background preloader

Calcul du seuil de rentabilité en valeur et en volume

Calcul du seuil de rentabilité en valeur et en volume
Related:  Reprise

Tableaux de bord : pourquoi mesurer la performance ? On ne mesure pas pour contrôler mais pour piloterDans la logique de nos entreprises encore porteuses du poids taylorien, nous associons trop facilement les termes "mesure" et "indicateurs" avec "contrôle". A l’origine de l'entreprise taylorienne, le mot d’ordre était "on ne peut pas être bon dans tous les domaines, il faut donc être spécialiste". On trouvait (et on trouve encore) ainsi les spécialistes de l'encadrement, les spécialistes de l'exécution et les spécialistes de la mesure pour garantir le fonctionnement global selon un mode prédéterminé. Dans un contexte stable, le raisonnement n’est pas réellement critiquable. Il est aujourd"hui parfaitement avéré que ce système est totalement inadapté à la nouvelle configuration économique caractérisée par le changement rapide et l'imprévisibilité! Il est aussi de tradition de définir les objectifs à atteindre comme autant d'obstacles à franchir, chacun récompensé par une carotte. Que doit-on mesurer ?

J'évalue mon entreprise avec le Modèle Valentin Version 2012 Seuil de rentabilité et point mort : Définition et calcul Tout chef d’entreprise gestionnaire se doit de connaître son seuil de rentabilité et par déclinaison son point mort. Que l’on soit créateur, repreneur ou chef d’entreprise, ne pas connaître son seuil de rentabilité reviendrait à partir en mer sans boussole ni gouvernail et au gré du vent. Quelques définitions Le seuil de rentabilité est le montant du chiffre d’affaires HT à réaliser au cours d’une période pour atteindre un équilibre, c’est-à-dire un résultat égal à zéro (le total des charges = le total des produits).Quand le seuil de rentabilité est dépassé la société réalise des bénéficesQuand le seuil de rentabilité n’est pas atteint la société réalise une perte.Le seuil de rentabilité peut se décliner en nombre de jours de CA, en nombre de mois et/ou en quantité de produits à vendre…. Le calcul du seuil de rentabilité La méthode de calcul la plus simple et la plus répandue est la suivante : Quelques exemples pour différentes activités Une pizzéria Une profession libérale Un créateur

Comment calculer votre seuil de rentabilité ou « point mort » ? Le seuil de rentabilité n'est pas vraiment un tableau, mais plutôt un indice de la viabilité du projet qu'il est utile de savoir calculer . Il s'agit en fait de déterminer le niveau de chiffre d'affaires grâce auquel l'entreprise assure son équilibre financier. Le calcul du point mort implique de connaître le montant du chiffre d'affaires , celui des charges variables et celui des charges fixes . > Charges fixes et charges variables Toute entreprise supporte un certain nombre de dépenses obligatoires qui ne dépendent pas de l'activité : en clair, qu'on vende ou pas, on doit les payer (par exemple, le loyer d'un local commercial, les salaires, les charges sociales, les assurances, le comptable, etc...). D'un autre côté, il existe des dépenses qui découlent directement des ventes réalisées : le montant des achats de marchandises correspondant à ce qu'on a vendu, les frais de transport sur les achats ou sur les ventes, les commissions versées aux commerciaux, etc.

Infographie : 6 secrets de la performance commerciale Source : Sans stratégie de vente détaillée et partagée, point de performance commerciale. Tel est le premier enseignement de l'étude menée par Mercuri International auprès de 1 150 cadres commerciaux issus de 23 pays. En effet, une écrasante majorité des entreprises les plus performantes (80 %) a clairement défini sa stratégie commerciale et veille à ce qu'elle soit connue et adoptée par ses équipes. Autre aspect mis en valeur par cette étude : la vente en équipe. Pour plus de détails sur cette étude, visionnez l'interview vidéo d'Yvelise Lebon, présidente du comité exécutif Mercuri International. Retrouvez l'analyse de cette étude dans le numéro d'avril d'Action Commercial avec l'enquête “Les secrets des entreprises qui performent”.

L'évaluation d'une société On parle alors d’actions, ou d’obligations ou de « valeurs mobilières » admises aux négociations sur un marché règlementée. Au jour le jour, c’est le cours de la bourse, donc le marché, qui fixe le prix de la transaction, étant entendu qu’il ne s’agit pas dans ce cas d’acheter l’ensemble de la société. A titre indicatif, d’autres méthodes, dans certaines circonstances, peuvent être utilisées pour évaluer la valeur des titres, et tempérer la seule valeur du cours du jour. Pour l’ISF, les titres sont évalués au dernier cours connus, ou à la moyenne des 30 derniers cours connus (au jour d’imposition). Pour les donations, les titres sont valorisés au cours moyen au jour de la transmission. Pour les successions, depuis 2004, les héritiers choisissent entre le cours moyen de la bourse au jour du décès ou la moyenne des 30 derniers jours de cours qui précèdent le décès. Nota : il n’existe auccune méthode officielle ou réglementaire, notamment fiscale. - PHASE N° 3 : calcul de la VP

AlsaceLes délais de paiement risquent de planter beaucoup de PME » Traces Ecrites | La lettre d'information et d'actualité économique de Bourgogne, Franche-Comté, Sud-Alsace Les délais de paiement en France sont en moyenne de 61 jours, contre 24 jours seulement en Allemagne. FINANCES. En France, les délais de paiement des grands comptes s’allongent et plombent la trésorerie de leurs fournisseurs, principalement des PME. On estime « ce manque à percevoir dans les temps» à la modique somme de 13 milliards d’€. Une véritable plaie ouverte, surtout en période de crise, qui contribue à détruire les marges de la grande majorité des entreprises représentatives du tissu industriel français. Et que Bruxelles montre du doigt… Explications. Les excuses et autres arguties pour ne pas payer dans les délais légaux, prévus par la loi dite LME soit : 60 jours calendaires ou 45 jours fin de mois, sont nombreuses dans les grands groupes. Selon une analyse de Jean-Francis Pécresse publiée dans Les Echos, seules 39% des grandes entreprises ont payé leurs fournisseurs à 60 jours en 2010. Quelle solution ? La France n’est pas le plus mauvais élève européen.

Un bon espace de travail favorise la productivité des salariés selon une étude Steelcase-Ipsos Alors que les open space se multiplient dans les entreprises, Catherine Gall, directrice de recherche à Steelcase, affirme qu’un « bon espace de travail, choisi, favorise la productivité des salariés ». Focus sur l’enquête Steelcase-Ipsos sur le « bien-être au travail » Q : Vous évoquez l’intimité comme vecteur de bien-être au travail dans votre récente étude. Pour quelles raisons ?Catherine Gall : Aujourd’hui, l’élément le plus souvent cité par les salariés comme facteur indispensable à leur productivité est précisément celui qui fait le plus défaut dans la majorité des bureaux actuels : l’intimité. Dans l’étude, 95 % des salariés satisfaits évoquent en premier la possibilité de se concentrer facilement. Etude Steelcase-Ipsos sur le Bien-être au travail Juste derrière, ils citent la possibilité de travailler sans être interrompu, ce qui est de moins en moins le cas dans la plupart des métiers. Q : La France apparaît au dernier rang en termes de satisfaction sur les espaces de travail.

Audit Comptable et Financier Cette notion d'image fidèle a été introduite en France en 1982 par le Plan Comptable Général (P.C.G). Depuis cette date, l'information financière comprend à la fois des éléments chiffrés et quantitatifs ainsi qu'une annexe obligatoire explicitant le contenu du bilan et du compte de résultat. Cette annexe comporte de très nombreuses informations non quantitatives. L'auditeur financier ne vise pas à obtenir l'exactitude absolue des documents financiers dont il garantit la fiabilité. L'auditeur définit un seuil de signification ou seuil de matérialité au-dessous duquel les erreurs ou risques d'erreur relevées ne sont pas de nature à remettre en cause la régularité et la sincérité des états financiers sur lesquels il est amené à porter une opinion (norme 2101 de la CNCC). La détermination du seuil de signification est de la responsabilité de l'auditeur et ne relève pas seulement d'un calcul arithmétique.

Related: