part en guerre Sexisme dans les programmes pour enfants : une étude internationale pour le comb © Disney Suivez l'actualité de terrafemina.com sur Facebook C'est une première mondiale. L'ONU Femmes a annoncé lundi le lancement d'une enquête internationale sur la représentation des femmes dans les programmes pour enfants. Cette enquête de grande ampleur s'intéressera aux stéréotypes véhiculés dans les films familiaux d'une dizaine de pays. Une étude internationale portant sur la représentation des femmes dans les films pour enfants : tel est le projet de l’ONU Femmes et du Geena Davis Institute on Gender in Media, soutenus par la Fondation Rockfeller. Car, comme l’a rappelé Lakshmi Puri, directrice d’ONU Femmes, lundi, lors de l’annonce du lancement de cette étude, « les stéréotypes de genre dans les médias sont des facteurs socio-psychologiques qui influencent la façon dont sont perçues les femmes et les filles. Des personnages féminins représentés de façon hypersexualisée

Disney Princesses This is my new Disney Princess series....after researching into them whilst I spent time in New York in 2010, I wanted to empower the princesses with the thought in mind that this would empower young girls. Tonight I went to see the amazing 'Missrepresentation' film and the quote 'you can't be what you can't see' really inspired me. It's what I wanted to do with this work. 2011 is the first year since 1979 that women have not gained seats in Congress. Here's a selection of the images from the series....to see them as lovely light boxes, my current solo show 'It's a Girl' is on at Aubin Gallery until 9th March. Here is a trailer for the amazing film 'Missrepresentation'.

With Tangled, Disney Gets Closer to Embracing Feminism Over the holidays, I finally got a chance to see the animated movie Tangled. I not only laughed at the jokes and enjoyed the fairy tale romp, but I left the theatre with the distinct impression that Disney has taken a few more baby steps on the path to feminism. Just to be clear, I'm suggesting that Disney is getting closer to embracing feminism. They still have quite a long way to go, but it seems that the Disney corporation is warming up to the idea of letting girls have their own adventures. Indulge me, if you will, in a bit of Disney nostaglia. After a few animated films featuring animals, the next Disney princesses were Cinderella and Sleeping Beauty. Don't even get me started on the evil stepmothers and witches who played prominent roles in these tales, residing on the other end of the spectrum from the innocent young maidens they sought to destroy. After having either enchanted or enraged two generations of women, Disney decided to see what they could do with the next generation.

Non, Disney n'a toujours pas sa princesse féministe Il était une fois une princesse qui avait un poignet aussi gros que son œil. Un sociologue américain a pointé, lundi 16 décembre sur son blog, repéré par Rue89, la dysmorphie des personnages féminins des dessins animés Disney par rapport aux personnages masculins. Le chercheur a notamment constaté que le poignet d'Anna, l'héroïne de La Reine des neiges, sorti quelques jours auparavant, faisait la taille de son œil. "Des yeux démesurés et des mains minuscules symbolisent la féminité chez Disney", analyse-t-il. Pour le studio, ce genre de commentaire est un cauchemar : depuis des années, Disney tente de désamorcer les critiques sur les clichés sexistes que véhiculent ses dessins animés. "Raiponce" : poursuivez les efforts En 2010, Disney s'inspire d'un conte allemand pour créer une princesse moins cliché que d'habitude. "Rebelle" : on y est presque En 2012, on a cru qu'elle était née, la divine enfant féministe de Disney. "La Reine des neiges" : allez, encore un tout petit effort

www.toutalego.com/2013/05/quand-disney-relooke-merida-facon-sexy.html En 1938, il ne faisait pas bon être une femme chez Disney comme en témoigne cette lettre de rejet exhumée aujourd’hui sur Flickr. Mary V. Ford, qui avait écrit au studio d’animation pour connaître les critères d’admission à l’école Disney qui formait ses animateurs, avait ainsi reçu la réponse suivante : «Les filles ne travaillent pas du côté créatif pour préparer les dessins animés pour l’écran, car cette tâche est exclusivement réservée aux jeunes hommes. Pour cette raison, les candidatures des filles ne sont pas examinées pour l’école préparatoire. Les femmes ne sont, heureusement plus, aujourd’hui cantonnées au coloriage chez Disney. Cheveux roux bouclés, fière, aventurière, rebelle, tirant à l’arc, montant à cheval et surtout refusant le mariage forcé, elle dénote parmi les autres héroïnes. Ses cheveux ont été disciplinés (les boucles ont été remplacées par un mouvement ondulé), sa taille a été affinée, ses pommettes remontées et maquillées, sa bouche épaissie et lipstickée.

Related: