background preloader

Décroissance (économie)

Décroissance (économie)
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le mot décroissance désigne en français deux choses : Pour les « objecteurs de croissance », également appelés « décroissants » dans la presse, une réduction contrôlée de l'activité économique est la seule alternative à un krach mondial aux conséquences imprévisibles. Selon eux, les réalités physiques rendent impossible un développement économique infini : les taux de production et de consommation ne peuvent pas être durablement accrus ni même maintenus, étant donné que la création de richesses mesurée par les indicateurs économiques comme le PIB repose sur l'exploitation et la destruction d'un capital naturel épuisable. Les « objecteurs de croissance » prônent donc sur le plan individuel la démarche dite de simplicité volontaire et, sur le plan global, une relocalisation des activités économiques afin de réduire l'empreinte écologique et les dépenses énergétiques.

Crash Course Chapitre 1: Trois Croyances Il est très important de distinguer les faits, les opinions et les croyances. J’essayerai de mon mieux d’être très clair quand je présente des faits, énonce une opinion ou communique mes croyances. Je tiens dès à présent à éclairer ce sujet. J’ai trois croyances, que je vais partager avec vous et ensuite je passerai le reste du temps à vous montrer comment je suis arrivé à ces croyances. En premier je crois que les vingt prochaines années seront complètement différentes des vingt dernières années. Ensuite je crois qu’il est possible – possible – que le rythme et/ou la portée du changement pourraient entraver la capacité d’adaptation de nos principales institutions sociales et d’assistance. Ma troisième croyance est que nous ne manquons d’aucune technologie ou de connaissance nécessaire pour construire nous-mêmes un avenir meilleur. Suivez moi au Chapitre 2: Les Trois “E”s.

decroissance.info Institut d'Etudes Economiques et Sociales pour la Décroissance Soutenable « Nous vivons plus qu'une convergence de crises, l'effondrement est déjà là » - Capitalisme Photo : Agnès Rousseaux / Basta ! Basta ! : La succession des crises – financière, sociale, écologique... – n’entraîne toujours pas de changements radicaux au sein du système capitaliste. L’effondrement est déjà là. Nous nous acharnons à repousser toute limite. Si on fait l’hypothèse que le capital technique peut se substituer indéfiniment au capital naturel, il n’existe effectivement aucune limite. Les théories économiques oublient la nature. Ne risque-t-on pas de s’enfermer dans une gestion économique de la crise écologique, avec, par exemple, le « marché des droits à polluer » ou le principe pollueur-payeur ? Donner un prix à des pollutions traduit une prise de conscience. Quant au principe pollueur-payeur, je souhaite que BP paye pour tous les dégâts occasionnés aux États-Unis. Le temps du « monde fini » est aussi, selon vous, celui de la « perte d’un monde commun »... La gestion de la rareté se fait par l’augmentation de la concurrence, qui est de plus en plus féroce.

Journal La Décroissance Patrick Viveret : « Les monnaies locales jouent un rôle d’alerte » Publié le 07/12/2011 • Par Aude Raux • dans : Dossiers d'actualité Entretien avec Patrick Viveret, philosophe, ancien conseiller-maître à la Cour des comptes, initiateur de Dialogues en humanité, un forum organisé chaque mois de juillet à Lyon, et auteur notamment de "Pourquoi ça ne va pas plus mal" et du rapport "Reconsidérer la richesse". Voir le sommaire Cet article fait partie du dossier Economie sociale et solidaire : quand les territoires inventent leur monnaie Les monnaies locales peuvent-elles être un moyen de résoudre la crise financière ? Face à la crise financière, les monnaies locales sont effectivement un outil de résilience MAIS à l’intérieur d’une boîte à outils. Quels autres outils devrait-on mettre dans la boîte ? La question clef face à la crise financière, c’est la mise en place d’un véritable audit des richesses. Ainsi, toutes les catastrophes environnementales mais aussi sociales, tels les accidents de la route, sont comptabilisées positivement comme des flux monétaires.

Décroissance Un article de Ékopédia, l'encyclopédie pratique. De manière générale, la décroissance se définit comme l'état de ce qui décroît : une diminution. On doit ce concept de décroissance en économie aux travaux révolutionnaires de l'économiste roumain émigré aux États-Unis, Nicholas Georgescu-Roegen (1906-1994). La décroissance est un concept politique qui affirme que la croissance économique généralisée n'est pas acceptable pour l'environnement. Les présupposés Cette démarche part d'un triple constat : les biens et services produits par les économies ne sont pas les seules richesses : la santé des écosystèmes est une forme de richesse, de même que la qualité de la justice, les bonnes relations qui sont entretenues entre les personnes au sein d'une même société, le degré d'inégalité, le caractère démocratique des institutions, etc. La décroissance soutenable n'implique évidemment pas que l'on poursuive la décroissance pour elle-même. Description Capitalisme et développement durable Principes

Décroissance Social : L'Héol, la Muse, l'Eusko...les monnaies locales fleurissent INFOGRAPHIE.- Les projets de monnaies locales complémentaires se multiplient en France. Où circulent-elles ? Combien de Français les utilisent ? Quelles sont leurs perspectives de développement ? Le coup d'envoi a été donné à Villeneuve sur Lot en janvier 2010, où l'association «Agir pour le Vivant» a proposé à ses habitants de convertir leurs euros en Abeilles. Depuis, une dizaine de monnaies locales complémentaires circulent dans plusieurs régions de l'Hexagone. D'un bout à l'autre de la France, tous les instigateurs de ces projets sont unanimes: ces monnaies complémentaires permettent de «relocaliser l'économie», de «sortir la monnaie du champ spéculatif» et représentent une «excellente réponse à l'instabilité des marchés», indique Pierre-Yves Lebecque, chargé de mission à l'Adess Pays de Brest, qui milite pour une monnaie «éthique». Peu d'utilisateurs… Ces projets ont toutefois une portée relative. …mais les projets se multiplient «Ces monnaies ne vont pas nous sauver de la crise»

Global Chance L’association publie depuis 1992 Les Cahiers de Global Chance (deux numéros par an), qui constituent son principal support d’expression dans le cadre du débat énergie-environnement-développement. S’y intègrent depuis 2003 des numéros hors-série, Les Mémentos de Global Chance, qui proposent sur un thème donné une série de fiches techniques précises mais accessibles. Une page du site est par ailleurs dédiée à l’archivage des Communiqués de Global Chance. À découvrir enfin, notre page-portail Global Chance... en vidéo ! Disponibles gratuitement sur ce site en téléchargement, sous forme de numéros entiers ou article par article, Les Cahiers de Global Chance et les numéros hors-série peuvent également être obtenus auprès de l’association en utilisant notre bon de commande. (encadré = plus d’informations au survol) Le casse-tête des matières et déchets nucléairesLes Cahiers de Global Chance, n°34, novembre 2013, 76 pages Du gâchis à l’intelligence. Vers la sortie de route ?

La décroissance, une idée qui chemine sous la récession, par Eric Dupin Il fallait voir l’air interloqué de M. François Fillon. Ce 14 octobre 2008, M. Yves Cochet défendait les thèses de la décroissance du haut de la tribune de l’Assemblée nationale. Diagnostiquant une « crise anthropologique », le député Vert de Paris affirmait, sous les exclamations de la droite, que « la recherche de la croissance est désormais antiéconomique, antisociale et antiécologique ». Son appel à une « société de sobriété » n’avait guère de chances d’emporter l’adhésion de l’hémicycle. La récession est passée par là. Le mot même de « décroissance » est de plus en plus repris, bien au-delà des cercles restreints de l’écologie radicale. « Au moment où les adeptes de la décroissance voient leur argumentaire conforté par la réalité, y a-t-il une alternative entre la décroissance subie ou non dite, comme l’est la récession actuelle, et la décroissance conduite ? Taille de l’article complet : 3 672 mots. (4) Serge Latouche, « Que la crise s’aggrave !

Related: